| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







lundi 7 mars 2005
Parler de la violence sexuelle dérange, par Viol-Secours (Québec)

Il faut le dire pour que tout le monde en prenne conscience : parler de la violence sexuelle dérange. D’ailleurs, de plus en plus, on nous reprend lorsqu’on prononce le mot « viol ». Il faut dire agression sexuelle.

C’est un malaise qui se répercute à différents niveaux. On a souvent l’impression qu’il faut s’ajuster à un discours, une mode. La violence sexuelle dérange même les soi-disant experts. Lorsque l’on se retrouve à des tables de concertation, le malaise refait surface. Comment doit-on traiter ce problème qui a dépassé largement l’étape d’un simple constat ?

La loi du silence est bien incrustée dans nos moeurs. Elle nous bâillonne et elle nous ralentit. Elle ne favorise pas l’ouverture, la parole et le dénouement.

Nous réalisons que tous les dossiers, documents, rapports, qui proviennent de divers ministères, de comités d’experts, de comités santé tendent généralement à parler de la violence faite aux femmes uniquement dans le contexte de la violence conjugale. Le chaînon manquant, c’est que la violence sexuelle est la plupart du temps occultée même si nous l’avons souligné sans arrêt depuis la fin des années 70, rien n’y change.

J’aimerais comprendre ce qui se passe. Est-ce qu’il faut en déduire que cette forme de violence fait tellement réagir qu’il faut éviter d’en parler ou bien cela correspond-il davantage à une résistance, une peur ?

J’aimerais que toutes les formes de violence à l’égard des femmes soient aussi bien documentées et aussi bien traitée même si elles dérangent.

Au Gala des Jutra, on a très peu parlé du film « Elles étaient cinq ». On dit que c’est un film qui dérange. Il y a encore beaucoup de femmes qui n’osent pas parler des viols qu’elles subissent parce ça risque de déranger….

C’est ce que j’entendais déjà en 1976.

L’équipe de Viol-Secours, Québec

* Site Internet de Viol-Secours.
* Courriel
* Tél. : (418) 522-2120 Fax : (418) 522-2130
* 801, 4ième Rue, bureau 205
Québec, QC G1J 2T7

- Pour plus d’information sur Viol-Secours et ses services, lire « Viol-Secours : un quart de siècle au service des femmes »

Mis en ligne sur Sisyphe, le 22 février 2005



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


lundi 7 décembre
Le Prix PDF Québec 2020 est décerné à JANETTE BERTRAND
vendredi 3 avril
"Pour un feminisme universel" de Martine Storti
lundi 18 mars
Des livres en solde aux éditions Sisyphe
jeudi 7 mars
Le 8 mars : une occasion de rappeler le droit des femmes à vivre en sécurité - Action ontarienne contre la violence faite aux femmes
jeudi 7 mars
Plus de 10 000 demandes d’hébergement refusées chaque année : cri d’alarme des maisons pour ne plus dire "NON" !
mardi 5 mars
PDF Québec - Les fées ont toujours soif !
mercredi 28 novembre
De la couleur contre la douleur : Un appel politique pour la fin des violences envers les femmes
samedi 24 novembre
Fédération des maisons d’hébergement pour femmes - 12 jours d’action : les femmes violentées manquent de services au Québec !
mercredi 31 octobre
La CLES - Réaction aux prises de position de la FFQ sur la prostitution
lundi 8 octobre
Brigitte Paquette, "La déferlante #MoiAussi. Quand la honte change de camp"








> Parler de la violence sexuelle dérange, par Viol-Secours (Québec)
13 janvier 2008, par Olga



> Parler de la violence sexuelle dérange, par Viol-Secours (Québec)
13 janvier 2008, par Olga   [retour au début des forums]

Il est vrai que le viol est tabout. Jai déja vécue et la honte me fesait garder le silence. Mais il faudrait que tous soient mieu renseigné sur le sujet. On éviterais les malaise et la honte

[Répondre à ce message]

http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin