| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 8 mai 2004

Tout ce qui vient des États-Unis est béni, même le crime

par Zehira Houfani, écrivaine et journaliste






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Donald Trump élu, l’heure n’est plus à l’affliction mais à la mobilisation
Les viols dans les forces armées américaines : le secret le mieux gardé des États-Unis
États-Unis - Scrutin et guerre politique contre les femmes
Le 11 septembre 2001, témoignages - "Pourquoi je hais El Qaida" (K.B.) - "Vous n’avez plus aucun droit" (Adama, étudiante)
"Mad Men", la série d’une Amérique crépusculaire
Afghanistan - Ce que disent les documents de WikiLeaks
Hillary fait face à un vent de frivolité et de dérision
Afghanistan - « Ce massacre permet au monde d’entrevoir les horreurs auxquelles notre peuple fait face »
"Yes we can" mettre fin à la guerre
Crise financière aux États-Unis - Le holdp-up du siècle
À propos de Sarah Palin - "Drill, Drill, Drill !"
Hillary Clinton, le sexisme et les femmes
Afghanistan, guerre et éthique coloniale
La stratégie militariste est un cul-de-sac
Quand la cause des femmes sert d’alibi
La paix plus difficile que la guerre ?
Menace nucléaire et hégémonie
Pourquoi je ne participe pas à ces élections truquées
Le sadisme sexuel dans notre culture, en temps de paix et en temps de guerre
La domination sexuelle en uniforme : une valeur américaine
Au coin d’une rue arabe
Bush et Rumsfeld, vos excuses sont irrecevables !
La constitution provisoire, une entrave pour la société irakienne
En Irak, l’intégrisme islamique profite de la désorganisation sociale et du vide politique
La prison d’Abu Gharib, lieu d’étranges tortures
L’Irak est coincé entre Bush et l’Islam politique
La démocratie en Irak sera l’œuvre des Irakiens ou ne sera pas
Lettre ouverte à Richard Martineau sur l’Irak
"Les démons de l’Amérique" (Susan Sontag)
"L’Irak, c’est juste un tour de chauffe"
Poème pour la paix
Le mensonge comme arme de guerre
Les États-Unis cherchent à conquérir l’Irak depuis 80 ans
Les ruines de Babylone
La guerre dans les médias
Invasion et meurtre prémédité en Irak
À quelle espèce appartenons-nous ?
La voix des femmes pour la paix
Opus Pax
Poème pour la paix (en persan)
Poema por la paz
"Allez, George, rentre chez toi et arrête de faire peur à mon fils."
Bush, dis-nous qui es-tu ?
Quand le prédateur assoiffé prépare son invasion
Du journal d’une jeune irakienne
Une guerre pour renforcer l’hégémonie des États-Unis
Avec ou sans l’ONU, le Canada n’a rien à faire en Irak
Allocution pour la paix d’une jeune Américaine de 12 ans







Décidément, après des millénaires d’évolution, la force reste la seule loi qui vaille sur la planète des Hommes. Qu’on en juge par ce que la puissance américaine a fait de l’Irak et de son peuple sous les yeux du monde. Un monde hermétique à la justice, à la vérité et qui fait de la compassion humaine, une faiblesse, et de la violence, une normalité. Nous y adhérons par notre silence et le cautionnons par notre indifférence. En fin de compte, nous sommes complices, pour ne pas dire coupables, de ces assassinats collectifs qui se commettent à ciel ouvert. Et ! qu’il avait raison Albert Einstein de penser que « Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. »

Autant Bush, Sharon, Blair et Berlusconi, convaincus de l’impunité, persistent dans l’usage de la terreur, autant leurs victimes irakiennes et palestiniennes, convaincues de la justesse de leur combat, vont se radicaliser en faisant de leur propre vie le prix à payer pour sauver leurs familles, leur foyer, leur pays. Qui ne le ferait pas à leur place ? Je me vois mal en tant que Québécoise installer le tapis rouge sous les bottes d’une armée d’envahisseurs. S’il fallait que j’applaudisse en plus pour mousser leur ego... Pourtant, on ne demande pas moins que cela aux Irakiens et aux Palestiniens ! De céder leur terre et leur dignité, d’accepter de vivre sous le joug de l’occupation et de se montrer conciliants avec leurs agresseurs, les mercenaires qui prennent d’assaut leur vie. S’ils ne coopèrent pas, on fait en sorte que leurs souffrances soient tues, et leur résistance diabolisée par une machine de propagande qui ne cesse de tromper le monde.

Ce qui dérange dans tout cela, c’est qu’il y a de plus en plus de gens conscients des méfaits de cette machine de désinformation, mais curieusement, les grands médias de masse, eux, continuent d’apporter leur caution aux faiseurs de guerre, en particulier l’administration américaine qui respire le mensonge et répand l’intox.

Des mensonges odieux pour mettre le monde à genoux aux crimes massifs en Irak, en passant par la corruption ou la menace, c’est selon, des pays membres du Conseil de sécurité, aux pseudo-preuves d’armes chimiques détenues par l’Irak, la fameuse thèse falsifiée pour tromper le monde et du faux enlèvement et faux sauvetage du soldat Jessika Lynch, aucun de ces scandales, de ces complots n’a ébranlé l’attitude complaisante des bien-pensant de la planète à l’égard de l’administration américaine, et, bien entendu, au mépris de leurs victimes.

Est-ce parce que Bush et sa clique, du fait de leur suprématie militaire, sont au-dessus des lois humaines ? Ou, est-ce tout simplement que l’Occident, dans ses coulisses du pouvoir, s’identifiant, voire se confondant avec cette force, se refuse de commettre LE GESTE de la désavouer. Alors, il absout par le silence. Oui, Bush a menti au monde et trahi son peuple, c’est un fait, mais il reste que c’est Bush, le président de la plus grande puissance mondiale. Tous les autres acteurs sur la scène internationale ne font que répéter après lui.

Je me souviens de l’unanimité qu’on s’était employé à bâtir autour de la guerre d’invasion pour en faire une opération de libération chantée par la quasi-totalité des médias occidentaux à quelques exceptions près, Québec et France, en particulier. La moindre opposition au projet d’invasion était disqualifiée puisque immédiatement assimilée à un soutien à Saddam Hussein, sur qui on devait obligatoirement jeter des pierres sous peine d’être taxé de pro-Saddam. J’ai moi-même fait plusieurs entrevues avec les médias d’ici pour dénoncer les prétextes fallacieux dont se servait Georges Bush afin d’imposer sa guerre, notamment le mensonge des ADM et la pseudo-libération des Irakiens. Rares furent les tribunes où mes propos avaient été bien accueillis. Au mieux, on m’a écoutée, parfois fait mine de m’écouter, mais souvent en tentant de justifier l’intervention américaine, notamment par les allégations concernant la présence d’ADM et la menace que constitue Saddam pour le monde. D’aucuns auraient voulu m’entendre dire que les Américains étaient bien reçus par les Irakiens.

Aujourd’hui, plus d’un an après l’énorme imposture qui a permis l’occupation d’un pays, que fait la communauté internationale désormais informée des mensonges et des agressions unilatérales de l’administration Bush ? Rien. Quelqu’un va-t-il oser sortir des rangs de l’Omerta qui scelle la politique des puissants pour demander des comptes au couple Bush-Blair au nom des milliers de victimes qu’ils font en Irak dans l’impunité la plus totale ? Non.

Les affaires du monde continuent de bien aller, l’économie de croître, l’« exploit » des robots Spirit de flatter les egos, les Oscars et autres médailles de faire des heureux et pour finir, les Irakiens assiégés d’enterrer leurs morts. Combien d’enfants ? Combien de femmes tombent au jour le jour sous les bombes des avions américains, les tirs de leurs chars et les balles de leurs soldats ? Même les lieux sacrés de culte sont bombardés avec la nette volonté de pourchasser et de tuer les réfugiés jusque dans ce dernier retranchement. Je n’ai pas vu de journaliste s’indigner devant le crime collectif qui s’exécute presque à huis clos dans la ville fière de Falloudja. Pas plus que je n’ai vu de personnalités (oh, combien nombreuses : prix Nobel de la paix, ou autre) s’élever contre la brutalité et le fanatisme mercantile des Etats-Unis au point de les incriminer sur la scène internationale.

Malgré les multiples appels des Irakiens, les SOS et les actions de protestation des groupes anti-guerre, le calvaire des populations se poursuit presque dans l’indifférence générale. Désormais, on n’a même plus besoin de mentir. Washington s’emploie à liquider toute résistance irakienne à son projet d’occupation. Et comme pour accélérer la soumission des Arabes dans la région, Sharon est investi de la bénédiction états-unienne pour écraser, de son côté, la résistance palestinienne. N’est-ce pas le moment d’une intervention historique et concertée des ONG humanitaires afin de changer le cours des choses et de donner une leçon aux tenants du terrorisme d’État ? De telles tragédies, en plus de soulever l’indignation, devraient nous inciter à l’action, d’autant plus que nous vivons en démocratie et donc nous disposons du pouvoir de les stopper si telle est notre volonté.


Merci à l’auteure de nous autoriser à reproduire cet article paru sur son site. On peut lire d’autres articles de Zehira Houfani sur ce site : http://www.tourism-algerie.com/z.houfani



Mis en ligne sur Sisyphe, le 26 avril 2004


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Zehira Houfani, écrivaine et journaliste

http://www.tourism-algerie.com/z.houfani


Zehira Houfani est une écrivaine-journaliste d’origine algérienne. Elle a participé à deux missions d’observation dans le cadre du projet IPT (Iraq Peace Team Canada) et ISP (Iraq Solidarity Project) au sein desquels elle milite. À titre de déléguée pour Montréal de ce mouvement, elle était présente en Irak avant et pendant l’invasion américaine. Zehira est retournée cinq mois après l’invasion pour voir et témoigner de l’état désastreux des populations irakiennes sous occupation américano-britannique. Zéhira Houfani est l’auteure de quatre livres dont le dernier a connu un grand succès. D’ailleurs, elle souhaite le voir publié en anglais pour rejoindre le large lectorat à qui s’adresse son message, particulièrement en Amérique du Nord. Cet ouvrage intitulé « Lettre d’une Musulmane aux Nord-américaines » traite de la violence imposée au monde par la politique internationale des États-unis, particulièrement à la communauté arabe-musulmane que ce soit directement ou à travers Israël. Elle est en train d’écrire un livre sur l’Irak. Pour plus d’informations sur ses activités, on peut visiter son site.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2004
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin