| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 7 décembre 2004

Lettres à Marie-France Bazzo concernant ses invités du 6 décembre 2004

par Micheline Carrier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Tuerie à Montréal - L’assassinat des femmes comme politique sexuelle
6 décembre 1989 – Comme un volcan mal éteint
Polytechnique 6 décembre 1989 - Se souvenir que la misogynie peut tuer
Sisyphe endosse la Déclaration du Comité de la Commémoration du 25ème anniversaire de la tragédie du 6 décembre 1989
Un forum féministe se remémore le massacre de l’École Polytechnique
Louky Bersianik - Sortir de l’oubli
Polytechnique, 6 décembre - À la vie à la mort
Après le film Polytechnique, le dit et le non-dit
Marc Lépine, un tueur transformé en héros
Thérèse Lamartine : Polytechnique, le roman
Polytechnique – Le contrôle de la représentation par les hommes
Le film Polytechnique – Impressions en forme de malaise
La tuerie de l’École polytechnique 20 ans plus tard - Appel de communications
Polytechnique - En souvenir de la féministe inconnue
Quatorze d’elles
Se souvenir du six décembre 1989
Lettre de Marc Lépine, meurtrier de 14 jeunes femmes à l’École polytechnique de Montréal en 1989
"Polytechnique" et le féminisme au Canada en 2009
L’angle mort
YWCA Canada demande au gouvernement fédéral un plan d’action pour mettre un terme à la violence contre les femmes et les filles
Marc Lépine, héros et martyr ?
Couvre-feu
La proie pour la lumière
Le massacre de l’École polytechnique de Montréal pourrait-il se produire à nouveau en 2005 ?
Défendre le féminisme, une question de justice et de démocratie
Contrer encore et toujours le ressac anti-féministe et la violence faite aux femmes
Polytechnique 15 ans plus tard : difficile de transcender l’analyse égocentrique
Il y a 15 ans, des meurtres misogynes et antiféministes
Ode aux sur-vivantes
Une violence socialement construite, mais individuellement choisie
Il y a quinze ans le 6 décembre
Nous taire ? N’y comptez pas !
Tendance révolutionnaire
Décembre au coeur
C’était en décembre 1989
Des hommes veulent réhabiliter Marc Lépine
Sel et sang de la mémoire
Pour se souvenir que la misogynie peut tuer







Les Carnets de Sisyphe, no 6,
le 6 décembre 2004

« Des hommes centrés sur leur fragile petit nombril »

Madame Marie-France Bazzo,

Je n’en reviens pas des inepties que deux hommes - Facal et Baillargeon - disent sur vos ondes, ce matin. On mesure à quel point le discours masculiniste a imprégné l’ensemble de la société et les médias en particulier. Ces deux hommes triturent les faits historiques. Ce ne sont pas les hommes qu’on empêchait de parler, en 1989 et longtemps après dans les médias, ce sont les féministes. Au point où elles se sont données des tribunes pour en parler entre elles et ont écrit des livres collectifs de textes qui avaient été refusés par les médias.

On n’a jamais pris en compte la souffrance et le choc que les féministes en général ont vécu ce jour-là, et il faudrait que les féministes assument le sentiment de culpabilité que certains hommes ont ressenti et ressentent encore ? N’est-ce pas à eux de solutionner ce problème de culpabilité individuelle au lieu d’en blâmer les autres, comme toujours.

Marc Lépine a planifié ses meurtres contre des femmes - et il en avait d’autres noms sur sa liste - et il a écrit lui-même qu’il était motivé, non par des motifs économiques mais par sa haine des féministes - et il ne faudrait pas que les féministes le disent ni se sentent concernées ? Et elles auraient récupéré l’événement en l’analysant d’un point de vue féministe ?

Je trouve que les propos de ces deux hommes sont une forme de violence psychologique, particulièrement en ce jour. Hélas, j’ai raison quand je dis que peu de choses ont changé en 15 ans et qu’on ne veut pas tirer les leçons de cet événement parce qu’on ne veut pas reconnaître qu’on est encore dans une société fortement patriarcale dont certaines de ses valeurs sont porteuses de violence à l’égard des femmes (http://sisyphe.org/article.php3?id_article=1389).

On a parlé de violence "masculine". Où est le crime ? Qui peut nier qu’il existe une violence masculine systémique à l’égard des femmes qui n’a pas son équivalent dans la violence féminine ? Cela ne signifie pas que les féministes aient dit que tous les hommes étaient violents ou des Marc Lépine en puissance. Ils le savent très bien, vos invités, que les féministes n’ont pas dit cela. Mais cela les arrange de le laisser croire. Cela donne un sens à leur sentiment de culpabilité personnelle.

Marc Lépine était un homme, faut-il le rappeler, non un individu sans genre. Faudrait-il dire : "Une personne a tué 14 autres personnes à l’École Polytechnique de Montréal le 6 décembre 1989" pour ne pas être accusé-e de récupérer l’événement pour la cause des femmes dans une perspective féministe ?

Et Roch Côté, cité comme héros et victime des féministes ! Cet individu a tripoté les statistiques sur la violence dans son livre "Manifeste d’un salaud" et a fait dire aux féministes ce qu’elles n’avaient jamais dit. Comment se fait-il que vous ne manifestiez pas davantage de sens critique face à de tels propos ?

Des hommes qui ont cheminé et qui auraient pu vous parler plus intelligemment de cet événement, il y en a pourtant. On les entend rarement à votre émission. Pourquoi ? Vous pourriez faire la preuve qu’il y a des hommes qui comprennent et soutiennent les féministes et qui sont capables de réfléchir sur la violence faite aux femmes. Vous auriez pu avoir une réflexion passionnante sur la prise de conscience de certains, mais vous préférez inviter des individus qui attaquent encore les féministes comme au lendemain du 6 décembre 1989.

La comparaison entre les propos des femmes et ceux des hommes invités à votre émission reflètent bien que le fossé est encore grand. Et que les médias sont toujours prêts à collaborer à réinventer l’Histoire.

Micheline Carrier, le 6 décembre 2004.

***
15 après... certains réécrivent l’histoire

Émission Indicatif Présent
Société Radio-Canada

C’est peu de dire qu’après une excellente table ronde des femmes, j’ai été
amèrement déçu par les propos compassés de deux de vos trois invités
masculins, MM. Facal et Baillargeon, encore en rogne d’avoir prétendument dû
mettre un bémol à leur antiféminisme au lendemain de Polytechnique.

Contrairement à leurs prétentions sur un féminisme qui aurait diabolisé TOUS
les hommes au lendemain du massacre, ce qui est absolument faux, je me
souviens très bien que le sang des victimes coulait encore lorsque les
animateurs de ligne ouverte ont commencé à charger les femmes et le
féminisme qui avaient tant dû faire souffrir l’assassin. Aucune "chape de
plomb" sur ce discours à l’époque, sinon pour les femmes :

Rassemblées devant l’Université de Montréal, le lendemain du massacre, des
étudiantes et des féministes se sont vu imposer rageusement le silence par
les petits chefs de l’association étudiante de Polytechnique.

Venues à la Basilique de Montréal pour les funérailles, on ne les a même pas
laissé entrer.

Et un an plus tard, loin de "crucifier" M. Roch Côté comme vous avez dit,
tous les médias du Québec lui ont offert un pont d’or pour faire de son
manifeste antiféministe le plus opportuniste des best-sellers.

Martin Dufresne

Mis en ligne sur Sisyphe, 7 décembre 2004

On pourra écouter l’émission Indicatif présent du 6 décembre 2004 quand elle sera en ligne. Ensuite, consultez les Archives du site de Radio-Canada.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook    Commenter cet article plus bas.

Micheline Carrier
Sisyphe

Micheline Carrier est éditrice du site Sisyphe.org et des éditions Sisyphe avec Élaine Audet.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2004
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin