| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






vendredi 9 septembre 2005

Bas salaire

par Stephanie Wolbeek






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


J’ai déposé mes ailes
Le réveil de la sacrifiée
Enfance violée
Chemins de patience
Comme un cœur qui pleure
Elle marche
Mémoires de femmes
À Nadia Ajuman
Trop près pour que tu me voies
La magie de toi
Haïti - Des énergies positives existent encore
J’ai pas choisi
Dans la peau d’un Noir
Quatre chrysanthèmes
Tu es présente
Femmes-mères
Le coeur au centre
"Nous sommes tous des guerriers", de Sébastien Bec
Je crois en la femme
Envol et autres poèmes
Eux-elles et nous
Dans la Médina
Discernement
Quatre chrysanthèmes
Feux de langue
Le coeur au centre
Luminance
Feu sage
Effritement
Dissolution
Être prostituée, j’en ai jamais rêvé
La peur
Parole de louve
Illustre Mahomet !
Avril et ses vents
Chuchotements écrits
Poèmes de Kaboul
Funeste
Les longs chemins
Sous les cendres
Abnégation
Note finale
Mon bout du monde
L’étoile la plus fade
Comment (version rap)
Lisse comme une pierre blanche
Chair, chère
Némésis
Dessins de l’U
Intervalle
Fer et feu







Moi j’te raconte
La vie urbaine sans peine
Moi j’te raconte
Les p’tits problèmes
Qui font de la peine
À peine résolu,
Ils continuent.

La vie n’est pas ce que tu crois.
Ce n’est pas de la confiture,
Y’a plein de bavures.

Faut avoir l’attitude
Contre l’inquiétude
Même si on titube
Faut s’tenir droit
Comme le doigt
Qu’obéit à l’œil :
Attention au portefeuille.

Des loyers bien salés,
Des factures tombées sous le nez,
La moutarde me monte au gosier.
Ma glotte s’emporte
J’ai la nausée.
J’déglutis mes p’tits ennuis,
Je les fuis

Un prêt hypothécaire hérisse mes capillaires,
Mes économies sont bien trop légères.
Mon budget ne fait pas le poids
Face à mes dépenses alimentaires,
J’fais régime pour me payer la clim’.
Mon chauffage prend de l’âge.
Et mon frigo prend l’eau.
Quel fiasco !

Du coup, j’ai des dettes
Et j’fréquente des gens pas nets.
J’fais du commerce au noir,
Toujours le soir
Très tard quand les gentils se sont endormis.

Les bourses se vident.
Et mon corps s’fatigue.
J’commence à avoir une sale mine.
J’m’appelle Odette, Marie, Ludivine,
J’veux rester anonyme
Alors c’est aussi Madeleine, Clémentine
La vie est maintenant une guerre.

Ah quand la vie était moins chère,
J’devais pas vendre ma chair,
J’étais juste bouchère
J’vendais des produits similaires.
Mais accablée par la vache folle,
Et autres crises aviaires,
J’ai été obligée
De changer de métier.

J’fais du commerce de mon sexe,
Une chair pas beaucoup plus cher
Mais aussi nécessaire

Golden sixty, c’est fini,
Le plein-emploi
N’est plus là

© Stephanie Wolbeek, Bruxelles, 2005

Mis en ligne sur Sisyphe, le 19 septembre 2005.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Stephanie Wolbeek



Plan-Liens Forum

  • > Bas salaire
    (1/1) 2 mars 2006 , par





  • > Bas salaire
    2 mars 2006 , par   [retour au début des forums]
    http://www.arise-beta.net

    Coucou,

    je viens de lire ton truc... très chouette... je continue ma recherche sur Google pour te trouver..

    Biz,

    Gauth.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2005
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin