| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

  Hébergé par                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       Éditions Sisyphe






lundi 6 décembre 2004

Ode aux sur-vivantes

par Élaine Audet



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texte Imprimer ce texte


Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Tuerie à Montréal - L’assassinat des femmes comme politique sexuelle
Un forum féministe se remémore le massacre de l’École Polytechnique
Louky Bersianik - Sortir de l’oubli
Polytechnique, 6 décembre - À la vie à la mort
Après le film Polytechnique, le dit et le non-dit
Marc Lépine, un tueur transformé en héros
6 décembre 1989 – Comme un volcan mal éteint
Thérèse Lamartine : Polytechnique, le roman
Polytechnique – Le contrôle de la représentation par les hommes
Le film Polytechnique – Impressions en forme de malaise
La tuerie de l’École polytechnique 20 ans plus tard - Appel de communications
Polytechnique - En souvenir de la féministe inconnue
Quatorze d’elles
Se souvenir du six décembre 1989
Lettre de Marc Lépine, meurtrier de 14 jeunes femmes à l’École polytechnique de Montréal en 1989
"Polytechnique" et le féminisme au Canada en 2009
L’angle mort
YWCA Canada demande au gouvernement fédéral un plan d’action pour mettre un terme à la violence contre les femmes et les filles
Marc Lépine, héros et martyr ?
Couvre-feu
La proie pour la lumière
Le massacre de l’École polytechnique de Montréal pourrait-il se produire à nouveau en 2005 ?
Défendre le féminisme, une question de justice et de démocratie
Contrer encore et toujours le ressac anti-féministe et la violence faite aux femmes
Polytechnique 15 ans plus tard : difficile de transcender l’analyse égocentrique
Il y a 15 ans, des meurtres misogynes et antiféministes
Lettres à Marie-France Bazzo concernant ses invités du 6 décembre 2004
Une violence socialement construite, mais individuellement choisie
Il y a quinze ans le 6 décembre
Nous taire ? N’y comptez pas !
Tendance révolutionnaire
Décembre au coeur
C’était en décembre 1989
Des hommes veulent réhabiliter Marc Lépine
Sel et sang de la mémoire
Pour se souvenir que la misogynie peut tuer




aux quatorze jeunes femmes abattues par un homme le 6 décembre 1989 à l’École Polytechnique de Montréal au cri de " j’haïs les féministes ! "



tout au long d’une interminable minute soixante-dix battements
s’égrènent dans ta poitrine
sablier déjà troué de bruit et de fureur

tout au long d’un instant sorti de ses gonds
ton coeur gonflé de son inutile générosité
ton coeur devenu neige
anticipe l’impact définitif de cette froide pointe de métal
chauffée à la haine

tu gis dans l’eau terne de ton sang éteint
tes yeux lumineux tes yeux
clairs et clairvoyants restent obstinément ouverts
face à la masse sombre de l’homme
qui n’en finit plus de te cribler le souffle
de son silence de plomb

elle tombe elle tombe en moi ta vie avec la transparente douleur des mères
qui la poursuit
et comme un oiseau trouve dans le ciel la mémoire des migrations
ton âme
dans la mort réapprend l’alphabet des naissances

je vois ta mère
ses bras traînent à terre d’une telle absence
d’une si irremplaçable perte
tu entends sa voix qui escalade les ténèbres
et ton nom proféré
te rassemble dans l’indifférence de ce qui n’est pas
de ce qui n’est pas encore né

je te vois devenir croisement de pensées
énergie souveraine à soi-même revenue
trouver des milliers de soeurs dans l’espace-temps
tissé de chair par les doigts d’invisibles fées

écouter nuit après nuit le murmure des emmurées
ce bouche-à-oreille avec le temps
qu’aucun historien n’a daigné retenir
revivre l’inquiétude des longues veilles
où dans la vulnérabilité de l’enfance
flotte encore le parfum hivernal du genièvre

ne vois-tu pas ton nom le mien
le nom de chaque femme écrit en lettres de sang
sur l’ardoise grinçante d’une haine entretenue de si loin

sans que tu le saches une envie féroce
désagrège tes rêves
tu cherches encore à comprendre
transpercée par l’obscur éclair
pourquoi sur toi
se venge cet inconnu

comment aurais-tu pu imaginer
que ta seule existence
nie la sienne
la seule odeur de verveine dans tes cheveux
lui fasse injure au point de te vouloir morte

ô jeune vie
ève c’est ton nom
notre nom à toutes
notre nom de fille

garance de décembre
dépouillée de son écorce vive
comme on assassine
la couleur dans la beauté


© Élaine Audet, Le Cycle de l’éclair, Québec, Le Loup de Gouttière, 1996

                        Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer         Nous suivre sur Twitter       Nous suivre sur Facebook


Élaine Audet

Élaine Audet a publié, au Québec et en Europe, des recueils de poésie et des essais, et elle a collaboré à plusieurs ouvrages collectifs. Depuis 2002, elle est l’une des deux éditrices de Sisyphe.
Ses plus récentes publications sont :
- Prostitution - perspectives féministes, (éditions Sisyphe, 2005).
- La plénitude et la limite, poésie, (éditions Sisyphe, 2006).
- Prostitution, Feminist Perspectives, (éditions Sisyphe, 2009).
- Sel et sang de la mémoire, Polytechnique, 6 décembre 1989, poésie, (éditions Sisyphe, 2009).
- L’épreuve du coeur, poésie, (éditions Sisyphe, 2014).

On peut lire ce qu’en pensent les critiques et se procurer les livres d’Élaine Audet ICI.



   Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© Sisyphe 2002-2013
Sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2011 | |Retour à la page d'accueil |Admin