| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 1er juillet 2004

Où en sont les femmes dans l’Irak nouveau ?

par Swanee Hunt et Cristina Posa






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Précieuse Amira
Violées, enlevées, égorgées, l’enfer au carré des Irakiennes
Irak - Exécution sommaire de trois femmes et menace de mort contre Houzan Mahmoud de l’Organisation pour la liberté des femmes en Irak
Les assassins de femmes doivent êtres punis
Le féminisme musulman mettra les terroristes en échec
Irak : une constitution inhumaine pour les femmes
La lutte des femmes en Irak avant et depuis l’occupation
Irak : une Constitution contre les femmes
Les prostituées, proies faciles en Irak
Les actes terroristes contre les femmes se multiplient en Irak
Les viols dans la prison d’Abo Gharib en Irak
Redonner l’espoir aux Irakien-nes
Solidarité-Irak
Une liberté vide pour les femmes d’Irak
En Irak, les femmes manifestent et la présidente de l’OLFI est menacée de mort
Non à la loi islamique (Shari ’a) en Irak, oui à un État laïque
Menaces contre les locaux de l’Organisation pour la liberté des femmes en Irak
Incertitude sur les droits des femmes dans le « nouvel Irak »







Maintenant que le Conseil de gouvernement irakien a été dissout, le
gouvernement provisoire qui le remplace est salué comme "diversifié" pour sa représentation multiethnique, multiconfessionnelle. Cependant, alors que les politiciens irakiens et étrangers s’activent à mettre en place un futur gouvernement selon des lignes religieuses et ethniques, ils mettent sur la touche le plus vaste et unique groupe de citoyens irakiens - les femmes, la seule composante ayant le potentiel d’exercer un effet fédérateur sur le pays.

Le climat politique et religieux en Irak garantit pratiquement que si les
femmes sont aujourd’hui tenues hors du gouvernement de l’Irak naissant, leur chance de percer dans l’avenir se réduit à zéro.

Exclure les femmes de la gouvernance condamne l’Irak au sort subi par ses voisins arabes : l’autocratie, la stagnation économique et un malaise social causé par un gaspillage des talents de la majorité de la population. En fin de compte, une plus grande participation politique des femmes pourrait apporter à l’Irak la force stabilisatrice nécessaire pour écarter la
division désastreuse du pays en états ethniques. Cela ne signifie aucunement que les femmes irakiennes soient monolithiques ; ni les femmes kurdes, ni les femmes sunnites, ni les femmes chiites. Les femmes, cependant, ont démontré dans les conflits partout dans le monde, un intérêt commun dans leur développement économique et social qui les pousse souvent à transcender leurs divisions régionales, ethniques et religieuses. "Je détecte parmi les femmes irakiennes un grand esprit d’unité," nous a dit récemment Charlotte Ponticelli, la coordinatrice qui dirige le Bureau international des questions-femmes au Département d’État américain.

Dr. Raja Khuzai, une des trois femmes du défunt Conseil de gouvernement irakien qui était composé de 25 membres, plaida pour la nomination d’au moins une femme dans le quarteron exécutif désigné par l’envoyé spécial de l’ONU, Lakhdar Brahimi, composé d’un Premier ministre, d’un président et de deux vice-présidents. La constitution irakienne par intérim recommande que les femmes occupent au moins un quart des sièges dans la nouvelle assemblée, et raisonnablement, Khuzai s’attendait à ce que la branche exécutive reflète ces mêmes 25%. "C’est le seul moyen d’encourager les femmes à participer," a-t-elle dit. "Sinon elles penseront qu’il ne s’agit que de promesses."

Pourtant, aucun des membres du quarteron de l’exécutif n’est une femme. Le Conseil de gouvernement semble avoir détourné le processus de désignation en installant plusieurs de ses propres politiciens, y compris le nouveau Premier ministre, Iyad Allawi. Des femmes n’ont été désignées que dans six des trente postes ministériels, ce qui constitue une augmentation modeste par rapport aux trois sièges dans le Conseil de gouvernement irakien, mais toujours moins que l’objectif de 25%. Pourtant il existe suffisamment de talents parmi les femmes professionnelles en Irak pour remplir au moins le quart des sièges.

Malheureusement, la myopie de la politique américaine ces dernières années, a créé un précédent que les femmes devront surmonter. Les États-Unis ont refusé de soutenir un nombre obligatoire de sièges pour les femmes dans la future Assemblée générale malgré les revendications des groupes de femmes irakiennes et de l’homme d’État sunnite Adnan Pachachi (le premier choix de Brahimi et de l’Amérique comme président), parce que l’administration Bush ne voulait pas être en contradiction avec sa politique active anti-discrimination positive à domicile. Paul Bremer, qui était l’administrateur américain en Irak, a même autorisé la création d’un comité de rédaction d’un avant-projet constitutionnel uniquement composé d’hommes, bien qu’il soit évident que la constitution est essentielle pour établir les droits des femmes.

L’administration Bush ne s’est pas gênée d’utiliser la rhétorique imagée de "chambre de viols" pour justifier la guerre en Irak, en se fondant sur les droits humains, et a aussi prôné l’avancement des femmes comme une pièce maîtresse de sa stratégie irakienne. En effet, l’administration a consacré des millions de dollars à l’éducation des femmes et à leur formation professionnelle en Irak, mais elle a sapé son propre bon travail en permettant que les femmes irakiennes soient des pions de marchandage dans les négociations politiques avec des partis religieux puissants, faisant la gaffe classique de sacrifier la stabilité à long terme par opportunisme politique.

Dans le sillage de la catastrophe de la prison d’Abu Ghraib, la dernière
chose dont les États-Unis ont besoin est une preuve supplémentaire de l’hypocrisie américaine dans l’utilisation des droits humains comme prétexte pour la guerre. Pourtant, manquer à ses engagements d’inclure des femmes dans le gouvernement d’Irak signale aux autres pays de la région que l’engagement politique des femmes n’est pas, en fait, le pilier de la démocratie que l’Ouest dépeint.

Si nous voulons que l’Irak soit un exemple de démocratie pour la région, la meilleure manière de commencer est d’impliquer des femmes maintenant, avant que la date limite du 30 juin se passe sans elles.

Swanee Hunt a été ambassadrice américaine en Autriche et enseigne maintenant à l’école Kennedy de l’université de Harvard. Elle a fondé le
mouvement : Women Waging Peace (Les femmes font la Paix)
Cristina Posa, une avocate, a travaillé en Irak comme conseillère légale et
politique d’Oxfam International.

Sources : http://www.commondreams.org/views04/0622-02.htm
Published on Tuesday, June 22, 2004 by the Boston Globe

Publié sur Sisyphe, le 29 juin 2004

Traduction : Édith Rubinstein de Femmes en noir.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Swanee Hunt et Cristina Posa

Swanee Hunt a été ambassadrice américaine en Autriche et enseigne maintenant à l’école Kennedy de l’université de Harvard. Elle a fondé le mouvement Women Waging Peace (Les femmes font la Paix).

Cristina Posa, une avocate, a travaillé en Irak comme conseillère légale et politique d’Oxfam International



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2004
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin