| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






octobre 2004

La prostitution, c’est du sport !

par Micheline Carrier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Legault et la CAQ - Tout ce caquetage pour si peu
Prostitution = violence - Imitons les féministes françaises
Glissement vers la futilité à Radio-Canada
Souvenirs des Himalayas
Démission de Bernard Landry - Je me souviens...
Qui est le plus violent : le mouvement étudiant ou le gouvernement ?
Espace musique, espace fourre tout à Radio-Canada
Branle-bas chez les péquistes... cherchez la femme
Sur le CMAC, les femmes sont "toutes des salopes" et les féministes "des chiennes"
La politique et le désenchantement
Antigone, figure mythique inspirante défiant la loi patriarcale
Les chats de ma vie
Du bonheur à Radio-Canada
Le silence entre les mots
Écrire avec la voix
Terre, expérience ratée ?
Les petits bonheurs du jour
Politique et médias
Terreur aux États-Unis
Encore un bel automne tout doux
Chronique du désenchantement ou pour en finir avec la guerre







Les Carnets de Sisyphe, no 5,
le 21 octobre 2004

La prostitution, c’est du sport !


Vendredi, le 22 octobre, sur Télé-Québec, à 20h, l’émission de Marie-France Bazzo pose la question : "Faut-il décriminaliser la prostitution ?"

Avec Claire Thiboutot, directrice de Stella (défense des droits des prostituées et de la prostitution comme "métier" légitime), Roxane Nadeau, militante et auteure du livre "Pute de rue", Richard Poulin, sociologue et auteur de "La mondialisation des industries du sexe" et Yolande Geadah, chercheuse et auteure de "La prostitution, un métier comme un autre ?"

Selon l’opinion de personnes qui ont assisté à l’enregistrement en studio, mercredi, c’est également une illustration de "l’art de paqueter une salle" de connivence avec le "gars des vues" (c’est-à-dire les responsables de l’émission qui ont attribué les laisser-passer). On pourra se faire une opinion vendredi et on en reparlera peut-être la semaine prochaine.

En attendant, savez-vous qu’un projet de loi se prépare à Ottawa, sans aucune étude d’envergure ni consultation publique sur le sujet ? Depuis la commission et le rapport Fraser sur la prostitution et la pornographie en 1985, beaucoup de choses ont pourtant changé dans nos sociétés, ne serait-ce que l’accélération de la mondialisation qui lie intimement prostitution locale et trafic sexuel international des femmes et des enfants à des fins de prostitution. De cela aussi, on reparlera éventuellement, car ce qu’on a appris de ce projet de loi et des travaux d’un sous-comité sur la réforme des lois sur le racolage (c’est ainsi que s’appelle le sous-comité), c’est que le parlement n’entend qu’un seul point de vue et les seules recherches qu’il a subventionnées jusqu’ici justifient toutes la décriminalisation de la prostitution sans même en évaluer les enjeux.

Des travaux du sous-comité disponibles en ligne démontrent que certaines personnes consultées mentent effrontément ou ignorent tout simplement les faits. Par exemple, lorsqu’elles prétendent que les prostituées sont presque toutes majeures au moment de leur entrée dans la prostitution (alors que les recherches sérieuses indiquent que l’âge moyen d’entrée dans la prostitution au Canada est de 14,3 ans, 13 ans sur le plan international) et que la prostitution n’est pas liée au crime organisée au Canada (alors que, selon les mêmes études, le crime organisé est le principal moteur des industries du sexe). On peut lire les délibérations publiques (il y en a apparemment qui ne sont publiées) de deux séances du sous-comité Fry, du nom de la députée libérale qui le préside (la première ici et la deuxième).

Si on s’intéresse au sujet - mais je vous avertis que ce n’est pas de la philosophie de salon - on pourrait lire également l’article du quotidien "Le Monde", édition du 19 octobre 2004, qui traite d’une étude récente sur les prostitueurs ou clients de prostituées. On peut lire ce qui suit : "Le chercheur relève en effet, en écho, que la deuxième cause mise en avant par les clients est la méfiance et la peur que leur inspirent les femmes. Dans cette catégorie se trouve une majorité d’hommes ayant vécu une vie de couple ou une relation amoureuse où la femme était, selon eux, favorisée. Ils décrivent les femmes comme "méchantes", "égoïstes" ou "compliquées". Ces clients ont tendance à considérer la relation comme inégalitaire à leurs dépens. Ils peuvent même exprimer une colère ou une haine à l’encontre des femmes, vues comme provocatrices. Ils reprochent à la société de les avoir fait sortir de leurs rôles traditionnels. Ils recherchent dans la prostitution une "relation de pure domination où l’homme serait de nouveau le maître" et la femme une "chose".
(Lire l’article du Monde)

Cette recherche a été réalisée pour le Mouvement du nid, un organisme qui aide depuis plusieurs années les prostituées, tout en militant pour une société sans prostitution. On y trouve même des pistes d’actions pour prévenir le recours à la prostitution : "L’étude a repéré trois situations essentielles d’incitation à passer à l’acte : l’armée (service militaire autrefois, armée de métier aujourd’hui), les soirées entre amis et les milieux professionnels voyageant beaucoup (routiers, commerciaux et cadres). M. Bouamama propose en conséquence des actions de prévention particulières en direction de ces professions. Plus généralement, il préconise des campagnes "régulières" de prévention et la formation des enseignants, des travailleurs sociaux ou des militants associatifs.

Le deuxième axe essentiel est l’éducation. Des jeunes, d’abord, avec, "de la maternelle à la terminale", des programmes ne se limitant pas à l’éducation sexuelle mais traitant aussi de la place des hommes et des femmes dans la société. Pour les adultes, il faut "rompre le silence public" sur la démarche des clients. M. Bouamama invite les pouvoirs publics à mettre en place un groupe de travail chargé de produire des contenus et des méthodes destinés à changer les représentations des relations entre les sexes".

Eh bien ! on est loin du discours linéfiant sur la beauté des "métiers du sexe" et la nécessité d’améliorer les conditions d’exercice de la prostitution pour aider les prostituées à s’en accommoder, non à s’en sortir. Ce rapport sera publié dans quelque temps et on en rendra compte éventuellement sur ce site.

En attendant, pour vous préparer à l’émission de vendredi, peut-être pourriez-vous relire les questions que pose Johanne St-Amour dans son texte : "La prostitution, un choix de carrière pour nos enfants ?" Des questions pertinentes qu’il faudra bien, tôt ou tard, que l’ensemble de la société se pose. Mieux vaudrait plus tôt que trop tard.

Micheline Carrier, le 21 octobre 2004


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Micheline Carrier
Sisyphe

Micheline Carrier est éditrice du site Sisyphe.org et des éditions Sisyphe avec Élaine Audet.



Plan-Liens Forum

  • La prostitution doit disparaître .......un jour.
    (1/3) 17 mars 2005 , par

  • > Réinsertion des personnes prostituées
    (2/3) 26 octobre 2004 , par

  • > La prostitution, c’est du sport !
    (3/3) 22 octobre 2004 , par





  • La prostitution doit disparaître .......un jour.
    17 mars 2005 , par   [retour au début des forums]

    Le cannibalisme apportait un certaine solution aux apports protéiques en même temps qu’il offrait une issue valable aux problèmes posés par l’accumulation de cadavres.

    L’esclavage n’avait pas que des inconvénients, il offrait une main d’œuvre bon marché aux riches planteurs et comptait des partisans.

    Ainsi en est-il actuellement de la prostitution : elle a ses adeptes et même des défenseurs talentueux.

    Il n’empêche que l’abolir est le choix d’une société raisonnable et réfléchie et que cela représente tout simplement l’enjeu du prochain millénaire.

    Les jouisseurs d’une "marchandise sexuelle" à bon marché, peuvent s’époumoner en arguments plus ou moins spécieux, votre article résume parfaitement la situation. Encore une fois, désolée pour les nostalgiques d’un autre âge, l’humanité ne progressera que si elle procède à une abolition définitive de la prostitution.

    Point n’est besoin de "parlottes inutiles", la cause est entendue, tout n’est qu’une question de temps et de motivation. Le temps des discours est révolu : le monde n’est pas fait pour des hommes en mal de sensations mais tous les être humains quels que soient leur sexe et leur âge ont droit de vivre en toute liberté, n’en déplaise aux hommes plein d’argent et à la libido défaillante.

    L’Humanité doit avancer et n’a que faire des jérémiades de ces réactionnaires !

    > Réinsertion des personnes prostituées
    26 octobre 2004 , par   [retour au début des forums]

    À lire dans Le Figaro :

    Anne-Sophie Mercier, Henri Marescaux, L’appel du trottoir, 21 octobre 2004.

    http://www.lefigaro.fr/cgi/edition/genimprime?cle=20041021.FIG0308

    > La prostitution, c’est du sport !
    22 octobre 2004 , par   [retour au début des forums]

    Sure le sujet de la prostitution, le gouvernement du Canada veut faire la même chose que la Hollande. Pour quoi les machos qui sont au gouvernement ne prendre pas l’exemple de la Suisse ?
    En Suisse, ils pénalisent les prostituers et donnent des courses de formation aux femmes qui sont prostitué pour les réhabiliter car la prostitution est interdite.

    • En Suède
      22 octobre 2004 , par
        [retour au début des forums]

      Je pense que c’est plutôt en Suède. Ils ont passé une loi qui pénalise les clients, mais en même temps offre des services aux prostituées. Il faut dire que la Suède a toujours été un peu à part. Je pense qu’elle avait essayé bien avant les autres une forme ou l’autre de décriminalisation, et ce fut un désastre. Il faut une volonté politique, on n’a pas ça au Canada. On a des molusques au pouvoir, ils suivent les directives des milieux d’affaires et de commerces qui veulent modialiser la prostitution comme le reste. Ce qui compte c’est l’argent.

      [Répondre à ce message]

      • > En Suède
        26 octobre 2004 , par
          [retour au début des forums]

        Etant Suisse, je suis certaine qu’il ne s’agit pas de mon pays dont il s’agit. Il n’y a aucune loi fédérale sur la prostitution à ma connaissance.
        Quant aux lois cantonales, elles sont hélas plus enclines à criminaliser les prostituées que les clients...

        [Répondre à ce message]

      • > En Suède
        1er février 2007 , par
          [retour au début des forums]

        C’est effectivement en Suède que la loi est passé. Elle décriminalise la prostitué (elle est concidérer comme une victime) et criminalise le proxénette ainsi que le client. Mais il a fallut donné une formation au policier et a tout les membres de la fonction judicière... En un an, les résultat sont extraordinaire. Les écoutes téléphonniques des mafias qui qui pratique le trafique humain, démontre qu’ils évitent désormain ce pays. Sois pour collecté des femmes ou en apporté. Ce qui n’est hélas pas le cas présentement au Canada, ou ont ne peut même pas savoir le nombre exact de Québecoises qui ont disparues, broyées par cette maudite machine a faire de l’argent facile. Mais soulignon que le parlement de Suede comporte 40% de femme je crois. Ceci dit je vous salut.

        [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2004
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin