Sisyphe

un regard féministe sur le monde

Accueil > ... > Forum 3709

L’isolement : la pire des violences

7 décembre 2005, 02:16, par Annie Lafrenière

Il apparaît indiscutable que la télévision ait une influence néfaste sur le développement de l’enfant et de l’adolescent, s’inscrivant aux premières loges de leur mode de vie sédentaire. Il est également probant qu’une banalisation de la violence dans les médias incite les jeunes (et les moins jeunes) à adopter des comportements violents, puisque les modèles qu’on leur offre règlent leurs conflits à coups de calibres 22. Je ne remets nullement en question ces sombres constats. Toutefois, je me demande jusqu’à quel point la nature violente des images se veut responsable d’une augmentation du taux de crimes violents chez les jeunes. Si la télévision est coupable d’une chose, c’est selon moi de créer (ou de maintenir) l’isolement, de couper du monde ceux qui la regardent religieusement plus de 30 heures par semaine. Voilà la pire des violences à laquelle se voient confrontés les adeptes de cette trop fameuse boîte à images. Ce sont d’abord les relations familiales qui, grandes perdantes, en souffrent. Et bien que la famille se trouve plus que jamais éclatée en ce début de 21ème siècle, elle n’en demeure pas moins la référence première, la pierre de touche de tout individu. L’échange doit donc être permis et surtout, encouragé, dans ce lieu initial trop souvent peuplé de téléviseurs. Qu’est devenu ce moment jadis rassembleur où la famille (en entier !) passait à table ? Que sont devenues ces soirées passées en famille, à discuter, à jouer, à créer des liens, à se disputer parfois, mais à vivre les uns près des autres sans s’ignorer complètement ? Il n’en reste que peu de choses. La réalité est que les échanges diminuent de façon inversement proportionnelle avec l’augmentation du nombre de téléviseurs par foyer. Qu’avez-vous retenu de la crise du verglas de 1998, cette grève forcée de la télévision, sinon toutes ces familles réunies autour du foyer, tous ces gens rassemblés dans les écoles, tous ces voisins soudain solidaires et compatissants ? Faites le test encore fois : condamnez votre téléviseur, et vous verrez que vous vous tournerez naturellement vers les autres. L’être humain supporte mal la solitude. Mais l’effet pervers de la télévision est qu’en donnant l’illusion de nous sentir moins seuls, elle nous coupe littéralement du monde.