source - http://sisyphe.org/article.php3?id_article=4071 -



Il bat deux femmes ou abat la dignité de toutes les femmes ?

4 janvier 2012

par Ana Pak, féministe laïque

En ces jours de fête et d’information sur la crise de l’économie libérale qui nous abasourdissent, qu’importe qu’un homme à Marseille ait battu, au bloc opératoire, une sage-femme qui, au moment de l’anesthésie, avait enlevé le voile de son épouse afin de la préparer pour une césarienne !

Sa femme avait crié : « Laisse-les faire ! » et lui l’avait menacée : « Tu en subiras les conséquences, nous divorcerons » !

Ce n’est rien… Ce n’est rien qu’une affaire familiale…

Et puis, il faut respecter la culture des autres…

Franchement, assez d’ « islamophobie » ! (sic).

Nous allons même voir des pancartes qui diront que féminisme = islamophobie (sic).

Nous allons même créer des groupes de « feministes contre l’islamophobie » ( sic).

Comme il est révoltant d’entendre ce discours derrière lequel se profile une ignorance crasse. Une ignorance inouïe et inacceptable. Et comment accepter cela, dans un monde où nous avons accès à toute l’information grâce à quelques cliques ?

Je pense qu’avant tout il y a un mépris évident envers les femmes. Une misogynie intégrée qui place la religion au-dessus de la vie et des conditions de vie des femmes.

Surtout lorsque l’on sait que les femmes égyptiennes, iraniennes, tunisiennes, algériennes, afghanes et somaliennes, et bien d’autres, n’arrêtent pas de faire entendre leur cri au monde, malgré leurs oppresseurs. N’arrêtent pas d’exprimer leur peur de l’islam. De vouloir l’assignation de l’islam au domaine de la foi. De lutter pour mettre fin à l’intervention de l’islam dans leur vie sur la terre.

Parce que l’islam, comme toutes les religions, est totalitaire. Même pire que totalitaire !

Les femmes sous la loi islamique n’acceptent pas leur situation. Elles sont violées, lapidées, mutilées sexuellement ou autrement, et elles continuent de lutter contre leurs oppresseurs en sachant très bien que ces derniers s’appuient sur la religion pour mieux les brider. Elles résistent, luttent, refusent...

Comment et par quelle opération du Saint-Esprit faites-vous en Occident l’amalgame entre race et islam ?

L’islam est une religion. Ce n’est pas une race.

Lorsque l’on critique l’islam, lorsque l’on condamne des actes que les hommes commettent en s’appuyant sur l’islam, on ne commet aucun acte de racisme.

Celles et ceux qui, en Occident, se défendent d’être « homophobes », mais adhèrent aux luttes contre « l’islamophobie » et soutiennent les oppresseurs, se contredisent complètement et méprisent les luttes des femmes opprimées dans les zones où l’islam fait ravage.

Combien de fois, ici, sous votre nez, les jeunes filles qui ont refusé le voile, le mariage forcé, la relation imposée par un homme, ou ont eu des relations avec un autre que celui imposé par leur communauté, ont été assassinées ? Connaissez-vous leur nom : Sohane brûlée vive, Chahrazad brûlée encore vivante, Ghofrane lapidée (à Marseille) ?

Tout cela s’est passé en France, pas dans n’importe quel bled islamique. Et là-bas en Égypte, combien de jeunes blogueuses, de journalistes ont été violées parce que femmes ?

Il est vrai qu’il est difficile de soutenir les opprimées, surtout si nous-mêmes sommes des femmes. Être à côté des opprimées, connaître et reconnaître leur oppression demande un engagement. Une lutte incessante.

Vraiment pas facile de voir tant de violences faites aux femmes par les hommes. En victimisant les oppresseurs, on se facilite la tâche. On s’engage à leur côté, du côté des vainqueurs. Des hommes. Et on soutient leurs religions.

Alors qui est l’ennemie ? « L’islamophobe ? » (sic)

Qu’est-ce qu’être islamophobe ? Qui a inventé ce terme d’islamophobie ? C’est Khomeny, un despote religieux iranien ! Pourquoi ? Parce que les Iraniennes refusaient, en 1979, de se soumettre au voile obligatoire. Il les a accusées d’islamophobie !

L’islam tue tous les jours, et surtout il tue des femmes. Comme toutes les religions d’ailleurs...

Mais celles et ceux qui, au lieu de s’attaquer au problème de la violence des religions contre les femmes, attaquent celles qui la dénoncent, celles-là et ceux-là veulent condamner les femmes au silence.

C’est tellement difficile d’empêcher des crimes soi-disant « d’honneur », de lutter contre la mutilation sexuelle des filles et des femmes, d’abolir la lapidation,....

Alors que fait-on ? On se crée une ennemie imaginaire, « l’islamophobie ».

C’est plus facile de lutter contre cette ennemie inventée que de lutter contre une religion qui condamne les femmes à la soumission et à l’esclavage à vie !

Ah… Tout va bien, l’enfant de la femme à Marseille est en bonne santé... La mère ? Peu importe...

Le 25 décembre 2011

Liens :

  • Terriennes/Dossiers/violences-femmes
  • Cyberpresse.
  • www.theatlantic.com/

    Mis en ligne sur Sisyphe, le 4 janvier 2012

  • Ana Pak, féministe laïque


    Source - http://sisyphe.org/article.php3?id_article=4071 -