| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 4 octobre 2007

Prostitution : les limites du consentement

par Rhéa Jean, docteure en philosophie






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La tyrannie du nouvel ordre sexuel
Des militantes et militants pro-prostitution menacent des survivantes pour les faire taire
Prostitution - La Loi sur la protection des collectivités et des victimes d’exploitation, deux ans plus tard, qu’en-est-il ?
Le prostitueur moderne et sa nounou queer
Aidez-nous à éradiquer la prostitution au Canada
Euro 2016 - Le prix d’une passe n’est pas celui que tu crois
Abolition de la GPA et de la prostitution, même combat contre le patriarcat
Les droits des femmes bafoués, les corps marchandisés
Non au système prostitutionnel ! Une analyse féministe et abolitionniste du système prostitutionnel
Prostitution : L’Assemblée nationale française fidèle à ses convictions
Claudine Legardinier - Prostitution : une guerre contre les femmes
France - Les inégalités femmes-hommes au Sénat font obstruction à la sanction des clients de la prostitution !
Offrir aux hommes handicapés de recourir à la prostitution, une idée ancrée dans la misogynie et le validisme
Lettre ouverte à rabble.ca - La journaliste Meghan Murphy visée par une campagne misogyne du lobby de l’industrie du sexe
Grand Prix de Montréal - La CSN demande l’application de la nouvelle loi fédérale pour contrer la prostitution
Comment la pornographie influence les jeunes consommateurs
"Le commerce du sexe", un film d’Ève Lamont
Réglementer la pornographie ou criminaliser les pornocrates ?
Corps disloqués, âmes brisées : conséquences psychiques et physiques de la prostitution sur les personnes qui la vivent
Prostitution - L’approche de “réduction des méfaits” ne suffit pas pour une analyse pertinente de la prostitution
« Ni client, ni complice ! » - La CLES lance un appel à lutter contre la banalisation de l’exploitation sexuelle
Pénalisation du client de la prostitution ? Les belles histoires de Tonton Robert
Non, Messieurs, la plupart des personnes prostituées ne le sont pas par choix
Le manifeste des 343 bites tellement légères qu’elles se dressent à l’insu de leur cerveau
La cruelle chosification des femmes prostituées et des mères porteuses
Catharine A. MacKinnon - Traite, prostitution, inégalité
Prostitution - Sanctionner les clients et non les prostituées
Prostitution des jeunes - La trahison des adultes
Décriminaliser la prostitution ne peut pas être la solution
Prostitution : une affaire d’hommes ou la fraternité "des salauds"
Loi sur la prostitution en France - « Je ne veux pas d’une société où les femmes ont un prix »
Janice G. Raymond – Prostitution : "Pas un choix, pas un travail"
Elisabeth Badinter et Irène Théry ou la caution intellectuelle du système patriarcal
Les femmes étrangères rêveraient-elles de devenir "putes" ?
Prostitution - La stigmatisation et le mythe entourant le statut de victime
Abolition de la prostitution en France - Le principe est acquis, place à la loi !
Comprendre la prostitution dans l’ensemble des structures de pouvoir fondées sur le genre
L’Irlande pourrait interdire l’achat de sexe
Le prostitueur, "chaînon manquant" de la question prostitutionnelle, selon Victor Malarek
La prostitution, sexualisation du pouvoir
La France envisagerait des sanctions "pédagogiques" pour les prostitueurs
Le Canada ne peut traiter la prostitution comme un filet de sécurité sociale
Les "femmes de réconfort" étaient nécessaires pour maintenir la discipline dans l’armée, selon le maire d’Osaka
Prostitueurs et non-prostitueurs, une étude de Mélissa Farley
Bienvenue dans le monde des prostitueurs
Prostitution - Rendre tabou la notion de victime pour masquer l’existence d’agresseurs
Prostitution en Grande-Bretagne - Un bien étrange syndicat au service des proxénètes
Prostitution et mariage : une assimilation douteuse
La prostitution, le STRASS et la sénatrice - La pertinence de la transparence
Au delà des mythes, légaliser la prostitution est une très mauvaise idée
La Suède malmène l’industrie du sexe et aide les femmes prostituées
Les prostitueurs. Sexe à vendre… Les hommes qui achètent du sexe, un livre de Victor Malarek
"Angel" : Piégée dans un monde de prostitution et de violence
L’être et la marchandise. Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi
"Les criminelles" : individualisation et romantisation de la prostitution
Des spécialistes en santé veulent aider les femmes à sortir de l’industrie du sexe… en faisant échec aux prostitueurs
L’Islande songe à interdire la porno diffusée sur Internet
En studio avec Ruth ! "Je crois sincèrement que la traite humaine et la prostitution fonctionnent de pair"
Catalogne - La loi et l’ordre des proxénètes
Qui estime vraiment les personnes prostituées ?
En studio avec Ruth ! "La prostitution est un grand enjeu politique"
L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) et l’Alliance canadienne féministe pour l’action internationale (FAFIA) répondent au rapport Oppal sur les femmes disparues
Colombie-Britannique - L’égalité des femmes et le contexte socio-économique absents du rapport Oppal sur les femmes disparues
Prostitution - Les “progressistes” australiens oscillent entre l’industrie du sexe et les droits des femmes
Prostitution - Le refus d’abolir le système prostitueur est une atteinte aux droits humains
Fantine ou la liberté de se prostituer ?
Première rencontre de l’Association internationale des survivantes unies de la traite à des fins sexuelles (prostitution)
Prostitution - Pourquoi il faut mettre fin à une des plus anciennes violations des droits humains
Carton rouge pour les bordels à vitrine
Prostitution - La réduction des méfaits est-elle ce que nous pouvons faire de mieux pour les personnes prostituées ?
Un traité féministe international pour abolir la prostitution
Prostitution - Coup de tampon réglementariste !
Prostitution et séropositivité - Le Gouvernement grec arrête et emprisonne des femmes pour protéger les hommes
Manifeste contre le système prostitueur
Prostitution en France - Lettre ouverte à M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre
1946-2012 : De la fermeture des maisons closes à la lutte contre le système prostitueur, les abolitionnistes portent progrès et liberté !
Prostitution - Gloria Steinem appuie le modèle nordique
Solidarité avec les prostituées, mais lutte contre la prostitution
Comparaison entre acheteurs et non-acheteurs de sexe dans la région de Boston
8 mars 2012 : Pas d’égalité sans abolition de la prostitution !
La danse contact ou "lap-dance", prologue de la prostitution
Fiers d’aller aux danseuses ! Vraiment ?
Abolitionnistes du système prostitueur : ce que nous sommes, ce que nous voulons !
Les Néerlandais commencent à regretter la légalisation de la prostitution
Prostitution et faux-semblants : une affaire de société, de femmes et d’hommes
Pourquoi la gauche veut-elle faire de la prostitution "un métier comme un autre" ?
Prostitution et "slutwalk" - Bâtir un mouvement féministe progressiste à l’époque individualiste
Prostitution - Il faut rendre illégal l’achat de "services" sexuels en Australie
Le mouvement des femmes n’est pas monochromatique
ZéroMacho - Des hommes contre la prostitution
Prostitution et domination masculine
La vérité sur l’esclavage sexuel planétaire, un livre de Lydia Cacho
Votre voisin est un prostitueur - Une nouvelle recherche
J’ai rien vu
Abolition n’est pas prohibition - Pourquoi la défense de l’avortement diffère de la défense de la prostitution
Prostitution et traite des femmes - Le projet abolitionniste au congrès Mondes des femmes 2011
Congrès international Mondes des femmes 2011 - Compte-rendu des échanges sur l’abolition de la prostitution à l’exposition "Les draps parlent"
Banalisation de l’industrie du sexe et éducation des jeunes
Nous devons sanctionner les acheteurs de la prostitution
Des députés proposent une résolution sur la prostitution réaffirmant la position abolitionniste de la France
Dix raisons de ne pas légaliser la prostitution
Demi Moore s’associe au CNN Freedom Project pour un documentaire saisissant sur le commerce sexuel au Népal
Client de la prostitution : vers une prise de conscience européenne
Lutter pour faire de la prostitution un travail, c’est se tromper de combat
Prostitution et traite des êtres humains, controverses et enjeux
Le système de la prostitution militaire en Corée du Sud, en Thaïlande et aux Philippines
Les pratiques des hommes "clients" de la prostitution : influences et orientations pour le travail social
La prostitution comme violence contre les femmes
Le système prostitutionnel, un pilier de l’inégalité sexuelle et des violences envers les femmes
Clients de la prostitution : un "droit de l’homme" heureusement en péril
Prostitution as violence against women
Prostitution - Vive le sexe libre et gratuit !
France - La prostitution n’est pas une fatalité
"Il faut punir les clients des prostituées", selon Roselyne Bachelot. Oui... et dépénaliser les personnes prostituées !
Belgique - Analyse « Prostitution : arguments et opinions »
Prostitution - Le débat entre féministes se poursuit
Tribunal populaire sur l’exploitation sexuelle commerciale - Inscription
La tolérance sociale, complice de la violence et de l’exploitation sexuelle
Traite des femmes à des fins sexuelles - Au cœur des réseaux criminels : l’exemple de l’Albanie
S’unir contre la banalisation de la prostitution - Un défi pour la décennie
Moi, si j’étais un homme
Prostitution et traite des êtres humains - Les mensonges du réglementarisme
La députée bloquiste Maria Mourani présente un projet de loi pour accélérer la lutte à la traite des personnes et au proxénétisme
La prostitution menace le patrimoine humain
La série "Maison close" : de la fiction à la réalité
C’est un métier, tout comme le vôtre…
Décriminaliser totalement la prostitution sape le travail pour l’égalité des sexes - Exigeons le changement
"Abolir la prostitution" – Une question en suspens pour le féminisme et pour la gauche
Pays-bas : infirmières ou prostituées ?
Madame Parité commence fort en renvoyant les femmes… au bordel !
Le sexe s’invite à la Coupe du Monde
Feu « Verts » au proxénétisme !
Plus de pornographie à l’Assemblée nationale, mais des assises de la prostitution au Sénat
"Travailleurs du sexe", un documentaire sexiste, réactionnaire et dangereux
Le Mouvement du Nid-France louera un mini-car pour faire visiter les maisons closes
Pour un quartier assiégé, la prostitution est loin d’être un "crime sans victime"
De client prostitueur à homme responsable : une démarche nécessaire
Le "client", premier agent de la prostitution
Proxénétisme et prostitution - Lettre ouverte aux candidat-e-s aux élections européennes de juin 2009
Poser les bases d’une Europe sans prostitution, c’est oser
Le tourisme de prostitution, une industrie mondialisée florissante
Prostitution : la grande promo
Première Journée mondiale contre l’exploitation sexuelle : les raisons d’un engagement
Prostitution et traite des êtres humains, enjeux nationaux et internationaux
Le vagin industriel. Vers une économie politique du sexe commercial mondialisée
S’attaquer au trafic mondial du sexe
Intégrisme islamique et esclavage sexuel en Iran
Le corps des femmes est attaqué. Que fait-on ? On se tient debout et on riposte !
Libre disposition de son corps et liberté de se prostituer
Le refus de la prostitution gagne du terrain
La mode hypersexualisée s’inspire de la pornographie
Le "droit de prostituer" n’est pas un droit de l’homme
"Abolition de la prostitution" - Édito Revue Labrys
Affaire Sneep aux Pays-Bas - Condamnation de deux proxénètes qui ont exploité et maltraité 120 filles de l’Europe du Sud et de l’Est
Le commerce du sexe est florissant en Afghanistan
Sexe et Formule 1
Dossier prostitution - Importants développements à l’échelle internationale
Prostitution - Touche pas à mon client ?
Le Conseil National des Femmes du Luxembourg (CNFL) se prononce en faveur d’une législation agissant directement sur la demande de "services sexuels"
Affaire Spitzer - Le mythe du crime sans victimes
Le Mouvement du Nid inquiet de plusieurs mesures de la politique française sur la prostitution
Le Forum de Vienne sur la traite des êtres humains reste sourd aux voix des victimes
Une politique cohérente contre la violence à l’égard des femmes doit commencer par s’attaquer à la prostitution
Prostitution - À Alger comme en Europe, on esclavagise les femmes
Manifeste des hommes pour l’abolition de la prostitution (Espagne)
Pornographie et fin de la masculinité
Pornographie : "Ça fait mal, tellement mal" ou pourquoi certaines femmes ne veulent pas savoir
Prostitution et traite des femmes au Nevada
« Être abolitionniste, c’est défendre la liberté sexuelle ! »
"Rent-A-Wife", c’est discriminatoire !
Après des décennies, les secrets des bordels des camps nazis émergent
Une association féministe espagnole conteste l’expression "travailleuse du sexe"
Le Mouvement du Nid face aux clients prostitueurs
Première Journée mondiale pour un tourisme responsable et respectueux, le 2 juin 2007
Richard Poulin parle de son dernier livre "Abolir la prostitution" - Interview par Sporenda
Police, Justice et acteurs sociaux, quelle coopération ?
Réflexions sur les meurtres de femmes prostituées au Royaume-Uni
Prostitution - Trois femmes et un débat
Déchirées par la guerre, les femmes d’Irak sont la cible des trafiquants du sexe
La prostitution n’est pas un service comme un autre
Entretien avec Coline Serreau sur le film Chaos
Qu’est-ce que la libération ? Le féminisme hier, aujourd’hui et demain
Quand le porno impose sa vision de la sexualité
La prostitution, une arme politique
Prostitution : tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir et qui existe quand même !
La liberté dévoyée
Mondialisation, militarisme et trafic sexuel
Pour que la porno recule
Marchandisation et déshumanisation : l’exemple de la prostitution
Richard Poulin lance un manifeste abolitionniste
Prostitution en Allemagne : Déclaration post-Coupe Mondiale de Football
Prostitution Reform - Stamp out sexual slavery (Angleterre)
La prostitution au XVIIIe siècle, pierre d’achoppement entre politiques locales et pouvoir royal
Campagne contre la traite des blanches de l’Europe de l’Est
Prostitution : les pièges du pragmatisme
L’âge du consentement sexuel à 16 ans : un pis-aller ?
Prostitution : cherchez le client
Enjeux de la prostitution considérée comme "travail du sexe"
L’envergure de la traite à des fins de prostitution
Les filles de l’Est
Violence pro-prostitution à la Maison des femmes de Paris
Le discours pro-prostitution : une rhétorique de dominant
"Survivantes" et féministes contre la prostitution
Clients de la prostitution : motivations et déterminants
La législation à l’encontre des prostituées au XVIIIe siècle
Une politique cohérente contre la violence faite aux femmes doit d’abord s’attaquer à la prostitution
La nouvelle industrie du sexe
"Terre promise", un film d’Amos Gitaï sur la traite des femmes
Prostitution : une arme de destruction massive
"Les clients de la prostitution : l’enquête", de Claudine Legardinier et Saïd Bouamama
Les Philippines contre le trafic sexuel
"Inside deep throat", contribution à la liberté sexuelle ?
La prostitution au XVIIIe siècle : introduction à une liberté superficielle
Femmes à vendre dans les pays baltes
Prostitution et Société No 150
Acheter du sexe n’est pas un sport
Une loi qui jetterait les femmes dans l’industrie du sexe
Casino de Hull - Des "playmates" de Playboy pour faire la promotion des nouvelles machines à sous
Ni coupables, ni victimes : libres ? Oui, libres de toute prostitution
Le système de la prostitution : une violence à l’encontre des femmes
La marchandisation du corps humain est une violation des droits fondamentaux de la personne
Le système de la prostitution au Cambodge : le témoignage de Somaly Mam
Le Mouvement du Nid
Le Mouvement du Nid - Documents sur la prostitution
La banalisation de la prostitution : des choses à savoir
L’Association canadienne des centres contre les agressions sexuelles réclame des politiques contre le commerce du sexe
16 journées d’actions citoyennes pour dire "Non aux violences à l’égard des femmes et à la prostitution ! Oui à la promotion de la dignité humaine !"
Prostitution et travail « invisible » : une assimilation dangereuse
Le risque global d’être convertie en marchandise
Gunilla Ekberg : « Le mieux que nous puissions faire pour nos soeurs prostituées, c’est de les aider à en sortir. »
Prostitution, pornographie et trafic des femmes
Sexe, argent et intégrisme postmoderne
Les politiques européennes et internationales sur la traite des êtres humains encouragent le proxénétisme
Quinze thèses sur le capitalisme et le système prostitutionnel mondial
Le chemin de Buenos Aires : la prostitution, hier et aujourd’hui
Prostitution,
la mondialisation incarnée

Mondialisation des industries du sexe : oppression maximale des femmes et des enfants du Sud, de l’Est, du Sud-Est, etc...
L’hypocrisie a-t-elle un sexe ? Ou comment masquer l’insoutenable réalité de la prostitution
L’importance de ne pas censurer le débat sur la prostitution
Viol et prostitution
Esclavage et prostitution
Journée de formation sur la mondialisation de la prostitution et du trafic sexuel - Documents
Les jeunes et l’industrie du sexe
La marchandisation du sexe : nouvel esclavagisme ?
Le "libre choix" en Allemagne : accepter de se prostituer ou perdre son allocation de chômage ?
La croissance effrénée des industries du sexe : entrevue avec Richard Poulin
Aux pays des tsunamis, le trafic sexuel sévit
Le modèle suédois : une source d’inspiration, non une panacée
Une étude dresse le portrait des prostitueurs ou clients de la prostitution
Prostitution : La nouvelle traite des Noirs
« La mondialisation des industries du sexe » : des faits aux valeurs
Décriminaliser la prostitution a profité aux proxénètes, pas aux personnes prostituées
Occupations militaires - La prostitution érigée en système
Le scandale de l’esclavage sexuel au Kosovo
« Les Yeux secs » et la caméra citoyenne de Narjiss Nejjar
Rapport sur les conséquences de l’industrie du sexe dans l’Union européenne
L’érotisation de la violence et de la subordination
Prostitution : réflexions d’un militant en colère
Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui, esclavage, travail forcé, trafic de personnes
Pacte du silence sur les clients de la prostitution
Le débat sur la prostitution : quelle libération sexuelle ?
Des questions à se poser sur la prostitution
Fabrication d’un nouveau mythe sur la prostitution
L’urgence est-elle de faire de la prostitution un métier ?
Je voudrais parler porno
La légalisation de la prostitution, une expérience qui a échoué en Australie
Prostitution, pornographie et capital
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe
Prostitution, trafic sexuel et mondialisation
On s’arrache les actions du premier bordel inscrit en bourse
Il faut stigmatiser le client... il est criminel
Adulte ou infantile, la prostitution est le contraire de l’autonomie sexuelle
Les enjeux occultés de la prostitution et les conséquences sur les rapports hommes-femmes
Le trafic mondial des femmes et des enfants
Des proxénètes à l’Université ?
La mondialisation des marchés du sexe - I
La mondialisation des marchés du sexe - II
Combattre le système prostitutionnel
Sexe : de l’intimité au « travail sexuel » ou prostituer est-il un droit humain ?
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe. Commentaire.
Pour une critique de la politique pro-prostitution de Cabiria
Prostitution : droits des femmes ou droit aux femmes ?
Faut-il une autorisation pour parler de la prostitution ?
« Le corps est un nouvel instrument d’esclavage » Florence Montreynaud
« La prostitution, ce n’est pas le plus vieux métier du monde, c’est le plus vieux mensonge » (Gunilla Ekberg)
L’idéologie sexiste et la pornographie
Femmes esclaves des bordels du Bangladesh







Un discours courant visant à légitimer la prostitution tend à considérer celle-ci comme un droit à la liberté de ses actes et un exemple de la pluralité des conceptions du bien. Mais peut-on analyser la prostitution comme un simple consentement à un contrat établi, comme c’est souvent le cas dans les sociétés libérales, et faire abstraction des rapports de domination symbolique sur lesquels elle se base ? De plus, n’est-il pas dangereux de fermer les yeux sur la dimension affective et spontanée de la sexualité, la rendant si impropre à un « contrat » ?

La notion de consentement est souvent invoquée lorsque l’on aborde le phénomène de la prostitution et que l’on cherche à le défendre. La prostitution serait un phénomène socialement acceptable dans la mesure où, dit-on, les personnes s’y adonnant seraient consentantes. L’on pourrait donc ainsi faire une distinction très nette entre la prostitution dite forcée et la prostitution dite libre. Dans la prostitution dite forcée, la personne ne consentirait pas aux rapports sexuels qu’on lui demande car elle serait sous l’influence d’individus cherchant à la tromper, la menacer et l’exploiter. La prostitution serait dite forcée également dans les cas impliquant des mineurs : on juge alors que le consentement n’est pas valide en raison de l’âge de l’individu. À l’inverse, dans la prostitution dite libre, les rapports sexuels rémunérés se feraient « entre adultes consentants », la personne prostituée s’exécuterait alors de son plein gré et considèrerait ce qu’elle fait comme un travail.

Ces deux conceptions de la prostitution sont commodes pour le philosophe ou le citoyen qui cherche à départager les relations sexuelles non problématiques des relations sexuelles exploitantes en se basant sur la rationalité et la notion de contrat. En effet, la question devient alors : la personne a-t-elle accepté les termes du « contrat sexuel » ou non ? Ou alors : est-elle dans une situation qui la force à accepter un rapport sexuel ou non ? Si ces deux questions peuvent sembler au départ simples, nous croyons pourtant qu’une analyse philosophique de la notion de consentement, des conditions politiques dans lesquelles il s’obtient et de la validité d’un contrat dans le domaine de la sexualité peuvent remettre sérieusement en question la distinction simple que l’on peut faire entre une prostitution libre et une prostitution forcée.

La défense d’une prostitution libre s’appuie couramment, précisons-le, sur deux postulats qui s’avèrent contradictoires. D’une part, il y a le postulat selon lequel l’acceptation de la prostitution serait dans le continuum de la libération sexuelle, comme une suite logique de l’acceptation de l’homosexualité et de la sexualité sans attaches sentimentales. Ce postulat aurait donc trait à la morale et au sens que l’on donne à son comportement. D’autre part, il y a le postulat que la sexualité dans la prostitution serait comme un travail « mécanique », pas plus différent finalement que le travail à l’usine, et qu’il n’aurait pas d’impact sur la vie intime de la personne dont c’est le « métier ». Ce postulat n’aurait donc aucun lien avec la morale, il serait amoral, et renverrait davantage au droit d’exercer un travail qu’à des valeurs de liberté. Ces deux postulats, parfois défendus par les mêmes personnes, sont évidemment contradictoires. En effet, ou bien la prostitution aurait un impact sur notre vie morale et sur notre niveau de liberté sexuelle (impact qui serait positif selon plusieurs défenseurs de la prostitution), ou bien elle n’en aurait pas et serait à traiter au même titre que n’importe quel travail mécanique comportant des risques.

La critique de la légitimation et de la banalisation de la prostitution, comme il se fait au sein du courant abolitionniste, que nous soutenons ici, suscite une réponse de la part des défenseurs de la prostitution selon ces deux postulats contradictoires. En effet, si l’on affirme que la prostitution a un impact sur notre niveau de moralité et notre niveau de liberté sexuelle (impact qui serait négatif selon nous), les défenseurs de la prostitution s’empressent alors de répondre que la prostitution n’a pas tant d’impact et qu’elle serait un travail « mécanique » sans conséquences réelles sur les personnes qui la pratiquent. Pourtant, ces mêmes défenseurs n’hésitent pas à traiter les défenseurs du mouvement pour l’abolition de la prostitution de puritains brimant la liberté sexuelle et les diverses formes de sexualités existantes. Il faudrait pourtant se brancher : ou bien la prostitution serait un phénomène ayant des impacts sur la vie intime et la citoyenneté et susciterait des questionnements philosophiques, ou bien elle ne le serait pas, et on verrait alors mal pourquoi faire tant d’histoires lorsque l’on parle d’abolir un travail qui comporte autant de dangers. N’y a-t-il pas des milliers d’ouvriers perdant leur emploi chaque année pour cause de relocalisation des usines ? Ce n’est pourtant jamais le droit à ce métier-là que l’on invoque lorsqu’on s’en inquiète, mais plutôt le droit à l’emploi, de façon générale, pour ces ouvriers. De plus, certains métiers ne peuvent-ils pas être abolis lorsqu’ils sont considérés comme dangereux ? La prostitution étant certainement l’un des « métiers » les plus dangereux au monde et un des plus stressants - le stress avant chaque rencontre avec un nouveau client est constamment évoqué dans les études sur le sujet, sans parler du stress post-traumatique, qui est fréquent(1) -, on voit mal pourquoi il serait surprenant de vouloir l’abolir. Mais vouloir abolir un travail dangereux dans des usines ou des mines ne suscite pas une défense enflammée et émotive, ainsi que des références au droit et à la liberté, comme c’est le cas lorsqu’on parle d’abolir la prostitution.

Il apparaît d’abord évident que le postulat portant sur la dimension inoffensive, mécanique et amorale de la prostitution est faux. Même ceux qui défendent cette position ne tardent pas à dévoiler la dimension morale qu’ils attribuent à la prostitution du simple fait qu’elle leur apparaisse comme un symbole de liberté sexuelle. En fait, si le sexe était simplement « mécanique », on verrait alors mal pourquoi le client de la prostitution ne serait pas indifférent face au physique, à l’âge ou à l’apparence de la personne qui lui fait ce « service ». On verrait mal également pourquoi il n’opterait pas pour la masturbation. En fait, il apparaît évident que la sexualité est une dimension complexe de l’humanité, qui est liée à une symbolique, à une identité et à une affectivité, et est bien plus qu’une simple activité « mécanique ».

Il est clair, pour nous, que la prostitution a davantage trait à des questionnements sur la morale et la liberté qu’à des questions de techniques de travail. Toutefois, ce postulat concernant le droit inaliénable à la liberté sexuelle que soutiennent des défenseurs de la légitimation de la prostitution pose selon nous plusieurs problèmes. En effet, de quelle liberté sexuelle parlons-nous lorsqu’il est question de prostitution ? Une « libération » peut-elle être effective si elle affecte négativement autant de vies humaines, à travers la répétition de relations sexuelles non désirées ?

Notons que le désir sexuel est à la fois fort et fragile : fort, car il s’adapte à des conditions sociales variées, au permis et au défendu d’une société, de même qu’aux espaces de transgressions ; fragile, car il ne se manifeste pas face à tout individu ni à toute circonstance, il est constamment affecté, soit positivement soit négativement, par les relations. Il faut en quelque sorte en « prendre soin ». Et provoquer des rencontres positives, comme dirait Spinoza. Cette fragilité du désir sexuel est, au fond, au cœur des préoccupations des défenseurs de la prostitution, comme il l’est d’ailleurs encore plus pour les défenseurs de l’abolition de la prostitution, mais pour des raisons différentes. Pour ceux qui défendent la prostitution, il ne faudrait pas empêcher tel sujet d’avoir la sexualité de son choix, même si cette sexualité s’avère non réciproque avec le partenaire concerné, en autant qu’il y ait consentement, et il faudrait adapter le marché économique aux demandes des individus.

Mais cet individu au désir fragile et pour qui il faudrait aménager les fantasmes, ne s’agit-il pas surtout, pour ces défenseurs de la prostitution, d’un individu mâle et consommateur, d’un « client » ?(2) Parmi les défenseurs de la prostitution, peu semblent tenir compte du fait que la sexualité de la personne prostituée est également une chose fragile et que la répétition quotidienne de gestes sexuels non désirés, qui sont demandés, voire exigés, par les clients, a nécessairement un impact sur leur vie morale et sexuelle. Nier cela serait considérer ces gestes comme « mécaniques » et dénués de sens et, nous l’avons vu, c’est un point de vue qui ne se défend pas.

On pourrait alors leur poser la question suivante : Qu’est-ce qui est le plus brimant au niveau de la sexualité d’un individu ? Est-ce le fait d’être empêché de vivre un acte sexuel désiré ou le fait de se voir imposer un acte sexuel ? Si l’on répond que la personne qui est empêchée de vivre un acte sexuel désiré est davantage brimée que celle qui se voit imposer un acte sexuel, on pourrait alors légitimer le viol. L’on nous dira alors que la personne prostituée, à l’inverse de la personne violée, est consentante. Mais comment procède le consentement dans la prostitution et doit-on y accorder de la valeur ?

L’anthropologue Nicole-Claude Mathieu s’est penchée sur cette notion de consentement dans son célèbre article au titre judicieux : « Quand céder n’est pas consentir ». Elle y explique comment les groupes sociaux vivant une domination sont amenés à « consentir » à des actes non voulus. Selon l’auteure, les femmes sont traditionnellement amenées à « consentir » aux demandes des hommes à cause des pressions sociales, de la domination symbolique et de leur situation économique souvent moindre. En fait, l’auteure refuse même cette notion de consentement et parle plutôt de collaboration de la part des femmes à leur propre oppression. Selon elle, le terme « consentement » est un terme évoqué par les hommes (ou les groupes sociaux dominants) pour se déculpabiliser d’un geste oppressant envers les femmes (ou les groupes sociaux dominés) : « Ainsi, avec le terme consentement, d’une part la responsabilité de l’oppresseur est annulée, d’autre part la conscience de l’opprimé(e) est promue au rang de conscience libre. La "bonne" conscience devient le fait de tous. Et pourtant, parler de consentement à la domination rejette de fait, une fois de plus, la culpabilité sur l’opprimé(e) ».(3)

Pour la philosophe Michela Marzano, le recours systématique à la notion de consentement est propre aux sociétés libérales qui ne cherchent pas à donner une définition unique du bien et qui conçoivent les rapports humains, y compris sexuels, comme des contrats. Cette notion de contrat dans le domaine de la sexualité - qui avait déjà, auparavant, été critiquée par Carole Pateman (4) - est dangereuse, car elle permet une manipulation des plus vulnérables. Le terme consentement sert, en effet, à justifier des situations d’exploitation : « Faire du consentement le seul critère capable de départager le légitime et l’illégitime au nom du respect des libertés fondamentales de l’être humain amène à vider de leur sens les droits de l’homme. Après avoir été valorisé comme un moyen de défense contre le pouvoir des plus forts et avoir été considéré comme l’expression de l’autonomie personnelle, le consentement se transforme en un moyen d’oppression servant à justifier des attitudes violentes et possessives qui tirent parti des fragilités et des failles des êtres humains ». (5) Selon la philosophe, on ne peut se contenter simplement de la notion de consentement lorsque l’on aborde des cas de sexualités non réciproques, comme c’est le cas de la prostitution. On ne peut nier le contexte social et politique (patriarcal ou androcentré) qui la maintient, ni la dimension inégalitaire du contrat sexuel entre la personne qui paye et la personne qui est rémunérée, ni sa dimension imprévisible. En effet, lorsque la personne prostituée consent aux demandes de son client, elle ne peut en rien prévoir la façon dont l’exécution du contrat va s’effectuer. Quels gestes seront commis ? Quelles paroles seront émises ? Comment se sentira-t-elle au moment de l’acte ? Quelles émotions seront suscitées ? En fait, la sexualité peut difficilement être conçue comme un contrat à cause de sa dimension affective et, surtout, à cause de son caractère spontané (j’y reviendrai).

Si Marzano et Mathieu rejettent la notion de consentement, ce n’est cependant pas tout à fait le cas de la philosophe Geneviève Fraisse, même si sa position demeure semblable à celle de Marzano concernant la prostitution. En fait, Fraisse, au lieu d’affirmer qu’il n’y a pas de consentement en situation d’exploitation, s’emploie plutôt à démontrer que le terme « consentement » n’est pas aussi positif qu’on le perçoit (y compris chez les féministes qui le rejettent précisément parce qu’il apparaît positif). Le consentement n’est pas un choix, mais bien une réponse à autrui. Cette réponse s’effectue en vertu des alternatives offertes à la personne. Le consentement ne serait pas nécessairement rationnel ou réfléchi et ne serait pas non plus une preuve éminente de la liberté du sujet : il serait dans le flou, quelque part entre la volonté et la soumission. Pour ces raisons, on ne peut le considérer comme un geste politique : «  ?...? je vois au moins trois raisons de ne pas donner à l’argument du consentement une place publique, un rôle historique. La première tient à la part du corps dans le consentement, ce mélange complexe d’expression physique et de parole. La seconde relève de la possibilité de l’histoire, de la grande histoire humaine, offerte ou non, par cet argument. La troisième renvoie au problème délicat de la frontière dans la pratique sexuelle, dans nos sexualités ». (6)

J’abonderais plutôt dans le sens de Fraisse par rapport au consentement, en ne rejetant pas l’idée qu’il y ait consentement, mais en soulignant la dimension insuffisante et limitée du consentement, et en affirmant qu’on ne peut tout expliquer ni tout excuser en invoquant cette notion. Marzano, quant à elle, démontre bien, par des exemples extrêmes, les limites du consentement, comme le cas de ce cannibale allemand qui, en 2001, a tué et mangé le corps d’un homme consentant. Un geste est-il excusable du simple fait que la victime aurait consenti ? En fait, le consentement de la victime ne diminue en rien la cruauté d’un tel geste.

Est-il acceptable d’acheter des services sexuels à des personnes prétendues consentantes quand on sait que la sexualité a une dimension fragile, qu’elle est liée à l’identité profonde de l’individu et que la répétition de relations sexuelles non réciproques a nécessairement un impact sur la vie des personnes et ce, même si ces dernières ont pu développer des mécanismes de dissociation (qui ne font, d’ailleurs, que remettre le problème à plus tard) ? Est-il acceptable d’acheter des services sexuels de personnes prétendues consentantes quand on sait à quel point l’entrée dans la prostitution est liée à des situations de vulnérabilité, qu’elles soient économiques ou affectives ? Il nous semble bien hypocrite de continuer à défendre la légitimation sociale de la prostitution sur la base du consentement quand on sait que ce consentement cache une tradition d’oppression des femmes qui ne fait que perdurer.

Le consentement n’est pas un choix. Il est une réponse à une situation, pas une affirmation. Pourtant, la sexualité ne devrait-elle pas toujours être une affirmation, un choix ? Elle devrait l’être à cause de sa dimension particulière, liée aux affects, à l’identité, au sens que nous lui donnons. Selon nous, on ne peut la rationaliser et en faire l’objet d’un contrat, sans nier ce qui la définit. Elle devrait être un choix également à cause de son caractère spontané, qu’il nous semble important de souligner. Ainsi, pour que la sexualité puisse s’exercer librement, il semble que l’individu doive préalablement avoir la possibilité de changer d’avis à tout moment, de n’être lié à aucun contrat, de pouvoir décider de poursuivre ou non une relation, de façon spontanée, et de pouvoir décider de la forme qu’elle prendra, et cela, en accord avec son (ou ses) partenaire(s). Or, le fait de faire entrer la sexualité dans le monde du travail, dans les termes d’un « contrat », a pour conséquence une perte dans cette possibilité de spontanéité qui est à la base de toute liberté sexuelle véritable.

Enfin, selon nous, la dénonciation de la prostitution et la lutte pour son abolition peuvent s’avérer parfaitement cohérentes avec une vision libertaire et hédoniste de la sexualité, en ce que celle-ci présuppose que la liberté sexuelle doive s’exercer de façon spontanée, dans le respect des sujets, en dehors de considérations économiques. L’absence de considérations économiques (en plus, bien évidemment, d’une absence de diverses formes de coercition ou de manipulation) se présente selon nous comme étant une condition nécessaire, sine qua non, à l’élaboration d’un choix de sexualité autonome et spontané. C’est pourquoi le fait de se prostituer ne pourra jamais être considéré comme un choix sexuel libre.

Notes

1. Voir, entre autres : Melissa Farley, « Bad for the Body, Bad for the Heart : Prostitution Harms Women Even if Legalized or Decriminalized », dans Violence Against Women, vol. 10, no 2, 2004.
2. Certains peuvent considérer que la prostitution permet également aux personnes prostituées de combler leurs fantasmes. Toutefois, elles sont en position d’offrir des services rémunérés et ne choisissent ni leurs clients ni les relations ni le contexte. Elles peuvent parfois refuser des relations, mais celles qu’elles ne refusent pas, elles ne les choisissent pas pour autant, elles y consentent, ce qui est différent - nous y reviendrons. On peut alors difficilement soutenir que le fait de ne pas choisir constitue un choix. Par ailleurs, cette idée de se prostituer pour des raisons sexuelles est davantage un fantasme masculin : la très grande majorité des personnes prostituées, y compris celles défendant la prostitution comme travail, soutiennent qu’elles ne le font pas pour des raisons sexuelles (voir, par exemple, les témoignages parus dans Rose Dufour, Je vous salue...Le point zéro de la prostitution, Multimondes, 2005).
3. Nicole-Caude Mathieu, « Quand céder n’est pas consentir », paru dans L’anatomie politique : catégorisation et idéologie du sexe, Côté-femmes, 1991, p. 224-225.
4. Voir, entre autres : Carole Pateman, The Sexual Contract, Polity Press, 1988.
5. Michela Marzano, Je consens, donc je suis..., Presses Universitaires de France, 2006, p. 184.
6. Geneviève Fraisse, Du consentement, Seuil, 2007, p. 126.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 19 septembre 2007

Première publication dans Médiane, magazine philosophique québécois (volume 2, numéro 1, automne 2007), qui a autorisé la reproduction de cet article sur Sisyphe.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Rhéa Jean, docteure en philosophie

Rhéa Jean a terminé un doctorat en philosophie en 2011 (Université Laval, Université de Sherbrooke). Sa thèse portait sur les questionnements éthiques soulevés par la prostitution. Depuis, elle a effectué des recherches postdoctorales à l’Université du Luxembourg. Elle s’implique également dans le milieu féministe (depuis 2001), particulièrement sur la question de la prostitution. Elle est l’une des membres fondatrices de la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES).



Plan-Liens Forum

  • > Prostitution : les limites du consentement
    (1/4) 14 octobre 2007 , par

  • une sexualité contractualisée
    (2/4) 12 octobre 2007 , par

  • > l’horreur habituelle
    (3/4) 10 octobre 2007 , par

  • à 10000 metres au dessus du trottoir
    (4/4) 9 octobre 2007 , par





  • > Prostitution : les limites du consentement
    14 octobre 2007 , par   [retour au début des forums]

    Votre point de vue sur le consentement est très interressant et il me semble qu’on peut appliquer le même raisonnement aux emplois salariés :
    Beaucoup d’employés consentent à effectuer les tâches qu’on leur assigne, et la structure de notre monde "évolué" ne leur laisse pas d’autre choix que de consentir.
    On dirait que l’idéologie à la mode veut guider tout le monde (prostituées comprises) vers le consentement, de gré ou de force :-(

    Peut être verrons nous bientôt l’apparition d’agences de travailleurs temporaires du sexe pour compléter les emplois précaires ?

    une sexualité contractualisée
    12 octobre 2007 , par   [retour au début des forums]
    Prostitution & conjugalité

    " De plus, n’est-il pas dangereux de fermer les yeux sur la dimension affective et spontanée de la sexualité, la rendant si impropre à un « contrat » ?", dites-vous en introduction à votre article : alors ... le mariage ? ce contrat de longue durée, longtemps assorti du fameux "devoir conjugal" n’est-il pas le prototype de la contractualisation des rapports humains, en l’occurrence sexuels ? Je soutiens que la réalité du contrat vicie profondément les rapports sexuels, voire les rapports humains en général. Voir à ce propos mon article :

    > l’horreur habituelle
    10 octobre 2007 , par   [retour au début des forums]

    Merci pour votre article. J’ai toutefois l’impression que la réalité est encore plus complexe.
    La relation avec les autres est difficile. La situation de travail souvent est dangereuse. Pire encore la situation de "chomage" dans nos société est dure. Peut étre faudrait t’il envisager le cas ou quelques personnes pour éviter la faim ou l’extréme pauvreté Préferent vendre ce qui leur reste.

    à 10000 metres au dessus du trottoir
    9 octobre 2007 , par   [retour au début des forums]

    Voilà qui s’intéresse beaucoup à la prostitution et bien peu aux prostituées ! Rejetées dans l’illégalité, ignorées et méprisées tant par les politiques que par certaines "féministes" de salon, elles peuvent bien en baver. Mieux vaudrait leur donner la parole, elles au moins savent de quoi elles parlent !


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2007
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin