| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 27 janvier 2005


Analyse du rapport Rondeau
Comment fabriquer un problème

par une Coalition de groupes de femmes






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La parité hommes-femmes en politique, une question de démocratie et de justice
Élection Québec 2014 - Je ne tairai pas ma colère
Sommet sur l’enseignement supérieur au Québec - Y aller ou ne pas y aller ?
Lise Payette - Poursuivre sa route avec une farouche indépendance d’esprit
"Un Québec pour tous" (et pour toutes...) - Discours inaugural de la première ministre du Québec à l’Assemblée nationale
Journée historique pour les femmes du Québec : entre fierté et consternation
Sur le "vaisseau amiral" de la capitaine Marois
Voter vrai
"La Marois" pour qui je vote
Élections 2012 - Le NMQ appelle à choisir le projet de pays avant la partisanerie
Où sont les femmes dans le débat ?
Québec 2012 - Lettre ouverte d’Andrée Ferretti à Pauline Marois
Pauline Marois : l’étoffe d’un premier ministre ?
La remarquable campagne de Pauline Marois
Les Libéraux et l’angoisse de la défaite
Mentir : l’arme corrosive du pouvoir libéral, aujourd’hui comme en octobre 1970
Derrière l’arrestation et la détention de Yalda Machouf-Khadir
Grève étudiante - Les origines d’une rébellion printanière
Honte à vous, Jean Charest
Conflit étudiant - De l’argent pour les étudiantEs … et les autres !
L’"entente" entre le gouvernement et les étudiantEs - Quelle supercherie !
L’égalité hommes-femmes dans la représentation : un objectif collectif
Deuxième Rendez-vous mensuel de la démocratie : "Le taux de participation sous des modes de scrutin proportionnels"
Nous unir et soutenir Pauline Marois pour réaliser l’indépendance du Québec
Les membres du Parti québécois peuvent agir pour que leur parti mérite à nouveau sa réputation démocratique
Encore du chemin à parcourir au Québec pour une pleine participation des femmes à la société
Pas de religion dans les garderies du Québec à compter de juin 2011
Le Mouvement pour une démocratie nouvelle demande à l’ADQ et à QS d’exiger une réforme électorale complète
La meute est lâchée
Recrutement militaire dans les écoles – Le recul de la FFQ injustifié
Projet de loi 94 sur les accommodements raisonnables - Il faut des amendements
Les membres du Parti libéral du Québec peuvent compléter la réforme du mode de scrutin
Les membres du Parti québécois doivent préserver l’héritage de René Lévesque
Projet de loi 94 sur les accommodements raisonnables - L’arbre qui cache la forêt (bis)
Le "old boys network" toujours actif - Une commission à reculons
Égalité - Il est temps de joindre le geste à la parole !
Encore une fois, de nombreuses voix réclament un nouveau mode de scrutin
Pour une représentation équitable des femmes et des hommes en politique - Mémoire du Conseil du statut de la femme sur le projet de loi no 78
14 semaines pour s’engager à améliorer la représentation des femmes dans la députation
Les intérêts de Lucien Bouchard
L’égalité durable - Mémoire déposé à la Commission parlementaire relative à la loi électorale
Urgence démocratique - Il ne reste que 26 semaines pour une réforme du mode de scrutin
Réforme du mode de scrutin - Un consensus citoyen écarté au profit de voix influentes
Ne nous résignons pas à l’idée de subir une démocratie déficiente
Mouvement pour une démocratie nouvelle au Forum social québécois
Islamisme au Canada - "Gardiennes de l’Identité" …non, plutôt gardiennes de l’égalité 
Un budget n’est jamais neutre !
De l’importance des quotas dans les conseils d’administration : réponse à Stephen Jarislowsky
Réforme du mode de scrutin : ne ratons pas les prochaines élections
Le Collectif pour un Québec sans pauvreté inquiet des hausses de tarifs annoncées dans le budget du Québec
Investissons les lieux de pouvoir
Budget du gouvernement du Québec - Le Conseil du statut de la femme énonce ses attentes
"L’équité salariale devient un droit acquis au Québec" - Christiane Pelchat, présidente du CSF
Travailleuses de services de garde et de soins de santé. Résumé du jugement de la Cour supérieure du Québec blâmant le gouvernement
Jean Charest et Pauline Marois : les personnalités politiques les plus utiles à l’égalité des femmes en 2008
PPP - Une dernière occasion d’en parler avant longtemps
La parité au Conseil des ministres : une injustice faite aux hommes ??!!
La parité, un concept aussi important que la territorialité
Des distorsions et des iniquités dues au mode de scrutin
Le 8 décembre, votons contre l’indifférence à la pauvreté
Le Directeur général des élections appelle les Québécois et les Québécoises à exercer leur droit de vote
Le Mouvement pour une démocratie nouvelle interpelle les partis politiques sur la réforme du mode de scrutin
Les promesses de Jean Charest : une insulte pour les jeunes professionnelles en soins
La Cour supérieure du Québec donne raison à 25 000 travailleuses de la santé et des services de garde dont le gouvernement avait suspendu les droits
"La diversité : une valeur ajoutée". Politique gouvernementale pour favoriser la participation de tous (et de toutes*) à l’essor du Québec
Stratégie gouvernementale d’intégration des personnes immigrantes - Il reste beaucoup à faire, dit la FFQ
Le Parti québécois dépose un projet de loi pour l’accès des enfants à leur pleine pension alimentaire
Tous les votes doivent être égaux, quel que soit le lieu où ils s’exercent et quel que soit le parti choisi
Les organismes communautaires du Québec exigent une rétractation du journal "La Presse"
Pensions alimentaires : Québec pige dans les poches des enfants !
Cocorico de mâles péquistes
Le gouvernement n’a plus aucune raison de priver le Québec d’un mode de scrutin véritablement proportionnel
Québec détourne 46,5 millions par année destinés aux enfants les plus pauvres !
Des dizaines de personnalités appellent à se mobiliser pour la défense d’un système public, accessible et de qualité au Québec
Groupe de travail Castonguay : des groupes de femmes réclament un débat public d’urgence
Boisclair parti, le Parti québécois toujours en quête d’un "sauveur"
Parti québécois - Marois ou Duceppe
Scrutin proportionnel - Dumont et l’ADQ respecteront-ils leur engagement ?
Pour en finir avec le mode de scrutin - Lancement d’une campagne
Le véritable changement viendra lorsque les résultats électoraux seront proportionnels
Élections Québec 2007 - Un véritable séisme, par Michel David, "Le Devoir"
Élection au Québec lundi 26 mars
Élections Québec 2007 - Voter progressiste, c’est voter solidaire
Services de garde - Pourquoi ne pas laisser payer les riches ?
Dossier Élections Québec 2007
La mondialisation menace-t-elle notre culture ? Forum de l’INM
Moi aussi, ma décision est prise
Une politique industrielle au détriment d’une réelle politique du médicament
Politique Québec : dossier principal
Les femmes dérangent
La Loi 57 : la hargne de l’État contre les pauvres
Conséquent ?
Prestation clownesque
Revendications des femmes pour l’atteinte de l’égalité entre les femmes et les hommes
Le PQ, un parti à deux étages
Lettre ouverte à André Boisclair - Pourquoi je voterai libéral
Colloque "Des partis et des femmes", les 20 et 21 octobre à Québec
L’élection d’André Boisclair : une élection complimentaire
L’argent plus tôt que prévu en éducation... les élections aussi
Il faut s’attaquer aux mœurs politiques
Projet de réforme du mode de scrutin : un premier bilan
Femmes et élections : de la pluralité des analyses des modes de scrutin
Réforme électorale - Le Conseil du statut de la femme erre complètement !
En prônant le statu quo, le Conseil du statut de la femme fait fi des véritables enjeux pour les femmes
Louise Harel s’oppose à l’instauration d’un scrutin proportionnel au Québec
La Commission spéciale sur la loi électorale : consultations pour la révision du mode de scrutin au Québec
Le gouvernement du Québec doit faire mieux que dans son avant-projet de loi
Manifeste pour un Québec solidaire
Le Groupe Femmes, Politique et Démocratie reçoit le prestigieux "Prix Condorcet-Aron" du Centre de recherche et d’étude politique de Belgique
L’incohérence de Québec dans les services aux familles sème l’inquiétude
Revendications des mères étudiantes et des ménages étudiants du Québec
Une nouvelle ministre de la Condition féminine à Québec
C’est assez !
Prioriser la proportionnelle pour garantir enfin la pleine citoyenneté des femmes
Les travailleuses des services de garde expriment leur colère
Apolitiques, les jeunes femmes ?
Mettre le féminisme au coeur du politique
Les femmes ont besoin du régime des rentes du Québec
« À bâbord » se penche sur la "réingénierie" de Charest
Un budget équitable au service d’un Québec d’abord solidaire
Appui à la Coalition Solidarité Santé contre le projet de loi 25 à Québec
Le cabinet Charest marque un recul pour les femmes
Des femmes exigent leur place dans les institutions démocratiques au Québec
Au Québec, une consultation bidon sur la pauvreté







Sont signataires de ce document :

Centre de documentation sur l’éducation des adultes et la condition féminine
Chaire d’étude Claire-Bonenfant sur la condition des femmes - Université Laval
Conseil d’intervention pour l’accès des femmes au travail
Fédération de ressources d’hébergement pour femmes violentées et en difficulté au Québec
Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées au Québec
Fédération des femmes du Québec
Institut de recherches et d’études féministes (Université du Québec à Montréal)
Le Regroupement de femmes de l’Abitibi-Témiscaminque
L’R des Centres de femmes du Québec
Relais-Femmes
Regroupement provincial des maisons d’hébergement et de transition pour femmes victimes de violence conjugale
Réseau québécois d’action pour la santé des femmes
Regroupement Naissance-ReNaissance
Regroupement des groupes de femmes de la région 03 (Portneuf-Québec-Charlevoix)
Regroupement québécois des CALACS (centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel)
Table des groupes des groupes de femmes de la Gaspésie et des Iles
Table des groupes de femmes du Bas Saint-Laurent

Voici des extraits du document qu’on pourra trouver en PDF plus bas. Les sous-titres sont de Sisyphe.

Introduction

L’analyse du Rapport du comité de travail en matière de prévention et d’aide aux hommes, Les hommes, s’ouvrir à leurs réalités et répondre à leurs besoins, est devenue nécessaire pour les groupes de femmes dans le contexte où le gouvernement pourrait orienter des décisions à partir dudit rapport, notamment en matière de santé et services sociaux, d’autant plus qu’il s’apprête à modifier sa perspective d’égalité pour inclure des hommes comme décideurs et des revendications masculinistes dans sa future politique. L’Avis déposé par le Conseil du statut de la femme (CSF), Vers un nouveau contrat social pour l’égalité entre les femmes et les hommes, réfère explicitement au rapport de ce comité de travail (note 46, p.41).

Mais, que contient au juste ce rapport et quelle est sa valeur heuristique ? L’analyse présente des faiblesses méthodologiques importantes. Sur le fond, le manque de rigueur observé dans la démarche a des répercussions sur le contenu et sur les recommandations. En fait, c’est avec étonnement que nous assistons à la fabrication de toutes pièces d’une problématique de « condition masculine » qui cache mal une dynamique antiféministe. À l’examen, il apparaît que : la problématique n’est pas ancrée dans un cadre conceptuel ; la collecte des données laisse à désirer ; les interprétations sont fortement suggérées aux intervenants approchés, sans compter que les conclusions semblent tirées à l’avance. Ces lacunes soulèvent de sérieux doutes sur la crédibilité du rapport et créent un malaise en constatant qu’il est apparemment endossé par le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) et accrédité trop vite par le CSF [...]

Évaluation critique

Le rapport ne contient pas de compte rendu synthétique issu de la recension des écrits pour justifier comment, et à partir de quels critères, se sont faits les choix des « dimensions de la situation des hommes » sur lesquelles le comité a décidé de travailler. Autrement dit, il y a une absence de problématique.

La collecte de données repose sur deux sondages réalisés auprès de répondants des réseaux public et communautaire de santé et des services sociaux et auprès des organismes et établissements du réseau de la santé et des services sociaux, en se limitant à ceux qui réalisent des programmes ou des activités auprès des hommes, dans la perspective très particulière de la « condition masculine ». Les résultats du premier sondage sont condensés dans une maigre synthèse de six pages (pour 298 répondants) ; quant au deuxième sondage, il ne donne lieu à aucun compte rendu particulier. Par contre, les opinions de ces répondants qui réalisent des programmes ou des activités auprès des hommes, de même que les membres du comité eux-mêmes, imprègnent nettement l’ensemble du rapport. Nous verrons pourquoi plus loin.

Par ailleurs, il est assez inhabituel que les deux sources d’information les plus sérieuses du document (le portrait des hommes québécois et l’inventaire des ressources) ne trouvent place qu’en annexes, à titre de documents indépendants. Le rapport aurait dû les intégrer pour nuancer certaines assertions, les mettre en contexte et se donner un cadre de réflexion plus rigoureux. La relégation de ces deux études aux annexes explique le fait étrange que le rapport se cite lui-même (cite ses propres annexes) au moins dix-neuf fois.

Des conclusions inspirées d’un colloque

Quant au colloque d’octobre 2002, Entre les services et les hommes : un pont à bâtir, que penser du fait qu’il survient trois mois après la formation officielle du comité ? À ce titre, il ne peut logiquement pas résulter des travaux de « recherche » du comité. Celui-ci entame à peine son travail et les collectes de données (sondages) ne sont pas terminées.

Comme le colloque est souvent donné en référence dans le rapport, nous avons effectué une lecture complète des Actes publiés (1). Il existe une similitude frappante entre les propos et les idées générales avancées par certains conférenciers du colloque et le contenu du rapport. En maints endroits, ce sont les mêmes mots, les mêmes textes. En fait, une large partie du rapport est rédigé à partir du contenu même des présentations du colloque. C’est tout de même étonnant ! Les conclusions du comité sont directement puisées dans ce colloque, avant même toute démarche de recherche empirique ! En clair, l’interprétation a non seulement précédé mais tenu lieu de collecte des données elles-mêmes.

Détournement de sens des sources citées

De plus, les auteurs du rapport prennent de préoccupantes libertés avec le texte des conférences. Par exemple, il arrive qu’un conférencier présente son contenu sous forme de questions mais que dans le rapport, elles soient devenues des affirmations (2). Dans un autre cas, les conférenciers présentent leurs constats pour certains groupes d’hommes qui vivent des problématiques spécifiques mais, dans le rapport, ces constats sont étendus à tous les hommes, de là une généralisation abusive.

Les communications présentées lors de ce colloque varient beaucoup quant à leur ancrage théorique et à leur valeur épistémologique. Elles font parfois état de simples questionnements personnels alors que d’autres sont des prises de position politiques ; certaines reposent sur de bonnes problématiques de recherche et d’autres ne sont que des interprétations hasardeuses de situations.

Auto-consultation

Par ailleurs, parmi les vingt-trois personnes rencontrées (provenant de seize organisations et institutions) par le comité à titre d’experts et de professionnels « investis dans différents aspects de la question masculine » (annexe sept), six sont eux-mêmes des membres du comité [!] et trois sont des participants du colloque Entre les services et les hommes : un pont à bâtir. En clair, on se consulte soi-même.

Les réponses aux sondages constituent donc l’élément majeur de la démarche du comité pour recueillir des données. Comment a-t-on procédé ? Un document de cinq pages, divisé en deux parties (partie à conserver et partie à retourner), a été envoyé dans le réseau psychosocial. La partie à retourner comprenait six questions. Celle à conserver par les répondants présentait le comité et la démarche entreprise. On y décrivait l’objectif du comité comme étant de « tester [...] la validité d’une première typologie des dimensions les plus significatives de la situation des hommes - la santé mentale et physique, l’éducation, la sexualité, la paternité, la vie professionnelle, les questions légales et juridiques, les styles de vie et l’inadéquation relative des services offerts aux hommes - ainsi qu’un premier portrait de celle-ci ». Finalement, cette partie du document faisait aussi la promotion de « la nécessité de développer une perspective différente à l’égard de la réalité masculine » (p. 8 de l’annexe six)(3).

Des questionnaires de sondages orientés

Il faut soulever ici une critique méthodologique très sérieuse quant à ce sondage. Les pages de présentation (partie à conserver) orientent explicitement les réponses des répondants. Il s’agit d’un biais majeur qui aurait dû alerter le ministère de la Santé et des Services sociaux.[...]

Dans le cas qui nous occupe, le comité propose a priori une vision et une grille d’interprétation préconçues aux répondants approchés. Il s’agit là d’un biais extrêmement grave qui, à notre avis, invalide la démarche du comité et discrédite le rapport. Aucun comité d’éthique de la recherche n’aurait accepté qu’une lettre de présentation n’oriente de cette manière les réponses sollicitées. [...]

Le chercheur Jean-Claude St-Amant a également publié sur le site antipatriarcat.org, une critique méthodologique de la bibliographie du rapport qu’il considère être d’une « faiblesse inouïe ». La bibliographie renseigne en effet sur la nature de la démarche scientifique par la qualité des sources consultées. Selon St-Amant, elle ne rencontre pas les normes minimales. (Voir l’article en annexe dans le document PDF). Il n’y a presque pas de sources se référant aux rapports entre les hommes et les femmes, même si le document en traite abondamment. Une seule source (sur 28) provient d’une revue scientifique avec comité de lecture. Le rapport présente, écrit-il, « un caractère impressionniste plutôt que scientifique ».

Au bout du compte, si le contenu du rapport n’est pas élaboré à l’aide d’un cadre théorique explicite, s’il ne repose pas sur des sources scientifiques et si son mode de collecte de données est biaisé, quelle crédibilité peut-on lui accorder ?[...]

Fabrication de « l’homme victime »...

On note dès le départ une approche et un choix de mots qui vise à construire l’idée d’injustice à l’égard « des » hommes. Il s’agit, semble-t-il, pour ces auteurs d’affirmer que leur description de la situation est la réalité des hommes. Leurs affirmations deviennent des faits. Le titre même du rapport relève de ce procédé. Les auteurs transforment des discours en « réalités » et des revendications en « besoins ». À force de répéter de fausses évidences émerge une problématique de « condition masculine ». C’est la prophétie créatrice. [...]

Tout au long du document, il est ainsi question des « réalités des hommes » que la société refuserait de voir et de reconnaître (on verra plus loin que la critique pointe le féminisme) et auxquelles les services de santé et les services sociaux, entre autres, devraient répondre. On fabrique par la rhétorique une image « d’hommes victimes ». [...]

... de la société et des femmes

le rapport réussit le tour de force de faire des hommes les victimes de la société sur le plan de la santé. Comment y parvient-il ? Malgré la citation précédente, essentiellement par un processus (explicite ou non) de comparaison avec les femmes dont la santé serait en meilleur état. Par exemple, le constat à l’effet que « les hommes décèdent plus hâtivement que les femmes » sert à justifier un énoncé concluant à « leur vulnérabilité [...] beaucoup plus élevée que celle des femmes. » Autrement dit, c’est le mode polémique qui prime dès le point de départ puisque les différences entre hommes sont souvent plus importantes que les différences entre hommes et femmes. Comparer les sexes permet d’introduire une notion de symétrie, comme si les situations et les conditions de vie des hommes et des femmes étaient équivalentes. Une fois le principe d’une « condition masculine » dolente mis en place, et naturalisé à titre de « réalité », l’énumération d’une longue liste de situations vise à solidifier l’argumentaire. On étend les problèmes à tout le groupe de sexe ; de là découle une généralisation abusive qui occulte le fait que la plupart ne sont aucunement spécifiques aux hommes (par exemple, hypertension, obésité, cholestérol, diabète, alcoolisme, toxicomanie, dépression, etc.). Surtout, ils oublient de dire que ces problèmes ne résultent pas d’une discrimination sur la base du sexe, à l’instar de la condition féminine. Par ailleurs, dans un cas spécifique comme celui du cancer de la prostate, l’on ne peut tout de même pas justifier une telle lecture dualiste.

Mise en accusation des femmes

La mise en accusation des femmes se construit par imputations successives. Le domaine de prédilection du lobby des pères et des hommes séparés et divorcés est celui des lois qui encadrent la rupture d’union. Dans les sections qui portent sur ce thème, il est ainsi question des trois lois qui ont facilité « le paiement des pensions alimentaires, [modifié] le code civil du Québec et le code de procédure civile relativement à la fixation des pensions alimentaires pour enfants et [institué] au code de procédure civile la médiation préalable en matière familiale ». Les auteurs soulignent systématiquement qu’elles ont résulté « des revendications portées à l’attention du gouvernement par les groupes de défense des droits des femmes ».
[...] « Quant aux mesures législatives et réglementaires canadiennes, elles ont aussi été instituées afin de donner suite aux revendications du mouvement des femmes. » (p. 15) Ce faisant, on construit subrepticement l’idée d’injustice.

Déresponsabilisation des hommes

[...] L’affirmation renforce l’idée que les hommes sont les victimes de forces extérieures en éludant la question des privilèges matériels bien réels liés à l’appartenance à une classe de genre ainsi socialisée. Ce faisant, le processus de la symétrisation est encore mis en oeuvre puisque, rappelons-le, la socialisation est un processus qui touche les deux sexes.

En plus d’évacuer la question de la responsabilité masculine face à sa vie et à son devenir, on efface du même coup la discrimination systémique qui profite aux hommes comme groupe social et défavorise les femmes dans la même mesure. Soutenir que hommes et femmes sont « chacun à leur façon » victimes de la socialisation différentielle entre les sexes laisse croire que le patriarcat ne profite à personne. Pourquoi alors est-il maintenu et réactivé sans cesse ainsi qu’en témoignent les luttes au sujet des tâches domestiques et familiales assumées encore majoritairement par les femmes, de la pornographie, de la prostitution et de la violence domestique dont elles sont les principales victimes, de leur pauvreté chronique au fil des époques ou encore du phénomène nouveau de la sexualisation précoce des jeunes filles, pour ne nommer que celles-là.[...]

Les auteurs du rapport entérinent la déresponsabilisation de ces hommes face au contrôle et à la violence qu’ils exercent. S’en défendre, pour ces femmes [signification occultée sous les vocables « reçus de manière répressive »], serait entretenir « l’idée qu’un homme en colère est forcément porteur de violence » (p.8). Voilà un argument d’autorité pour contrer à l’avance le désaccord et surtout faire taire. De plus, les auteurs du rapport présument que les personnes dans les services de première ligne ne savent pas différencier entre violence et malaise. Ou bien c’est leur faire injure, ou bien c’est encore invalider leurs compétences parce qu’elles sont « en majorité des femmes ». [...]

Des femmes coupables par association

Cette attaque contre des femmes est vite généralisée à d’autres travailleuses ciblées par le comité. Alors qu’il est question des services dans le réseau de la santé et des services sociaux, la critique s’étend soudainement au « réseau des garderies [où les femmes sont "omniprésentes"] et à « celui de l’éducation primaire et secondaire [où elles sont "majoritaires"]. Coupables, par association, juste parce que leur nombre est supérieur à celui des hommes dans ces domaines ? Ou parce qu’elles y sont en position d’autorité, accréditant l’idée de victimisation ?

Où est le problème ? En ce qui concerne les garderies, nous n’avons trouvé aucun développement ... Par contre, la question du taux de décrochage scolaire plus élevé chez les garçons que chez les filles sert depuis de nombreuses années, selon Bouchard, Boily et Proulx (2003), de « catalyseur au discours masculiniste ». L’ouvrage montre l’influence des groupes masculinistes sur l’opinion publique. La stratégie utilisée dans le présent rapport sur la santé s’avère en tout point comparable à celle appliquée pour l’éducation des garçons (victimisation des hommes, mise en accusation des femmes et du féminisme). [...]

Conclusion : Une « commande » du lobby masculiniste

Même si, dans sa lettre adressée au ministre de la Santé et des services sociaux, le président du comité soutient que son « argumentation devait s’éloigner de toute forme de militance », l’analyse des biais méthodologiques et idéologiques du rapport démontre que son équipe et lui ont fait le contraire. De même, malgré son insistance sur le fait que son comité de travail a « été chargé par le ministère de tracer un portait des besoins des hommes et d’établir des priorités d’action à leur égard », l’introduction rappelle explicitement les pressions politiques exercées par le milieu [le lobby masculiniste] pour que le ministère se décide à former un groupe de travail : « cet engagement [du ministère] donnait suite à plusieurs pressions du milieu » (p. 1). Cette information renseigne sur les « besoins » ainsi esquissés, cachant mal des revendications choisies et intéressées. Si le défi du Comité de travail était de « démontrer autant qu’affirmer », comme le signale son président au ministre, l’analyse de contenu et des revendications démontre qu’il n’a réalisé que son deuxième objectif.

Le choix des extraits et les sous-titres sont de Sisyphe.

- Lire l’analyse intégrale en cliquant sur l’icône ci-dessous.

PDF - 198.9 ko

- On trouvera également ce document sur le site du Réseau des tables régionales des groupes de femmes

Notes

1. Gilles Rondeau et Stéphane Hernandez (sous la direction de), (2003). Entre les services et les hommes : un pont à bâtir. Collection Réflexions. Québec : Université Laval, Centre de recherche interdisciplinaire sur la violence familiale et la violence faite aux femmes.
2. Dans son texte de conférence intitulée « Particularités des interventions adaptées aux besoins spécifiques des hommes », Jocelyn Lindsay se sert des affirmations de Scourfield (2001) sur les discours tenus sur les hommes dans le contexte professionnel pour poser un certain nombre de questions. Le rapport construit sur les affirmations sans tenir compte du questionnement en contexte.
3. « Les opinions des organismes et des établissements du réseau de la santé et des services sociaux à l’égard des services offerts aux hommes telles que recueillies du 7 février au 15 avril 2003 ». Cette annexe de six pages n’a pas d’auteur.


Partagez cette page Partager

Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

une Coalition de groupes de femmes



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2005
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin