source - http://sisyphe.org/article.php3?id_article=2905 -



Le Forum de Vienne sur la traite des êtres humains reste sourd aux voix des victimes

25 février 2008

par Lobby européen des femmes

Le LEF a participé au Forum de Vienne contre la traite des êtes humains, qui s’est déroulé du 13 au 15 février 2008, dans le cadre de l’initiative mondiale de l’ONU pour combattre la traite des êtres humains (UN.GIFT). L’UN.GIFT vise à conjuguer les forces et à coordonner la lutte mondiale contre la traite des êtres humains, sur la base des accords internationaux conclus aux Nations Unies. À cette date, plus de 110 pays ont signé le Protocole des Nations unies visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes. Le Forum de Vienne a réuni plus de 1000 délégué-e-s de gouvernements, d’organisations internationales, du secteur privé et de quelques ONG pour définir des stratégies de lutte contre la traite et faciliter l’échange de bonne pratiques au niveau mondial.

À cette occasion, le LEF a publié une déclaration commune avec la Coalition contre la traite des femmes (CATW) et Equality Now, dans laquelle nous faisons part de notre inquiétude : en effet, le Forum n’abordera pas la question des causes et des dimensions spécifiques de la traite des personnes dans un but d’exploitation sexuelle, ni de l’industrie commerciale du sexe et de sa dépendance par rapport à la traite des êtres humains. Partout dans le monde, les organisations de femmes locales ont été à la pointe de la lutte contre la traite avec très peu de soutien financier. Bien que des rapports estiment à 4 millions de dollars le coût du Forum de Vienne, les victimes de la traite à des fins d’exploitation sexuelle et les groupes qui travaillent sur le terrain pour soutenir et sauver les victimes, tels que le Projet pilote Nordique-Baltique (1), n’ont pas fait l’objet d’une grande attention pendant le forum.

Pour combattre la traite des femmes, la déclaration commune préconise que les gouvernements et l’ONU s’attaquent au problème de la discrimination femmes-hommes, mettent en place et financent correctement des mesures permettant d’améliorer les conditions socio-économiques, politiques et juridiques des femmes et des petites filles. En outre, les États doivent faire montre de la volonté politique de développer des outils efficaces pour poursuivre les trafiquants, protéger les victimes de la traite et remédier de façon radicale au problème de la demande de femmes et d’enfants dans un but d’exploitation sexuelle. Comme le stipule le Protocole de Palerme, les gouvernements sont obligés d’adopter ou de renforcer les mesures législatives et autres afin de décourager la demande, qui alimente toutes les formes d’exploitation des personnes, en particulier des femmes et des enfants, et est à l’origine de la traite. Dans notre déclaration, nous soulignons également que la criminalisation de la demande de prostitution, comme on l’a fait en Suède, en Corée du Sud et au Népal, est le remède le plus efficace contre ce fléau. Pour en savoir plus, contactez le Lobby européen des femmes.

- DVD du LEF : "Pas à vendre".

Note

1. Projet pilote Nordique-Baltique.

Plus d’information sur : les brèves du LEF, février 2008

European Women’s Lobby : courriel.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 20 février 2008

Lobby européen des femmes


Source - http://sisyphe.org/article.php3?id_article=2905 -