| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






vendredi 13 avril 2007


La lettre aérienne
De radical à intégrales

par Nicole Brossard, poète, romancière, essayiste






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


L’Euguélionne (extraits)
La pornographie et le désespoir







JPEG - 6.2 ko
Photo : Jacques Grenier

Si le patriarcat est parvenu à ne pas faire exister ce qui existe, il nous sera sans doute possible de faire exister ce qui existe. Encore pour cela faut-il la vouloir en nos mots très réelle cette femme intégrale que nous sommes, cette idée de nous qui comme une certitude vitale serait notre penchant naturel à donner un sens à ce que nous sommes.

S’interroger sur ou affirmer l’émergence d’une culture au féminin dans le contexte des millénaires et au présent d’une civilisation patriarcale est un projet que je ne saurais envisager autrement qu’autour d’une seule expression : faire sens. Car lorsque nous parlons de culturel il nous faut nécessairement parler de codes, de signes, d’échanges, de communication et de reconnaissance. De même, nous faut-il parler d’un système de valeurs qui d’une part, détermine ce qui fait sens ou non-sens et qui d’autre part, normalise le sens de manière à ce qu’excentricité, marginalité et transgression puissent être identifiées comme telles afin d’être contrôlées si besoin est. En d’autres termes, je voudrais ici aborder la question du sens et du non-sens, là où perceptions, désirs, réalité, fiction et idéologie se rencontrent, s’annulent ou se transforment. Car rien ne se perd de ce qui fait sens ou non-sens : tout peut en effet s’achever dans une camisole de force ou se poursuivre dans une oeuvre. En d’autres termes, en corps, me faudra-t-il parler du système patriarcal et de sa tenace volonté de durer en nous tenant à l’écart de la magie des mots - par magie des mots, j’entends ce qui procède à l’élaboration de la pensée et à son émotion, ce qui transforme, ce qui motive l’être, l’être que je suis ou celle que je pourrais être ou encore celle que je désire être au point de la devenir dans un présent inaliénable, au point d’être ce qui m’arrive, c’est-à-dire ce que je suis.

I. Vivre à sens unique

Entre la phrase de Simone de Beauvoir "On ne naît pas femme : on le devient" et celle de Jacques (*) : "La femme n’existe pas", l’effet sémantique du mot femme nous permet de penser que dans un cas comme dans l’autre, parler de la femme ne saurait être adéquat qu’en un lieu dit de fiction, ou pour reprendre le sens étymologique du mot fiction, en un lieu de mensonge et de ruse. Pourtant, si le contenu de ces deux affirmations semble concorder, "la femme est une fiction", il en va tout autrement de ce qui les a produites. Alors que l’énoncé de Simone de Beauvoir est le fruit d’une recherche qui aboutit au douloureux constat de la non-existence de l’être femme, l’énoncé de Jacques est la répétition d’une formule politique ayant fait ses preuves, soit la fortune des maîtres.

Femme, à sens unique, serait donc un mot sans autre racine que patriarcale. Or à la racine des mots, il y a ce que nous croyons être.

A) AVOIR UN ACCENT

Enracinées dans une terre sémantique étrangère, nous avons fait nôtre une substance (l’homme) sans comprendre que la racine est "ce qui croît en sens inverse de la tige". Racine signifie aussi "élément irréductible d’un mot, obtenu par élimination de tous les éléments de formation et indices grammaticaux et qui constitue un support de signification". Ce qui revient à dire, dans l’analogie que j’ai choisi d’établir, que l’homme-racine est support de signification uniquement dans la mesure où sont éliminés du discours tous les éléments de notre formation sociale, perceptuelle, intellectuelle et sexuelle. De plus, l’homme n’est racine que si les indices grammaticaux de notre existence sont supprimés et là je pense bien sûr au e muet ainsi qu’à tous les féminins systématiquement évincés par le masculin ou mieux encore neutralisés au masculin.

D’avoir fait en sorte, par la force du code et de la loi et par habitude ensuite, que chaque femme fasse sienne la substance sémantique patriarcale est la plus grande réussite du patriarcat. Mais cela n’a pourtant pas empêché que bien assimilée, mal assimilée ou non assimilée, cette langue étrangère qui pourtant nous habite familièrement, nous la parlons toutes avec un accent. C’est d’ailleurs à cet accent que nous pouvons nous reconnaître sans pour autant nous comprendre. Ce n’est donc pas avec des mots que dans un premier temps nous pouvons nous reconnaître car nous sommes encore incapables de nous prendre aux mots, autrement dit, au sérieux.

Non, c’est à l’accent, c’est-à-dire à un écart par rapport à la norme, mais à un écart que l’on constate par une augmentation d’intensité à l’emploi de certains mots, sur certains sons, car l’accent est un son expressif. Il n’y a pas encore de rapprochement entre nous par la pratique collective de l’écart sémantique. A ce stade, il n’y a pas encore de féministes, il y a des femmes, ici et là, dispersées, illettrées, soit, lettrées par il, fortes et courageuses ou faibles et fatiguées.

Ce que je viens de dire n’aurait aucun sens (en termes de direction et de mouvement) si la reconnaissance des femmes entre elles par l’intensité de leur accent n’était suivie d’une fréquentation assidue. La fréquentation des femmes augmente l’intensité en chacune de nous comme si chacune s’apprêtait à dévoiler le volume qu’elle abrite et qui l’habite.

B) L’INTENSITÉ

    Or l’intensité est ce par quoi je m’enracinerai dans le lieu qui me ressemble. Or l’intensité est ce par quoi je m’initierai à d’autres femmes. Les racines sont aériennes. La lumière qui les nourrit, nourrit tout à la fois la pousse (la culture) et la racine. La racine est intégrale et aérienne. La lumière est cohérente.

L’intensité peut-elle provoquer des écarts sémantiques ? Est-elle ce par quoi le fond de notre pensée peut s’inscrire en toutes lettres au grand jour ? Est-elle ce qui donne le courage ? L’intensité est-elle intention ?

Ce qui est intense ressemble à une force par laquelle nous dépassons la mesure ordinaire, la norme. Lorsque nous disons "j‘ai dépassé ma pensée" ou encore "les mots ont dépassé ma pensée", que voulons-nous dire, nous qui avons été imbibées de fiction patriarcale, habituées à taire nos perceptions, nos intuitions, nos certitudes les plus vitales ? Dépasser : "laisser en arrière, derrière soi en allant plus vite"/ "aller au-delà de ce qui est possible ou imaginable". Mais comment parvient-on à dépasser sa pensée avec des mots étrangers ?

Ce qui caractérise les personnes qui ont un accent, c’est qu’elles déforment les sons et que par conséquent elles risquent chaque fois qu’elles s’expriment en langue étrangère de créer des malentendus, des équivoques, voire même du non-sens. De plus, elles risquent de mettre l’accent, c’est-à-dire d’amplifier là où, en principe, il n’y a pas lieu de le faire, là où ça ne se fait pas.

Il suffit de peu pour que god devienne dog, il suffit de rien pour que lorsque je prononce "elle est comme on nomme", on entende "elle est comme un homme". La magie des mots est ce parcours et ce par quoi nous pouvons aussi transformer la réalité ou le sens que nous donnons à la réalité.

C) LES DIFFERENCES

Or la magie des mots advient aux femmes intenses, mais tout intenses qu’elles soient, n’avons-nous pas précédemment identifié des différences entre elles et qui sont liées au fait d’avoir bien assimilé (faire un bon usage lexical, grammatical et syntaxique), mal assimilé (faire un usage erroné de plusieurs mots) et non-assimilé (manquer de vocabulaire, ne pas subordonner les mots, établir le contact à l’aide d’un collage expressif) la langue étrangère.

Différences qui ne sont pas sans conséquence pour le sens que nous donnons aux mots. Ainsi, à titre d’exemple, peut-on imaginer trois formulations pouvant servir de support à la définition du mot femme : une femme est un homme, une femme est une femme, une femme, c’est moi. Trois manières donc d’intervenir au mot femme : synonymique (à noter qu’un synonyme "sert à éviter une répétition"), tautologique (à noter qu’une tautologie est un "vice de forme") et polysémique (parce que le moi prononcé par chaque femme a un sens différent). Il y aurait aussi ici matière à conjuguer le verbe être à plusieurs temps. Mais à ce stade-ci, quelle que soit l’expression que nous choisissons pour nous définir et par le fait même pour définir le mot femme, chacune d’entre nous est radicalement convaincue que l’expression qu’elle utilise fait sens dans sa vie et par voie de conséquence dans la vie. Oui, chaque expression fait bel et bien sens mais, phénomène étrange, alors que chacune des formulations marque une approche différente de la perception que les femmes ont d’elles-mêmes, toutes trois convergent dans le même sens : sens unique.

Une femme est un homme

Bien que l’expression sonne faux à l’oreille et à l’entendement, je crois que si nous l’intériorisons comme vraie, c’est qu’elle nous est transmise subliminalement comme étant notre seule chance de participer au rituel social (discours, science, politique, etc.). La volonté de participer fonderait le sentiment que nous avons le droit et même le devoir de revendiquer au nom de l’homme : justice, liberté, fraternité, égalité. C’est aussi ce qui nous permettrait d’expliquer pourquoi tant de femmes préfèrent s’engager dans des luttes politiques qui les concernent en tant que Québécois, que travailleurs, etc., plutôt que d’intervenir politiquement en tant que féministe.

Une femme c’est moi

Autre définition de soi-femme qui sous-entend que c’est aussi au nom de l’humanité (c’est-à-dire de l’homme qui sommeille en nous) que nous pouvons revendiquer autonomie, subjectivité, individualisme et créativité. Une femme, c’est moi, c’est aussi ce qui explique pourquoi tant de femmes créatrices ont refusé et refusent encore de s’identifier aux femmes. Poètes, artistes, cinéastes, psychologues, sociologues, etc., plusieurs d’entre elles ne disent-elles pas au masculin que l’art et la science n’ont pas de sexe.

Voilà donc au départ deux formules qui enracinent les femmes dans l’homme et qui assurent à ce dernier une solidarité digne de son nom.

Une femme est une femme

Si l’expression est un vice de forme qui nous renvoie à la biologie ou au pis-aller peut nous permettre de revendiquer une différence qui n’a que trop été systématisée en sens inverse de nos énergies, quelle humanité pouvons-nous y trouver ? Qui donc étant femme voudrait prendre le risque d’être une femme, c’est-à-dire une fiction dont elle ne serait pas à l’origine. Dans le lieu qui la cerne, la femme n’existe pas, c’est-à-dire qu’elle ne fait pas sens. Hors du lieu qui la cerne, elle apparaît comme non-sens. C’est donc dire que quiconque prétend à l’humanité ne saurait s’y identifier et encore moins lui être solidaire. Or il advient que quelques femmes se sont mises à prétendre le contraire. On les appelle féministes radicales et leur humanité se trouve justement là, dans la conquête qu’elles font mot à mot, corps à corps, de l’être femme.

Donc si ce n’était d’une conscience féministe radicale intervenant au mot femme, chacune des trois expressions se solderait par un renforcement du sens unique patriarcal.

En intervenant au mot femme, ces femmes que sont les féministes radicales ont alors mis le doigt sur le bouton qui donne accès à la magie des mots.

II. L’éclat du sens

A) LE SENS EXCITÈ

    L’excitation générale des femmes devant le sens excité excite la pensée de l’émotion et l’émotion de l’intensité. Dans l’excitation l’une crie "sauvons nos racines", l’autre, "arrachons tout", une autre ne dit rien mais tremble de tout son être. Le sens oscille. Chaque femme qui participe de cette excitation est au faîte de son être. Le vertige est grand. La racine, aérienne.

Donc, intenses, diverses et rassemblées, des femmes échangent leurs vues au moyen de mots étrangers à leurs perceptions, à leur vécu, et en cela même éprouvent de la difficulté à s’entendre sur le sens à donner aux mots et par voie de conséquence à leur vie, à leurs projets. Au cours des échanges, certains mots se vident de leur sens, d’autres se forment, d’autres produisent des effets inattendus, d’autres encore sont utilisés avec une extrême précision. C’est la révolution au sens d’effervescence mais c’est aussi pour chaque mot une révolution complète autour de son axe : on examine le radical sous tous ses angles, à tout point de vue. C’est l’excitation générale.

Exciter a pour étymologie "excitare", qui veut dire "mettre en mouvement". Le mot exciter veut aussi dire "faire naître et inciter". Ce qui va compter et être conté dans cette étape de l’excitation générale, c‘est avant tout l’effet de polyvalence qui va s’emparer des mots. Polyvalence parce que placées d’où nous sommes, multiples et différentes, nous faisons un usage ambigu de plusieurs mots et cet usage ambigu né de notre ambivalence à l’égard du sens fait que collectivement, nous nous trouvons momentanément à déroger au sens habituel des mots. Le sens unique oscille sous un déferlement continu de mots allant dans toutes les directions. C’est ce déferlement de mots polyvalents et multidirectionnels qui va permettre :

    1. L’éclat du sens unique
    * briser l’homme comme universel
    ** rompre le cercle de la féminité
    2. Produire une vacance, soit un espace mental qui peu à peu sera investi de nos subjectivités constituant ainsi un territoire imaginaire à partir duquel nos énergies pourront prendre forme.

Cette étape de l’éclat du sens est en quelque sorte l’étape cruciale : c’est ici en effet que tout peut s’achever dans une camisole de force ou se poursuivre comme une oeuvre. C’est ici que l’on devient ou ne devient pas féministe radicale, c’est ici que nous réintégrons les paramètres patriarcaux, quitte à se permettre quelques transgressions (pour les femmes, elles sont toujours coûteuses) ou que nous les abandonnons pour d’autres espaces encore inédits ; c’est ici que nous laissons nos défroques de femmes fragmentées pour devenir intégrales, c’est ici que nous quittons le cercle pour entrer dans le mouvement de la spirale, c’est-à-dire là où le pouvoir de notre énergie prend forme, se cultive, se transmet, se renouvelle. C’est ici que moi je te dis adieu femme patriarcale, ombre vaillante dans la lumière de midi. C’est ici que je dérobe le sol imaginaire sous tes pieds imaginés. La racine est aérienne. La lumière cohérente. Je dérobe tout car je nous sais toute. C’est ici que le sens commence. L’origine n’est pas la mère, mais le sens que je donne aux mots et à l’origine, je suis une femme.

III. Je donne un sens à la vie

    au point de la devenir dans un présent inaliénable, au point d’être ce que je suis, la vie. Je parle au je pour assurer la permanence du nous. Si je n’assume pas ce qui dit nous en moi, l’essence de ce que je suis n’aura de longévité que le temps d’une vie, la mienne, et c’est trop court pour nous.

Nous avons vu précédemment que coincées entre le sens que nous donnons à la réalité et le non-sens que constitue pour nous la réalité patriarcale, nous sommes le plus souvent forcées d’adapter nos vies à la traduction simultanée que nous faisons de la langue étrangère.

La posture est inconfortable. L’équilibre précaire. L’environnement hostile. Comment donc faire sens collectivement ? Car c’est je crois ce dont il s’agit lorsque nous posons la question d’une culture au féminin. Comment assurer l’échange entre nous, comment faire circuler nos pensées, nos corps, nos émotions, bref, notre subjectivité, de manière à ce que celle-ci puisse se conjuguer en objectivité ? Il faut une base minimale d’entente sur le sens à donner aux mots pour que nous puissions songer à l’émergence d’une culture qui nous ressemble. Cette base d’entente, je l’appelle notre territoire imaginaire à partir duquel nous pouvons prendre élan.

Alors que dans un premier temps, l’activation de nos différences confrontées au sens unique patriarcal a permis l’éclat du sens et sa vacance, il faut entrevoir désormais nos différences comme provenant d’un premier sens issu de nous. En d’autres termes, les différences issues du sens patriarcal ont permis un mouvement, alors que les différences issues de nous comme centre originel permettront l’émergence d’une culture au féminin.

A) LE TERRITOIRE IMAGINAIRE

Ce territoire serait donc constitué de la subjectivité féminine traversée par une conscience féministe. Ce que je nomme conscience féministe n’est nulle autre chose que notre humanité. L’illusion de notre humanité se trouve partout et c’est sans doute pourquoi peu de femmes se sont donné la peine jusqu’à aujourd’hui de chercher, voire même de conquérir, leur humanité. Car l’humanité nous fut un jour enlevée (et ce n’est pas une métaphore). Je vous rappelle que pendant des siècles nous n’avons pas eu d’âme et qu’au Canada nous sommes devenues des personnes en 1929. De notre humanité, nous savons peu de choses, sinon l’expérience que nous avons de notre vivant en système patriarcal. Notre mémoire est courte, nos héroïnes rares et camouflées par la censure, nos sens altérés par un conditionnement à l’effacement. Ils disent que l’inconscient n’a pas de mots. Faut voir et entendre ce qu’il dira l’inconscient de l’humanité lorsque nous parlerons notre humanité ! Dire aussi que notre territoire imaginaire se cache dans la mythologie, la science et l’art. Tout nous appartient ; il nous faut cependant départager ce qui appartient à notre humanité de ce qui appartient à l’orgueilleuse, mégalomane et violente subjectivité de l’homme. C’est à partir de notre humanité que tout commence, que commence la première spire de la spirale d’une culture au féminin, spirale d’une culture au féminin dont chaque spire devrait constituer la spirale d’une civilisation à laquelle rien ne nous eut préparées sinon que l’éclat du cercle occasionnant la toute première spire.

B) L’ÉNERGIE

L’émergence d’une culture au féminin dépend de l’énergie dont nous disposons/disposerons mais surtout de celle que nous générerons afin de changer la vie dans un vouloir solidaire. Présentement, nous générons des actes, des mots et de la pensée qui s’accommodent encore de la mentalité linéaire/binaire patriarcale. Je parle d’énergie car l’émergence spiralée d’une culture au féminin est étroitement liée à l’image mentale que nous nous faisons et ferons de nous en tant que source d’énergie pour les autres femmes et de la forme que prendront nos échanges énergétiques dans le social, l’intime et le politique.

Personnellement, je ne crois pas qu’une culture au féminin soit viable à long terme (je veux dire par là qu’elle engendre d’autres spires) dans un système de pensée linéaire/binaire, ni même qu’elle puisse surmonter les affres d’une savante dialectique fondée sur la raison patriarcale.

Non, la vitalité d’une culture au féminin me semble plutôt liée à un système de pensée et de perceptions qui unirait simultanément en des figures tridimensionnelles les objets de notre pensée que nous avons jusqu’ici été forcées de voir en surface, sans en connaître le volume. C’est du volume de nos pensées que l’intégrales surgit.

C) L’INTÉGRALES

    L’intégrales est radicale. Mes sens origynent d’elle. Elle en partage l’intégrité. Le temps, l’espace lui appartiennent ; elle est "symbola" pour toutes, un signe de reconnaissance. Figure, image, métaphore, elle ait toujours sens et corps avec le sens qu’elle donne aux mots. La lumière est cohérente. Lorsque je t’aperçus au beau milieu d’une phrase, l’idée me vint d’un penchant naturel vers toi, aussi réelle que l’idée que j’ai de nous, aussi réelle que l’énergie qui dit moi, émergeant des biographies.

* Lacan.

"De radical à intégrales" est le texte d’une conférence donnée à l’occasion du colloque "L’émergence d’une culture au féminin", à l’Université de Montréal en 1982. Une traduction anglaise est parue dans la revue Trivia, no 5. Le texte français est inédit.

Extrait de ;
Nicole Brossard, <La lettre aérienne Montréal, éditions du remue-ménage, 1985.

Merci à Nicole Brossard et aux éditrices de Remue-ménage de nous avoir autorisées à publier ce texte.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 22 février, 2006.

Copyright pour cette version électronique les éditions du remue-ménage et Sisyphe.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Nicole Brossard, poète, romancière, essayiste

Nicole Brossard a publié plus de trente livres depuis 1965. En poésie, elle est l’auteure, notamment, de L’Amer (Quinze, 1977) Amantes (Quinze, 1980), Le Centre blanc (l’Hexagone, 1978), des romans Le désert mauve (l’Hexagone, 1987), Baroque d’aube (l’Hexagone, 1995), Hier (Québec-Amérique, 2001). Elle a aussi publié, avec Lisette Girouard, une Anthologie de la poésie des femmes au Québec, des origines à nos jours (Remue-ménage, 1991 et 2001). Récipiendaire de nombreux prix, elle n’a cessé d’être active dans les millieux littéraire et féministe. Son oeuvre, traduite en plusieurs langues, lui vaut une réputation internationale.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2007
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin