| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 20 novembre 2004

Maladie d’amour

par Louky Bersianik






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Charlie Hebdo, la prédation et Louky Bersianik
LOUKY BERSIANIK - L’écriture, c’est les cris
Le don vital de Louky Bersianik à sa prochaine
L’importance de l’œuvre de Louky Bersianik
Louky Bersianik : l’écriture-femme en personne
L’occultation du décès de l’écrivaine féministe Louky Bersianik
L’oeuvre de Louky Bersianik - « Monuments », dites-vous ?
L’Euguélionne
"Mon coeur est de plus en plus féministe" - Louky Bersianik (1930-2011)
Louky Bersianik à la recherche de sa "planète positive"
Biographie de Louky Bersianik
La face cachée des femmes
La face cachée des femmes
Mots d’amour pour Louky
IV — L’Air
III - Le Feu
" Permafrost " de Louky Bersianik, une pure intensité
Louky Bersianik, poète et féministe
Louky Bersianik et les valeurs maternatives
II - La Terre
Naître du mauvais bord de la langue
I - L’Eau







Tout finit par mourir
excepté la conscience qui
témoigne pour la vie.

René Char

C’est dans la tête qu’on les entend parfois les cigales monocordes du patriarcat.

Le son aigu de l’épée flamboyante d’Achille qui vous tue sans vous toucher parce qu’elle est suspendue au-dessus de vos têtes, parce qu’elle insiste à se tenir sans cesse à vos côtés, parce qu’elle fait de l’ombre à votre ombre et couche entre vous et ce que vous aimez, ce qui vous rend malade d’amour ; et parce que c’est pour cette maladie d’amour que l’on vous soigne au fond de la terre, aveuglément, au centre des ténèbres.

C’est dans la tête qu’on les entend presque toujours les cigales monocordes du patriarcat.

Le bruit stridulant des mâles qu’imitent les femelles aux quatre ailes membraneuses, qui vous tue sans vous toucher parce qu’il vous projette sous la coupole métallique d’un soleil impitoyable à vos quatre petites vérités, parce qu’il vous pénètre jusqu’à l’os de sa terrible fiction déguisée en lumière universelle, parce qu’il vous assène sa présence tapageuse entre vous et ce que vous aimez, ce qui vous rend malade d’amour ; et parce que c’est pour cette maladie d’amour que l’on vous soigne à l’aveuglette au centre des ténèbres.

C’est dans la tête toujours qu’on les entend les cigales monocordes du patriarcat.

Le cri strident du monde en l’état présent du monde qui vous tue sans vous tuer parce qu’il vous transperce l’oreille gauche d’un espoir aigu toujours déçu, parce qu’il publie à grand fracas d’éclatantes métamorphoses qu’avec votre complicité il n’accomplit jamais, parce qu’il tient votre vie en suspens sur cette note assourdissante, parce qu’il s’interpose violemment entre vous et qui vous aimez, ce qui vous rend malade d’amour ; et parce que cette maladie incurable s’est logée dans votre tête au centre des ténèbres.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 14 novembre 2004.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Louky Bersianik

Louky Bersianik est née à Montréal où elle a fait des études universitaires en Lettres françaises, obtenu sa maîtrise ès-arts et terminé avec succès sa scolarité de Ph.D. Elle a ensuite étudié à la Sorbonne et séjourné plusieurs années à Paris. Après avoir publié quelques livres pour enfants dont l’un a obtenu le Prix de la Province (1966), elle a fait paraître L ‘Euguélionne en 1976, reconnu pour être le premier grand roman québécois d’inspiration féministe ; coédité chez Hachette Littérature en France (1978), traduit et publié en anglais sous le titre : The Euguélionne (1982). En 1979, Louky Bersianik passa une année dans l’île de Crète pour écrire Le Pique-nique sur l’Acropole (1979).

Elle a aussi publié plusieurs titres de poésie dont Maternative (1980), Au beau milieu de moi (1983), Axes et eau (1984), Kerameikos (1987), ainsi que quelques essais dont Les Agénésies du vieux monde (1982), La Main tranchante du symbole (1990) et un autre roman : Permafrost (1997). Un dossier de la revue universitaire “Voix et Images, Littérature québécoise”, lui a été consacré à l’automne 1991 (No. 49). « Pour moi, la question de l’engagement est imbriquée dans la question de l’écriture. On est toujours engagé dans sa propre conscience. » (Extrait de ce dossier).



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2004
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin