| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 19 octobre 2004

Les garçons et l’école : les prétentions masculinistes réduites à néant

par Jean-Claude St-Amant, chercheur en éducation, Université Laval






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Faut-il que les jeunes s’éloignent des écrans pour reprendre leur vie en main ?
La réussite scolaire des garçons vue de plus près
Agressions à l’université, radicalisation, harcèlement : phénomènes isolés ?
Sciences - Les tablettes, à éloigner des enfants
Alice Miller et les racines de la violence dans l’éducation de l’enfant
Un défi à l’école : apprendre à se passer des écrans
Éducation et féminisme : beaucoup de chemin à parcourir
Réduire la violence en milieu scolaire : des efforts méconnus
Colloque "Les écrans : libération ou esclavage ?" à Trois-Rivières
Éducation ou catastrophe : l’heure de se débrancher
Réduire le temps-écrans aujourd’hui, un véritable sport extrême
Des technologies modernes fantastiques... pour servir les enfants ou les asservir ?
À l’égalité il faut ajouter la liberté
Qui a peur des professeur-es ?
Décrochage scolaire - Complément d’information à propos de "À l’école, p’tit gars !"
La langue française à l’école - Mont tex es-ti lizib ? J’ai cri !
Les jeux vidéo ont des effets néfastes sur les jeunes
Une femme, Marylin Vos Savant, a le QI le plus élevé au monde
L’intégration des jeunes en difficulté d’apprentissage
Écoles hassidiques illégales - L’État doit être ferme
Drelin, drelin ! Parents : à vos devoirs !
La marchandisation des enfants et le port du G-string
Étudiants en grève. Intransigeants, dites-vous ?
Grève étudiante ou choc des générations ?
Apprendre aux filles à se soumettre aux garçons
L’école québécoise et les garçons : l’apprentissage de la domination
La mixité scolaire n’a pas d’effet sur la motivation
Obstacles et réussite des filles à l’école
Profils contrastés d’un groupe de garçons québécois de 15 ans
Les difficultés scolaires des garçons : débat sur l’école ou charge contre le féminisme ?
Renforcer les stéréotypes masculins ne résoudra pas les difficultés des garçons à l’école
Comment limiter le décrochage scolaire des garçons et des filles ?
Identités de sexe, conformisme social et rendement scolaire
La non-mixité en milieu scolaire nuirait aux garçons
Décrochage scolaire : remettre les pendules à l’heure
La non-mixité à l’école : quels enjeux ?
Faire réussir les garçons ou en finir avec le féminisme ?
Les garçons à l’école - Pour en finir avec le XVIIIe siècle
Quand les garçons échouent à l’école







Le ministère de l’Éducation du Québec a récemment rendu public un rapport synthèse intitulé La réussite des garçons. Des constats à mettre en perspective (MEQ, 2004a). Le document complet est facilement accessible sur le site du ministère ; il "a pour objectif d’illustrer à l’aide de données statistiques certains écarts de réussite entre les garçons et les filles et de partager l’état de la recherche actuelle au Québec et ailleurs dans le monde" (p. 1). Il s’appuie également sur un document d’accompagnement intitulé La réussite professionnelle des garçons et des filles : un portrait tout en nuances (MEQ, 2004b).

Il me semble intéressant de signaler quelques informations nouvelles contenues dans le rapport synthèse. Celles-ci nous amènent à rejeter carrément certaines prétentions masculinistes quant à la performance scolaire des garçons québécois.

1 - Le retard scolaire

Au Québec, le retard scolaire au primaire est un phénomène qui touche en général plus de garçons que de filles. Cependant, "une analyse plus poussée des données permet de constater que dans certaines commissions scolaires, l’écart entre les garçons et les filles en termes de retard scolaire est très faible, voire inexistant" (p.3).

Puisque les écarts sont plus prononcés à certains endroits et inexistants à d’autres, les explications masculinistes du phénomène, qui recourent à des généralisations, ne tiennent pas. Comment en effet concilier "les différences de cerveau entre les hommes et les femmes", "l’énergie instinctive des garçons produite par la testostérone", "le taux élevé de féminité du personnel enseignant", "la faute aux féministes, aux mères monoparentales et aux femmes", ou encore "l’absence de modèles masculins" ; comment concilier ce genre d’explication donc, avec l’absence d’écarts entre les filles et les garçons dans certaines commissions scolaires ?

Les taux de testostérone varieraient-ils d’une commission scolaire à l’autre ? Les enseignantes se seraient-elles tout à coup masculinisées dans certains endroits, mais pas dans d’autres ? Et les féministes, les mères monoparentales et les femmes, volatilisées ? Qu’en est-il des cerveaux de la population étudiante de ces commissions scolaires, vient-on de découvrir le début d’une mutation jusque-là insoupçonnée ?

Comme "il est permis de croire qu’il puisse exister des différences importantes entre les établissements scolaires eux-mêmes [quant aux écarts garçons-filles dans le retard scolaire]" (p. 4), que faire de toutes ces hypothèses masculinistes citées plus haut ?

2 - La langue d’enseignement

Quand on compare les résultats des garçons et des filles par matière, on sait que seuls ceux en langue d’enseignement présentent des écarts relativement constants. Or, nous apprend le rapport, une comparaison fine des résultats dans cette matière "permet également d’observer des écarts de réussite encore plus grands entre les garçons eux-mêmes" (p. 5). Qui plus est, en lecture, les notes moyennes des garçons québécois dépassent les garçons du Canada, de la Finlande, de la Belgique, de l’Australie, des Etats-Unis et ... de la France (p.6).

Avec de tels constats, que faire avec toutes ces thèses naturalistes auxquelles réfèrent les masculinistes, qui insistent pour répéter que c’est l’école qui est inadaptée aux garçons ou encore que ceux-ci seraient des victimes du système scolaire ? On le voit, les résultats par matière sont sensiblement les mêmes chez les garçons et chez les filles, sauf dans une matière précise.

3 - La diplômation

Le rapport synthèse du MEQ scrute aussi la diplômation accompagnant la fin des études secondaires, ou encore ce qu’il est convenu d’appeler "le décrochage scolaire". D’une part, et contrairement à ce que soutiennent les masculinistes, la situation scolaire des garçons s’est améliorée sur ce plan depuis quelques décennies. Par contre, elle s’est détériorée depuis quelques années ... celle des filles aussi puisque l’écart entre les deux est resté stable (p.6). Rien donc pour crier à la discrimination, comme le font les masculinistes.

D’autre part, "on observe [...] des taux de diplômation présentant des écarts relativement importants chez les garçons, entre les secteurs publics francophone et anglophone" (p.7). Comment expliquer cet écart de 7% à l’avantage du secteur anglophone ? De toute évidence, les prétentions masculinistes ne tiennent pas la route. Certains d’entre eux auraient sans doute besoin de retourner faire leurs devoirs !

En bref

Se pourrait-il que "les garçons" ne soient pas tous pareils, qu’ils n’aient pas tous les mêmes besoins éducatifs, que certains n’aient pas vraiment besoin d’une aide spécifique alors que certaines filles en profiteraient, qu’une analyse par milieu social serait également à développer plus amplement ? C’est l’une des conclusions que tire le rapport du MEQ qui résume ainsi : "C’est donc dire que les difficultés scolaires, même si elles sont proportionnellement plus importantes chez les garçons que chez les filles, ne sont pas liées à une caractéristique du genre masculin. C’est là une courte illustration du fait que les garçons comme les filles ne constituent pas des groupes homogènes" (p.23).

Peut-on être plus clair ?

Source : "La réussite des garçons. Des constats à mettre en perspective", Ministère de l’Éducation du Québec

* Affiché aussi sur antipatricat.com

Le 19 octobre 2004


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.


Jean-Claude St-Amant, chercheur en éducation, Université Laval

Jean-Claude St-Amant est professionnel de recherche à l’Université Laval depuis 1992, rattaché au Centre de recherche et d’intervention sur la réussite scolaire (CRIRES) ainsi qu’à la Chaire d’étude Claire-Bonenfant sur la condition des femmes. Historien de formation, il a été professeur-chercheur pendant une dizaine d’années avant de se consacrer entièrement à la recherche. Intéressé par le rôle de l’éducation dans la réduction des inégalités, ses travaux récents ont porté sur la réussite scolaire en milieu autochtone, sur les dynamiques scolaires dans les familles de milieu populaire et sur les écarts de réussite entre garçons et filles.

Il prépare maintenant une enquête sur les difficultés scolaires selon le sexe vues par le personnel scolaire québécois.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2004
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin