| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 21 novembre 2005

André Boisclair, chef du Parti québécois - L’indépendance Tupperware

par Guillaume Hébert, étudiant en science politique






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Au Québec : « N’importe qui, sauf Pauline » (Bernard Landry, ex-chef du Parti québécois)
Jeux de pouvoir, tolérance aveugle et glissement éthique
Le facteur "sexe" dans la course à la direction du Parti québécois
Pauline Marois nous conduira à l’indépendance
Le Parti québécois a-t-il besoin d’une fausse victime à sa tête ?
Entre Pauline et Boisclair
Le Parti québécois élira-t-il son fossoyeur le 15 novembre ?
"L’affaire Boisclair", révélatrice d’une classe politique et d’une société
Cocaïne et politique au Québec, 2e partie : le tabou
Cocaïne et politique au Québec, 1ière partie : l’Affaire Boisclair
La vraie faute d’André Boisclair
Pauline Marois, un choix responsable et prometteur
L’affaire Boisclair
Lettre à Pauline Marois
Pourquoi je ne voterai pas pour André Boisclair
Pour le vivant Québec de ma vie
Pour une "vraie" nouveauté - Lettre ouverte aux membres du Parti québécois
L’intérêt supérieur de la nation
La vie politique devant soi : appui à Pauline Marois







C’est fait : André Boisclair a été couronné roi des péquistes et tous les citoyens du Québec doivent en tirer les conclusions. Jamais l’équipe d’un politicien québécois n’avait poussé aussi loin son marketing électoral au point de vider de toute substance le produit, André Boisclair, afin de le vendre à travers les médias.

C’est la consécration de la troisième phase de la démocratie au Québec, une phase qui se distingue de la deuxième en prenant ses distances avec les bases militantes, avec les grosses machines électorales, avec l’idée de partis politiques s’appuyant sur des bases populaires par leur présence physique dans une pluralité de lieux et d’institutions au sein de la société, et qui s’en remet exclusivement à l’image d’un chef.

On qualifiait le comédien Ronald Reagan de président-téflon tellement toutes les accusations qu’on lui portait, même véridiques, ne pouvaient coller à son image parfaite. Difficile de ne pas faire le lien entre ce Reagan, issu d’un État aujourd’hui gouverné par Arnold Schwarzenegger, et André Boisclair, pour lequel on entend des appuis tels que « malgré tout ce qu’on dit sur lui, il me semble que c’est une bonne personne ».

Pas surprenant que des oppositions se soient manifestées contre ce candidat-téflon même au-dehors du Parti québécois chez des citoyens soucieux du degré de profondeur que connaîtra la politique québécoise au cours des prochaines années. Dans un scrutin téléphonique où la course à la chefferie du PQ se confond avec la méthode de vote retenue à Star Académie, on ne peut que s’étonner du fait que la direction du parti n’ait pas décidé de procéder chaque semaine à l’élimination d’un candidat après le débat du mercredi soir.

L’engouement que suscite Boisclair est de même nature que celui dont avait un moment bénéficié Mario Dumont, chef de l’« ADQ-Équipe Mario Dumont ». La recette est simple : l’image impeccable d’un chef qui incarne la jeunesse, la beauté, l’honnêteté (que cela soit vrai ou faux) et l’absence de positions claires.

Ainsi, Dumont avait eu l’idée géniale de ne plus prendre position sur la question nationale. Cela lui avait valu une popularité subite sans précédent qui s’est évaporée tout aussi rapidement lorsqu’il a prêté serment au Canadian Club à Toronto. Son erreur n’était pas un prétendu choix fédéraliste mais le simple fait de s’être remis à faire de la politique au lieu de soigner son image sans faire de vagues. Les conseillers de Boisclair, eux, n’ont pas commis cette erreur.

Une scène politique clarifiée

Les progressistes doivent quitter le Parti québécois, car ce ne sont pas les histoires de cocaïne de l’ancien ministre qui font craindre pour l’avenir de notre société mais bien ce que démontre l’élection à la chefferie d’un personnage pragmatique tel André Boisclair : un échiquier politique constamment plus à droite. Cela n’aura pas échappé aux membres du club politique SPQ Libre à l’intérieur du PQ. Ceux-ci ont tenté une manoeuvre désespérée en s’alliant à une Pauline Marois qui, à défaut d’être progressiste, recherchait tout aussi désespérément des appuis dans une course à la chefferie où elle tirait de l’arrière.

Mais l’élection de Boisclair aura au moins eu un effet bénéfique pour tous les citoyens : celui de clarifier la scène politique québécoise. En effet, le PQ est un parti de droite et la gauche n’a plus de prise sur lui. Récemment encore chef et ministre de ce parti, Lucien Bouchard et Joseph Facal ont eux aussi contribué à cet éclaircissement en signant un manifeste néolibéral.

Les progressistes ne doivent plus céder au vieux chantage péquiste qui est parvenu à kidnapper le projet d’indépendance du Québec et qui, au fil des ans, en aura fait une marque de commerce, une fin plutôt qu’un moyen, un projet vide. Le PQ propose un État mais pas de pays. [...] Il propose une indépendance bidon, fabriquée à coups de slogans réducteurs et de relations publiques, un projet élitiste et essentiellement publicitaire indigne des Québécois : une indépendance-Tupperware.

Avant le PQ

La volonté indépendantiste n’est pas née avec le PQ. Avant lui, le Rassemblement pour l’indépendance nationale (RIN) avait largement disséminé cette idée dans la population du Québec. Or ce petit parti politique, qui, par son interférence, avait fait perdre les élections de 1966 au Parti libéral du Québec, était né à Morin-Heights d’une fusion entre le Mouvement socialiste (où on trouvait de nombreuses personnalités regroupées autour de la revue de gauche Parti pris) et l’Alliance laurentienne (héritière d’un vieux nationalisme fondé sur la langue et la foi).

Plus tard, ce parti s’était sabordé et avait enjoint à ses membres de rejoindre le jeune et dynamique Parti québécois, qui proposait à cette époque un projet de société auquel la gauche québécoise apportait un élément indispensable. C’est donc en se liant à un idéal de gauche que le PQ a pris son essor. Trente ans plus tard, il y a longtemps que les mouvements sociaux ont quitté ce parti et que l’aile gauche, déprimée, n’y exerce plus qu’une influence négligeable.

En 2006, les progressistes québécois rejoindront le nouveau parti politique qui naîtra en janvier de la fusion de l’Union des forces progressistes et d’Option citoyenne (UFP-OC). Cette nouvelle formation connaît actuellement une grande effervescence en vertu de sa capacité à intégrer des idées nouvelles. [...] Le nouveau parti UFP-OC risque fort bien de recevoir très tôt l’appui de divers mouvements sociaux, de syndicats, de l’aile de gauche marginalisée du PQ (rappelons que le SPQ Libre a déjà tenu des conférences conjointes avec l’UFP-OC) et, pourquoi pas, de certains libéraux honnêtes citoyens bien conscients des incohérences du PQ et brusqués par les politiques rétrogrades du gouvernement Charest.

L’indépendance que défendra le nouveau parti de gauche sera tributaire d’une assemblée constituante sensible aux possibilités qu’offre la démocratie participative et non pas d’une stratégie électoraliste élaborée par quelques individus au sein d’un parti. En outre, l’indépendance deviendra un outil dans la réalisation d’une société plus juste et qui saura s’inspirer des avancées actuelles au niveau mondial plutôt que de sombrer dans l’à-plat-ventrisme que suggèrent les secteurs de droite, hypnotisés par un modèle anglo-saxon qui requiert la destruction du modèle de société original construit par les Québécois depuis la Révolution tranquille.

Si le Québec choisissait la voie que proposent actuellement Lucien Bouchard et André Boisclair (qui, somme doute, ressemble fort à celle de Jean Charest et Paul Martin), le projet indépendantiste perdrait toute sa substance et, par ce fait même, sa raison d’être.

Reproduit du journal Le Devoir (17 novembre 2005) avec l’autorisation de l’auteur.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 29 novembre 2005.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Guillaume Hébert, étudiant en science politique

L’auteur est étudiant à la maîtrise en science politique à l’Université du Québec à Montréal (UQAM).



Plan-Liens Forum

  • > André Boisclair, chef du Parti québécois - L’indépendance Tupperware
    (1/2) 27 décembre 2006 , par

  • Tupperware
    (2/2) 22 novembre 2005 , par





  • > André Boisclair, chef du Parti québécois - L’indépendance Tupperware
    27 décembre 2006 , par   [retour au début des forums]

    Je ne suis membre d’aucun parti politique , mais comme vous j’aime la politique .

    A voir l’État lamentable du leadership du mouvement souvrainiste québécois d’André Boisclair , J’en déduis que le prochain gouvernement sera Libéral majoritaire et ce meme si le déséquilibre fiscal est règlé ou non. Pas besoin de comprendre que Jean charest notre Premier ministre va faire rien qu’une bouchée de notre ami Boisclair et que si les promesses et les cadeaux électoraux se tiennent le PQ risque de perdre des plumes au prochain match électoral . L’élection de Lise Lapointe n’est pas acquise et celle de Pierre Curzzi non plus . Il faudra plus que de la graine de souvrainiste pour gagner les prochaines élections. C’est comme si le bleu du PQ avait rejoint la teinte du bleu fédéraliste du bloc Québécois , parti qui à mon avis èst en train de tuer la possibilité d’avoir un Québec indépendant tellement il y prend gout d’y resté au fédéral.

    Parce que les électeurs ont besoin de réalité et de concrétisation dans l’appareil de l,état ex : Santé :CHUM , route , modernisation de la fonction publique québécoise : continuation de l,autoroute électronique , Éducation et aussi le refus de l’instabilité économique et la confusion qu’un éventuel référendum pourrait apporté , le Québec restera Libéral encore 4 ans .

    Je crois que André Boisclair est un très mauvais communicateur malgré son sourire éclatant et que les péquistes ont eu un très mauvais choix dans la Brochette de candidat qui défilait lors de la course à la sucession de Bernard Landry . Loin de moi l’idée d’avoir Gilles Duceppe comme chef . Pour moi ce dernier est davantage un véritable membre qui profite bien du parlement canadien et heureux d’y finir sa carrière. Pour lui le parlement de Québec ,c’est comme redevenir pee wee quand on est dans la LNH.

    Pourtant le PQ aurait tout ce qui faut pour gagner la prochaine avec l,histoire du mont Oford , le CHUM et tout le reste.
    Le dernier gouvernement péquiste n’était pas parfait non plus : GASPÉSIA , Caisse de dépot , Fusion forcée etc..

    Il vous aurait fallu élire un chef d’avantage rassembleur , une sorte de monsieur Net capable de faire oublier les erreurs du dernier mandat de Landry , Un véritable rassembleur des forces souvrainistes comme peut l’etre Ségolène Royal en France .

    J’aurais bien vue Claude Charron comme leader et bon vendeur de la cause souvrainiste mais...

    Que fera Claude charon une fois de retour de Paris vers Montréal.... Du haut des airs dans son A-320 d’AIR FRANCE revera t-il de pouvoir et de souveraineté ? Charron celui qui vie que pour l’amour donné par le peuple .. un besoin vital pour lui et comme député il l’a bien rendu dans la passé .

    Ca s’est déjà vu dans le passé ...Personnellement , Je crois que monsieur Boisclair devrait laisser sa place rapidement et le parti devrait nommer un nouveau leader sans oposition rapidement avant le prochain rendez-vous électoral et ce leader selon moi il s’appelle :Claude Charron .

    Charon possède tout les attraits d’un bon chef .

    Si les libéraux fédéraux pense à déterrer Pierre Eliot Trudeau dans la peau de son fils Justin dans Outremont au fédéral ,alors pourquoi ne pas ressortir le fils spirituel de René Lévesque : Claude Charron

    De plus contrairement à Boisclair , Il est aimé du peuple et son comming out sur son homosexualité est accepté et connu de tous . Donc pas besoin de faire des films clips d’humour pour se faire accepter . De plus sa mésaventure de son magasinage est passée date et pardonnée dans l’opinion publique québécoise ,contrairement au mésavanture du chef actuel....

    Claude Charron c’est l’expérience du pouvoir , c’est le retour à un concensus politique entre les gens de tous les partis politique séparatistes . Je pense ici à québec Solidaire.

    Charron , ca ferait revivre une fièrve politique et référendaire du temps des belles années du PQ.

    Voilà un vrai chef qui serait un bon vendeur avec une forme de respect surement de la part des médias et de la presse québécoise .

    Qu’en pensez-vous monsieur ?

    Ne serait-il pas un meilleur adversaire que Boisclair contre Charest lors d’une prochaine campagne électoral ?
    Merci de votre attention,

    Francois Nicolas Tétreault
    Saint-Marc sur Richelieu
    francoisfnt@videotron.ca

    Tupperware
    22 novembre 2005 , par   [retour au début des forums]

    Le chef du Parti Québécois serait un contenant Tupperware et je voterais pour lui quand-même. Ce serait Jean Charest, je voterais aussi pour lui. C’est vous dire !...

    L’intérêt pour la politique qu’ont la pluspart des électeurs du PQ c’est la souveraineté du Québec. Le programme du parti pour le reste est secondaire.

    C’est pourquoi il faut en finir au plus vite de ces chicanes qui durent depuis 245 ans et qui ne cesseront pas tant que nous ferons partie du Canada.

    Quand nous nous tiendrons tous debout et aurons enfin le courage de franchir le pas de la souveraineté, alors nous élirons le chef ou le parti qui aura le meilleur programme.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2005
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin