| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







jeudi 15 septembre 2005
Viol et séquestration d’une adolescente.
Les propos de Me Lynda Bureau sont inacceptables

On a vu parfois des avocats et des juges masculins délirer sur la question du viol, c’est maintenant le tour d’une avocate que le Barreau devrait rappeler à l’ordre. Il ne suffit pas de connaître le code criminel pour faire un-e bon-ne avocat-e. Il faut peut-être avoir quelques notions de psychologie et une connaissance minimale des comportements des êtres humains, de l’enfance à l’âge adulte, et connaître le domaine socio-juridique dans lequel on plaide.

Communiqué

Les propos de Me Lynda Bureau sont inacceptables

MONTREAL, le 9 sept. /CNW Telbec/ - La Fédération des infirmières et
infirmiers du Québec (FIIQ) considère les propos tenus par l’avocate de
Frédéric Dompierre, Me Bureau, totalement inacceptables.

Pour la vice-présidente de la Fédération, Michèle Boisclair, rien ne peut justifier de tels propos. "Affirmer que la victime d’un viol a une
responsabilité dans son malheur est incompréhensible, c’est révoltant. Il n’y a aucune raison valable pour accepter de tels propos. C’est un très mauvais message qui est envoyé à toutes ces femmes victimes d’un viol et qui hésitent à porter plainte", de déclarer la vice-présidente.

"La Fédération représente plus de 56 000 professionnelles en soins
infirmiers et cardio-respiratoires et sont majoritairement des femmes. Nous avons toujours prôné une politique de dénonciation contre la violence à l’égard des femmes. Nous savons qu’encore aujourd’hui des femmes hésitent à dénoncer des situations d’agression. La culpabilité et la honte ont une emprise inestimable et font en sorte que les agresseurs continuent d’agir librement. Depuis plusieurs années, l’éducation faite aux jeunes et moins jeunes va dans le sens inverse des propos de Me Bureau et c’est pour cette raison que l’on ne peut les tolérer", de poursuivre madame Boisclair.

"Un viol reste un viol, et ce, peu importe l’âge de la victime où l’heure à laquelle l’agression est faite. Nous espérons que les instances qui appartiennent à cette profession agiront sans délai dans le cas qui nous occupe présentement", de conclure madame Boisclair.

Site de la FIIQ.

- Lire également : « Victime jugée responsable d’avoir été violée », par Louise Lebuc, La Presse.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 10 septembre 2005.



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


lundi 7 décembre
Le Prix PDF Québec 2020 est décerné à JANETTE BERTRAND
vendredi 3 avril
"Pour un feminisme universel" de Martine Storti
lundi 18 mars
Des livres en solde aux éditions Sisyphe
jeudi 7 mars
Le 8 mars : une occasion de rappeler le droit des femmes à vivre en sécurité - Action ontarienne contre la violence faite aux femmes
jeudi 7 mars
Plus de 10 000 demandes d’hébergement refusées chaque année : cri d’alarme des maisons pour ne plus dire "NON" !
mardi 5 mars
PDF Québec - Les fées ont toujours soif !
mercredi 28 novembre
De la couleur contre la douleur : Un appel politique pour la fin des violences envers les femmes
samedi 24 novembre
Fédération des maisons d’hébergement pour femmes - 12 jours d’action : les femmes violentées manquent de services au Québec !
mercredi 31 octobre
La CLES - Réaction aux prises de position de la FFQ sur la prostitution
lundi 8 octobre
Brigitte Paquette, "La déferlante #MoiAussi. Quand la honte change de camp"








Le Canal Évasion se dissocie de Proulx
17 septembre 2005
Dire c’est faire
17 septembre 2005, par Lucie Poirier
> Viol et séquestration d’une adolescente.
Les propos de Me Lynda Bureau sont inacceptables

17 septembre 2005, par L’équipe de la Maison Kinsmen Marie-Rollet
> Viol et séquestration d’une adolescente.
Les propos de Me Lynda Bureau sont inacceptables

16 septembre 2005, par femme de france
> Viol et séquestration d’une adolescente.
Les propos de Me Lynda Bureau sont inacceptables

12 septembre 2005, par liliane martin
Vite ! Un couvre-feu pour les femmes !!!
12 septembre 2005, par Stella-Marie



Le Canal Évasion se dissocie de Proulx
17 septembre 2005   [retour au début des forums]

Le Canal Évasion vient de décider de retirer des ondes l’émission Globe-Trotter, animée par Gilles Proulx, à la suite des propos disgracieux tenus par l’animateur sur les ondes de TQS au sujet du dossier Dompierre.

Vendredi dernier, M. Proulx a traité en ondes une victime d’agression sexuelle de 14 ans de « petite garce » et « petite vache ». Selon lui, elle était responsable de son agression et n’avait qu’elle à blâmer.

La chaîne spécialisée ajoute que toute négociation en vue d’une nouvelle série avec Gilles Proulx est désormais chose du passé.

Les propos de l’animateur ont été dénoncés par les parents de la victime, les groupes d’aide aux victimes d’agressions, le diffuseur TQS et des téléspectateurs qui auraient porté plainte à la station et au CRTC.

Pour déposer une plainte au CRTC : (http://www.crtc.gc.ca/FRN/INFO_SHT/G8.HTM)

Pour annoncer votre boycott de TQS : (514) 390-6035 ou tvpublic@tqs.ca

Martin Dufresne

[Répondre à ce message]

Dire c’est faire
17 septembre 2005, par Lucie Poirier   [retour au début des forums]

Le poste de télévision TQS s’est dissocié des propos de Gilles Proulx certes mais aucune excuse n’a été formulée. Il y a quelques années un juge s’était excusé relativement aux propos antisémites qu’il avait tenus mais il ne s’était pas excusé pour ses propos misogynes. En refusant de s’excuser TQS minimise la gravité des propos de Gilles Proulx ; si ses déclarations avaient concernés des Juifs ou des Noirs, il aurait peut-être même été renvoyé, le poste se serait excusé, le CRTC aurait peut-être même sévi. Lorsque les femmes sont offensées, c’est pas grave.

Les mots sales qui outragent les femmes sont banalisés. L’apathie, le laxisme sont des formes de cautionnement, de complicité. Or, c’est par la mentalité que commence la violence faite aux femmes, c’est à cause de la conviction de leur infériorité que des gestes d’agression, d’abus, d’homicide sont posés contre elles. Dire c’est faire. Dire du mal, c’est faire du mal. A quand les excuses de TQS, à quand les sanctions à l’égard de Lynda Bureau ? Quand celles et ceux qui en ont les moyens lanceront-ils le message clair d’une volonté de faire évoluer les consciences ? D’ailleurs, dire des excuses c’est faire des excuses.

Si vous avez la conviction qu’il importe de dénoncer les propos diffamatoires et rétrogrades vous pouvez vous exprimer auprès de TQS en laissant un message au (514) 390-6035 ou en écrivant à tvpublic@tqs.ca.

Lucie Poirier

Montréal

[Répondre à ce message]

> Viol et séquestration d’une adolescente.
Les propos de Me Lynda Bureau sont inacceptables
17 septembre 2005, par L’équipe de la Maison Kinsmen Marie-Rollet   [retour au début des forums]

Et la victime dans tout ça ?

Comme intervenantes auprès des femmes violentées de la région de Québec, nous souhaitons encourager et soutenir la jeune adolescente victime d’agression sexuelle qui se retrouve, malgré elle, au cœur d’une controverse judiciaire et sociale depuis plus d’une semaine. Les propos tenus par Me Lynda Bureau, l’avocate de la défense dans cette cause (renchéris par notre illustre Gilles Proulx), nous rappellent combien il est facile de glisser dans le jugement et la responsabilisation de la victime, ce qui constitue une nouvelle agression en soi.

En conséquence, cela peut dissuader les autres victimes, pour qui il est souvent essentiel de porter plainte afin d’assurer leur intégrité physique et psychologique. Nous souhaitons que cette jeune en devenir ne se laisse pas abattre par ces propos sans fondement et continue ses démarches afin d’avoir tout le soutien nécessaire après une telle épreuve.

Nous croyons qu’une société de droits et de démocratie comme la nôtre devrait condamner tout autant que les agresseurs que ceux qui cautionnent publiquement de tels actes. Rappelons que l’imprudence n’est pas condamnable aux yeux de la loi, et honnêtement, qui n’a jamais bravé ses parents et passé outre le couvre-feu ? Nous souhaitons qu’elle puisse continuer à marcher la tête haute et qu’elle soit en paix avec la décision d’avoir porté plainte. Malgré son jeune âge, c’est elle qui renvoie le bon message à notre société beaucoup trop complaisante en matière d’agression sexuelle et de violence envers les enfants et les femmes.

L’équipe de la Maison Kinsmen Marie-Rollet, maison d’hébergement pour femmes violentées et en difficulté.

[Répondre à ce message]

> Viol et séquestration d’une adolescente.
Les propos de Me Lynda Bureau sont inacceptables
16 septembre 2005, par femme de france   [retour au début des forums]

mea culpa
aprés une réaction " épidermique " trés émotives , je me rends compte que gilles proulx n’est pas LE coupable mais celui qui révèle.
le Bouffon au sens symbolique du terme.

"malheur à celui par qui le scandale arrive"

cet homme à le mérite d’avoir appuyé à l’endroit ou était la blessure, et par la indiquer OU était la blessure.

Quand vous l’aurai crucifié , cet imbécile qui n’a que résonné au propos d’une idéologie machiste relayé (quel horreur )par une femme, vous n’aurez pas résolu le problème.

La VRAI question est : " comment dans une société de droit , une avocate peut elle en appeller à la faiblesse de la victime (faiblesse de discernent par l’age, par la faiblesse du physique ...) ? pour excuser l’agresseur ?.
c’est comme dire , "il faut bien qu’il soit prédateur puisque tu es désigné comme proie ".
non gilles proulx n’est pas responsable de l’ambiance déplorable qui permet de dire "tu à cherché à etre violeé par le fait que tu es une femme" et que tu le montre.

Il a bien fait son travail qui est de mettre " les pieds dans le plat".
Il a déclenché le débat, "jeté le pavé dans la mare".

Sachons nous servir de lui et de ses outrances pour dénoncer les crimes contre l’enfance.

[Répondre à ce message]

> Viol et séquestration d’une adolescente.
Les propos de Me Lynda Bureau sont inacceptables
12 septembre 2005, par liliane martin   [retour au début des forums]

ça continue encore ce matin avec les commentaires lu dans le journal de montréal
je ne veux pas de jeff filion a montréal
j ai écris a tqs et laisser des messages
on devrait manifester devant tqs pour que gilles proulx soit mis a la porte
il est carrément affreux et j en suis toute émotionée je dois me calmer c est terrible dites moi que tous ensemble on va faire quelquechose contre gilles proulx

[Répondre à ce message]

Vite ! Un couvre-feu pour les femmes !!!
12 septembre 2005, par Stella-Marie   [retour au début des forums]
Viol et séquestration d’une adolescente.
Les propos de Me Lynda Bureau sont inacceptables

Un peu plus et Madame Bureau demanderait aux parents des filles de leur imposer un couvre-feu et pourquoi pas un couvre-feu à toutes les femmes. De cette façon, comme elle le dit si bien on "responsabiliserait" les femmes. Pour ce qui est de responsabiliser son client, et les gars, ben on repassera !!! Elle envoie le message aux femmes de surveiller leurs arrières car les "taureaux" en liberté, de toute façon, non seulement n’ont pas à se civiliser ni à se contrôler mais la nuit leur appartient et ils ont tous les droits !

[Répondre à ce message]

    > Vite ! Un couvre-feu pour les femmes !!!
    14 septembre 2005, par
    Jamay   [retour au début des forums]


    Bravo pour le commentaire.

    Vraiment, je ne pensais pas qu’il restait encore des femmes maintenant un tel discours. Devrait-on imposer des cours d’éthique plus évolués et de psychologie aux étudiants en droit ? Quand on entend des propos comme ceux-là, sans hésitation, je réponds oui. Il est certain que dans ce cas, le barreau doit agir. S’il s’agissait d’un discours discriminatoire envers une ethnie en particulier, il y a longtemps que celui-ci aurait réagi.

    En ce qui a trait aux médias, des gens tenant des propos comme ceux de Gilles Proulx et J. Fillion devraient tout simplement être bannis des médias... Peut-on tolérer que la libre expression devienne la liberté de publiciser la haine par le sexisme et le racisme ?

    [Répondre à ce message]

    > Vite ! Un couvre-feu pour les femmes !!!
    16 septembre 2005, par
    femme de france   [retour au début des forums]


    il y a une expression en france qui dit "ranger vos poules, je lache mon coq".

    c’est bien ce que clame madame bureau.

    Je conseilles à tous les mâles qui ne gerent pas leur testostérone d’attendre cette avocate à tous les coins de rue aprés 20h et de l’utiliser pour se soulager.

    En effet , il me semble bien qu’elle leur en à donner la permission.

    [Répondre à ce message]

http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin