| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 18 novembre 2002


Petites sépultures et autres berceaux
II - La Terre

par Louky Bersianik






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Charlie Hebdo, la prédation et Louky Bersianik
LOUKY BERSIANIK - L’écriture, c’est les cris
Le don vital de Louky Bersianik à sa prochaine
L’importance de l’œuvre de Louky Bersianik
Louky Bersianik : l’écriture-femme en personne
L’occultation du décès de l’écrivaine féministe Louky Bersianik
L’oeuvre de Louky Bersianik - « Monuments », dites-vous ?
L’Euguélionne
"Mon coeur est de plus en plus féministe" - Louky Bersianik (1930-2011)
Louky Bersianik à la recherche de sa "planète positive"
Biographie de Louky Bersianik
La face cachée des femmes
La face cachée des femmes
Mots d’amour pour Louky
IV — L’Air
Maladie d’amour
III - Le Feu
" Permafrost " de Louky Bersianik, une pure intensité
Louky Bersianik, poète et féministe
Louky Bersianik et les valeurs maternatives
Naître du mauvais bord de la langue
I - L’Eau







GIF - 15.7 ko
Photo : Kéro


« L’eau est la mémoire de la terre ».
Serge Bouchard










I

Une grande forme en mouvement
Dispersion de poussière et d’étoiles
Aux quatre coins de l’espace
Grande rotation d’héliotropes
Premier envol de particules
Premier rayonnement cosmique
La terre est un grand oiseau

Aphélie enterrée sous les cils
Exil dans sa détresse
De la terre plein la bouche
Et son cri inaudible
Marie-Ambre et sa terreur
Inscription sur sa poitrine d’enfant
D’être enterrée vivante

Je m’y couche dans la nuit
M’y love sous les mousses
La terre c’est mon berceau

C’est ma panthère sous la lune
Je la chevauche en solitaire
Elle bondit jusqu’aux volcans
Et me dévore à petit feu
La terre c’est mon tombeau

Qu’est-ce qui fait bouger les arbres ?
C’est le vent dans l’oiseau
Qui rend la terre aérienne ?
C’est l’oiseau dans son nid d’aigle

II

Qu’est-ce qui fait trembler la terre ?
C’est le souvenir qu’elle a de l’eau
De ses grands cimetières marins
De ses atlantides insolubles

Qu’est-ce qui fait trembler sa mémoire
Et ses quatre saisons irrésolues ?
C’est le grand mystère de Déméter

Qu’est-ce qui fait bouger les pierres ?
C’est l’amour qu’a la terre pour l’eau
Qui fixe les mines d’or
Les minéraux de ton corps ?
C’est la terre ton ossuaire

La terre est le socle
Où tu te tiens debout
Tu es son territoire souverain
La statue vive dans sa tête

Où vont les étoiles de tes yeux ?
Où va le regard éperdu de l’amour ?
Il se perd dans l’univers
Il compose les parfums et les sons
Il est à l’origine des fleurs
Au coeur du coeur des fruits

Il imagine la saveur crée la couleur
Il est le paradis sur terre
La perfection de la forme

Ton regard m’invente
Au soleil de minuit

III

Voici venu le temps
De l’archéologie du futur
Les monuments du présent
Aux prises avec les flammes
D’un viol collectif le sang gicle
Des fenêtres pulvérisées

Deux grandes formes en mouvement
Une saignée brutale
Les hautes stèles funéraires
Bourrées d’être vivants
S’effondrent sous nos yeux
Brûlant leurs épitaphes

Les tours se dissolvent en poussière
L’espèce humaine se dissout
En poussière blanche
L’odeur de crémation
Incommode les survivants
Ils cherchent leurs morts ou leurs vifs
Triant les décombres

La danse des particules de l’origine
Se poursuit défie la gravité
Repousse l’hiver nucléaire
Les prochaines générations
Se gaveront de nouvelles
Nourritures terrestres
A saveur humaine

Terre Terre !
Crie l’enfant émergeant
Des grandes eaux de sa mère
Terre Terre !
Faisant ses premiers pas

Terre Terre !
Tombant plus tard
Du ciel en parachute

Les Damnées de la Terre
Leurs cris désertés
Leurs paroles effacées
Tous les autres Damnés

Les voix étouffées
Les cruautés de la Terre
Et les autres insanités
Les chants ensevelis

La Terre et ses splendeurs
Ses colons ses Himalaya
La musique planétaire
Les ailes du poème enraciné

Revue Le Sabord, #61, février 2002

Mis en ligne sur Sisyphe, le 18 novembre 2002


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Louky Bersianik

Louky Bersianik est née à Montréal où elle a fait des études universitaires en Lettres françaises, obtenu sa maîtrise ès-arts et terminé avec succès sa scolarité de Ph.D. Elle a ensuite étudié à la Sorbonne et séjourné plusieurs années à Paris. Après avoir publié quelques livres pour enfants dont l’un a obtenu le Prix de la Province (1966), elle a fait paraître L ‘Euguélionne en 1976, reconnu pour être le premier grand roman québécois d’inspiration féministe ; coédité chez Hachette Littérature en France (1978), traduit et publié en anglais sous le titre : The Euguélionne (1982). En 1979, Louky Bersianik passa une année dans l’île de Crète pour écrire Le Pique-nique sur l’Acropole (1979).

Elle a aussi publié plusieurs titres de poésie dont Maternative (1980), Au beau milieu de moi (1983), Axes et eau (1984), Kerameikos (1987), ainsi que quelques essais dont Les Agénésies du vieux monde (1982), La Main tranchante du symbole (1990) et un autre roman : Permafrost (1997). Un dossier de la revue universitaire “Voix et Images, Littérature québécoise”, lui a été consacré à l’automne 1991 (No. 49). « Pour moi, la question de l’engagement est imbriquée dans la question de l’écriture. On est toujours engagé dans sa propre conscience. » (Extrait de ce dossier).



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2002
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin