source - http://sisyphe.org/article.php3?id_article=5132 -



Prostitution - Amnesty relève les compteurs

26 août 2015

par Gérard Biard, Charlie Hebdo

Dommage, vraiment dommage que, dans l’affaire du Carlton, le tribunal de Lille ait acquitté Dodo la Saumure. Cela nous aurait donné l’occasion d’admirer de belles affiches estampillées Amnesty International, où, sur fond de menottes ensanglantées, la trogne couperosée du maquereau préféré de DSK aurait surplombé le slogan "Free, Dodo, Free !" Mais la justice ayant décidé de laisser le pourvoyeur de chair fraîche en liberté, l’ONG de défense des prisonniers d’opinion se voit privée d’une campagne qui lui aurait permis d’inaugurer par un coup d’éclat son nouveau champ d’action politique.

Car, lors de la réunion du Conseil international d’Amnesty, qui se tenait à Dublin mi-août, les délégué-e-s de section du monde entier ont planché sur une question d’importance : faut-il inscrire le proxénétisme parmi les droits de l’homme ? La réponse est tombée : c’est oui.

Et c’est un droit bafoué par tous ces pays abolitionnistes comme la Suède, la Norvège, et, peut-être, bientôt la France, qui pénalisent la libre entreprise et les échanges internationaux, qui mettent en place des programmes d’aide et de réinsertion pour détourner d’honnêtes travailleuses de leur devoir, et qui, de surcroît, jettent l’opprobe pénale sur de braves citoyens innocents ne faisant que répondre à l’appel de la nature.

Certes, Anmesty ne le dit pas vraiment comme ça. Elle appelle à une "dépénalisation" de la prostitution. Pas seulement la dépénalisation de l’activité de se prostituer - ce qu’ont fait tous les pays abolitionnistes - mais aussi, et surtout, serait-on tenté de dire, de toutes les activités liées au "travail sexuel entre adultes consentants".

Donc, le proxénétisme, le proxénète est généralement consentant. mais attention, pas le proxénétisme qui évolue dans la prostitution où les filles sont enlevées, vendues, battues, violées, torturées, droguées, rackettées, et mises sur le marché comme des pièces de bidoche, bien sûr. Ce n’est pas cette prostitution-là, affreuse et-bien-entendu-condamnable-mais-comment-donc-vous-pensez-bien-la-traite-et-les-réseaux-quelle-horreur, qu’Amnesty entend promouvoir, mais l’autre, la "bonne", la "traditionnelle", celle où les "travailleurs du sexe" sifflent en suçant.

Pour ce faire, les juristes de l’ONG mettent en avant un concept, disons, amusant : le proxénétisme "non coercitif". En clair, le maquereau "cool", le patron de bordel humaniste, le chef de réseau câlin, qui ne saurait faire l’objet de poursuites pénages injustifiées.

C’est un bel aveu. Demander la dépénalisation du proxénétisme"non coercitif", c’est reconnaître que cette fameuse prostitution "indépendante" et "consentie" est, sinon un pur fantasme, en tout cas un phénomène extrêment marginal, et que la prostitution ne va pas sans proxénétisme.

C’est admettre que les législations votées par les pays réglementaristes, comme l’Allemagne et les Pays-Bas, ont consisté en premier lieu à donner des droits, non pas aux personnes prostituées mais à ceux qui les "emploient" - avec les résultats que l’on sait, confirmés par les politiques locales : effet d’aubaine pour les réseaux de traite, fragilisation accrue des personnes prostituées, open-bar pour l’exploitation.

C’est avouer enfin que ce qui se cache derrière la défense des "travailleurs du sexe" n’est rien d’autre qu’un lobbying acharné pour faire du proxénétisme, petit ou grand, une activité commerciale comme une autre. Que c’est avant tout de la défense des patrons du sexe qu’il est question.

On remercie Amnesty pour cette belle franchise. Et on attend avec impatience son prochain Conseil international, où elle nous annoncera qu’elle ne fait plus de l’abolition de la peine de mort un principe, se contente de demander des conditions d’exécution sympas et dénonce les conditions inhumaines des bourreaux.

- Nos remerciements à l’auteur qui a autorisé la publication de son article sur Sisyphe. Cet article a été publié le 19 août, sous la rubrique "À la manivelle", dans le numéro 1204-1205 de Charlie Hebdo, p. 5, qu’on peut trouver en kiosque. Au Québec, si vous ne le trouvez pas, demandez à votre fournisseur de journaux ou à votre libraire de vous le commander.

- Le site de Charlie Hebdo.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 26 août 2015

Gérard Biard, Charlie Hebdo

P.S.

Relever les compteurs : recevoir de l’argent (la recette) gagné par qqun d’autre : souteneur qui vient chercher l’argent de ses filles ; par ext. de celui qui prélève qqchose à ceux qui sont sous son contrôle




Source - http://sisyphe.org/article.php3?id_article=5132 -