| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 14 décembre 2004

Polytechnique 15 ans plus tard : difficile de transcender l’analyse égocentrique
Commentaire sur l’émission « Indicatif présent »

par Johanne St-Amour






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Tuerie à Montréal - L’assassinat des femmes comme politique sexuelle
6 décembre 1989 – Comme un volcan mal éteint
Polytechnique 6 décembre 1989 - Se souvenir que la misogynie peut tuer
Sisyphe endosse la Déclaration du Comité de la Commémoration du 25ème anniversaire de la tragédie du 6 décembre 1989
Un forum féministe se remémore le massacre de l’École Polytechnique
Louky Bersianik - Sortir de l’oubli
Polytechnique, 6 décembre - À la vie à la mort
Après le film Polytechnique, le dit et le non-dit
Marc Lépine, un tueur transformé en héros
Thérèse Lamartine : Polytechnique, le roman
Polytechnique – Le contrôle de la représentation par les hommes
Le film Polytechnique – Impressions en forme de malaise
La tuerie de l’École polytechnique 20 ans plus tard - Appel de communications
Polytechnique - En souvenir de la féministe inconnue
Quatorze d’elles
Se souvenir du six décembre 1989
Lettre de Marc Lépine, meurtrier de 14 jeunes femmes à l’École polytechnique de Montréal en 1989
"Polytechnique" et le féminisme au Canada en 2009
L’angle mort
YWCA Canada demande au gouvernement fédéral un plan d’action pour mettre un terme à la violence contre les femmes et les filles
Marc Lépine, héros et martyr ?
Couvre-feu
La proie pour la lumière
Le massacre de l’École polytechnique de Montréal pourrait-il se produire à nouveau en 2005 ?
Défendre le féminisme, une question de justice et de démocratie
Contrer encore et toujours le ressac anti-féministe et la violence faite aux femmes
Il y a 15 ans, des meurtres misogynes et antiféministes
Lettres à Marie-France Bazzo concernant ses invités du 6 décembre 2004
Ode aux sur-vivantes
Une violence socialement construite, mais individuellement choisie
Il y a quinze ans le 6 décembre
Nous taire ? N’y comptez pas !
Tendance révolutionnaire
Décembre au coeur
C’était en décembre 1989
Des hommes veulent réhabiliter Marc Lépine
Sel et sang de la mémoire
Pour se souvenir que la misogynie peut tuer







CONTEXTE : L’émission « Indicatif présent », sur les ondes radio de Radio-Canada, avait invité le 6 décembre 2004 trois femmes et trois hommes pour commenter la tuerie de l’École polytechnique de Montréal, il y a 15 ans. Johanne St-Amour commente ici les propos de deux des hommes invités notamment, et elle élargit la réflexion sur ce sujet.

L’analyse des responsabilités lors d’événements violents, et même de l’actualité en général, transcende, souvent et difficilement, le seul point de vue égoïste de notre petite personne. Quelques invités à Indicatif présent nous en ont fait la triste démonstration, le 6 décembre, lors de la journée commémorative de la tuerie de Polytechnique.

Combien de temps encore va-t-on nier le fait que Marc Lépine, un homme, a bel et bien tué 14 femmes ce jour-là, de façon préméditée en plus, sans que les hommes se sentent personnellement visés comme étant des tueurs en puissance ? Combien de temps va-t-on nier que les hommes présents ce jour-là à Polytechnique ont été épargnés sans que tous les hommes se sentent coupables d’être vivants ? Vous n’êtes pas un tueur ? Alors, pourquoi vous complaisez-vous à mettre le chapeau de quelqu’un d’autre ? Si vous vous sentez coupables, c’est peut-être parce que vous en avez décidé ainsi ? Malheureusement, cette attitude contribue à stigmatiser les féministes, à les rendre responsables de vos malaises et de votre culpabilité.

Pierre Bourgault disait, le surlendemain de la tuerie de Polytechnique : « C’est un crime qui peut avoir une valeur exemplaire, c’est-à-dire qu’après des millénaires, il y a finalement un homme qui avoue qu’il haït les femmes - on n’en sait pas les raisons vraiment - et on a l’impression que nous, étant hommes, il nous force à avouer une part, en tous les cas, de notre misogynie collective ». Collective ne réfère pas à votre petit moi personnel, Messieurs. Après cette affirmation, Monsieur Bourgault avait fait une brève liste des crimes collectifs historiques dont sont victimes les femmes. Ces crimes ne sont malheureusement pas encore résolus et plusieurs sont même en hausse. (Allez vérifier sur le site de Radio-Canada l’entrevue avec Monsieur Bourgault).

Combien de temps des femmes vont-elles nier que les victimes étaient bel et bien des femmes, que le seul fait d’être femme a contribué à ce que les victimes meurent violemment ? Que le tueur était un homme qui a déchargé sa démence vers les femmes ? Combien de femmes Marc Lépine aurait-il dû tuer pour que la réalité soit visible ? Cent, cinq cents, milles, six millions de femmes ? Aurait-on plus facilement accepté ce meurtre contre des femmes s’il avait été uniquement qualifié de meurtre en série ?

Le questionnement par rapport au sens à donner au massacre était également tordu. Combien de parts de ce meurtre étaient dues à la folie, à la maladie mentale, à la haine des femmes, à la haine des féministes ? Trente-trois pour cent folie, trente-trois pour cent maladie mentale, trente-trois pour cent haine des femmes et féministes et un pour cent d’inconnus ? Pourquoi Madame Navarro aimait-elle mieux spéculer sur le pourcentage ? « Féministe du 6 décembre », avalise-t-elle, elle aussi, la possible dénaturation des rapports hommes-femmes en cas de revendications gagnées par les femmes ? Tant qu’à y être, on pourrait aussi se demander quel gène était manquant chez le fou qui a tué 6 millions de juifs ou quelles cellules sont rouillées chez les membres du Ku-Klux-Klan. Comment aurait-on considéré le même meurtre commis par un Blanc visant systématiquement des Noirs, des homosexuels, des juifs, des enfants ? On a plus de considération pour la mort des baleines blanches que pour la mort des 14 victimes de Polytechnique. Faudra peut-être attendre que les femmes deviennent un genre en voie de disparition !

Il est plus facile de dénoncer la maltraitance qu’ont subie les victimes de l’hépatite C, les victimes des effets secondaires de produits pharmaceutiques, les victimes du sang contaminé, les victimes de la MIUF, de la fraude, de la viande avariée, les victimes des accidents de la route ou du travail, les victimes d’actes criminels, les orphelins de Duplessis, les autochtones arrachés à leur famille, les victimes d’agressions sexuelles commis par des religieux, les victimes d’inondation, les victimes de discrimination raciale, les victimes d’homophobie, les victimes parlementaires, les victimes de la guerre, les victimes de l’holocauste, les victimes des intégristes islamistes, les victimes du terrorisme, de la torture…

Il est bien de connaître l’opinion personnelle de personnalités, mais alors il faut la prendre pour ce qu’elle est : une opinion personnelle et non une analyse sérieuse. Il faut voir que l’opinion cache souvent aussi nos peurs personnelles : peur des hommes de perdre l’estime des femmes parce qu’un fou s’en est pris à des femmes, peur des femmes que les hommes pensent que toutes les femmes croient qu’ils sont tous des fous en puissance, par exemple. J’aime encore mieux penser que la négation du meurtre sexiste à Polytechnique, il y a 15 ans, relève simplement de peurs personnelles, sinon ce serait trop décourageant. Le discours égocentrique surpasse les analyses globales, scientifiques, recherchées.

Pour Monsieur Facal qui affirme, et avec raison, que toute vie est précieuse, il faut tout de même ajouter que statistiquement parlant, les parents devront mettre plus d’efforts à protéger leur fille que leur garçon, n’en déplaise au père qu’il est. Les filles ont plus de mal-chance d’être attaquées qu’un homme même en 2004. Mais les statistiques parlent peut-être davantage au politicien qu’à l’homme ou au père de famille ! Pelletage de poussières de nombril, également, ce rappel à la difficulté du débat de la souveraineté. Comment voulez-vous convaincre des Québécoises et des Québécois de la pertinence de la souveraineté alors qu’il est si difficile d’admettre l’autodétermination et l’existence - et la non-existence - de femmes ? L’analyse aurait-elle été plus facile si on avait tiré sur des indépendantistes ?

Pour Monsieur Baillargeon, qui parle « d’une chape de plomb essentialiste » et dénonce les « féministes qui accusent les hommes de porter en eux le mal essentiel », je dirais d’abord que la masse de plombs qu’ont reçus les 14 femmes, le 6 décembre 1989, n’étaient ni existentialistes, ni essentialistes mais très réels. Elles ne sont d’ailleurs plus là pour témoigner de ce qu’elles ont ressenti, elles. « Les hommes se sont sentis culpabilisés », dites-vous. Eh bien, quand vous aurez fini de vous pencher sur votre propre sort, on pourra peut-être passer à un autre niveau !

Non seulement on culpabilise les femmes et les féministes de dénoncer la violence, mais en plus on les accuse de ne pas dialoguer. C’est drôle, je ne sais pas ce qu’elles font depuis des décennies. Elles doivent « se poigner le beigne proportionnel » ! On veut surtout rester sourd à leur parole. Il faut intégrer les hommes pour devenir un groupe égalitaire ? Mais c’est ce que les femmes demandent, devenir égalitaires. Des hommes ont-ils attendu qu’on leur déroule le tapis rouge pour parler, pour dénoncer et pour changer ? Que non, que non ! Mais ces excuses permettent de s’en tenir à ses petites blessures et de paralyser les débats plutôt que d’en enrichir le contenu.

Il y a les désinformateurs toxiques avides de liberté (!) et il y a les désinformateurs superficiels glamour ! Plus subtils mais tout aussi dévastateurs ! Faudra peut-être changer le nom d’« Indicatif présent » pour « Indicatif absent-e-s ! »

Mis en ligne sur Sisyphe, le 9 décembre 2004

Lire également :
* Lettres à Marie-France Bazzo concernant ses invités du 6 décembre 2004.
* Il y a 15 ans, des meurtres misogynes et antiféministes.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Johanne St-Amour

L’auteure a étudié et travaillé dans le domaine social et dans celui de la santé.



Plan-Liens Forum

  • Mais que se passe-t-il ?
    (1/1) 10 décembre 2004 , par





  • Mais que se passe-t-il ?
    10 décembre 2004 , par   [retour au début des forums]

    15 ans plus tard, j’ai exactement le même sentiment que celui qui m’habitait les 6-7-8 ... décembre 1989 alors que j’essayais de digérer ce massacre, alors que j’essayais de me convaincre que je pouvais continuer de dire avec fièrté que je militais dans le mouvement féministe afin que toutes les femmes puissent enfin prendre la place qui leur revient dans cette société pavée d’intolérence, de sexisme, de racisme, d’homophobie, etc. Je me sens exactement comme ce 6 édcembre alors que j’arrive à Montréal à l’aéroport de Dorval, que je retrouve, à l’hôtel, mes collègues de partout au Québec qui viennent pour la même rencontre que moi et qui sont rivées au téléviseur, le visage pâle, terrifiées, la voix éteinte. En quelques mots - tuerie - polytechnique -jeunes femmes - juste les femmes -, elles m’informent de ce qui vient de se produire. Je ne comprends pas tout de suite .. je regarde la télé ... je comprends et je fige ... Je ne suis plus certaine de comprendre et je me renferme dans une sorte de bulle où on ne peut m’atteindre. Je n’ai plus aucune émotion, aucun sentiment, et je ne parle plus. J’écoute, j’écoute, j’entends mais je n’éprouve plus rien. Je me protège. Deux journées passent et je reste dans le même état. Plus aucune émotion perceptible. Je suis carrément en état de choc, et en bonne fille raisonnable que je suis, j’essaie que rien n’y paraisse ! Mais cela ne peut durer éternellement. En bonne féministe toujours militante, sans peur et téméraire, je pars avec des copines au rassemblement organisé au Métropolis le dimanche suivant le massacre. Nous nous retrouvons dehors, sur la rue Ste-Catherine, à attendre en ligne devant la porte car elle n’ouvre que quelques minutes avant le début du rassemblement. Des policiers avec carabines sont postés tout près. Je me rends compte que j’ai peur et je me rends compte du pathétisme de la scène ! Pourquoi ces policiers, pourquoi nous faire attendre ainsi dehors, en ligne, après ce qui vient de se produire ? Là, enfin, je me réveille et je me dis que c’est le comble de l’imbécillité ! On nous fait attendre, des dizaines de femmes, en ligne sur le trottoir, sur la rue Ste-Catherine, toutes des féministes ! ! Mais, c’est quoi ça ?? Finalement on entre et les allocutions commencent. Françoise David, Diane Lemieux, coordonnatrice au regroupement des CALACS à cette époque, Richard Séguin, etc. Je ne me souviens pas des autres, ni de ce qui s’est dit parce que c’est à ce moment que j’ai enfin repris pied et j’ai pleuré et pleuré et pleuré, entourée des bras de mon amie. J’ai réalisé toute la haine que des hommes ont des femmes simplement parce qu’elles veulent devenir des êtres à part entière, simplement parce qu’elles veulent gagner le même salaire pour un travail équivalent, simplement parce qu’elles ne veulent plus se faire agressées sexuellement, simplement parce qu’elles ne veulent plus se faire contrôler financièrement, psychologiquement ou physiquement, simplement parce qu’elles ne veulent plus se faire tuer par un mari ou un ex-mari, simplement parce qu’elles veulent étudier dans tous les domaines, simplement parce qu’elles veulent vivre pleinement leur condition d’être humain. J’ai réalisé, encore une fois, que rien n’est jamais acquis et que parfois tous les moyens sont bons pour faire taire celles qui veulent s’exprimer et améliorer leur sort. J’ai réalisé que les luttes étaient loin d’être terminées. Le discours antiféministe s’est accru je crois à partir de cet événement. La façon dont la parole des féministes a été occultée, dont les médias ont laissé la place aux écarts d’analyse, le traitement que l’on a réservé au mouvement des femmes, ont fait toute la place nécessaire à cette montée du discours antiféministe et à son "fiston chéri", le discours masculiniste avec lequel on est aux prises aujourd’hui.

    Oui, je me sens exactement comme ce jour ... J’entends les mêmes inepties sur les féministes, sur ce "tireur fou", sur ces hommes qui se sentent tellement coupables. Et bien, ils ont raison de se sentir coupables ... Pas pour ce meurtre des 14 jeunes femmes, mais pour n’avoir pas voulu entendre et comprendre le message de ce Lépine et ne pas avoir voulu écouter ce que les femmes féministes ont vécu dans cet événement, et pour ne pas avoir été plus solidaires de ces femmes qui ne recherchent que plus de justice pour tous et toutes. Ils peuvent se sentir coupables de ne pas être, encore aujourd’hui, 15 ans plus tard, capables d’écouter ce que les femmes féministes ont à dire, ont encore à dénoncer. Ils doivent se sentir coupables de faire la sourde oreille, de faire semblant de ne pas comprendre, de faire dévier le discours d’égalité et d’équité du mouvement féministe. Ils doivent se sentir coupables, comme on se sent coupable lorsque l’on se rend compte que l’on a délibérément fait du tort à quelqu’un pour sauvegarder ses propres provilèges. C’est malheureusement parfois la culpabilité qui nous amène à poser des gestes d’ouverture, de compréhension et de solidarité. Espérons que ce soit ce qui leur arrive à ces hommes qui se sentent coupables et qu’ils finissent par mettre cette culpabilité au profit d’une société plus juste pour les femmes aussi.

    À tous les 6 décembre, je me sens comme ce 6 décembre là. J’ai très hâte de sentir que ce 6 décembre soit devenu un événement suffisamment tragique pour que l’on prenne tous les moyens pour que cela n’arrive plus. J’ai très hâte de réaliser que les hommes, qui ont une certaine notoriété et que l’on invite à donner leur opinion sur toutes sortes de sujets, finissent par écouter le discours des femmes militantes, finissent par comprendre que le mouvement féministe n’attaque pas les hommes mais le système qui leur permet d’avoir des privilèges auxquels elles n’ont pas ou peu d’accès et qui permet à certains de "régler le compte" de femmes qu’ils n’arrivent pas à contrôler.

    Christiane Ouellet

    • > Mais que se passe-t-il ?
      21 mars 2005 , par
        [retour au début des forums]

      Je souhaite juste dire que je surveille ce site depuis quelques temps et que je le trouve très intéressant. Bonne continuation.Sorcier gloutonSorcier gloutonSorcier gloutonSorcier gloutonSorcier gloutonSorcier gloutonSorcier gloutonSorcier gloutonSorcier gloutonSorcier gloutonSorcier gloutonSorcier gloutonSorcier gloutonSorcier gloutonSorcier gloutonSorcier gloutonSorcier gloutonSorcier gloutonSorcier gloutonSorcier glouton

      [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2004
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin