| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mercredi 19 mai 2004


Abou Ghraib, le sommet de l’Iceberg de la torture en Irak
Bush et Rumsfeld, vos excuses sont irrecevables !

par Zehira Houfani, écrivaine et journaliste






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Donald Trump élu, l’heure n’est plus à l’affliction mais à la mobilisation
Les viols dans les forces armées américaines : le secret le mieux gardé des États-Unis
États-Unis - Scrutin et guerre politique contre les femmes
Le 11 septembre 2001, témoignages - "Pourquoi je hais El Qaida" (K.B.) - "Vous n’avez plus aucun droit" (Adama, étudiante)
"Mad Men", la série d’une Amérique crépusculaire
Afghanistan - Ce que disent les documents de WikiLeaks
Hillary fait face à un vent de frivolité et de dérision
Afghanistan - « Ce massacre permet au monde d’entrevoir les horreurs auxquelles notre peuple fait face »
"Yes we can" mettre fin à la guerre
Crise financière aux États-Unis - Le holdp-up du siècle
À propos de Sarah Palin - "Drill, Drill, Drill !"
Hillary Clinton, le sexisme et les femmes
Afghanistan, guerre et éthique coloniale
La stratégie militariste est un cul-de-sac
Quand la cause des femmes sert d’alibi
La paix plus difficile que la guerre ?
Menace nucléaire et hégémonie
Pourquoi je ne participe pas à ces élections truquées
Le sadisme sexuel dans notre culture, en temps de paix et en temps de guerre
La domination sexuelle en uniforme : une valeur américaine
Au coin d’une rue arabe
Tout ce qui vient des États-Unis est béni, même le crime
La constitution provisoire, une entrave pour la société irakienne
En Irak, l’intégrisme islamique profite de la désorganisation sociale et du vide politique
La prison d’Abu Gharib, lieu d’étranges tortures
L’Irak est coincé entre Bush et l’Islam politique
La démocratie en Irak sera l’œuvre des Irakiens ou ne sera pas
Lettre ouverte à Richard Martineau sur l’Irak
"Les démons de l’Amérique" (Susan Sontag)
"L’Irak, c’est juste un tour de chauffe"
Poème pour la paix
Le mensonge comme arme de guerre
Les États-Unis cherchent à conquérir l’Irak depuis 80 ans
Les ruines de Babylone
La guerre dans les médias
Invasion et meurtre prémédité en Irak
À quelle espèce appartenons-nous ?
La voix des femmes pour la paix
Opus Pax
Poème pour la paix (en persan)
Poema por la paz
"Allez, George, rentre chez toi et arrête de faire peur à mon fils."
Bush, dis-nous qui es-tu ?
Quand le prédateur assoiffé prépare son invasion
Du journal d’une jeune irakienne
Une guerre pour renforcer l’hégémonie des États-Unis
Avec ou sans l’ONU, le Canada n’a rien à faire en Irak
Allocution pour la paix d’une jeune Américaine de 12 ans







Non, messieurs de l’administration américaine, vos excuses sont irrecevables ! Les populations arabes et musulmanes vous font savoir qu’elles ne sont pas dupes de votre politique à leur égard et que leur soumission ne vous sera jamais acquise, ni en Irak, ni nulle part ailleurs sur leur terre. Le seul mea culpa qui vaille, c’est que vous quittiez l’Irak et que vous cessiez de bénir la conspiration israélienne contre les Arabes et Musulmans.

Enfin, après moult sous-entendus, de tacites allusions et beaucoup de réticence, Georges Bush a daigné faire des excuses aux Irakiens traités de la façon la plus dégradante qui soit par ses GI’s, ainsi que de brèves et surtout légères (comparées à profondes de Rumsfeld) excuses aux Arabes couverts d’humiliation.

Un geste qui pourtant devrait aller de soi, par simple respect de la part d’un gouvernement dont les méfaits sont d’une telle gravité. Eh bien non, ces quelques mots d’excuses, qui en fait n’excusent rien, ont pris l’allure d’une énorme concession faite par le bourreau à ses victimes. On aurait dit que ces quelques mots allaient terriblement écorcher la langue du président américain qui aurait sans doute préféré payer en millions de dollars plutôt que faire des excuses aux Arabes. Ces arabes pour lesquels, il n’a soit dit en passant aucune considération, qu’il traite avec mépris, qu’il violente par ses armées et ses alliances, et qu’enfin, il dépossède de tout : ressources et dignité. Pour qui connaît l’histoire, il n’y a rien d’inédit dans ce scénario type de colonisation. Et pour aller de l’avant, il suffisait à l’administration américaine de reprendre à son compte la fameuse recette d’asservissement des Arabes, si chère au sinistre Kissinger qui n’a cessé de faire mijoter sa haine des Arabes et Musulmans, notamment avec sa fameuse et raciste déclaration "le pétrole est trop important pour le laisser aux mains des Arabes".

S’amuser du supplice des prisonniers

Les assassins et tortionnaires d’Irakiens le prouvent bien en s’amusant comme des fous de la dignité arabe. Cela n’a rien d’une improvisation de quelques individus pervers en mal de cruauté, non, il s’agit de l’application des fameuses techniques " R21 " enseignées aux troupes d’occupation afin de détruire toute forme de résistance à leur plan. C’est un système codifié qui vient d’être divulgué ici et là par des officiers présents en Irak dans la presse internationale, réfutant ainsi l’assertion par le Pentagone qui parle de " cas isolé ", afin de forcer la sympathie de l’opinion publique.

Mais moi, en tant que Musulmane, je suis convaincue que les actes des soldats ne font que refléter les intentions de l’administration américaine dans ces visées hégémoniques, en particulier vis-à-vis des Arabes et Musulmans. C’est dans cette optique que les apprentis tortionnaires à Abou-Ghraib et ailleurs, s’en donnent à cœur joie dans le supplice de leurs prisonniers, convaincus de l’impunité et surtout de la complaisance, quand ce n’est pas de la gratitude d’une hiérarchie qui ne demande qu’à soumettre toute résistance à ses plans d’occupation, quels qu’en soient les moyens y compris la torture, cette pratique tellement décriée chez le régime de Saddam Hussein.

Bush, Rumsfeld, Chenney, un danger pour toute l’humanité

Voyez comme vous êtes semblables aujourd’hui aux pires dictateurs dans le registre de l’ignominie, messieurs Bush, Rumsfeld, chenney et les autres de vos conseillers qui avez trompé le monde, en vous autoproclamant chantres des valeurs démocratiques ! Quelle imposture !

Ce qui me paraît positif et même rassurant à certains égards, c’est le fait que vos méfaits soient portés au grand jour, car par-delà notre humiliation en tant qu’Arabes et Musulmans, non seulement vous avez perdu le capital américain en terme de prestige et de fierté, mais plus encore, vous avez terni pour toujours ces valeurs démocratiques dont vous disiez être le grand défenseur contre l’obscurantisme, le totalitarisme et tous les " ismes " qui vous servent de suppôts. L’Histoire de l’humanité se chargera de rendre indélébile dans ses pages, cette trahison que vous avez infligée aux valeurs de votre propre civilisation, par rapacité, faisant de vous des êtres sans foi, ni loi, des termes habituellement réservés aux terroristes.

Du rôle de libérateurs à celui de tortionnaires, seule la vérité a tranché

Enfin, le monde vous découvre, tels que vous êtes, non pas des libérateurs comme le proclamaient vos supporters, mais dans le rôle abject de tortionnaires qui n’ont rien à envier aux pires spécimens en la matière. Désormais, les valeurs civilisatrices dont vous avez fait le cheval de bataille de vos interventions dans le monde ne sont que des faire-valoir pour assouvir vos soifs de pouvoir et de domination de l’Autre.

Non, nous n’acceptons pas vos excuses ! Elles ne sont ni sincères, ni suffisantes. Et personnellement, je suis convaincue que pendant que vous les prononciez, d’autres victimes irakiennes gémissaient de douleurs dans des cellules sombres, à l’abri des regards. En témoigne l’acharnement et les massacres des résistants à Felloudja et ailleurs. Je n’ai jamais douté des méthodes ignobles que vos soldats et mercenaires utiliseront contre la résistance irakienne. J’ai moi-même, au cours de mon séjour en Irak au mois d’août 2003, obtenu des photos d’un jeune irakien torturé par vos soldats en juillet 2003. Je les ai faites parvenir aux médias, qui n’ont malheureusement pas pris l’initiative de les publier, sans doute pour éviter d’être à l’origine d’un scandale dont tous connaissaient l’existence, mais dont personne ne voulait en entendre parler. Alors, le supplice des Irakiens et aussi des Afghans a continué dans la plus grande hypocrisie collective qui vient d’être éclaboussée.

Pourtant, et bien que le mérite de dévoiler les horreurs que couvre l’occupation en Irak soit inestimable pour l’humanité, il reste que l’effet " surprise " que suggère l’actualité de ce scandale n’est pas de mise. Ce qui le serait vraiment, c’est la condamnation unanime des commanditaires de ces horreurs sur l’espèce humaine, suivie d’actions concrètes, notamment leur jugement par le TPI comme c’est le cas de Miloshevitch, car leur crime est d’égale valeur en terme de justice et de moralité, quoi qu’on fasse pour dédouaner les bourreaux des Irakiens. Pourtant, j’anticipe ma déception en pensant que rien de cela n’arrivera et que la politique hypocrite, des deux poids, deux mesures qui afflige l’humanité dans sa grande majorité, restera de vigueur, puisque les partisans d’un monde meilleur ne sont pas toujours sur la même longueur d’onde, au Québec comme ailleurs dans le monde. Il n’est pas exclu que demain, Rumsfeld et consorts soient blanchis et réhabilités aux yeux de l’opinion par les grâce d’une propagande qui n’a pas de limite.

Alger hier, Baghdad et Palestine aujourd’hui, même combat, même idéal
Depuis le début de l’invasion, la tragédie irakienne était prévisible. Dès lors où le Pentagone a associé la " Bataille d’Alger " à la rébellion urbaine en Irak, il n’y avait plus de doute quant aux méthodes envisagées pour soumettre la résistance irakienne. Car le célèbre film que Gillo Pontecorvo a réalisé en 1966 a été frappé d’une interdiction de sept années par l’ancienne puissance coloniale de l’Algérie pour le fait d’avoir dénoncé ses méthodes de torture systématique en Algérie. Que les autorités militaires des Etats-Unis, sous la conduite de Rumsfeld s’y intéressent était assez clair qu’on fermait la porte des prisons irakiennes devant la Convention de Genève et qu’on allait exploiter le film à des fins contraires à celles recherchées par l’auteur. Car le cinéaste italien a réalisé la " Bataille d’Alger " en hommage à la souffrance aux Algériens dans leur résistance aux forces d’occupation, en mettant en scène, dans un esprit de dénonciation, les techniques de torture les plus abjectes infligées aux combattants du FLN algérien.
En décidant la projection de ce film à ses troupes, le Pentagone voulait bien sûr s’inspirer des situations présentées, des comportements des populations et des résistants, vu les similitudes culturelles et autres entre les deux pays Algérie-Irak, mais aussi identifier les failles qui ont conduit à l’échec des autorités coloniales face à la résistance algérienne, et en bout de ligne au retrait des premières en faveur de l’indépendance de l’Algérie.

Non, messieurs de l’administration américaine, vos excuses sont irrecevables ! Les populations arabes et musulmanes vous font savoir qu’elles ne sont pas dupes de votre politique à leur égard et que leur soumission ne vous sera jamais acquise, ni en Irak, ni nulle part ailleurs sur leur terre. Le seul mea culpa qui vaille, c’est que vous quittiez l’Irak et que vous cessiez de bénir la conspiration israélienne contre les Arabes et Musulmans. D’ici là, vous êtes responsable de l’enfer que vivent les populations occupées du Proche Orient. Car l’invasion et l’occupation d’un pays sont un crime et toute résistance des populations sont légitimes.

Soumis par l’auteure le 15 mai 2004

Site de l’auteure : http://www.tourism-algerie.com/z.houfani

Mis en ligne sur Sisyphe le 18 mai 2004


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Zehira Houfani, écrivaine et journaliste

http://www.tourism-algerie.com/z.houfani


Zehira Houfani est une écrivaine-journaliste d’origine algérienne. Elle a participé à deux missions d’observation dans le cadre du projet IPT (Iraq Peace Team Canada) et ISP (Iraq Solidarity Project) au sein desquels elle milite. À titre de déléguée pour Montréal de ce mouvement, elle était présente en Irak avant et pendant l’invasion américaine. Zehira est retournée cinq mois après l’invasion pour voir et témoigner de l’état désastreux des populations irakiennes sous occupation américano-britannique. Zéhira Houfani est l’auteure de quatre livres dont le dernier a connu un grand succès. D’ailleurs, elle souhaite le voir publié en anglais pour rejoindre le large lectorat à qui s’adresse son message, particulièrement en Amérique du Nord. Cet ouvrage intitulé « Lettre d’une Musulmane aux Nord-américaines » traite de la violence imposée au monde par la politique internationale des États-unis, particulièrement à la communauté arabe-musulmane que ce soit directement ou à travers Israël. Elle est en train d’écrire un livre sur l’Irak. Pour plus d’informations sur ses activités, on peut visiter son site.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2004
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin