source - http://sisyphe.org/article.php3?id_article=5470 -



GPA - Lettre ouverte aux femmes ministres du gouvernement Trudeau
Non à la marchandisation du ventre des femmes et à la vente des enfants
En tant que femmes, êtes-vous prêtes à appuyer un projet de loi qui banalise la location d’utérus ?

1er octobre 2018

par Diane Guilbault, présidente, Pour les droits des femmes du Québec (PDF Québec)

Mesdames les ministres,

Nous sommes plusieurs à nous être réjoui-e-s de la nomination d’un conseil des ministres où les femmes étaient aussi nombreuses que les hommes. Nous savons que ce n’est que justice, mais nous espérons aussi que cette arrivée de femmes au pouvoir permettra de mieux prendre en considération le vécu des citoyennes qui forment la moitié de la population du pays.

Or, un projet de loi sur la commercialisation du ventre des femmes et la vente d’enfants arrive comme un test : les femmes au pouvoir vont-elles appuyer la défense de la dignité de la vie humaine ou voteront-elles en faveur du marché qui considère que les femmes sont une source de matière première et de profits pour une industrie en plein essor ? Bref, les femmes au pouvoir oseront-elles un regard différent ?

L’industrie de la grossesse pour autrui (GPA), est une industrie très lucrative : ils sont nombreux à tirer profit du désir d’enfant des uns et de l’insécurité financière des femmes. En tant que femmes, êtes-vous prêtes à appuyer un projet de loi qui banalise la location d’utérus ?

Si vous votez en faveur de la commercialisation de la GPA, vous savez que vous consentez à :

promouvoir le fait que des enfants soient conçus pour être vendus
systématiser l’abandon programmé de bébés naissants ;
soumettre au contrôle des parents commanditaires le corps d’une femme pendant 9 mois ;
faire fi des études qui démontrent l’importance des liens mère-enfant pendant la grossesse ;
faire fi des lois internationales qui interdisent le trafic des femmes et des enfants ;
faire fi des lois internationales qui interdisent les arrangements d’adoption avant la naissance d’un enfant ;
faire fi du fait que ce sont toujours les femmes les plus vulnérables et les plus pauvres dont l’utérus est mis à contribution ;
considérer les femmes comme des sources de production et de profits pour les nombreux intermédiaires impliqués dans l’industrie de la GPA ;
favoriser le fait que le Canada devienne un facilitateur du tourisme reproductif qui se développe à l’échelle internationale ;
permettre à des multinationales d’établir les règles du jeu ;
banaliser le fait que le marché de l’être humain devienne un marché comme un autre.

Ce ne sont certainement pas pour ces raisons que vous êtes venues en politique, après une difficile lutte pour faire votre place. Les femmes en politique devraient faire une différence.

Par ailleurs, le Canada aime bien se faire le champion des droits des femmes, comme il le fera lors de la réunion prochaine du G7 au Canada.

Il doit passer de la parole aux actes et protéger en premier lieu le droit des femmes et des enfants de ne pas devenir des marchandises qu’on loue et qu’on vend aux plus offrants.

C’est d’ailleurs dans l’intérêt de toute la population. En effet, la marchandisation de l’être humain ainsi légalisée risque de nous amener rapidement à la vente du sang et des organes.

À l’instar d’autres pays, tels la France, l’Allemagne, l’Italie, la Suisse, l’Espagne, le Danemark, la Suède, la Finlande, les Pays baltes, le Canada devrait non seulement interdire la pratique et a fortiori la commercialisation de la GPA, mais également être à l’avant-garde en luttant pour l’abolition universelle de la pratique de la GPA.

Nous vous demandons d’apposer un refus catégorique à tout projet de loi ou règlement qui permettrait la marchandisation des femmes et des enfants.

Il en va de la dignité humaine.

Bien respectueusement,

Diane Guilbault
Présidente, Pour les droits des femmes du Québec (PDF Québec)

- Vous pouvez copier et coller cette lettre dans un message courriel et l’adresser aux femmes ministres du gouvernement Trudeau dont voici les adresses :

carolyn.bennett@parl.gc.ca

Jody.Wilson-Raybould@parl.gc.ca

Chrystia.Freeland@parl.gc.ca

Jane.Philpott@parl.gc.ca

Marie-Claude.Bibeau@parl.gc.ca

Melanie.Joly@parl.gc.ca

Diane.Lebouthillier@parl.gc.ca

Catherine.McKenna@parl.gc.ca

Maryam.Monsef@parl.gc.ca

Carla.Qualtrough@parl.gc.ca

kirsty.duncan@parl.gc.ca

Patty.Hajdu@parl.gc.ca

Bardish.Chagger@parl.gc.ca

Karina.Gould@parl.gc.ca

Ginette.PetitpasTaylor@parl.gc.ca

Mis en ligne sur Sisyphe, le 12 mai 2018

Diane Guilbault, présidente, Pour les droits des femmes du Québec (PDF Québec)


Source - http://sisyphe.org/article.php3?id_article=5470 -