| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       Éditions Sisyphe






mardi 13 septembre 2005

La vie politique devant soi : appui à Pauline Marois

par Ginette Pelland, professeure et écrivaine



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texte Imprimer ce texte


Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Au Québec : « N’importe qui, sauf Pauline » (Bernard Landry, ex-chef du Parti québécois)
André Boisclair, chef du Parti québécois - L’indépendance Tupperware
Jeux de pouvoir, tolérance aveugle et glissement éthique
Le facteur "sexe" dans la course à la direction du Parti québécois
Pauline Marois nous conduira à l’indépendance
Le Parti québécois a-t-il besoin d’une fausse victime à sa tête ?
Entre Pauline et Boisclair
Le Parti québécois élira-t-il son fossoyeur le 15 novembre ?
"L’affaire Boisclair", révélatrice d’une classe politique et d’une société
Cocaïne et politique au Québec, 2e partie : le tabou
Cocaïne et politique au Québec, 1ière partie : l’Affaire Boisclair
La vraie faute d’André Boisclair
Pauline Marois, un choix responsable et prometteur
L’affaire Boisclair
Lettre à Pauline Marois
Pourquoi je ne voterai pas pour André Boisclair
Pour le vivant Québec de ma vie
Pour une "vraie" nouveauté - Lettre ouverte aux membres du Parti québécois
L’intérêt supérieur de la nation




Aucun autre candidat en lice à la direction du Parti québécois ne jouit d’une expérience politique et ministérielle, d’une implication et d’une présence sur le terrain social québécois comparables aux acquis de Pauline Marois. La candidature de Mme Marois devrait donc actuellement déjà faire l’unanimité auprès des votants en réflexion.

L’élection à la tête d’un parti politique ne relève pas du coup de dés ou d’un beau risque que les membres du parti ont envie de prendre. La chance au coureur doit donc être donnée au meilleur coureur d’élite, celui qui a déjà fait ses preuves et non celui qui les annonce.

Mme Marois ne fait pas partie des beaux parleurs politiques, qui annoncent d’un bord ce qu’ils affirment être excellent pour la population et qui, de l’autre, font des choix personnels tout à fait contraires : c’est ainsi que Mme Marois, qui fut d’ailleurs, entre autres, ministre de l’Éducation, n’a jamais pensé à envoyer ses quatre enfants dans des écoles privées huppées, dans l’espoir de les élever au-dessus du commun et qu’ils parlent mieux français que le reste de la population, pour qu’ils paraissent moins colonisés lorsqu’ils accompagnent leurs parents politiciens en France.

Comme les Québécois sondés sur la question se montrent majoritairement enchantés à l’idée d’avoir un jour une femme première ministre, l’affaire devrait donc être dans le sac pour Pauline Marois. Pourtant, au sein du Parti québécois, on insiste sur le fait que cette candidate est de la vieille garde du PQ.

Or, prenons un autre exemple, celui de Bernard Landry : il fait sans aucun doute lui aussi partie de la vieille garde. Il n’en a pas moins été chef du parti et premier ministre du Québec. Une autre généralité vient faire écho à l’argument trouble de la vieille garde, affirmant que le PQ a besoin de sang neuf, de nouveauté, de changement, bref de rajeunir son image. On ne voit pourtant pas très bien en quoi du sang neuf et des apparences de jeunesse présentent un rapport avec des idées originales et bien fondées et avec les qualités nécessaires pour gouverner.

Et pourquoi, comme par hasard, lancer un tel argument précisément au moment où une femme de 56 ans aspire à la chefferie du PQ ? Pourquoi n’y avait-on pas pensé avant, lors de l’élection de d’autres chefs, tous aussi âgés sinon plus que Pauline Marois, mais à qui on imputait beaucoup plus volontiers un talent de régénération du PQ ? L’idéal de l’indépendance exige que les membres du PQ voient clair et qu’ils ne se laissent pas influencer par des arguments sournoisement sexistes au moment de choisir leur nouveau chef.

Paru également dans l’édition du 23 août du quotidien Le Devoir. Remerciements à l’auteure.

De la même auteure : L’intérêt supérieur de la nation.

- Vous pouvez donner votre appui à Madame Pauline Marois en écrivant à cette adresse : Bureau de la députée de Taillon, Pauline Marois, à l’Assemblée nationale.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 9 septembre 2005.

Commenter ce texte                         Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer         Nous suivre sur Twitter       Nous suivre sur Facebook

Ginette Pelland, professeure et écrivaine

Ginette Pelland, docteure en philosophie et professeure au Cégep du Vieux-Montréal, est l’auteure de L’Homophobie : un comportement hétérosexuel contre nature, publié aux Editions Québec-Amérique (2005).



Plan-Liens Forum

  • Des faits et des sources
    (1/7) 15 octobre 2005 , par Léa

  • Le sexisme en politique malheureusement souligné scientifiquement !
    (2/7) 30 septembre 2005 , par Suzanne

  • Merci de la référence
    (3/7) 22 septembre 2005 , par Internaute

    rép: Une femme saisie !
  • Un groupe appuie Pauline Marois
    (4/7) 22 septembre 2005 , par Internaute

  • Un autre appui à Pauline Marois
    (5/7) 21 septembre 2005 , par François

  • Comment appuyer
    (6/7) 19 septembre 2005 , par Internaute

  • > La vie politique devant soi : appui à Pauline Marois
    (7/7) 10 septembre 2005 , par Jamay

    rép: Suzanne
    rép: Jamay
    rép: un homme progressiste d’abord, souverainiste ensuite
    rép: Internaute
    rép: Jamay
    rép: internaute progressiste d’abord, souverainiste ensuite
    rép: le même internaute que plus haut
    rép: Jamay
    rép: Internaute
    rép: Jamay
    rép: Internaute
    rép: Lulu
    rép: Jamay
    rép: Jamay
    rép: Internaute
    rép: Julie
    rép: le même internaute encore...
    rép: Suzanne
    rép: Jamay
    rép: Internaute
    rép: Jamay
    rép: Fanfreluche
    rép: Internaute
    rép: Jamay
    rép: Internaute
    rép: Myriam
    rép: Laurette de Champlain
    rép: Sabrina Landry
    rép: Sabrina Landry
    rép: Jamay
    rép: Internaute
    rép: Jamay
    rép: Internote
    rép: Bibianne
    rép: Jamay
    rép: Le Vieux Ours du Yâbe
    rép: Leslie
    rép: Internaute
    rép: Jamay




  • Des faits et des sources
    15 octobre 2005 , par Léa   [retour au début des forums]

    Un article sur des faits, avec ses sources : Cocaïne et politique.

    Le sexisme en politique malheureusement souligné scientifiquement !
    30 septembre 2005 , par Suzanne   [retour au début des forums]
    La vie politique devant soi : appui à Pauline Marois

    Madame Evelyne Tardy, professeure retraitée en sciences politiques, révèle aujourd’hui dans Le Devoir (édition du 30 septembre) que travaillant avec un collègue à la formulation de questions pour un sondage sur la course à la chefferie au PQ en 1985, ils ont eu l’idée de proposer le nom de Pauline Marois comme candidate possible (personne n’ayant pensé à une femme !). Madame Marois s’est retrouvée en 2e position, étonnamment.

    Madame Tardy mentionne de plus que les études scientifiques menées auprès des militant-e-s des partis libéral et péquiste démontrèrent que ceux-ci et celles-ci, surtout les jeunes, ne favoriseraient pas des candidatures féminines, surtout les militant-e-s péquistes.

    Elle souligne qu’il y avait une nette opposition à l’imposition de quotas pour contrer la sous-représentation des femmes. Qu’elles datent de 1985 ou de 2003 ces données perdurent. Un jeune homme avait même souligné que : "...Les militants sont majoritairement des hommes, il faut faire avec ça » Quelle prétention !

    Elle conclue l’article en disant que les militant-e-s ont de la difficulté à prendre les femmes au sérieux et que Madame Marois avec toute l’expérience qu’elle a, est nettement désavantagée uniquement parce qu’elle n’est pas un homme !!!

    Franchement désolant ! Bienvenue l’égalité entre les hommes et les femmes.

    Finalement Madame Pelland ne fabulait pas lorsqu’elle suggérait aux militant-e-s péquistes "de ne pas se laisser influencer par des arguments sournoisement sexistes". À la seule différence que ces arguments n’étaient pas sournois mais réels, malheureusement.

    Pour les sceptiques, voici la référence du Devoir : http://ledevoir.com/2005/09/30/91527.html.

    Comme quoi, faut se lever de bonne heure pour cuisiner comme HABITANT !

    Merci de la référence
    22 septembre 2005 , par Internaute   [retour au début des forums]

    O.K. Puisque c’est de Pauline Marois dont il est question dans l’article en discussion, on pourrait peut-être y revenir.

    Voici sa biographie. Un collé/copié, voir Assemblée nationale du Québec ou l’article donné en référence ailleurs.

    Biographie officielle de Pauline Marois

    Pauline Marois, l’actuelle députée du comté de Taillon et candidate à la direction du Parti québécois, est née à Québec le 29 mars 1949. Elle est
    mariée et mère de quatre enfants.

    Formation

    Baccalauréat en service social, Université Laval, Québec (1971)
    Maîtrise en administration des affaires (M.B.A.), École des hautes études commerciales, Université de Montréal (1976)

    Expérience professionnelle

    • Consultante budgétaire et agente de formation, Association des coopératives d’économie familiale (ACEF) de l’Outaouais (1971)
    • Responsable du Service animation-participation au Conseil régional de développement de l’Outaouais (1971-1973)
    • Coordonnatrice du cours de technique en assistance sociale, Cégep de Hull (1973)
    • Directrice générale, Centre local de services communautaires (CLSC) de l’Île-de-Hull (1973-1974)
    • Initiatrice des services d’urgences sociales, Centre des services sociaux (CSS) du Montréal métropolitain (1976-1978)
    • Attachée de presse du ministre des Finances, Québec (octobre 1978 à mars 1979)
    • Consultante pour l’Association des Centres de services sociaux (CSS) du Québec (avril à novembre 1979)
    • Directrice de cabinet de la ministre d’État à la Condition féminine (1979)
    • Consultante en administration, Société Elizabeth-Fry, organisme d’aide aux femmes qui sont aux prises avec la justice (1988)
    • Professeur, Université du Québec, Hull (1988)

    Engagement communautaire et politique

    • Collabore à la mise sur pied de l’Association des coopératives d’économie familiale (ACEF) de l’Outaouais (1970)
    • Participe à la création de CFVO, la première coopérative de télévision au Québec (1973)
    • Membre du bureau de direction de l’Association Québec-France (1978-1979)
    • Candidate à la chefferie du Parti québécois où elle termine deuxième (1985)
    • Candidate dans la circonscription de La Peltrie (1985)
    • Conseillère au programme du Parti québécois (mars à novembre 1988)
    • Vice-présidente du Parti québécois et présidente de l’exécutif national (1988-1989)
    • Oeuvre au sein de différents organismes humanitaires dont Amnistie Internationale (1989)
    • Participe au démarrage du Forum sur l’emploi, Montréal (1989)

    Fonctions politiques, parlementaires et ministérielles

    Élue députée de la circonscription de La Peltrie aux élections générales du 13 avril 1981

    • Ministre d’État à la Condition féminine du 30 avril 1981 au 29 novembre 1983
    • Membre du Comité des priorités du 30 avril 1981 au 9 septembre 1982
    • Ministre déléguée à la Condition féminine du 9 septembre 1982 au 29 novembre 1983
    • Vice-présidente du Conseil du trésor du 9 septembre 1982 au 12 décembre 1985
    • Ministre de la Main-d’oeuvre et de la Sécurité du revenu du 29 novembre 1983 au 12 décembre 1985
    • Membre du Comité des priorités du 29 novembre 1983 au 23 octobre 1985
    • Ministre responsable de l’Outaouais du 29 novembre 1983 au 12 décembre 1985

    Élue députée de la circonscription de Taillon aux élections générales du 25 septembre 1989

    • Présidente de la Commission des affaires sociales à partir du 29 novembre 1989
    • Membre de la Commission de l’économie et du travail à partir du 29 novembre 1989
    • Porte-parole de l’opposition officielle en matière d’industrie et de commerce à partir du 18 octobre 1989
    • Porte-parole de l’opposition officielle en ce qui concerne toutes les questions relatives à l’administration publique et au Conseil du trésor à partir du 1er octobre 1991
    • Responsable pour l’opposition officielle du dossier de l’intégration des fonctionnaires fédéraux en 1991
    • Responsable pour l’opposition officielle du dossier de l’environnement du 23 février 1993 au 24 juillet 1994

    Réélue députée de la circonscription de Taillon aux élections générales du 12 septembre 1994

    • Ministre déléguée à l’Administration et à la Fonction publique du 26 septembre 1994 au 3 novembre 1995
    • Présidente du Conseil du trésor du 26 septembre 1994 au 3 novembre 1995
    • Ministre des Finances du 3 novembre 1995 au 29 janvier 1996
    • Ministre du Revenu du 3 novembre 1995 au 29 janvier 1996
    • Ministre de l’Éducation du 29 janvier 1996 au 15 décembre 1998
    • Présidente du Comité ministériel de l’Éducation et de la Culture du 29 janvier 1996 au 15 décembre 1998
    • Membre du Comité des priorités du 29 janvier 1996 au 15 décembre 1998
    • Ministre responsable de la région de la Montérégie du 29 janvier 1996 au 15 décembre 1998
    • Ministre responsable de la Famille du 4 décembre 1996 au 2 juillet 1997
    • Ministre de la Famille et de l’Enfance du 2 juillet 1997 au 15 décembre 1998

    Réélue députée de la circonscription de Taillon aux élections générales du 30 novembre 1998

    • Ministre d’État à la Santé et aux Services sociaux du 15 décembre 1998 au 8 mars 2001
    • Ministre de la Santé et des Services sociaux du 15 décembre 1998 au 8 mars 2001
    • Ministre de la Famille et de l’Enfance du 15 décembre 1998 au 8 mars 2001
    • Ministre responsable de la région de la Montérégie du 15 décembre 1998 au 29 avril 2003
    • Présidente du Comité ministériel du développement social du 15 décembre 1998 au 8 mars 2001
    • Membre du Comité ministériel des affaires régionales et territoriales du 15 décembre 1998 au 29 avril 2003
    • Membre du Comité des priorités du 15 décembre 1998 au 8 mars 2001
    • Membre du Comité ministériel de la recherche, de la science et de la technologie du 10 février 1999 au 8 mars 2001
    • Vice-première ministre du 8 mars 2001 au 29 avril 2003
    • Ministre d’État à l’Économie et aux Finances du 8 mars 2001 au 25 septembre 2002
    • Ministre des Finances du 8 mars 2001 au 25 septembre 2002
    • Ministre de la Recherche, de la Science et de la Technologie du 8 mars 2001 au 25 septembre 2002
    • Présidente du Comité ministériel de la recherche, de la science et de la technologie du 8 mars au 23 mai 2001
    • Présidente du Comité ministériel de l’emploi et du développement économique du 8 mars au 23 mai 2001
    • Vice-présidente du Comité des priorités du 8 mars 2001 au 29 avril 2003
    • Membre du Comité ministériel de l’éducation et de la culture du 8 mars 2001 au 29 avril 2003
    • Membre du Comité ministériel spécial pour la région Gaspésie_Îles-de-la-Madeleine du 11 avril 2001 au 29 avril 2003
    • Présidente du Comité ministériel de l’emploi, du développement économique et de la recherche du 23 mai 2001 au 29 avril 2003
    • Ministre responsable du dossier de l’Économie sociale du 30 mai 2001 au 29 avril 2003
    • Membre du Comité ministériel à la jeunesse du 23 mai 2001 au 29 avril 2003
    • Ministre de l’Industrie et du Commerce du 30 janvier 2002 au 25 septembre 2002
    • Membre, Comité ministériel de la région de Montréal du 6 février 2002 au 29 avril 2003
    • Ministre des Finances, de l’Économie et de la Recherche du 25 septembre 2002 au 29 avril 2003

    Réélue députée de la circonscription de Taillon aux élections générales du 14 avril 2003

    • Porte-parole de l’opposition officielle en matière d’éducation depuis le 1er mai 2003
    • Membre de la Commission de l’éducation depuis le 5 juin 2003
    • Membre de la Section du Québec, Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF) depuis octobre 2003
    • Membre de la Section du Québec, Confédération parlementaire des Amériques (COPA) depuis octobre 2003
    • Membre de la Délégation de l’Assemblée nationale pour les relations avec l’Europe (DANRE) depuis octobre 2003
    • Membre de la Commission spéciale sur le choix du site du futur Centre hospitalier de l’Université de Montréal du 28 février 2005 au 8 mars 2005.

    Un groupe appuie Pauline Marois
    22 septembre 2005 , par Internaute   [retour au début des forums]

    Au cas où on ne l’aurait pas vu, il y a un nouvel article sur le présent site, c’est l’appui du Groupe Femmes, politique et démocratie à Pauline Marois.
    Accompagné d’une biographie de la candidate. Ainsi, on voit l’envergure de son expérience.

    Un autre appui à Pauline Marois
    21 septembre 2005 , par François   [retour au début des forums]

    Selon Le Devoir (21 septembre) : Par ailleurs, le député bloquiste de Joliette, Pierre Paquette, a annoncé hier qu’il appuyait Pauline Marois parce que « c’est une progressiste, une femme qui a l’expérience et les connaissances nécessaires, mais surtout parce que c’est une militante avec la détermination et le leadership indispensables à la réalisation de notre projet commun : la souveraineté du Québec ».

    Voilà de bonnes raisons d’appuyer cette candidate. Pas besoin de profiter des "erreurs de jeunesse" de M. Boisclair, d’ailleurs on devrait cesser de parler de cela. Ça va aboutir à banaliser la cocaïne et autres drogues dures, ce qui n’est pas souhaitable.

    Madame Marois a assez de qualités et de compétences pour faire une bonne candidate sans avoir besoin des faiblesses des autres. Ce sera aux membres du Parti québécois de juger qui a plus de compétence et de maturité pour diriger le parti. Il y a une question de confiance : aux membres de choisir.

    Comment appuyer
    19 septembre 2005 , par Internaute   [retour au début des forums]

    Les personnes désireuses de devenir membres du PQ en vue de l’élection à la direction du parti peuvent le faire jusqu’au 14 octobre. Toutes/tous les membres en règle pourront voter par téléphone. Si vous voulez appuyer Pauline Marois, c’est la première démarche à faire.

    > La vie politique devant soi : appui à Pauline Marois
    10 septembre 2005 , par Jamay   [retour au début des forums]

    Je suis tout à fait d’accord pour une femme à la tête du parti, la question ne se pose même plus. Il ne faudrait cependant pas voter pour elle simplement parce qu’il s’agit d’une femme. Ai-je souhaité le retour de Bernard Landry ? Pas plus que je ne souhaite voir Mme Marois remporter cette course (sans pour autant être accusée d’âgisme). De plus, il n’est pas vrai de dire qu’elle a plus d’expérience et de crédibilité que quiconque dans la course à la direction... C’est tout à fait faux. Doit-on absolument être ministre de l’Éducation pour surpasser toutes les candidatures ? Je considère Mme Marois comme faisant partie des membres du PQ les plus influents, en raison de son expérience et de ses qualités. Je ressens cependant un besoin de changement au sein du PQ. Ce n’est pas à Pauline Marois que je ferais confiance pour un tel changement, n’ayant jamais innové sur aucun point en 20 ans. Il est vrai qu’il semble y avoir chez elle, un changement important d’image (je ne parle pas du « look », mais de l’attitude) ces derniers temps pouvant faire croire le contraire. C’est justement ce que j’appellerais une publicité de dernière minute pour convaincre les partisans de M. Boisclair. A-t-on le droit de voter pour le candidat de notre choix, sans se faire reprocher de ne pas voter pour « la femme » ? C’est ridicule.

    • Du changement encore , ah bon !
      12 septembre 2005 , par Suzanne
        [retour au début des forums]
      > La vie politique devant soi : appui à Pauline Marois

      Il est ahurissant de voir le nombre de personnes qui veulent du changement ! Cette pénible litanie revient très spécifiquement à chacune des élections provinciales ou fédérale et ici, lors de la course au leadership. Jean Charest nous promettait du changement, et en effet il nous en a donné mais complètement à l’opposé de tout ce qu’il a promis. Les péquistes ont multiplié projets et réformes -certains bienfaisant pour notre société, d’autres moins bienfaisants. L’ADQ et ses malheureux-ses fanatiques, surtout de la région de Québec, - à peu près les mêmes qui nous ont crié leur drôle de liberté avec un animateur et une compagnie controversée et même "fustigatrice" promettent un virage à 180 degrés .. à droite.

      Et que dire des partis fédéralistes... Martin a promis des changements dans la façon de diriger, en rehaussant la transparence (tout en tentant de minimiser les responsabilités de ses ministres, députés et petits chefs sans plumes dans le scandale des commandites tout en passant outre des scandales beaucoup plus importants peut-être, tels la gestion du programme des armes à feu). Harper a baîllonné ses troupes sur des dossiers controversés et promet un fédéralisme renouvelé.

      Mais pourquoi cette manie du changement à tout prix ? Et est-ce parce qu’un-e candidat-e est plus jeune que nécessairement il apportera plus de changements ! Monsieur Boisclair a peut-être beaucoup d’expériences mais je me souviens de son expérience au Ministère de l’Environnement qui était plutôt déplorable et manquait de détermination face aux vrais pollueurs !

      Personnellement, j’appuie Madame Marois, qui selon moi détient un bagage impressionnant au sein du parlement. Ces décisions ne m’ont pas toujours paru heureuse, notamment relativement à la mise en marche de la réforme scolaire qui m’apparaît boîteuse (pourquoi changer plutôt qu’améliorer un système qui fonctionne pour environ 80 % des étudiant-e-s !!! J’ai très hâte de voir également la réaction des futurs employeurs face aux nouveaux bulletins !?! Comment arriveront-ils à dégoter les meilleurs candidats ?).
      J’appui également Madame Marois parce qu’elle est une femme. La discrimination positive envers les hommes (qui dès le berceau ont d’immenses possibilités devant eux que les femmes n’ont pas encore développées) est trop souvent occulté.

      Oui il est plus que temps d’appuyer une femme ! Bonne campagne Madame Marois.

      [Répondre à ce message]

      • > Du changement encore , ah bon !
        14 septembre 2005 , par
        Jamay   [retour au début des forums]

        Si vous ne respectez pas mes opinions politiques, vous en avez le droit. N’essayez quand même pas de me convaincre, là n’est pas la raison de cet « échange ». Pour ça, il existe de nombreux forums traitant de politique sur le web. Quant à moi, je respecte votre choix. Vous avez vos opinions expliquant clairement celui-ci et personne n’a le droit de vous reprocher quoi que ce soit.

        Ce qui est choquant est le fait de se faire blâmer de ne pas voter pour « la femme » et ensuite de se faire accuser de sexisme. Il existe d’autres raisons pour ne pas voter pour Mme Marois. Je suis moi-même une femme, loin de moi l’idée de combattre le féminisme.

        Je vous rassure encore : mon choix est basé sur des principes solides autres que l’âgisme ou le sexisme !!! Accepterez-vous tout de même que je vote pour le candidat de mon choix tout en étant respectée et sans devoir me justifier constamment comme je le fais actuellement ?

        Je pourrais aussi accuser les personnes ne votant pas pour M. Boisclair d’homophobes... Ce serait stupide de ma part, non ?

        [Répondre à ce message]

        • > Du changement encore , ah bon !
          15 septembre 2005 , par un homme progressiste d’abord, souverainiste ensuite
            [retour au début des forums]

          Personnellement, mes sympathies vont à Pauline Marois d’abord en raison de sa crédibilité, de ses appuis intéressants, de son expérience et de sa volonté prouvée de tenir compte de la gauche péquiste et non-péquiste, et ensuite parce qu’elle semble vouloir réaliser la souveraineté du PQ sans en faire une fin en soi, et sans se servir de cela pour occulter le reste de son programme et de ses idées. Pour moi, ça n’a rien à voir avec le sexe d’unE candidat. D’ailleurs, si le Québec serait prêt pour un Premier ministre homosexuel, au dires de Boisclair lui-même dans le discours d’annonce de sa candidature, pourquoi ne le serait-il pas autant sinon plus pour une PremiÈre ministre ? (Malheureusemenr, je crois que les réticences pour cette alternative sont plus fortes)

          Quant à M. Marois, à part ses nombreux appuis dont certains me semblent opportunistes ou miser trop sur un autre Messie médiatique (ça me rappelle la fièvre pour M. Lucien Bouchard), il semble demeurer vague sur maintes questions, "surfer" sur sa vague de popularité avec la complicité de certains grands médias guère connus pour leur sentiments souverainistes ou progressistes (il est notamment dépeint favorablement par ALain Dubuc de Gesca/Power Corp et par Don PacPherson de la Gazette), il manque d’expérience, et ses réalisations côté environnement notamment sembleraient avoir été assez discutables aux dires de certainEs. D’ailleurs, à mon avis il me semble être de centre-droite, plutôt tiède dans se convictions souverainistes, plutôt narcissique et peu chaud à l’idée d’un référendum au cours de son éventuel mandat de Premier ministre. Un autre messie autocrate comme Lucien Bouchard ?

          Je ne crois pas que son orientation sexuelle, qu’il affichait avec ostentation pour faire valoir sa candidature (pour mieux occulter le reste, à savoir ses idées et son programme ?), soit pertinente dans un tel dossier. Et je m’attends à ce que durant la présente course à la chefferie du PQ, ceux et celles qui ne sont pas pro-Boisclair ou qui le critiqueront se voient taxer d’homo-phobie... (à la rigueur, ça me rappellerait un peu cette tendance à disqualifier et dénigrer les critiques de non-Juifs relatives aux politiques de l’État d’Israêl en les qualifiant d’anti-sémites).

          [Répondre à ce message]

        • > Du changement encore , ah bon !
          15 septembre 2005 , par Suzanne
            [retour au début des forums]
          > Du changement encore , ah bon !

          Jamay,

          Je crois que vous vous méprenez sur mes propos. Je ne tente de convaincre personne et tout le monde a le droit d’avoir sa propre opinion. Ce que j’ai dit c’est que je suis tannée d’entendre toujours la notion ne changement lorsqu’il est question de politique. D’abord qu’est-ce qui devrait être changé au juste, pourquoi et comment ??? Déjà ce serait intéressant qu’on soit plus clair là-dessus, plutôt que de lancer l’idée de changement dans les airs ? Un peu de précision SVP, ça aide toujours à la compréhension.

          Ensuite, je ne comprends pas d’où vous vient cette impression d’être blâmée pour ne pas appuyer une femme candidate. Qui vous blâme ? Vous devriez relire le texte de Madame Pelland, je crois que vous l’avez mal jugé. Il n’est aucunement question de blâmer qui que ce soit qui ne voterait pas pour Madame Marois, une femme.

          En dernier lieu, j’ai dit et je redis que moi j’appuierais Madame Marois parce que c’est une femme justement, parce qu’il est temps qu’on appuie une femme, les hommes ayant "pratiquement" une prédisposition à la naissance à être candidat dans les hautes sphères. Une opportunité qui n’est pas offerte d’emblée aux femmes parce qu’on n’a pas créé les "conditions gagnantes" pour amener davantage de femmes aux postes de pouvoir et qu’il serait plus que temps que nous crééions ces conditions gagnantes pour les femmes. Et parce que je crois que certaines femmes, pas toutes - prenez Madame Bélinda Stronach, difficile de juger de ses compétences mais par ailleurs son opportunisme me dérange au plus haut point, elle a trahi l’ensemble de ses électeurs-trices qui l’appuyaient d’abord parce qu’elle était dans un certain parti à mon avis - donc, je crois que certaines femmes peuvent amener une vision différente de la politique, de la société. Mais je donnerais mon appui à Madame Marois également parce qu’elle est aussi, sinon plus compétente, que les candidats masculins qui se présentent actuellement. Son expérience dans différents ministères se démarquent grandement des autres. Autrement dit, je n’appuierais aucune candidate que je jugerais incompétente seulement parce qu’elle est une femme.

          [Répondre à ce message]

          • > Du changement encore , ah bon !
            17 septembre 2005 , par
            Jamay   [retour au début des forums]

            "L’idéal de l’indépendance exige que les membres du PQ voient clair et qu’ils ne se laissent pas influencer par des arguments sournoisement sexistes au moment de choisir leur nouveau chef. "

            Cette affirmation accuse implicitement les gens de votant pas pour Mme Marois de sexisme. Si nous ne votons pas pour elle, nous ne voyons pas clair non plus... J’essaie tout simplement de démontrer que cette généralisation est tout à fait dépassée. Je n’aurais pas voté pour M. Landry pas plus que je ne voterais pour Mme Marois. Pour le reste, je n’ai aucune envie de débattre sur les raisons de chacun de voter pour un candidat en particulier. Je veux simplement qu’on cesse de remettre en question les choix de ceux ne votant pas pour Mme Marois sous prétexte qu’il n’y qu’un choix possible : le progrès par l’élection d’une femme. Mon choix (et celui de plusieurs) est légitime et n’est pas motivé par le sexisme. C’est tout.

            [Répondre à ce message]

            • Que quiconque se sente blâmé-e, porte le chapeau
              19 septembre 2005 , par Internaute
                [retour au début des forums]
              Du changement encore, ah bon !

              C’est drôle les différentes interprétations que l’on peut retirer d’un texte. Moi ce que je comprend du texte de Madame Pelland c’est qu’elle dit qu’une majorité de la population québécoise est favorable à l’élection d’une femme comme première ministre mais que plusieurs membres du parti québécois insistent plutôt sur le changement. Madame Pelland trouve que cet argument qu’on n’a pas servi lorsque des candidats masculins souvent plus âgés se sont présentés, est suspect.

              Si vous, personnellement ne croyez pas voter pour André Boisclair pour couper l’herbe sous le pied d’une candidate féminine, pourquoi prendre cette affirmation personnellement ? Le questionnement de Madame Pelland me semble légitime même si l’affirmation ne peut être réellement prouvée. Les membres ne diront jamais : non, moi je ne vote pas pour Marois parce que c’est une femme. Mais comme le dit Madame Pelland, ça pourrait être plus sournois que cela : demander du changement - à savoir vouloir un candidat plus jeune - alors qu’en réalité c’est qu’on n’aimerait mieux ne pas vouloir être dirigé par une femme.

              Par ailleurs, Madame Marois n’a pas que dirigé le ministère de l’éducation. En fait, elle a dirigé 11 ministères : onze ! C’est assez impressionnant merci ! C’est un bagage d’expérience inouï. C’est gros et très significatif dans un CV. Madame Marois a de plus apporter énormément d’idées nouvelles -dont la réforme scolaire -, est-ce qu’à 56 ans elle serait tout à coup devenue stérile intellectuellement et à d’autres niveaux ???

              Personnellement, je me fous de l’attirance ou des attirances sexuelles des candidats, mais le passé "de party" de Monsieur Boisclair me fait tiquer un brin ! On parle de l’avenir d’un futur pays ici, pas de la qualité de la poudre sur les pistes de ski ! Il n’empêche que Monsieur Boisclair pourrait faire partie d’une équipe avec un-e chef-fe mature, l’équipe profiterait de ses idées.

              Et il m’apparaît préférable quand on parle de vouloir du changement, de savoir qu’est-ce qu’on veut au juste et pourquoi on le veut, à quelles fins. Au moins Monsieur Boisclair n’a pas promis un petit bout d’autoroute !

              [Répondre à ce message]

              • > Que quiconque se sente blâmé-e, porte le chapeau
                20 septembre 2005 , par
                Jamay   [retour au début des forums]

                "Si vous, personnellement ne croyez pas voter pour André Boisclair pour couper l’herbe sous le pied d’une candidate féminine, pourquoi prendre cette affirmation personnellement ? Le questionnement de Madame Pelland me semble légitime même si l’affirmation ne peut être réellement prouvée."

                Ça revient à la même chose... Si certains votent pour Boisclair (ou d’autres candidats), on « coupe l’herbe sous le pied d’une candidate féminine » ? Ce sont ces généralisations qui m’embêtent...

                En effet, des affirmations non prouvées ne peuvent être que des généralisations.

                [Répondre à ce message]

                • Affirmations non prouvées
                  20 septembre 2005 , par Fanfreluche
                    [retour au début des forums]

                  Cocaïne : Boisclair avoue
                  Il reconnaît avoir « consommé » quand il était ministre
                  http://www.ledevoir.com/2005/09/20/90777.html

                  Écarts de jeunesse

                  Ceci dit, je ne crois pas qu’il faille nécessairement tenir compte de ce facteur.

                  [Répondre à ce message]

                • > Que quiconque se sente blâmé-e, porte le chapeau
                  20 septembre 2005 , par Internaute
                    [retour au début des forums]
                  La vie politique devant soi : appui à Pauline Marois

                  Non, Madame Jamay, personne n’a dit que si vous votiez pour Boisclair, Legendre, Bernard, Lebel, Saint-André, Dubuc, Paquette ou Ouimet vous étiez sexiste et anti-féministe ou que vous coupiez l’herbe sous le pied de la candidate féminine de la course. Personne. Mais c’est ce que vous avez décidé de croire. Et citronnette, vous y croyez dur comme fer. Comme cela ça vous donne une raison pour piocher sur les autres : comprendre leurs propos totalement de travers est une très bonne façon de faire échouer le dialogue... Et comme le mentionnaient d’autres internautes de manquer totalement d’arguments pour justifier son choix. Mais c’est comme vous dites vous n’êtes pas obligée de vous justifier non plus... ça aussi ça fait échouer le dialogue ! Bonne stratégie.

                  C’est un peu paradoxal votre affaire, vous ne voulez pas que les autres jugent les candidats sur l’image - et je suis tout à fait d’accord - mais c’est ce que vous faites quand vous parlez de l’attitude de Madame Marois qui aurait changé pour attirer les personnes favorables à Boisclair. Propos très très gratuits, basé sur de la crème à papa ! Savez l’affaire qui fond dès qu’on y touche et qui est archie-collante et qu’on vend dans les foires ?

                  Par ailleurs, certains de vos propos sont faux : s’il est vrai que Madame Marois n’a pas plus de crédibilité qu’un autre candidat, ce qui pourrait être très subjectif, il est vrai qu’elle est la personne qui a le plus d’expérience au niveau parlementaire. Vérifiez donc.

                  Et pour le sexisme parlez-en donc à Madame Lise Payette, ex-députée et ex-ministre péquiste... Mais seulement si jamais vous voulez vous basez sur quelque chose de plus solide que ... de la crème à papa ! Vous dites que vos principes sont solides mais que vous ne voulez pas en parlez. Vous préférez déformez les propos d’une écrivaine, ce qui vous permet de cacher vos "supposés" principes solides" - en avez-vous réellement d’ailleurs ? j’en doute très fortement - pendant qu’on accuse, on évite les vrais débats. Et Madame Pelland met en garde les personnes au sein du parti qui serait tenter d’éliminer Madame Marois juste parce que c’est une femme. Elle met en garde, attention, je répète elle met en garde, elle n’accuse personne.

                  [Répondre à ce message]

                • Interprétation
                  22 septembre 2005 , par Myriam
                    [retour au début des forums]

                  C’est là votre interprétation mais ce n’est pas ce qui a été dit et écrit. Ce qui arrive dans les discussions suivant les articles, c’est qu’on finit par prêter aux auteurs des propos qui ne leur appartiennent pas mais qui reviennent plutôt aux internautes intervenant à leur suite. Il y en a qui se font une spécialité de brouiller ainsi les cartes et le sens des propos des auteurs pour détourner le débat. Je ne parle pas de vous, évidemment...

                  [Répondre à ce message]

    • > La vie politique devant soi : appui à Pauline Marois
      14 septembre 2005 , par
      Laurette de Champlain   [retour au début des forums]

      Moi je ferais entièrement confiance a Madame Marois, elle a occupé plusieurs ministères, donc si ont lui en confiait c’était parce qu’elle était capable de bien les gérer, de ministères important en plus, l’éducation, les affaires sociales, les finances, c’est bien assez gros tout cela comme responsabilité, et j’ajouterai enfin une femme qui se tient debout et qui veut avancer aller plus haut voilà ce que nous avons besoin, c’est justement le temps d’avoir un très grand changement, elle sera a l’écoute des besoins de la vie réelle des familles Québecoises plus que quiconque et verra à l’économie de notre Pays. Je lui fait entièrement confiance et je lui souhaite Bonne Chance..

      [Répondre à ce message]

    • Et pourquoi pas une femme ?
      18 septembre 2005 , par Sabrina Landry
        [retour au début des forums]

      J’ai plutôt l’impression qu’on devrait dire "pourquoi pas une femme", pourquoi pas "Pauline Marois". Il n’y a pas de danger qu’on vote pour elle seulement parce qu’elle est une femme. On risque plutôt de voter contre elle parce qu’elle est une femme. Ainsi va la vie politique au Québec, encrassée dans sa misogynie. L’évidence est là : elle représente le choix le plus logique et on tâtillonne en craignant que quelqu’un vote pour elle seulement parce qu’elle est une femme. Se pose-t-on la même question pour les hommes candidats ? Et pourtant, les risques sont plus grands qu’on vote pour eux parce qu’ils sont des hommes. Et même chez les femmes. Quand je vois des femmes députées se ranger en masse spontanément derrière Boisclair, je me dis qu’elles sont inconséquentes. Ce sont les mêmes qui nous feront la leçon, un jour, en nous reprochant de ne pas encourager les femmes à assumer des fonctions supérieures en politique.

      Personnellement, je ne voterai pas pour un sourire Pepsodent, une carte de mode ou une orientation sexuelle, ni la superficialité incarnée.

      Sabrina Landry - rien à voir avec le PM sortant

      [Répondre à ce message]

      • > Et pourquoi pas une femme ?
        18 septembre 2005 , par Sabrina Landry
          [retour au début des forums]

        Oups ! Je voulais dire le chef du PQ sortant.

        [Répondre à ce message]

        • > Et pourquoi pas une femme ?
          18 septembre 2005 , par
          Jamay   [retour au début des forums]

          Avec toutes ces généralisations gratuites, c’est peut-être là la raison du manque de « féministes » dans la nouvelle génération. Ce ne sont pas des déclarations accusatrices et rabaissantes pour les autres (sans aucune espèce de preuve, juste des impressions) qui remonteront notre cote de crédibilité... Combattre pour le féminisme en usant des méthodes misogynes, il faut le faire ! La vérité est que peu de personnes se reconnaissent dans ces affirmations. Il n’y a pas que du « mal » autour de nous.

          [Répondre à ce message]

          • > Et pourquoi pas une femme ?
            19 septembre 2005 , par Internaute
              [retour au début des forums]
            La vie politique devant soi : appui à Pauline Marois

            Je comprends mal votre entêtement à vous sentir accusée, Jamay. Finalement vous avez la même attitude que celle que vous reprochez : vous accusez. Et pendant qu’on se tire la couverture, on fait fi du vrai débat : le contenu des propos des différent-e-s candidat-e-s, l’expérience des candidat-e-s, leur capacité de jugement, leur capacité à intervenir, leur connaissance du milieu politique, du milieu québécois, du milieu fédéral... Ce "picossage" évite à bien des gens d’élaborer plus profondément sur leurs motivations, comme par exemple sur leurs désirs de changement.

            [Répondre à ce message]

            • > Et pourquoi pas une femme ?
              20 septembre 2005 , par
              Jamay   [retour au début des forums]

              Je n’ai pas envie de m’exprimer sur mes désirs de changement, car cela ne concerne en rien ce site. On y parle ici de féminisme et non de politique...

              « Je comprends mal votre entêtement à vous sentir accusée, Jamay. »

              Ma réponse ne faisait pas référence à un sentiment personnel... Ce sont les accusations et les termes rabaissants employés envers d’autres candidats que je déplore. Et non, je n’accuse personne de quoi que ce soit, je demande simplement à ce qu’on cesse ces fausses affirmations et qu’on tente de mieux cohabiter...

              De mon côté, je ne comprends pas cet empressement à répondre « avec fougue » à tous mes messages après que j’aie répondu à un de vos messages. Ce n’est pas moi qui semble ici avoir été visé par certaines réponses ne me concernant pas...

              [Répondre à ce message]

              • > Et pourquoi pas une femme ?
                20 septembre 2005 , par Internote
                  [retour au début des forums]
                La vie polituque devant soi : appui à Pauline Marois

                Ben voyons donc c’est quoi cette affaire-là de dire que cet article ne concerne que le féminisme et pas la politique ??? Le féminisme est politique. Le féminisme est intrinsèquement politique. Mais en plus, ici il est question et de féminisme et de politique. Faut-il séparer le féminisme du politique, de cette façon, ne se posera nullement la question de l’importance de la représentativité des femmes en politique ?

                Parce que je ne sais pas si vous l’avez remarqué mais il est aussi question d’un point extrêmement important pour les femmes aussi ici et qui est de la représentativité des femmes aux différents niveaux de pouvoir. Au contraire du pouvoir religieux complètement réfractaire - mais non essentiel à notre bien-être heureusement- , il y aurait ici des ouvertures, des petits éclairs de lumière au bout du tunnel pour les femmes qui leur permettraient d’accéder aux postes de pouvoir, aux postes de décision ! Une opportunité. C’est pas rien. Et ça ne se présente pas tous les jours !

                [Répondre à ce message]

              • Une course à la chefferie : c’est pas politique ça ?
                21 septembre 2005 , par Bibianne
                  [retour au début des forums]
                La vie politique devant soi : appui à Pauline Marois

                Vous dites : "On parle ici de féminisme et non de politique". C’est comme si vous disiez ne mêlons pas le féminisme et le politique. Bizarre.

                Il est question ici de la course à la chefferie donc de politique. Même le titre porte le mot "politique", avez-vous remarqué ? Est-ce votre inconscient qui aurait parlé : pour vous le féminisme ne se mêle pas au politique ?

                Le Petit Larousse définit le politique comme : "relatif à l’organisation du pouvoir dans l’État, à son exercice". Le Larousse dit aussi sur le féminisme : "doctrine qui préconise l’amélioration et l’extension du rôle et des droits des femmes dans la société ; mouvement qui milite dans ce sens. Le féminisme a un rôle politique dans l’évolution de la société aujourd’hui. Et ici, on réfère précisément au rôle des femmes dans la société - très pertinent à mon avis -. Plus précisément leur droit à faire partie des instances décisionnelles. C’est comme l’occasion de continuer à ouvrir des portes aux femmes.

                [Répondre à ce message]

                • > Une course à la chefferie : c’est pas politique ça ?
                  22 septembre 2005 , par
                  Jamay   [retour au début des forums]

                  Il faudrait lire l’affirmation dans son contexte... Je ne répéterai pas mon point de vue pour la dixième fois, le tout est décrit plus haut... Prenez le temps de tout lire avant de juger mes propos. Si vous préférez, je répéterai simplement que je n’ai pas à justifier mes choix politiques tout simplement parce que je ne vote pas pour Mme Marois... Mon point de vue est étalé sur plusieurs forums politiques. Sur ce site, je ne souhaite que passer le message suivant : il faut cesser de généraliser...

                  [Répondre à ce message]

                • > Une course à la chefferie : c’est pas politique ça ?
                  23 septembre 2005 , par
                  Le Vieux Ours du Yâbe   [retour au début des forums]

                  Lors du dernier référendum, à plusieurs reprises, j’ai écrit au PQ pour leur signaler que les aînés autour de moi (et comme moi) avaient peur de voir leur pension de viellesse être réduite et même disparaitre.

                  Une fois, seulement nous avons entendu M. Landry dire qu’il n’y aurait pas de différence dans la pension de vieillesse.

                  Cela est resté incompris par les vieux et ils ont voté NON, ne voulant pas prendre de chances.

                  La même erreur sera-t-elle perpétuée par les candidats actuels ?
                  Va-t-on encore être ignoré par les candidats et rester insécures et inquiets ?
                  Lequel des candidats s’occupera de répéter et répéter aux aînés qu’ils n’ont rien à craindre au sujet de leurs pensions ? Celui-là, ou celle-là, glanera le support des vieux comme moi.

                  [Répondre à ce message]

              • Politique
                21 septembre 2005 , par Leslie
                  [retour au début des forums]

                On parle abondamment de politique sur ce site. Et pas seulement dans cette rubrique.

                [Répondre à ce message]

    • Pourquoi galvauder des informations complètement fausses ?
      23 septembre 2005 , par Internaute
        [retour au début des forums]
      La vie politique devant soi : appui à Pauline Marois

      Ces affirmations sont complètement fausses, erronées ! Si vous vous donnez la peine de vérifier la biographie de Madame Marois sur le site de l’Assemblée Nationale http://www.assnat.qc.ca/fra/membres/notices/m-n/marp1.shtml vous allez être surpris Monsieur.

      Madame Marois a été beaucoup plus que ministre de l’éducation, en fait elle a été ministre d’État à la Condition féminine, ministre de la main-d’oeuvre et de la Sécurité du revenu, ministre responsable de l’Outaouais, ministre des finances, ministre du Revenu, Ministre de l’Éducation, ministre responsable de la région de la Montérégie, ministre responsable de la famille, ministre de lafFamille et de l’enfance, ministre d’État à la santé et aux services sociaux, Vice-première ministre, ministre d’État à l’economie et aux finances, ministre de la recherche, de la science et de la technologie, ministre responsable du dossier de l’Économie sociale, ministre de l’Industrie et du commerce, Ministre des Finances, de l’Économie et de la Recherche.

      Il est également erroné de dire qu’elle n’a pas innové sur aucun point, donnez-vous donc la peine de vérifier, en plus de ce que j’ai énuméré, le détail de ses expériences professionneles, ainsi que de son engagement communautaire et politique. Plutôt impressionnant !

      Objectivement, la biographie de Monsieur Boisclair est bien mince à côté de tout cela.

      Une personne informée en vaut deux !

      [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2005
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2011 | |Retour à la page d'accueil |Admin