| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 26 septembre 2002

Prostitution : droits des femmes ou droit aux femmes ?

par Élaine Audet






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Aidez-nous à éradiquer la prostitution au Canada
Euro 2016 - Le prix d’une passe n’est pas celui que tu crois
Abolition de la GPA et de la prostitution, même combat contre le patriarcat
Les droits des femmes bafoués, les corps marchandisés
Non au système prostitutionnel ! Une analyse féministe et abolitionniste du système prostitutionnel
Prostitution : L’Assemblée nationale française fidèle à ses convictions
Claudine Legardinier - Prostitution : une guerre contre les femmes
France - Les inégalités femmes-hommes au Sénat font obstruction à la sanction des clients de la prostitution !
Offrir aux hommes handicapés de recourir à la prostitution, une idée ancrée dans la misogynie et le validisme
Lettre ouverte à rabble.ca - La journaliste Meghan Murphy visée par une campagne misogyne du lobby de l’industrie du sexe
Grand Prix de Montréal - La CSN demande l’application de la nouvelle loi fédérale pour contrer la prostitution
Comment la pornographie influence les jeunes consommateurs
"Le commerce du sexe", un film d’Ève Lamont
Réglementer la pornographie ou criminaliser les pornocrates ?
Corps disloqués, âmes brisées : conséquences psychiques et physiques de la prostitution sur les personnes qui la vivent
Prostitution - L’approche de “réduction des méfaits” ne suffit pas pour une analyse pertinente de la prostitution
« Ni client, ni complice ! » - La CLES lance un appel à lutter contre la banalisation de l’exploitation sexuelle
Pénalisation du client de la prostitution ? Les belles histoires de Tonton Robert
Non, Messieurs, la plupart des personnes prostituées ne le sont pas par choix
Le manifeste des 343 bites tellement légères qu’elles se dressent à l’insu de leur cerveau
La cruelle chosification des femmes prostituées et des mères porteuses
Catharine A. MacKinnon - Traite, prostitution, inégalité
Prostitution - Sanctionner les clients et non les prostituées
Prostitution des jeunes - La trahison des adultes
Décriminaliser la prostitution ne peut pas être la solution
Prostitution : une affaire d’hommes ou la fraternité "des salauds"
Loi sur la prostitution en France - « Je ne veux pas d’une société où les femmes ont un prix »
Janice G. Raymond – Prostitution : "Pas un choix, pas un travail"
Elisabeth Badinter et Irène Théry ou la caution intellectuelle du système patriarcal
Les femmes étrangères rêveraient-elles de devenir "putes" ?
Prostitution - La stigmatisation et le mythe entourant le statut de victime
Abolition de la prostitution en France - Le principe est acquis, place à la loi !
Comprendre la prostitution dans l’ensemble des structures de pouvoir fondées sur le genre
L’Irlande pourrait interdire l’achat de sexe
Le prostitueur, "chaînon manquant" de la question prostitutionnelle, selon Victor Malarek
La prostitution, sexualisation du pouvoir
La France envisagerait des sanctions "pédagogiques" pour les prostitueurs
Le Canada ne peut traiter la prostitution comme un filet de sécurité sociale
Les "femmes de réconfort" étaient nécessaires pour maintenir la discipline dans l’armée, selon le maire d’Osaka
Prostitueurs et non-prostitueurs, une étude de Mélissa Farley
Bienvenue dans le monde des prostitueurs
Prostitution - Rendre tabou la notion de victime pour masquer l’existence d’agresseurs
Prostitution en Grande-Bretagne - Un bien étrange syndicat au service des proxénètes
Prostitution et mariage : une assimilation douteuse
La prostitution, le STRASS et la sénatrice - La pertinence de la transparence
Au delà des mythes, légaliser la prostitution est une très mauvaise idée
La Suède malmène l’industrie du sexe et aide les femmes prostituées
Les prostitueurs. Sexe à vendre… Les hommes qui achètent du sexe, un livre de Victor Malarek
"Angel" : Piégée dans un monde de prostitution et de violence
L’être et la marchandise. Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi
"Les criminelles" : individualisation et romantisation de la prostitution
Des spécialistes en santé veulent aider les femmes à sortir de l’industrie du sexe… en faisant échec aux prostitueurs
L’Islande songe à interdire la porno diffusée sur Internet
En studio avec Ruth ! "Je crois sincèrement que la traite humaine et la prostitution fonctionnent de pair"
Catalogne - La loi et l’ordre des proxénètes
Qui estime vraiment les personnes prostituées ?
En studio avec Ruth ! "La prostitution est un grand enjeu politique"
L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) et l’Alliance canadienne féministe pour l’action internationale (FAFIA) répondent au rapport Oppal sur les femmes disparues
Colombie-Britannique - L’égalité des femmes et le contexte socio-économique absents du rapport Oppal sur les femmes disparues
Prostitution - Les “progressistes” australiens oscillent entre l’industrie du sexe et les droits des femmes
Prostitution - Le refus d’abolir le système prostitueur est une atteinte aux droits humains
Fantine ou la liberté de se prostituer ?
Première rencontre de l’Association internationale des survivantes unies de la traite à des fins sexuelles (prostitution)
Prostitution - Pourquoi il faut mettre fin à une des plus anciennes violations des droits humains
Carton rouge pour les bordels à vitrine
Prostitution - La réduction des méfaits est-elle ce que nous pouvons faire de mieux pour les personnes prostituées ?
Un traité féministe international pour abolir la prostitution
Prostitution - Coup de tampon réglementariste !
Prostitution et séropositivité - Le Gouvernement grec arrête et emprisonne des femmes pour protéger les hommes
Manifeste contre le système prostitueur
Prostitution en France - Lettre ouverte à M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre
1946-2012 : De la fermeture des maisons closes à la lutte contre le système prostitueur, les abolitionnistes portent progrès et liberté !
Prostitution - Gloria Steinem appuie le modèle nordique
Solidarité avec les prostituées, mais lutte contre la prostitution
Comparaison entre acheteurs et non-acheteurs de sexe dans la région de Boston
8 mars 2012 : Pas d’égalité sans abolition de la prostitution !
La danse contact ou "lap-dance", prologue de la prostitution
Fiers d’aller aux danseuses ! Vraiment ?
Abolitionnistes du système prostitueur : ce que nous sommes, ce que nous voulons !
Les Néerlandais commencent à regretter la légalisation de la prostitution
Prostitution et faux-semblants : une affaire de société, de femmes et d’hommes
Pourquoi la gauche veut-elle faire de la prostitution "un métier comme un autre" ?
Prostitution et "slutwalk" - Bâtir un mouvement féministe progressiste à l’époque individualiste
Prostitution - Il faut rendre illégal l’achat de "services" sexuels en Australie
Le mouvement des femmes n’est pas monochromatique
ZéroMacho - Des hommes contre la prostitution
Prostitution et domination masculine
La vérité sur l’esclavage sexuel planétaire, un livre de Lydia Cacho
Votre voisin est un prostitueur - Une nouvelle recherche
J’ai rien vu
Abolition n’est pas prohibition - Pourquoi la défense de l’avortement diffère de la défense de la prostitution
Prostitution et traite des femmes - Le projet abolitionniste au congrès Mondes des femmes 2011
Congrès international Mondes des femmes 2011 - Compte-rendu des échanges sur l’abolition de la prostitution à l’exposition "Les draps parlent"
Banalisation de l’industrie du sexe et éducation des jeunes
Nous devons sanctionner les acheteurs de la prostitution
Des députés proposent une résolution sur la prostitution réaffirmant la position abolitionniste de la France
Dix raisons de ne pas légaliser la prostitution
Demi Moore s’associe au CNN Freedom Project pour un documentaire saisissant sur le commerce sexuel au Népal
Client de la prostitution : vers une prise de conscience européenne
Lutter pour faire de la prostitution un travail, c’est se tromper de combat
Prostitution et traite des êtres humains, controverses et enjeux
Le système de la prostitution militaire en Corée du Sud, en Thaïlande et aux Philippines
Les pratiques des hommes "clients" de la prostitution : influences et orientations pour le travail social
La prostitution comme violence contre les femmes
Le système prostitutionnel, un pilier de l’inégalité sexuelle et des violences envers les femmes
Clients de la prostitution : un "droit de l’homme" heureusement en péril
Prostitution as violence against women
Prostitution - Vive le sexe libre et gratuit !
France - La prostitution n’est pas une fatalité
"Il faut punir les clients des prostituées", selon Roselyne Bachelot. Oui... et dépénaliser les personnes prostituées !
Belgique - Analyse « Prostitution : arguments et opinions »
Prostitution - Le débat entre féministes se poursuit
Tribunal populaire sur l’exploitation sexuelle commerciale - Inscription
La tolérance sociale, complice de la violence et de l’exploitation sexuelle
Traite des femmes à des fins sexuelles - Au cœur des réseaux criminels : l’exemple de l’Albanie
S’unir contre la banalisation de la prostitution - Un défi pour la décennie
Moi, si j’étais un homme
Prostitution et traite des êtres humains - Les mensonges du réglementarisme
La députée bloquiste Maria Mourani présente un projet de loi pour accélérer la lutte à la traite des personnes et au proxénétisme
La prostitution menace le patrimoine humain
La série "Maison close" : de la fiction à la réalité
C’est un métier, tout comme le vôtre…
Décriminaliser totalement la prostitution sape le travail pour l’égalité des sexes - Exigeons le changement
"Abolir la prostitution" – Une question en suspens pour le féminisme et pour la gauche
Pays-bas : infirmières ou prostituées ?
Madame Parité commence fort en renvoyant les femmes… au bordel !
Le sexe s’invite à la Coupe du Monde
Feu « Verts » au proxénétisme !
Plus de pornographie à l’Assemblée nationale, mais des assises de la prostitution au Sénat
"Travailleurs du sexe", un documentaire sexiste, réactionnaire et dangereux
Le Mouvement du Nid-France louera un mini-car pour faire visiter les maisons closes
Pour un quartier assiégé, la prostitution est loin d’être un "crime sans victime"
De client prostitueur à homme responsable : une démarche nécessaire
Le "client", premier agent de la prostitution
Proxénétisme et prostitution - Lettre ouverte aux candidat-e-s aux élections européennes de juin 2009
Poser les bases d’une Europe sans prostitution, c’est oser
Le tourisme de prostitution, une industrie mondialisée florissante
Prostitution : la grande promo
Première Journée mondiale contre l’exploitation sexuelle : les raisons d’un engagement
Prostitution et traite des êtres humains, enjeux nationaux et internationaux
Le vagin industriel. Vers une économie politique du sexe commercial mondialisée
S’attaquer au trafic mondial du sexe
Intégrisme islamique et esclavage sexuel en Iran
Le corps des femmes est attaqué. Que fait-on ? On se tient debout et on riposte !
Libre disposition de son corps et liberté de se prostituer
Le refus de la prostitution gagne du terrain
La mode hypersexualisée s’inspire de la pornographie
Le "droit de prostituer" n’est pas un droit de l’homme
"Abolition de la prostitution" - Édito Revue Labrys
Affaire Sneep aux Pays-Bas - Condamnation de deux proxénètes qui ont exploité et maltraité 120 filles de l’Europe du Sud et de l’Est
Le commerce du sexe est florissant en Afghanistan
Sexe et Formule 1
Dossier prostitution - Importants développements à l’échelle internationale
Prostitution - Touche pas à mon client ?
Le Conseil National des Femmes du Luxembourg (CNFL) se prononce en faveur d’une législation agissant directement sur la demande de "services sexuels"
Affaire Spitzer - Le mythe du crime sans victimes
Le Mouvement du Nid inquiet de plusieurs mesures de la politique française sur la prostitution
Le Forum de Vienne sur la traite des êtres humains reste sourd aux voix des victimes
Une politique cohérente contre la violence à l’égard des femmes doit commencer par s’attaquer à la prostitution
Prostitution - À Alger comme en Europe, on esclavagise les femmes
Manifeste des hommes pour l’abolition de la prostitution (Espagne)
Pornographie et fin de la masculinité
Pornographie : "Ça fait mal, tellement mal" ou pourquoi certaines femmes ne veulent pas savoir
Prostitution : les limites du consentement
Prostitution et traite des femmes au Nevada
« Être abolitionniste, c’est défendre la liberté sexuelle ! »
"Rent-A-Wife", c’est discriminatoire !
Après des décennies, les secrets des bordels des camps nazis émergent
Une association féministe espagnole conteste l’expression "travailleuse du sexe"
Le Mouvement du Nid face aux clients prostitueurs
Première Journée mondiale pour un tourisme responsable et respectueux, le 2 juin 2007
Richard Poulin parle de son dernier livre "Abolir la prostitution" - Interview par Sporenda
Police, Justice et acteurs sociaux, quelle coopération ?
Réflexions sur les meurtres de femmes prostituées au Royaume-Uni
Prostitution - Trois femmes et un débat
Déchirées par la guerre, les femmes d’Irak sont la cible des trafiquants du sexe
La prostitution n’est pas un service comme un autre
Entretien avec Coline Serreau sur le film Chaos
Qu’est-ce que la libération ? Le féminisme hier, aujourd’hui et demain
Quand le porno impose sa vision de la sexualité
La prostitution, une arme politique
Prostitution : tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir et qui existe quand même !
La liberté dévoyée
Mondialisation, militarisme et trafic sexuel
Pour que la porno recule
Marchandisation et déshumanisation : l’exemple de la prostitution
Richard Poulin lance un manifeste abolitionniste
Prostitution en Allemagne : Déclaration post-Coupe Mondiale de Football
Prostitution Reform - Stamp out sexual slavery (Angleterre)
La prostitution au XVIIIe siècle, pierre d’achoppement entre politiques locales et pouvoir royal
Campagne contre la traite des blanches de l’Europe de l’Est
Prostitution : les pièges du pragmatisme
L’âge du consentement sexuel à 16 ans : un pis-aller ?
Prostitution : cherchez le client
Enjeux de la prostitution considérée comme "travail du sexe"
L’envergure de la traite à des fins de prostitution
Les filles de l’Est
Violence pro-prostitution à la Maison des femmes de Paris
Le discours pro-prostitution : une rhétorique de dominant
"Survivantes" et féministes contre la prostitution
Clients de la prostitution : motivations et déterminants
La législation à l’encontre des prostituées au XVIIIe siècle
Une politique cohérente contre la violence faite aux femmes doit d’abord s’attaquer à la prostitution
La nouvelle industrie du sexe
"Terre promise", un film d’Amos Gitaï sur la traite des femmes
Prostitution : une arme de destruction massive
"Les clients de la prostitution : l’enquête", de Claudine Legardinier et Saïd Bouamama
Les Philippines contre le trafic sexuel
"Inside deep throat", contribution à la liberté sexuelle ?
La prostitution au XVIIIe siècle : introduction à une liberté superficielle
Femmes à vendre dans les pays baltes
Prostitution et Société No 150
Acheter du sexe n’est pas un sport
Une loi qui jetterait les femmes dans l’industrie du sexe
Casino de Hull - Des "playmates" de Playboy pour faire la promotion des nouvelles machines à sous
Ni coupables, ni victimes : libres ? Oui, libres de toute prostitution
Le système de la prostitution : une violence à l’encontre des femmes
La marchandisation du corps humain est une violation des droits fondamentaux de la personne
Le système de la prostitution au Cambodge : le témoignage de Somaly Mam
Le Mouvement du Nid
Le Mouvement du Nid - Documents sur la prostitution
La banalisation de la prostitution : des choses à savoir
L’Association canadienne des centres contre les agressions sexuelles réclame des politiques contre le commerce du sexe
16 journées d’actions citoyennes pour dire "Non aux violences à l’égard des femmes et à la prostitution ! Oui à la promotion de la dignité humaine !"
Prostitution et travail « invisible » : une assimilation dangereuse
Le risque global d’être convertie en marchandise
Gunilla Ekberg : « Le mieux que nous puissions faire pour nos soeurs prostituées, c’est de les aider à en sortir. »
Prostitution, pornographie et trafic des femmes
Sexe, argent et intégrisme postmoderne
Les politiques européennes et internationales sur la traite des êtres humains encouragent le proxénétisme
Quinze thèses sur le capitalisme et le système prostitutionnel mondial
Le chemin de Buenos Aires : la prostitution, hier et aujourd’hui
Prostitution,
la mondialisation incarnée

Mondialisation des industries du sexe : oppression maximale des femmes et des enfants du Sud, de l’Est, du Sud-Est, etc...
L’hypocrisie a-t-elle un sexe ? Ou comment masquer l’insoutenable réalité de la prostitution
L’importance de ne pas censurer le débat sur la prostitution
Viol et prostitution
Esclavage et prostitution
Journée de formation sur la mondialisation de la prostitution et du trafic sexuel - Documents
Les jeunes et l’industrie du sexe
La marchandisation du sexe : nouvel esclavagisme ?
Le "libre choix" en Allemagne : accepter de se prostituer ou perdre son allocation de chômage ?
La croissance effrénée des industries du sexe : entrevue avec Richard Poulin
Aux pays des tsunamis, le trafic sexuel sévit
Le modèle suédois : une source d’inspiration, non une panacée
Une étude dresse le portrait des prostitueurs ou clients de la prostitution
Prostitution : La nouvelle traite des Noirs
« La mondialisation des industries du sexe » : des faits aux valeurs
Décriminaliser la prostitution a profité aux proxénètes, pas aux personnes prostituées
Occupations militaires - La prostitution érigée en système
Le scandale de l’esclavage sexuel au Kosovo
« Les Yeux secs » et la caméra citoyenne de Narjiss Nejjar
Rapport sur les conséquences de l’industrie du sexe dans l’Union européenne
L’érotisation de la violence et de la subordination
Prostitution : réflexions d’un militant en colère
Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui, esclavage, travail forcé, trafic de personnes
Pacte du silence sur les clients de la prostitution
Le débat sur la prostitution : quelle libération sexuelle ?
Des questions à se poser sur la prostitution
Fabrication d’un nouveau mythe sur la prostitution
L’urgence est-elle de faire de la prostitution un métier ?
Je voudrais parler porno
La légalisation de la prostitution, une expérience qui a échoué en Australie
Prostitution, pornographie et capital
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe
Prostitution, trafic sexuel et mondialisation
On s’arrache les actions du premier bordel inscrit en bourse
Il faut stigmatiser le client... il est criminel
La tyrannie du nouvel ordre sexuel
Adulte ou infantile, la prostitution est le contraire de l’autonomie sexuelle
Les enjeux occultés de la prostitution et les conséquences sur les rapports hommes-femmes
Le trafic mondial des femmes et des enfants
Des proxénètes à l’Université ?
La mondialisation des marchés du sexe - I
La mondialisation des marchés du sexe - II
Combattre le système prostitutionnel
Sexe : de l’intimité au « travail sexuel » ou prostituer est-il un droit humain ?
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe. Commentaire.
Pour une critique de la politique pro-prostitution de Cabiria
Faut-il une autorisation pour parler de la prostitution ?
« Le corps est un nouvel instrument d’esclavage » Florence Montreynaud
« La prostitution, ce n’est pas le plus vieux métier du monde, c’est le plus vieux mensonge » (Gunilla Ekberg)
L’idéologie sexiste et la pornographie
Femmes esclaves des bordels du Bangladesh







Stella, un organisme montréalais d’aide et de défense des femmes prostituées, créé en 1995, revendique la décriminalisation totale de la prostitution et la reconnaissance des droits des « travailleuses du sexe ». Une position qui ne fait pas l’unanimité. Pour la majorité des féministes, la prostitution relève de l’exploitation sexuelle des femmes et constitue une violation des droits humains, nécessitant son abolition et la criminalisation des clients et des proxénètes.

Dans le cadre restreint de cet article, je me bornerai à parler de la prostitution des femmes adultes sans aborder, autrement qu’en passant,
la prostitution infantile, masculine et le trafic transnational. Depuis
les années 70, il existe ici, en Europe et aux États-Unis un courant en
faveur de la reconnaissance du concept de « travailleuses du sexe »,
pourvoyeuses de services sexuels, au même titre que d’autres le sont de
services sociaux. Dans une telle perspective, les femmes prostituées ne
seraient pas différentes des autres personnes exploitées, broyées par la
mondialisation et la mise en marché de tout ce qui vit. Il n’y aurait
donc aucune raison pour qu’elles ne bénéficient pas des mêmes droits que l’ensemble des travailleuses et des travailleurs.

Au Québec, ce sont les membres de l’organisme Stella qui se font les
porte-parole de ce courant de libéralisation de la prostitution. Elles
refusent qu’on traite les femmes prostituées en victimes, affirment que la
plupart ont choisi librement d’être prostituées et y trouvent une source
d’affirmation de soi (empowerment). On peut cependant s’interroger sur
de telles affirmations quand une étude internationale démontre que 92 % des femmes prostituées quitteraient la prostitution si elles le pouvaient (1).
Quant au courage des femmes prostituées, il est indubitable car, pas un
témoignage qui ne dise, à l’instar de Jeanne Cordelier dans ses mémoires
de prostitution : « quand la porte de la chambre a claqué, il n’y a
plus d’échappatoire. Voie sans issue, pas de porte de secours (2). »

Un glissement progressif vers la déshumanisation

Dans ce débat, tous les mots sont piégés, particulièrement les concepts
de droit, de libre choix, de travailleuses du sexe. Au sujet de cette dernière notion, l’ex-prostituée française Agnès Laury croit qu’une définition plus conforme à la réalité serait celle de : « marchandises vendues par des hommes à des hommes »(3).

L’existence de la prostitution banalise l’esclavage sexuel des femmes et
renforce l’image qu’elles sont de simples objets interchangeables devant
être accessibles et disponibles pour tous les hommes en tout temps et
partout. La culture patriarcale repose sur le principe que l’unique
devoir et pouvoir des femmes réside dans l’art de satisfaire
sexuellement les hommes dans le mariage ou la prostitution.

Nous vivons dans un univers consommationnaire où la primauté va à
l’individualisme, à la consommation effrénée des êtres et des choses, le
nec plus ultra étant de nous consommer les uns les autres. Dans un tel
contexte, la notion de travailleuses du sexe sert à faire tomber
l’opposition féministe à la mise en marché des femmes à l’échelle
planétaire. Et les clients ne demanderont pas mieux de croire que c’est
par choix, voire par goût, et non par nécessité, comme le démontrent
toutes les enquêtes, que des femmes sont prostituées.

Les intérêts en jeu

Quand je me demande à qui profiterait la libéralisation de la prostitution, je pense que ce ne serait ni aux femmes prostituées ni à l’ensemble des femmes. Ça profiterait d’abord aux souteneurs, aux dealers, au crime organisé en général, aux clients pour qui il importe peu que la sexualité soit un acte machinal, dépourvu de réciprocité et de toute responsabilité, l’essentiel étant que tous, quel que soit leur statut social, puissent s’acheter à volonté le pouvoir sur une femme.

Quant aux femmes prostituées, il est impossible d’en parler en bloc, parce que
leur situation diffère considérablement selon qu’elles soient call
girls, escortes, danseuses nues, qu’elles travaillent dans la rue ou
dans les salons de massage, selon qu’elles soient autonomes ou doivent
donner une bonne partie de leurs rétributions à un proxénète.

Elles sont recrutées en moyenne vers l’âge de 13 ans, vulnérabilisées
par la violence de leur milieu, la pauvreté, le chômage, la drogue. La
majorité d’entre elles subissent un dressage forcé de la part des
souteneurs ou des gangs de rue qui vise à les dépersonnaliser jusqu’à ce
qu’elles n’aient plus la faculté d’agir et même de penser par
elles-mêmes. Plusieurs passent par les centres d’accueil et la prison,
plus de la moitié sont toxicomanes. Comment dans de telles conditions
parler du choix librement consenti d’être prostituées ?

À l’échelle internationale, les revenus de la prostitution sont de
l’ordre de 72 milliards par année, et dépassent maintenant les revenus de la drogue et des armes, soit des millions de dollars au
Canada, où un proxénète se fait en moyenne quelque 144 000 $ par année pour chaque prostituée (4). À Montréal seulement, 5 000 à 10 000
personnes en vivent. Il est clair que nombreux sont ceux qui ont intérêt
à l’expansion d’un marché si rentable. Bénéficiant de complicités à tous
les échelons de la société, ils ont les moyens financiers et médiatiques
pour faire d’une étincelle un incendie inextinguible en exagérant
l’importance de la division au sein du mouvement féministe et en
surmédiatisant la position d’une minorité prétendant parler au nom de
toutes les femmes prostituées.

Le corps marchandise

Le mouvement actuel de libéralisation de la prostitution prend racine
dans la libéralisation générale de l’économie et sert objectivement ses
intérêts. Il est de plus en plus fréquent d’entendre, aux Nations-Unies
ou dans les médias, un discours dans lequel on présente l’industrie du
sexe comme une alternative aux problèmes économiques, voire même un
chemin vers le développement.

L’Organisation Internationale du Travail (OIT) a fait, en 1998, la
promotion d’un rapport favorable à la légalisation de la prostitution
dont « la possibilité d’une reconnaissance officielle serait extrêmement
utile afin d’élargir le filet fiscal et couvrir ainsi nombre d’activités
lucratives qui y sont liées » (5). On admet ainsi carrément que la
prostitution a pris les dimensions d’une industrie et contribue,
directement ou indirectement à l’emploi, au revenu national et à la
croissance économique des pays !

La prostitution constitue une des formes les plus violentes de
l’oppression collective des femmes et, à part de rares exceptions, elle
est toujours sous le contrôle coercitif des proxénètes (6). Dès lors,
peut-on invoquer, comme un droit humain, celui de disposer de son propre corps dans des conditions qui contreviennent si explicitement au respect de la dignité et de l’intégrité de la personne, reconnu par la
Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de
l’exploitation de la prostitution d’autrui, adoptée le 2 décembre 1949
par les Nations-Unies ?

Les nombreux témoignages de femmes prostituées, qui ont brisé la loi du
silence, montrent qu’elles sont constamment en butte aux humiliations de toutes sortes, aux vols, aux agressions physiques et sexuelles, quand ce n’est pas à la roulette russe des rapports sans préservatifs. « J’avais
peur, consciente que la situation pouvait déraper à tout moment », dit
Mylène, prostituée québécoise (7). Ce ne sont certes pas tous les hommes
qui sont violents mais, fondamentalement, ce qu’ils achètent, c’est le
pouvoir de l’être impunément. « Les filles battues qui ne portent pas
plainte ont intégré le message que la société leur renvoie : la
prostitution, c’est un package deal ; il faut encaisser, même
l’inacceptable (8) ». Combien de temps encore confondra-t-on
systématiquement le droit des hommes avec les Droits de l’Homme ?

Le courant pour la libéralisation totale de la prostitution cherche
actuellement à discréditer les féministes qui s’y opposent en qualifiant
leur discours de moralisateur et en les accusant de victimiser et de
stigmatiser les femmes prostituées. Ce ne sont pourtant pas elles qui sont
responsables des conditions de travail des femmes prostituées et de l’hostilité
des gens qui voient leur milieu de vie transformé en marché ouvert de
femmes et de drogues. Parce qu’on n’est pas arrivé à extirper les causes
d’un problème, faut-il en légitimer les conséquences ?

Pistes d’action

Pas une femme ne peut rester indifférente face à un problème qui, en
bout de ligne, nous concerne et nous atteint toutes. Il est clair que la
libéralisation de la prostitution, tant des proxénètes que des clients,
réclamée par Stella, ne saurait constituer une véritable alternative à
la misère croissante des femmes prostituées mais serviraient à les y enfoncer
plus inexorablement encore.

Il en est de même d’ailleurs de la proposition de retour aux maisons
closes, préconisée par le Bloc québécois. Cette solution ferait de
l’État le principal proxénète de la même façon qu’il a remplacé ici la
mafia dans les casinos. L’exemple de la Hollande montre que la
légalisation institutionnalise et légitime « l’industrie » du sexe,
camoufle les proxénètes en contremaîtres et entrepreneurs légaux, et
rationalise la mise en marché des femmes prostituées au plan local et
transnational.

Le seul espoir réside dans l’exemple de la Suède qui, depuis 1999, a
promulgué une loi criminalisant non plus les femmes prostituées, mais les
proxénètes et les clients. Cette politique a permis de diminuer de
moitié le nombre de femmes prostituées, même si elle n’a pas encore réussi à
enrayer complètement la prostitution clandestine. Le gouvernement
suédois continue toutefois de poursuivre ses efforts en injectant sans
cesse de nouvelles sommes pour la désintoxication, la réinsertion des
femmes prostituées et la responsabilisation des clients. Il est aussi
encourageant de noter que le Lobby Européen des Femmes, constitué
d’environ 3500 groupes, a pris position en faveur de l’adoption par
leurs gouvernements d’une politique similaire à celle de la Suède (9).

Au Québec, il y a un consensus pour que tous les niveaux de gouvernement cessent de traiter les femmes prostituées comme des criminelles et leur fournissent l’accès aux services sanitaires, sociaux, judiciaires et
policiers qu’elles réclament. Là où il y a débat, c’est sur la
criminalisation des clients, les proxénètes tombant déjà, bien que de
façon très laxiste, sous le coup de la loi au Canada.

Le Québec pourrait s’inspirer de l’expérience suédoise et de villes
comme Toronto et Vancouver qui cherchent à fournir aux femmes prostituées
l’aide et la protection dont elles ont besoin, à mettre en place des
moyens de résistance aux proxénètes et aux dealers (souvent les mêmes), de dissuasion et de sensibilisation des clients. L’abolition de la
prostitution est une action à long terme qui suppose la remise en
question des rapports sociaux, économiques et sexuels de domination
ainsi que des mesures immédiates pour combattre la pauvreté et la
violence envers les femmes.

« Pour s’en sortir, dit l’ex-prostituée Agnès Laury, il faut la volonté
inébranlable de ne plus retourner sur le trottoir, être aidée et surtout
totalement coupée du milieu » (10). Bref, passer du statut de victime à
celui de « survivante », de femme qui n’accepte plus et se bat. Il est
grand temps de briser le silence sur le rôle de l’acheteur de services
sexuels en se demandant si ce n’est pas le droit et le pouvoir
discrétionnaire aux sévices sexuels qu’il achète. Il s’agit non pas de
puritanisme, mais d’une question éthique fondamentale concernant la
marchandisation de l’humain. Au lieu d’invoquer le libre choix de vendre
son corps, ne faudrait-il pas plutôt en appeler au principe d’humanité,
à une limite librement consentie, comme on l’a fait pour l’inceste et
l’esclavage, face à la mise en marché tant de la sexualité que de la
reproduction ?


NOTES

1 Françoise Guénette, entrevue avec Gunilla Ekberg, « Le modèle suédois », Gazette des femmes, mars-avril 2002, Vol. 23, no 6.
2 Jeanne Cordelier, La dérobade, Paris, Hachette, 1976.
3 Agnès Laury, Le cri du corps, Paris, Pauvert, 1981.
4 Conseil du statut de la femme, La prostitution : profession ou
exploitation ? Une réflexion à poursuivre
, juin 2002. Gazette des femmes . Ce document est disponible en version intégrale (PDF) ou en version synthèse.
5 Lin Lean Lim, The Sex Sector : The Economic and Social Bases of
Prostitution in Southeast Asia
, Genève, Organisation internationale du
travail (OIT), 1998.
Janice Raymond, Legitimating prostitution as sex work : UN Labor
Organization (ILO) calls for recognition of the sex industry
, 1998


6 Delphine Saubaber, « Paroles d’anciennes », L’Express, 22.08.02.
7 La parole aux prostituées
8 Ibid.
9 Françoise Guénette, entrevue avec Gunilla Ekberg, « Le modèle suédois », Gazette des femmes, mars-avril 2002, Vol. 23, no 6.
10 Les survivantes


BIBLIOGRAPHIE

Le Nouvel Observateur, dossier, L’aggravation de la prostitution relance le débat, no 1972, 22 août 2002.
Gisèle Halimi, " Débat autour de la légalisation de la prostitution - L’esclavage sexuel, pépère et labellisé ", Le Devoir, Montréal, 1er août, 2002.
Élisabeth Badinter, " Rendons la parole aux prostituées ", Le Devoir, Montréal, 1er août, 2002.
Yolande Geadah, " Un métier comme quel autre ? ", Le Devoir, Montréal, 3 juillet 2002.
Conseil du statut de la femme, La prostitution : profession ou exploitation ? Une réflexion à poursuivre, juin 2002. <csf.gouv.qc.ca>
Françoise Guénette, entrevue avec Gunilla Ekberg, " Le modèle suédois ", Gazette des femmes, mars-avril 2002, Vol. 23, no 6.
Fédération des femmes du Québec, Rapport du Comité de réflexion sur la prostitution et le travail du sexe, août 2001. <ffq.qc.ca>
Le Nouvel Observateur, dossier, Prostitution. Les nouvelles mafias, no 1854, 18 mai, 2000.
Danielle Stanton, " Prostitution un crime ? ", Gazette des femmes, Mai-juin 2000, Vol. 22, no 1.
Marie-Victoire Louis, " Le corps humain mis sur le marché ", Le Monde Diplomatique/Manière de voir, no 44, mars-avril 1999.
Florence Montreynaud, " La prostitution, un droit de l’homme ? ", Le Monde Diplomatique/Manière de voir, no 44, mars-avril 1999.
Kathleen Barry, The Prostitution of Sexuality, New York, New York University Press, 1995.
Kathleen Barry, Female Sexual Slavery, New York, New York University Press, 1985.
Lucile Ouvrard, La prostitution : Analyse juridique et choix de politique criminelle, L’Harmattan Sciences Criminelles, 2000.
Stéphanie Pryen, Stigmate et métier. Une approche sociologique de la prostitution de rue. Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1999.
Lin Lean Lim, The Sex Sector : The Economic and Social Bases of Prostitution in Southeast Asia, Genève, Organisation internationale du travail (OIT), 1998.
Janice Raymond, Legitimating prostitution as sex work : UN Labor Organization (ILO) calls for recognition of the sex industry, 1998, <hartford-hwp.com/archives/26/119.html>
Maggie O’Neil, Prostitution and Critical Praxis : profession prostitute ?, Austrian Journal of Sociology, Winter, 1996.

Témoignages

Témoignages 1 : Survivantes françaises.
Témoignages 2 : Prostituées québécoises.
Nicole Castiani, Le soleil au bout de la nuit, Paris, Albin Michel, 1998.
Nancy Huston, Mosaïque de la pornographie (Marie-Thérèse/Vie d’une prostituée), Paris, Denoël/Gonthier, 1986.
Agnès Laury, Le cri du corps, Paris, Pauvert, 1981.
Jeanne Cordelier, La dérobade, Paris, Hachette, 1976.

Sites Internet :

Lobby Européen des Femmes
Coalition Against Trafficking in Women-Asia Pacific (CATW)
Les systèmes de la prostitution. Une violence à l’encontre des femmes, Gouvernement français
Melissa Farley, Prostitution- Research & Education
Non ! ... à l’Europe proxénète, SOS SEXISME, avril 2000
Élaine Audet, Rights of Women or Right to Women, september 17th, 2002
StandingAgainst Global Exploitation (SAGE)
Prostitution, Feminism and Critical Praxis : profession prostitute ?

Références sur la position pro-libéralisation

Claire Thiboutot, Stella, p. 6-9 dans le rapport de la FFQ, décembre 2001.
Site Cybersolidaires dans la rubrique " Prostitution - travail du sexe ". Montréal, 15 septembre 2002

* L’aut’journal a également publié cet article dans son édition de septembre 2002.

- Version anglaise : Élaine Audet, Rights of Women or Right to Women, september 17th, 2002


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.


Élaine Audet

Élaine Audet a publié, au Québec et en Europe, des recueils de poésie et des essais, et elle a collaboré à plusieurs ouvrages collectifs. Depuis 2002, elle est l’une des deux éditrices de Sisyphe.
Ses plus récentes publications sont :
- Prostitution - perspectives féministes, (éditions Sisyphe, 2005).
- La plénitude et la limite, poésie, (éditions Sisyphe, 2006).
- Prostitution, Feminist Perspectives, (éditions Sisyphe, 2009).
- Sel et sang de la mémoire, Polytechnique, 6 décembre 1989, poésie, (éditions Sisyphe, 2009).
- L’épreuve du coeur, poésie, (papier & pdf num., éditions Sisyphe, 2014).
- Au fil de l’impossible, poésie, pdf num., (éditions Sisyphe, 2015).

On peut lire ce qu’en pensent
les critiques et se procurer les livres d’Élaine Audet
ICI.



Plan-Liens Forum

  • > La prostitution : droits des femmes ou droit aux femmes ?
    (1/1) 22 septembre 2002 , par Karol Mclarens

    rép: Juliette
    rép: Blézy
    rép: véro
    rép: Marcel




  • > La prostitution : droits des femmes ou droit aux femmes ?
    22 septembre 2002 , par Karol Mclarens   [retour au début des forums]

    Je crois, que les femmes ont le droit de choisir leur travail. Qu’il soit du sexe ou avocate.

    Je suis féministe, j’ai fait des études supérieures en philosophie et en lettres. Je suis entrepreneure et j’ai des amies qui ont et qui font ce que vous appelez de la prostitution, une danse, l’autre est escorte et avait travaillé auparavant dans des salons de massage pour gens en moyens. Elles sont toutes les deux autonomes et l’une d’elle est mariée et a quatre enfants. Elles font beaucoup d’argent et elles aiment leur métier.

    Moi, je suis plus moche qu’elle, et pas très bien roulée pour faire ce métier, alors je vois leur salaire être le triple du mien avec moins d’effort et plus de plaisir. Et pourtant, je vis plus que décemment... alors... je ne crois pas, en partie, que plusieurs femmes soient des victimes et je crois fermement qu’il doit y avoir des maisons closes légales...

    Il y aurait ainsi une protection contre les « pims » violents, car je ne nie pas que cela existe, et contre des maladies, puisq’un service médical serait sur place...

    Enfin, je crois que les féministes trop radicales jouent du protectionisme matriarcal un peu trop fort... vivre et laissez vivre, ça vous dit quelque chose ??

    PS : j’ai aussi vu des « bonnes mères de famille » plus « pute » que les prostituées,danseuses ou autres métiers du sexe, quand elles se font vivre par des maris en moyens et qu’elles vivent à perdre leur vie devant des « soap » américains sans grandes importances... vous comprenez le topo ?

    Karol

    • > La prostitution : droits des femmes ou droit aux femmes ?
      12 avril 2005 , par
      Juliette   [retour au début des forums]

      L’Etat n’a pas à légaliser une activité qui atteint la dignité des personnes et encourage la traite des êtres humains. Et rien à voir avec un soi disant puritanisme ou un "protectionisme matriarcal".

      L’Etat n’a pas à légaliser une activité qui a un but principalement lucratif.

      La prostitution est de la misère et l’Etat n’a pas à institutionnaliser la misère.

      La prostitution est une forme d’esclavage moderne.

      Certains(es) parlent de ré-ouverture des maisons closes pour humaniser, "hygiéniser" et protéger une activité qui existera toujours : la prostitution.
      L’esclavage, la violence, la misère, le travail des enfants... existent malheuresement aussi depuis toujours. Est-ce une raison suffisante pour considérer que, comme ils ont toujours exister, ont doit aussi les accepter et les légaliser ?...

      Depuis que la prostitution et l’industrie du sexe ont été dépénalisées dans certains pays, bon nombre d’hommes, qui ne se risquaient pas à payer des femmes pour le sexe, considèrent désormais la prostitution comme une chose acceptable. Lorsque les barrières légales disparaissent, il en va de même pour les barrières sociales et éthiques et les femmes sont traitées comme des marchandises sexuelles. La légalisation de la prostitution transmet un message aux futures générations d’hommes et de garçons : les femmes sont des marchandises sexuelles et la prostitution est une distraction inoffensive.

      [Répondre à ce message]

    • > La prostitution : droits des femmes ou droit aux femmes ?
      14 mars 2007 , par
      véro   [retour au début des forums]

      je ne me prétend pas féministe. mais je pense sincèrement que la prostitution engendre des dégats psychologiques très graves à ces femmes.après pour celles qui veulent en faire un revenu et qui travail à leur compte je trouve que c’est du raquette vis à vis d’hommes biensouvent pommés en mal d’amour.et pour celles qui travail pour arrondir leur fin de mois en espérant une vie meilleur et faire manger leurs gamins je trouve ça scandaleuxx,elles ne se respectent pas pour survivre,tu trouve ça normale ?...

      [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2002
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin