| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mercredi 18 janvier 2006

Il pleut des promesses... mais peu pour les femmes
Analyse des programmes des partis politiques

par Isabelle N. Miron






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Disparition de Condition féminine Canada ? Ce serait une erreur
Départ de Pauline Marois - Perdre un modèle quand il y en a si peu....
Qui sont les femmes du Cabinet Harper ?
Quatre cravates et une féministe : analyse critique des débats des chefs
Pour en finir avec la « politicouillerie » : plaidoyer pour une loi sur la parité







Avant de commencer ce survol de quatre documents aussi importants que soporifiques, il importe de se rappeler une chose : amies féministes, je vous l’annonce, la question des femmes n’est plus à la mode. L’heure est à la conciliation, au dialogue. La plupart des gens considérant l’égalité hommes- femmes comme étant une question réglée, il est normal de ne pas trouver grand-chose dans les programmes politiques de l’élection 2006. Partant de cette prémisse, je peux tout de même affirmer que malgré mes attentes réalistes, je suis sidérée.

Parti Libéral : Réussir le Canada

Nombre de phrases mentionnant le mot « femme » : 15
Nombre de femmes candidates : 79 sur 308

La plate-forme du parti qui a formé le gouvernement depuis quelque décennies est forcément différentes des autres. Les libéraux sont prêts à tout pour séduire, et leur programme n’est en fait qu’une longue suite de promesses très précises, puisqu’ils ne peuvent logiquement pas admettre que l’État, dans son ensemble, est en déroute. Par exemple, on veut investir massivement de l’argent en santé, mais en ce qui concerne les femmes, on ne précise que les cas du dépistage du cancer du sein chez les femmes de 50 ans à 69 ans, et du cancer du col de l’utérus chez les 18 ans à 69 ans. On ne peut pas être plus clair !

Sinon, les libéraux tendent la main aux femmes, mais pas n’importe lesquelles : les femmes autochtones (ce qui constitue un pas en avant, appliquant enfin l’analyse comparée entre les sexes pour les populations les moins nanties du pays), les femmes entrepreneures et les aidantes naturelles. Si vous n’entrez pas dans une de ces catégories, ou mieux, les trois, oubliez ça !

D’une façon plus générale, les libéraux s’engagent à continuer leurs efforts afin d’atteindre les objectifs du Millénaire, tels que définis par l’ONU, et qui incluent l’abolition de toute forme de discrimination envers les femmes. Intéressant de noter que ce pays s’est fait taper sur les doigts, en novembre dernier, par le Comité des droits de la personne de l’ONU qui s’est dit « extrêmement préoccupé par la performance du Canada en matière de droits de la personne ». (Source : L’Alliance Féministe canadienne pour l’Action Internationale). Et qui donc était au pouvoir, en novembre dernier, déjà ?

Nouveau Parti Démocratique : Des réalisations concrètes pour les gens

Nombre de phrases mentionnant le mot « femme » : 11
Nombre de femmes candidates : 108 sur 308

Le NPD propose des mesures pour aider les femmes âgées, les femmes autochtones et métisses, les aidantes naturelles. Il veut instaurer un système électoral mixte qui intègrerait des éléments de scrutin proportionnel, une façon d’encourager une meilleure représentation des femmes et des minorités au Parlement. Il insiste aussi sur l’importance des recommandations du groupe de travail fédéral sur l’équité salariale qui, en 2004, proposait des mesures concrètes afin de régler une fois pour toute cette question. Bref, on en vient à souhaiter que ce parti « ami des femmes » ait de réelles chances de gagner !

Bloc Québécois : Heureusement, ici, c’est le Bloc

Nombre de phrases mentionnant le mot « femme »:19
Nombre de femmes candidates : 23 sur 75

Ici aussi, l’intérêt se tourne principalement vers les femmes autochtones et les femmes âgées. Loin de m’en plaindre, j’espère seulement qu’il ne s’agit pas d’une simple mode... ou de promesses électorales vouées à l’oubli ! Le Bloc se faisait souvent le champion des travailleurs, on veut aussi combattre les mesures discriminatoires du programme d’assurance-emploi envers les femmes enceintes et mettre de l’avant des mesures pour instaurer une fois pour toutes l’équité salariale. D’une manière plus générale, on veut lutter contre l’exclusion, la pauvreté et le chômage, qui touchent davantage les femmes, les enfants et les jeunes. Rares sont les partis qui le reconnaissent, c’est déjà ça.

Parti Conservateur : changeons pour vrai

Nombre de phrases mentionnant le mot « femme » : 2
Nombre de femmes candidates : 39 sur 308

La plate-forme des conservateurs n’étant disponible que depuis le 10 janvier, moins de deux semaines avant le jour J, on imagine bien que le document est incomplet. On ne parle des femmes qu’à deux endroits : dans le chapitre sur la sécurité (on le sait, c’est leur dada) dans la phrase « les femmes devraient pouvoir vivre en sécurité dans n’importe quelle ville du Canada » (on parle de délinquants sexuels, ici, et non de violence domestique, page 24) et dans le chapitre sur l’immigration, où l’on souligne que « le Canada accueille depuis longtemps des hommes et des femmes qui n’ont pas peur de travailler » (je vous jure que je n’invente pas, page 38).

Les enjeux concernant les femmes sont évités, ici, puisqu’on connaît la difficile position dans laquelle se trouve ce parti. La fusion entre les deux partis de la droite canadienne étant encore récente, il ne serait pas prudent pour les stratèges de s’engager sur une question comme le droit à l’avortement, par exemple. On peut scander partout qu’on ne rouvrira pas le dossier, de là à s’y engager par écrit, c’est autre chose. La division entre les militants de l’extrême-droite et les modérés est palpable, et le chef marche sur des œufs. La seule autre question abordée est celle des services de garde, et se retrouve sous l’étiquette « famille ».

Mis en ligne sur Sisyphe, le 17 janvier 2006


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Isabelle N. Miron


L’auteure est chercheuse, diplômée en Études féministes et poursuit des études de maîtrise en sciences politiques.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2006
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin