| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       Éditions Sisyphe






samedi 17 mars 2007

Les oubliées de l’histoire des sciences
Lettre aux Éditions Fleurus

par Isabelle Collet, Association Femmes & mathématiques



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texte Imprimer ce texte


Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Masculin/Féminin - Quand la science naturalise l’ordre social
Grace Hopper, inventrice de la compilation en informatique
À 20 ans, Ada Lovelace a écrit le premier programme informatique


THEMES ABORDES :

sciences

Direction des Editions Fleurus
Edition jeunesse
15/27 rue Moussorgski
75018 Paris

Madame, Monsieur,

Vous avez publié en septembre 2006 L’ordinateur de Jacques Beaumont et Henry Eynard, dans la nouvelle collection « Histoire de... ». Nous y avons relevé des informations inexactes, ainsi que des messages et des représentations discutables. Nos remarques figurent dans la lettre ci-jointe.

Nous sommes sensibilisées par la problématique des femmes dans les sciences qui est un sujet de préoccupation actuel des pouvoirs publics. Si votre livre est bien illustré et écrit avec clarté, nous ne pouvons en recommander la lecture à des enfants, et il en va de même pour tous les livres de votre collection « Univers 100% filles ».

En effet, les huit titres parus : Le look des filles, pour être fashion, sans être victime !, Les garçons expliqués aux filles, Le guide du maquillage, sans ratages ! , Fille en forme, pas filiforme !, Le guide de la bonne copine, ni peste, ni poire ! », Les cheveux, les chouchouter, les poils, s’en débarrasser !, La cuisine des filles et Le savoir-vivre des filles, nous renvoient aux mentalités d’il y a un siècle, quand les filles devaient être avant tout d’une compagnie agréable et d’un physique avenant, avant de devenir de bonnes maîtresses de maison. Dans votre univers, les filles n’envisagent pas d’avoir un métier et n’ont d’autres loisirs que de plaire (aux garçons) et d’être aimables avec leur entourage.

Néanmoins, nous sommes très désireuses d’acheter de bons livres pour enfants, bien documentés, et porteurs de messages valorisant les filles et les garçons de notre époque. Nous joignons à notre courrier une page à titre d’exemple, qui aurait pu figurer dans votre histoire de l’ordinateur.

Nous espérons donc qu’à l’avenir, vous arriverez à tenir compte de ces remarques.
Avec nos remerciements et nos meilleurs vœux pour la nouvelle année 2007.

Isabelle COLLET
Docteure en sciences de l’éducation
Membre du CA de l’association femmes et mathématiques
Site Femmes & Mathématiques

*****

Nos observations suite à la lecture de votre livre Histoire de l’ordinateur, de Jacques Beaumont et Henry Eynard, dans la nouvelle collection « Histoire de... », paru le 08/09/2006

La problématique des femmes dans les sciences est un sujet de préoccupation actuel des pouvoirs publics. Elle a donné naissance à la Convention pour l’égalité des chances entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif (mars 2000, reconduite en juin 2006), ou à la Loi pour la recherche de 19 avril 2006, réclamant une « Représentation équilibrée des femmes et des hommes au sein des différentes structures de la recherche publique », pour ne citer que ces deux exemples.

Plus précisément en ce qui concerne la discipline informatique, la situation est inquiétante car au cours des dix dernières années, le pourcentage des filles dans les écoles d’informatique a décru régulièrement (il est actuellement inférieur à 15%), alors qu’une pénurie d’informaticien-ne-s se profile. Dans cette perspective, un colloque interministériel « Femmes et STIC (Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication » s’est tenu en décembre 2005 piloté par le Ministère délégué à la Recherche et, plus récemment, l’Association femmes et mathématiques consacrait ses journées 2006 à ce thème « Femmes et Informatique : les encourager de l’école à l’université ».

Suite à la lecture de votre livre « Histoire de l’ordinateur », nous avons constaté à notre grand regret que l’égalité des chances entre les filles et les garçons n’existe pas dans votre ouvrage.

Voici, ci-dessous, les erreurs ou oublis constatés, ainsi que nos remarques :

• Premier manque : p.10, texte et illustration font référence à Charles Babbage, inventeur de la machine à différence. Les auteurs oublient Ada Lovelace qui a collaboré avec Babbage et qui est la première personne à avoir écrit un programme informatique. En hommage, un langage informatique (ADA) porte son nom.

• Plus choquant : p.11, une BD retrace la « découverte » du premier bug informatique : une mite morte dans un relais (dans la BD, la mite vole encore, mais peu importe). Dans la BD, 4 hommes sont représentés autour de l’ordinateur à la recherche de la panne et découvrent finalement l’insecte. Dans la réalité, le nom de Grace Hopper est indissociable de la découverte du premier « bug », même si le terme était déjà en usage. C’est elle qui a popularisé le terme de DEBUG. Elle a également inventé le processus de compilation permettant de diffuser le langage COBOL, premier langage de l’informatique de gestion. Elle a été la première personne du milieu de l’informatique à être nommée « man of the year » (!) par le Data Processing Management Association en 1969 et a fait partie des 10 premières personnes à pouvoir porter le titre de « senior programmer ».

• Dans ces mêmes pages, les différentes photos des premiers ordinateurs électroniques (ENIAC, MARK I) ne montrent aucune femme alors qu’il y avait des mathématiciennes dans l’équipe (six programmeuses mathématiciennes sur l’ENIAC : Marlyn Meltzer, Ruth Teitelbaum, Frances Spence, Kathleen Antonelli, Jean Bartik et Betty Holberton).

• p.14 : une femme est représentée en tant qu’opératrice de saisie. Au début, elle n’a pas d’écran mais un ruban imprimé. Elle dit : « Oh là là ! Je suis perdue ». Après l’invention de l’écran, on la retrouve entourée d’hommes. Elle dit : « Ah ! Grâce à cet écran, je peux enfin voir ce que je fais ». L’homme qui lui a apporté l’écran lui dit « Alors, satisfaite ? », ce que nous trouvons d’un goût plutôt douteux.

• On poursuit avec l’arrivée de l’ordinateur à l’école dans les années 80, p.20. C’est un enseignant homme qui fait la démonstration en classe et, si la classe est mixte, l’élève encouragé par l’enseignant est un garçon. Plus largement, que ce soit dans les illustrations ou dans les photos, on ne verra jamais une femme aux commandes de l’ordinateur. Si p.24, on voit bien dans le fond et de dos une femme sur un ordinateur, elle devient spectatrice de l’innovation à la page suivante.

• A la fin du livre, p.27, on parle de retouche numérique d’image : on voit un photographe qui prend en photo une fille en maillot de bain. Puis, il s’aperçoit qu’elle a les jambes poilues et il dit « Il faut absolument retoucher l’image ». Non seulement on est dans une situation totalement irréaliste (une top model qui ne serait pas parfaitement épilée...) mais en plus, une des seules représentations des femmes, après les diverses femmes potiches, c’est la femme objet, de surcroît imparfaite en tant que telle, et que l’infographiste se charge de rendre physiquement parfaite. Image suivante : une femme s’extasie devant la photo retouchée dans un magazine en disant « Quelles belles jambes ! »

**********

Devant ces oublis et erreurs historiques, ces représentations sexistes et stéréotypées des techniques, on peut se demander si ce livre est réellement à conseiller à nos filles et nos garçons : ils et elles vont en déduire qu’en ce qui concerne l’informatique, la femme ne peut être qu’un sujet d’expérience graphique sur les photos de mode ou une opératrice de saisie.

Sans doute, il s’agit là plus d’une inattention de votre part que d’une volonté de faire la promotion d’une époque maintenant heureusement en partie révolue. Néanmoins, un éditeur pour la jeunesse aussi important que Fleurus pourrait avoir dans ses objectifs une mission éducative et se montrer attentif aux réalités de la société du XXIe siècle.

SIGNATAIRES

Associations scientifiques

• ASTI : Fédération des Associations Françaises des Sciences et Technologies de l’Information
• AFFDU : Association Française des Femmes Diplômées des Universités
• APMST : Association pour la Parité dans les Métiers Scientifiques et Techniques
• La Conférences de Grandes Ecoles
• EFiGiES : Association de Jeunes Chercheuses et Chercheurs en Etudes Féministes, Genre et Sexualités
• Femmes et mathématiques
• Femmes et sciences
• Linuxchix
• SPECIF : Société des Personnels Enseignants et Chercheurs en Informatique de France

Association de défenses des femmes

• Les Chiennes de garde
• Encore féministes !
• GRAIF : Groupement régional pour l’action et l’information des femmes
• Le groupement belge de la Porte Ouverte
• Mix-cité
• Mouvement jeunes femmes
• Regards de femmes
• Talents de femmes

Quelques lectures

. Billings, Charlene W., Grace Hopper : Navy Admiral and computer Pioneer,
Hillside : Enlsow, 1989.
. Collet, Isabelle, L’informatique a-t-elle un sexe ? Hackers, mythes et
réalités
, Paris, L’Harmattan (2006)
. Stein, Dorothy, Ada, a life and a legacy, Cambridge, MIT Press, 1985
. Wooley, Benjamin, The Bride of science : romance, reason and Byron’s daughter , Mc Graw hill

Lire ces articles :

- Grace Hopper, inventrice de la compilation en informatique.
- À 20 ans, Ada Lovelace a écrit le premier programme informatique.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 1er mars 2007

Commenter ce texte                         Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer         Nous suivre sur Twitter       Nous suivre sur Facebook

Isabelle Collet, Association Femmes & mathématiques

Membre du conseil d’administration de l’Association Femmes & mathématiques, l’auteure a écrit L’informatique a-t-elle un sexe ? Hackers, mythes et
réalités
, Paris, L’Harmattan (2006). Site Femmes et mathématiques.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2007
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2011 | |Retour à la page d'accueil |Admin