| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






vendredi 20 janvier 2006

Des leaders afro-québécoises inquiètes s’adressent aux chefs des partis politiques en campagne électorale






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Canada - Le retour des Autochtones : une lutte à nulle autre pareille
La cheffe Theresa Spence s’exprime sur sa grève de la faim et la situation actuelle des Autochtones
Repenser le multiculturalisme
G20 à Toronto - Le Comité jeunes féministes de la CLES dénonce les violences sexistes et la violation des libertés civiles
G20 et brutalité policière au pays de Stephen Harper
Gouvernement Harper – Sabrer avec un zèle religieux dans les programmes pour les femmes
Sommet UE-Canada : les sables bitumineux en accusation
Le viol psychologique d’Omar Khadr
Manifestation pour le retrait de l’ambassadeur du Mexique au Canada
Équité salariale - Entre un idéologue obtus et un opportuniste, les droits des femmes sont menacés à Ottawa
Stephen Harper est-il allergique à Céline Galipeau en particulier ou aux intervieweuses en général ?
La fin de l’équité salariale pour les femmes dans la Fonction publique fédérale
Les femmes et la crise économique
Le budget fédéral laisse tomber les femmes, les travailleurs et les travailleuses
Lettre à la Gouverneure générale Michaëlle Jean en faveur de la coalition des partis d’opposition à Ottawa
Harper Rule : une gouvernance sexiste et inéquitable
Les femmes vous observent, disent des groupes de femmes au premier ministre Harper
Le Comité de la CEDEF de l’ONU scrute la performance du Canada
"À voix égales" invite le Premier ministre à nommer des femmes au Cabinet
Appel des artistes pour la Paix : "Dans dix ans, quelle direction voulez-vous voir le Canada et le Québec emprunter ?"
Votre vote comptera-t-il le 14 octobre ?
Avortement et élection : souvenons-nous
Élection Canada - Sur la question de l’égalité des femmes, Stephen Harper ne répond pas
Maintes raisons de ne pas voter pour Stephen Harper
"Les conservateurs nous ont rappelé que nous sommes ‘juste’ des femmes"
Élections fédérales - Battons-nous contre la droite !
Dieu au pouvoir ! God Bless Canada !
La Fédération des femmes du Québec appelle les Québécoises et les Québécois à battre les Conservateurs
Margaret Atwood s’explique - Harper : déconnecté, dépassé
Ingérence de l’Église catholique dans la campagne électorale au Canada
L’Association des Femmes Autochtones du Québec répond aux excuses du gouvernement Harper
Les compressions du gouvernement Harper forcent le départ d’une leader féministe
Le gouvernement Harper cherche à réduire les femmes au silence
La ministre Oda quitte le ministère de la Condition féminine. Enfin !
La déclaration du Canada à la Commission de la condition de la femme des Nations Unies est tendancieuse et décevante
Politique Canada : dossier principal
Les promesses brisées de Stephen Harper
Stephen Harper tient ses promesses
Des coupures antidémocratiques à Condition féminine Canada
Le gouvernement Harper veut museler les groupes de femmes
La ministre de la Condition féminine, Bev Oda, passe un mauvais quart d’heure devant un comité parlementaire
La ministre à la Condition féminine du Canada interdit aux groupes de femmes de défendre ... les droits des femmes
Il faut rétablir immédiatement le Programme de contestation judiciaire
Le discours de la Traîne
Pour l’égalité entre les femmes et les hommes, il faut changer le mode de scrutin !
Victoire réjouissante : Vivian Barbot a battu le ministre Pierre Pettigrew
Voter ? Mais pour qui ?
L’R des Centres de femmes écrit aux quatre chefs de parti à Ottawa
"Des tribunaux islamiques au Canada ?"
10 ans de budgets fédéraux : les femmes doublement pénalisées
Le budget fédéral ne tient pas compte des femmes
Une décennie de reculs : le Canada de l’après-Beijing
Une autre élection injuste pour la population québécoise et canadienne
Harper, une menace sérieuse au droit des femmes à l’avortement







Montréal, 19 janvier 2006 - Au moment où la campagne électorale canadienne touche à sa fin et qu’on verra bientôt l’élection d’un Premier Ministre et d’un nouveau gouvernement, des leaders de la communauté d’ascendance africaine au Québec se sont rencontrées, le samedi 14 janvier, pour échanger leurs idées sur le manque de prise en compte des Afro-Québécoises, et surtout, de leurs jeunes dans cette campagne. Il s’en est dégagé une grande inquiétude de leur part.

Conscientes qu’une exclusion qui perdure pourrait engendrer un ras-le-bol des jeunes issu-es de l’immigration et conduire à leur révolte et à des violences non contrôlables, ces leaders afro- québécoises ont décidé de s’adresser aux chefs des partis politiques pour leur demander ce qu’ils prévoient faire pour changer la condition de la communauté afro-québécoise quand ils seront élus.

Il est aujourd’hui connu et reconnu que celle-ci est la principale victime des inégalités sociales. Des études (Torczyner, J.L, 1987, Conseil de statut de la femme, 2005), des consultations (MRCI, MICC, 2003, 2005), des reportages journalistiques et même le rapport du Rapporteur spécial des Nations Unies sur le racisme, la xénophobie et les discriminations ont corroboré cet état de fait. Les Afro-Québécoises constituent donc la minorité des minorités, à savoir celle qui vit le plus l’exclusion sociale, économique, culturelle et politique.

Pourtant, elle possède tous les atouts que requiert l’intégration en Amérique du Nord, à savoir l’instruction, l’expérience professionnelle, la jeunesse, en plus de la volonté de vivre et de travailler en français. La récente publication du Conseil du statut de la femme (CSF), principal conseiller du gouvernement du Québec en matière de droits et de conditions des femmes, le confirme.

Les Afro-Québécoises font partie des immigrées qui sont plus diplômées que la moyenne nationale. Selon le CSF dans "Les femmes immigrées au Québec, 2005" : « Les immigrantes des dernières vagues sont très scolarisées et diplômées, davantage que les femmes nées au Québec. » Précisons toujours avec CSF (2005 : 22) que « Sur l’ensemble des femmes immigrées au Québec recensées en 2001, 169 305 appartiennent à une minorité visible, soit 47% du total des femmes immigrées. (...) donc presque la moitié » et « qu’elles représentent 45% des femmes immigrées diplômées universitaires, 49 % de celles qui ont un diplôme collégial ... » Elles sont également jeunes - 51% d’entre elles ont entre 20 et 40 ans - et possèdent d’importantes connaissances linguistiques puisque « Près des trois quarts des femmes immigrées (73%) connaissent le français, 44 % le français et l’anglais, 29% le français seulement, 20% l’anglais uniquement et 7% ni le français ni l’anglais. » (CSF, 2005 : 32).

Malgré tous ces atouts, toujours selon le CSF, les inégalités à l’emploi sont criantes : « Une femme immigrée avec un doctorat en poche chômera donc autant qu’une Québécoise diplômée du collégial et celle détenant une maîtrise autant qu’une Québécoise avec une formation post secondaire partielle. » De même, « les Européennes chôment nettement moins (9% en moyenne) que les Africaines (18%) »

« Le revenu moyen en 2000 des femmes immigrées était de 19 766 $, soit 1 520$ de moins que celui des Québécoises et 11 308 $ de moins que celui des hommes immigrés. (...) Le revenu moyen des femmes appartenant à des minorités visibles est encore plus bas, soit 17 321$. » (CSF, 2005 : 77).

Ces conditions cantonnent les Afro-Québécoises dans la pauvreté et ses conséquences néfastes sur leurs familles. Pire, elle place leurs enfants dans un processus d’autodestruction allant du décrochage scolaire à la criminalité en passant par la délinquance ; la prolifération des armes à feu et de la drogue aidant.

Messieurs les Chefs des partis politiques, comment comptez-vous agir pour changer ces conditions injustes et désastreuses que vivent les Afro-Québécoises et leurs enfants, les enfants du Québec ?

- 30 -

- Source : Comité d’initiative « Fédération Rosa Parks pour les droits des Afro- Québécoises »

* Jacqueline Kavanaght, Organisatrice communautaire 450-671-8339)
* Mamie Henriette Nzuji Ntumba, des Mamies immigrantes (514-762-9808)
* Catherine Thélémaque, Comité Ad hoc de soutien aux minorités (514-471-5538)
* Muna Mingole, Chanteuse - Auteure - Compositeure (514-817-0566)
* Aoua Bocar LY, Réseau « Femmes africaines, Horizon 2015 » (514-739-5574)

Mis en ligne sur Sisyphe, le 20 janvier 2006.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2006
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin