| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 1er mai 2004

La constitution provisoire, une entrave pour la société irakienne

par Moayad Ahmad






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Donald Trump élu, l’heure n’est plus à l’affliction mais à la mobilisation
Les viols dans les forces armées américaines : le secret le mieux gardé des États-Unis
États-Unis - Scrutin et guerre politique contre les femmes
Le 11 septembre 2001, témoignages - "Pourquoi je hais El Qaida" (K.B.) - "Vous n’avez plus aucun droit" (Adama, étudiante)
"Mad Men", la série d’une Amérique crépusculaire
Afghanistan - Ce que disent les documents de WikiLeaks
Hillary fait face à un vent de frivolité et de dérision
Afghanistan - « Ce massacre permet au monde d’entrevoir les horreurs auxquelles notre peuple fait face »
"Yes we can" mettre fin à la guerre
Crise financière aux États-Unis - Le holdp-up du siècle
À propos de Sarah Palin - "Drill, Drill, Drill !"
Hillary Clinton, le sexisme et les femmes
Afghanistan, guerre et éthique coloniale
La stratégie militariste est un cul-de-sac
Quand la cause des femmes sert d’alibi
La paix plus difficile que la guerre ?
Menace nucléaire et hégémonie
Pourquoi je ne participe pas à ces élections truquées
Le sadisme sexuel dans notre culture, en temps de paix et en temps de guerre
La domination sexuelle en uniforme : une valeur américaine
Au coin d’une rue arabe
Bush et Rumsfeld, vos excuses sont irrecevables !
Tout ce qui vient des États-Unis est béni, même le crime
En Irak, l’intégrisme islamique profite de la désorganisation sociale et du vide politique
La prison d’Abu Gharib, lieu d’étranges tortures
L’Irak est coincé entre Bush et l’Islam politique
La démocratie en Irak sera l’œuvre des Irakiens ou ne sera pas
Lettre ouverte à Richard Martineau sur l’Irak
"Les démons de l’Amérique" (Susan Sontag)
"L’Irak, c’est juste un tour de chauffe"
Poème pour la paix
Le mensonge comme arme de guerre
Les États-Unis cherchent à conquérir l’Irak depuis 80 ans
Les ruines de Babylone
La guerre dans les médias
Invasion et meurtre prémédité en Irak
À quelle espèce appartenons-nous ?
La voix des femmes pour la paix
Opus Pax
Poème pour la paix (en persan)
Poema por la paz
"Allez, George, rentre chez toi et arrête de faire peur à mon fils."
Bush, dis-nous qui es-tu ?
Quand le prédateur assoiffé prépare son invasion
Du journal d’une jeune irakienne
Une guerre pour renforcer l’hégémonie des États-Unis
Avec ou sans l’ONU, le Canada n’a rien à faire en Irak
Allocution pour la paix d’une jeune Américaine de 12 ans







À la suite de longues négociations et querelles, la constitution provisoire irakienne a finalement été signée. Un bref examen de cette constitution
montre que l’islam est intégré à l’Etat en tant que religion officielle. L’Etat devra considérer l’islam comme une source majeure de la loi, et ainsi, grâce à cette constitution, l’Etat devient une gigantesque machine aux mains des islamistes qui servira à opprimer la liberté de critiquer et de lutter contre les idées réactionnaires et les superstitions. C’est une constitution qui légalise les attaques contre la laïcité, le socialisme et les mouvements de libération. Elle opprime les femmes et leur promet une nouvelle tragédie. C’est aussi une attaque contre la classe ouvrière, contre les défenseurs de la liberté et de l’égalité des populations et des genres au sein de la société. Cette constitution fait des masses irakiennes les victimes des accords passés entre les groupes islamistes et ethnocentriques et les Etats-Unis.

La constitution provisoire, sous sa forme actuelle, sera une obstruction à la possibilité d’établir un gouvernement laïc et civil complètement indépendant de la religion, ce qui est une condition préalable à l’établissement, sous quelque forme qu’elle soit, de l’égalité et de la liberté au sein de la société. Elle sera une obstruction à la possibilité d’établir un climat qui aiderait les Irakiens à développer leurs capacités intellectuelles et critiques d’êtres humains leur permettant de jouir de la vie contemporaine. Cette constitution vise à légaliser prochainement l’établissement d’un pouvoir islamique, une dictature islamique comme celle en Iran, où les masses en paient encore le prix.

La constitution consacre les divisions ethniques et religieuses

En outre, cette constitution souligne l’identité nationale des masses et leurs divisions sur la base de leurs appartenances ethniques, et donc elle les prive de leur identité humaniste et de citoyens égaux. Elle devance leur capacité à organiser leur vie sociale sur des bases laïques et civiles, sur les bases d’un régime politique non ethnique. En plus, de rattacher l’ethnocentrisme au régime politique irakien, en formant un gouvernement fédéral basé sur l’appartenance ethnique, la constitution fournit une part du pouvoir politique aux nationalistes kurdes, et notamment aux deux principaux partis : l’Union Patriotique du Kurdistan (UPK) et le Parti Démocratique du Kurdistan (PDK), et cela aux dépens des masses au Kurdistan irakien. Ce faisant, elle supprime les aspirations civiles des masses en Irak visant à établir leur propre régime politique loin des divisions ethniques.

La constitution provisoire engendre des sentiments nationalistes au sein de la population en leur attribuant le nationalisme arabe et en les considérant comme une partie de la "mère patrie arabe". En identifiant la société irakienne comme étant basée sur l’ethnicité et la religion, piétinant ainsi toutes les valeurs civiles et humanistes des masses en Irak, cette constitution se sépare à peine du legs laissé par le régime fasciste du Baath.

Constitution opposée à la liberté des femmes et la société civile

Par ailleurs, elle annonce sa totale opposition envers les femmes, en dépit des espoirs et illusions suscités par la représentation des femmes au futur parlement, et mine la liberté des femmes et leur égalité avec les hommes. Il
n’y a aucune clause dans la constitution, qui fasse mention de la liberté
des femmes et de l’égalité entre les hommes et les femmes. Même dans les articles qui traitent des droits civiques et des libertés, la constitution ne garantit pas la totalité de ces droits et libertés sans conditions. En ce sens, elle prive la société irakienne de l’opportunité de se libérer de la crainte de l’oppression et de l’horreur, car elle n’interdit pas clairement la peine de mort.

Nous ne pouvons pas parler de la liberté, de l’humanisme et des normes et
valeurs progressistes dans la société irakienne, sans en finir avec la
domination de l’éthique et des traditions inhumaines de l’islam politique,
des nationalismes arabes, kurdes et autres, qui sont au sein des arènes
politiques et légales de la société irakienne. Les Baathistes, comme les
nationalistes fascistes arabes ont détruit la vie civile dans la société irakienne et ont réussi à contrôler les masses en les supprimant, aussi bien qu’en disséminant et en renforçant les traditions et valeurs inhumaines et
réactionnaires des mouvements nationalismes arabes ainsi que leurs croyances
et superstitions.

Aujourd’hui, les mêmes groupes islamistes et ethnocentriques installés au
Conseil de gouvernement sont engagés dans la destruction en profondeur des
fondations de la société irakienne à travers leur agenda islamique et
nationaliste et leurs pratiques oppressives, imposant leurs ordres du jour,
leurs pratiques et conflits à la constitution du pays. La constitution provisoire irakienne est une loi qui gère les conflits entre ces groupes et leurs associés au pouvoir. La nouvelle constitution matérialise les divisions sectaires, religieuses, ethniques au sein de la société irakienne. Elle ne représente aucune avancée dans le cours du progrès social et de l’émancipation de la société contre les tragédies du sectarisme, les divisions ethniques et religieuses et contre le danger d’une guerre ethnique et religieuse, dont le sol est malheureusement pavé jour après jour.

S’il y a un pays qui a besoin d’une constitution égalitariste et libératrice pour éloigner le danger d’une catastrophe humaine majeure, ce pays est l’Irak. S’il y a quelque part une nécessité extrême pour qu’une constitution civile et humaniste aide à assurer la sécurité et la liberté pour les masses et élimine le danger d’un effondrement social total, cet endroit est l’Irak d’aujourd’hui. L’Irak est au bord d’une guerre ethnique et religieuse à grande échelle ; et la constitution provisoire, telle qu’elle est aujourd’hui, justifie cette réalité. Avec cette constitution, les femmes peuvent être marginalisées, opprimées et même massacrées. Avec cette constitution, les identités et divisions religieuses et ethniques demeurent la base de la société irakienne. La construction de la société civile n’est pas possible si les masses demeurent silencieuses devant l’imposition de cette constitution réactionnaire qui est antagoniste à leurs aspirations d’humanisme, d’égalité et de liberté.

Proposé par Solidarité-Irak.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 20 avril 2004


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Moayad Ahmad



Plan-Liens Forum

  • > La constitution provisoire, une entrave pour la société irakienne
    (1/1) 16 octobre 2005 , par





  • > La constitution provisoire, une entrave pour la société irakienne
    16 octobre 2005 , par   [retour au début des forums]

    L’Islam fera toujours parti de notre coeur de notre âme.

    Et ceux qui se sont prostitués en occident n’y pourront rien.

    Vive la république islamique d’Irak.

    Et que cela vous serve de leçon. Chaque pays musulman a qui on donnera le choix, aura comme régime, une république islamique.

    Dans cette grande tragédie qu’est l’invasion d’irak sort en fin de compte une très belle récompense pour les irakiens.

    Les américains et les sionistes peuvent être fiers de leur travail ! Et nous musulmans irakiens, nous les remercions en leur mettant une belle râclée et en les éjectant de notre patrie.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2004
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin