| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






vendredi 13 septembre 2002


Petites sépultures et autres berceaux
I - L’Eau

par Louky Bersianik






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Charlie Hebdo, la prédation et Louky Bersianik
LOUKY BERSIANIK - L’écriture, c’est les cris
Le don vital de Louky Bersianik à sa prochaine
L’importance de l’œuvre de Louky Bersianik
Louky Bersianik : l’écriture-femme en personne
L’occultation du décès de l’écrivaine féministe Louky Bersianik
L’oeuvre de Louky Bersianik - « Monuments », dites-vous ?
L’Euguélionne
"Mon coeur est de plus en plus féministe" - Louky Bersianik (1930-2011)
Louky Bersianik à la recherche de sa "planète positive"
Biographie de Louky Bersianik
La face cachée des femmes
La face cachée des femmes
Mots d’amour pour Louky
IV — L’Air
Maladie d’amour
III - Le Feu
" Permafrost " de Louky Bersianik, une pure intensité
Louky Bersianik, poète et féministe
Louky Bersianik et les valeurs maternatives
II - La Terre
Naître du mauvais bord de la langue







Ma petite est comme l’eau
Elle est comme l’eau vive
Guy Béart

Le soleil sautillait sur tes pas d’écolière
Et dans l’eau de la dernière pluie
Je voyais changer mon paysage familier
Toi mon enfant grandissante

Tu vivais à grande eau et à grands remous
Tu ne pensais pas au naufrage
Tu ruisselais de la joie de vivre
Follement ravie d’être en vie

Et moi je ne te disais jamais
De te méfier de la haine
Ma petite enfant heureuse
Toujours amoureuse

Et je ne te disais jamais
Ni le jour ni la nuit
De te méfier des bateaux de glace
Et de leurs capitaines

Vint la saison des loups
Qui croient que les filles
N’ont plus besoin de vie
Pour continuer à vivre

Filles des terres et des astres
Filles des galaxies et des neiges
Filles des soleils dans vos yeux
Des larmes sur vos étoiles de mer

Filles des lèvres sur vos sourires
Filles des mains dans vos cheveux
Filles du jeu infini des caresses
Filles du jeu infini du savoir

Filles de naissance récente
Filles de toutes les connaissances
Filles de toutes les sciences exactement
Filles de Sa Majesté la Conscience

Et ma petite à moi
Mon aqua viva
Tu coules dans ma vie
Et tu sabordes mon désespoir

Revue Le Sabord, # 60, octobre 2001

Mis en ligne sur Sisyphe, le 12 septembre 2002.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Louky Bersianik

Louky Bersianik est née à Montréal où elle a fait des études universitaires en Lettres françaises, obtenu sa maîtrise ès-arts et terminé avec succès sa scolarité de Ph.D. Elle a ensuite étudié à la Sorbonne et séjourné plusieurs années à Paris. Après avoir publié quelques livres pour enfants dont l’un a obtenu le Prix de la Province (1966), elle a fait paraître L ‘Euguélionne en 1976, reconnu pour être le premier grand roman québécois d’inspiration féministe ; coédité chez Hachette Littérature en France (1978), traduit et publié en anglais sous le titre : The Euguélionne (1982). En 1979, Louky Bersianik passa une année dans l’île de Crète pour écrire Le Pique-nique sur l’Acropole (1979).

Elle a aussi publié plusieurs titres de poésie dont Maternative (1980), Au beau milieu de moi (1983), Axes et eau (1984), Kerameikos (1987), ainsi que quelques essais dont Les Agénésies du vieux monde (1982), La Main tranchante du symbole (1990) et un autre roman : Permafrost (1997). Un dossier de la revue universitaire “Voix et Images, Littérature québécoise”, lui a été consacré à l’automne 1991 (No. 49). « Pour moi, la question de l’engagement est imbriquée dans la question de l’écriture. On est toujours engagé dans sa propre conscience. » (Extrait de ce dossier).



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2002
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin