| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






vendredi 6 décembre 2013

Le lieu privilégié de l’attentat

par Louky Bersianik






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La violence contre les femmes, riposte des pouvoirs menacés
Polytechnique 6 décembre 1989 - Elles étaient toutes nos filles
Polytechnique 25 ans - Une constante : déni et antiféminisme
De Polytechnique à Pauline Marois
Polytechnique, 6 décembre 1989. Lettre à Geneviève Bergeron
Une lutte à finir contre la domination masculine
Le 6 décembre 1989 : et depuis ?
Vingt ans après la tuerie de la Polytechnique, le registre des armes à feu est toujours nécessaire - Écrivez à votre député-e
Polytechnique - Devoir de mémoire
Sel et sang de la mémoire - Polytechnique, 6 décembre 1989
Effet Polytechnique chez les féministes d’État







    « Il est certain que, dans la fantasmatique mâle, le corps de la femme joue le rôle de lieu privilégié de l’attentat. » Alain Robbe-Grillet

Maud, 29 ans
Hélène, 23 ans
Nathalie, 23 ans
Geneviève, 21 ans
Michèle, 21 ans
Sonia, 28 ans
Annie, 21 ans
Maryse, 23 ans
Barbara, 22 ans
Anne-Marie, 21 ans
Anne-Marie, 27 ans
Barbara, 31 ans
Maryse, 25 ans
Annie, 23 ans

I

À l’enfant bien vivante
glissée dans ses pensées
ce lundi sans détours
qui marche vers la terre
où elle sera déposée dimanche

Il y a un être
malfaisant qui t’aime
ne détourne pas la tête
il vient de très loin
à ta rencontre il sait
que tu n’as pas peur de lui

Le coeur flambant neuf
la cervelle rongée
par vingt-cinq siècles de haine
il s’approche en héros
de ta calme jeunesse

Dans deux jours exactement
d’un glaive héroïque
tu seras taillée en pièces
c’est un premier geste
une préface à l’amour

quelques morsures
dans ta ligne de vie
d’où jailliront
éclats ahuris
tous tes regards
ta joie sans retour

ce flot ininterrompu
tout ton sang souterrain
faisant surface

II

À l’étudiante du mardi
massacrée le mercredi
mise en terre le jeudi

Ne t’arrête pas pour cueillir
trop rouges
les perce-neige de décembre

Il y a un jeune homme qui t’aime
vêtu de terreur blanche
Ne cours pas à sa rencontre
ne tremble pas à sa vue

Il ne cherche que l’effroi
Il n’a qu’un seul désir
voir monter dans tes yeux
l’absolu de la peur

Ce jeune homme est un lance-flammes
il te réduira en cendres
avant la tombée du jour

Il ne veut
que recueillir ton souffle
entre les pages de la nuit
le mettre en croix le vendredi
l’oublier le samedi
feuilletant
les paillettes glacées
de sa mémoire courte

tandis que ta courte vie
suintera comme une enfance
aux parois de tes rêves
qu’il aura abdiqués
à ta place

III

À la jeune femme du matin
qui sera fauchée
à cinq heures du soir
sa place est désignée déjà
sous la neige foulée
de son pas feutré

tu seras portée en terre
dans une voiture d’eau noire
glissant en pensée déjà
depuis l’aube à ta rencontre
entre les roses coupées
de cette semaine écarlate

Il y a un chacal qui t’aime
dangereusement
Il veut toucher ton coeur
et s’apprête aujourd’hui
à le cribler de balles

Hier il tentait de clore
le seuil de ta chair
avec l’anneau juridique
de son amour de fer
et sur ton corps juvénile
comme sur une armoire antique
il fit mettre les scellés

Tu es son ombre portée
de toute éternité
quoi qu’il fasse

Son amour féroce
est phosphorescent
dans l’obscurité du jour

C’est lui ou toi
C’est ta vie contre la sienne
C’est ton coeur contre le sien

IV

À l’écolière de la matinée
qui fait tranquillement ses écritures
et qui meurt de mort violente
l’après-midi
en récitant sa leçon d’histoire
truquée

Attention
il y a un garçon qui t’aime
éperdument
tu es en danger

Il est né de l’homme sans fin
de la nuit des hantises
acharné à te détruire
de fond en comble
depuis ton premier jour

Ton corps est la portion
privilégiée de l’espace
qu’il a choisie
pour t’anéantir
Il s’est donné pour mission
de nettoyer l’espèce
de ta tenace existence

Tu es en grave danger
dans ta salle de classe
alors que le soleil
se couche sur ta joue

Il est l’arme secrète
qui fait irruption
devant le tableau noir
et qui s’ingénie
à rendre le coup
mortel et la chute
interminable

Il t’interdit à jamais
de franchir cette porte
avec ton frère
le coeur battant

Publié dans Louise Mallette et Marie Chalouh (ouvr. coll.),
Polytechnique, 6 décembre
, Montréal, remue-ménage, 1990.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 12 décembre 2004.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Louky Bersianik

Louky Bersianik est née à Montréal où elle a fait des études universitaires en Lettres françaises, obtenu sa maîtrise ès-arts et terminé avec succès sa scolarité de Ph.D. Elle a ensuite étudié à la Sorbonne et séjourné plusieurs années à Paris. Après avoir publié quelques livres pour enfants dont l’un a obtenu le Prix de la Province (1966), elle a fait paraître L ‘Euguélionne en 1976, reconnu pour être le premier grand roman québécois d’inspiration féministe ; coédité chez Hachette Littérature en France (1978), traduit et publié en anglais sous le titre : The Euguélionne (1982). En 1979, Louky Bersianik passa une année dans l’île de Crète pour écrire Le Pique-nique sur l’Acropole (1979).

Elle a aussi publié plusieurs titres de poésie dont Maternative (1980), Au beau milieu de moi (1983), Axes et eau (1984), Kerameikos (1987), ainsi que quelques essais dont Les Agénésies du vieux monde (1982), La Main tranchante du symbole (1990) et un autre roman : Permafrost (1997). Un dossier de la revue universitaire “Voix et Images, Littérature québécoise”, lui a été consacré à l’automne 1991 (No. 49). « Pour moi, la question de l’engagement est imbriquée dans la question de l’écriture. On est toujours engagé dans sa propre conscience. » (Extrait de ce dossier).



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2013
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin