| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 4 avril 2006

Du calme, Dr Chicoine

par Lise Payette, Le Devoir






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Pensions alimentaires : une étude farfelue remise au gouvernement
France - Quand le gouvernement se penche sur la "fraude" des mères !
L’emprise des écrans sur les enfants : la résistance s’organise
Une meilleure protection des conjointes de fait est devenue nécessaire
France - Projet de Loi sur la famille d’inspiration masculiniste encore plus d’asservissement pour les femmes et les enfants
Union de fait et pension alimentaire - La Cour d’appel donne raison à Lola
La télé, complice de la pandémie d’obésité chez les enfants
Pensions alimentaires pour enfants - La Cour suprême donne raison à une étudiante monoparentale
Non à l’imposition d’une résidence alternée pour les enfants de parents séparés par défaut !
Protection juridique des conjointes de fait - Au-delà des 50 millions $, il y a les autres femmes
Ontario - La campagne "Un seul droit de la famille pour toutes les femmes"
Pensions alimentaires des enfants - La campagne continue auprès des député-es
Des idées reçues compromettent la sécurité des enfants lors des litiges de garde (Partie I)
Des idées reçues compromettent la sécurité des enfants lors des litiges de garde (Partie II)
La résidence alternée, une loi pour les adultes ?
Garde partagée ou résidence alternée : l’enfant d’abord
Autres textes de Jacques Brodeur sur Sisyphe
Un toutou, une p’tite poupée ou un bébé ?
Les enfants des femmes victimes de violence conjugale - mieux les connaître pour mieux les aider
Le Livre noir de la garde alternée
Courte-pointe d’un amour infini : Éloïse et Loïse
Punir les enfants pour les iniquités des pères
La DPJ et la chasse aux sorcières contre les mères
Les pères continuent à ne pas faire leur part
Mythes et faits sur la détresse "des" hommes
Une mère belge proteste contre un soutien ministériel à des masculinistes
« Lyne la pas fine » a son voyage
Des lunettes féministes au secours des enfants
Réforme des services de garde : Lettre d’une maman à la ministre Carole Théberge
Des mères privées de leurs enfants à cause des préjugés sexistes de la DPJ - suite
Un recul, un affront, un geste politique inacceptable
Garde des enfants - Les pères ont-ils raison de se plaindre ?
La garde alternée : au nom des femmes ?
Quand les pères se vengent
Garde partagée ou résidence alternée : l’enfant d’abord
La machine à broyer les solidarités
L’enfant, prétexte de toutes les dérives des pouvoirs ?
Mythes et réalités sur la garde des enfants et le droit de visite
L’influence des groupes de pères séparés sur le droit de la famille en Australie
Un choix parental féministe et subversif : donner le nom de la mère
La paranoïa paternelle triomphera-t-elle ?
Mémoire au Comité fédéral, provincial et territorial sur le droit de la famille, sur la garde, le droit de visite et les pensions alimentaires pour les enfants
Un programme qui prive les enfants de leur mère
Les enfants du divorce ont besoin de notre protection
La « responsabilité parentale » tiendra-t-elle ses promesses ?
Les partisans des "droits des pères" veulent imposer la garde partagée obligatoire







La recette est connue. Pour écrire un best-seller sans trop se fatiguer, il suffit d’écrire des choses qui vont faire en sorte que les mères vont se sentir coupables. Rien de plus facile. Il faut leur dire qu’elles sont en train de rater l’éducation de leurs enfants dont elles ont la responsabilité et vous avez un succès assuré.

C’est ce qu’a fait le bon docteur Chicoine en deux temps, trois mouvements... soutenu par une femme journaliste qui vient appuyer les affirmations du docteur.

La dernière fois qu’un pédiatre a voulu élever nos enfants à notre place, il s’appelait Spock. Le bon docteur Spock. À la suite de la publication de son livre, nous nous étions toutes senties complètement inadéquates comme mères et surtout coupables d’être de pauvres amateures comparativement au cher docteur.

Il nous a bien fallu une trentaine d’années pour remettre les pendules à l’heure, découvrir que le fameux docteur avait charrié pas mal et reprendre confiance dans le bon sens dont presque toutes les mères sont pourvues d’office.

Et voilà que le bon docteur Chicoine se lance dans la mêlée. Il hurle, gesticule, accuse même, tout ça dans un même souffle.

On se dit qu’une « petite shotte de Ritalin » lui ferait le plus grand bien.

Veut-il sauver les enfants, comme il le dit, ou veut-il vendre son livre ? La question se pose.

Qu’en pensent les femmes ?

Les femmes élèvent des enfants depuis que le monde est monde. Elles les ont élevés dans les cavernes comme dans les châteaux, en temps de paix et en temps de guerre. Elles les ont transportés aux champs et dans les villes, elles les ont élevés quand les écoles n’existaient pas.
Elles ont porté leurs enfants dans leur ventre et sur le dos l’été comme l’hiver. Elles les ont élevés avec ou sans homme, selon les circonstances.

Elles ont peuplé la planète.

Qu’elles en aient raté quelques-uns, c’est bien possible. Mais sur le lot, il me semble qu’on peut dire qu’elles n’ont pas si mal réussi. De nos jours, les femmes ont tendance à dire que c’est moins la quantité de temps qu’elles passent avec leurs enfants qui est importante que la qualité.

Vaut-il mieux une mère fière d’elle-même, satisfaite de s’accomplir comme citoyenne à part entière, tout en ayant les enfants qu’elle désire, ou une mère à plein temps, fière de l’être et entièrement consacrée à ses enfants ?
C’est à chaque femme de répondre. Selon ses choix.

La société doit donc s’organiser de telle sorte qu’une femme puisse exercer ce choix librement. Nous sommes encore loin du compte au Québec, mais il y a eu certains progrès. Nous sommes loin d’une politique familiale cohérente et les revendications continuent.

Nous avançons à petits pas.

Il reste que personne n’a plus d’expérience que les femmes quand il s’agit d’élever des enfants. Même pas le docteur Chicoine.

Pourtant, cette semaine, il a suffi qu’un docteur en médecine se mette à s’énerver et à crier au loup pour que les femmes se sentent coupables de tous les péchés du monde, et particulièrement de négligence envers les enfants. Alors, on se calme tout le monde.

Que le bon docteur vende son livre s’il le veut. Nous, on va continuer d’élever nos enfants comme on l’a toujours fait. En leur expliquant pourquoi on va s’absenter et quand on sera de retour. Et qu’entre-temps, c’est papa ou c’est la gardienne qui va nous remplacer... Pas besoin d’un livre de docteur pour comprendre ça.

Les femmes le font depuis que le monde est monde.

Ce n’est que quand on les fait se sentir coupables qu’elles ne savent plus quoi faire.

Source : Journal de Montréal, le 30 mars 2006.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 4 avril 2006.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Lise Payette, Le Devoir



Plan-Liens Forum

  • Merci Dr Chocoine
    (1/2) 31 août 2006 , par

  • Simplisme
    (2/2) 25 avril 2006 , par





  • Merci Dr Chocoine
    31 août 2006 , par   [retour au début des forums]

    Maman d’une petite fille de presuqe trois, je n’ai eu qu’un seul regret à la lecture de ce livre : ne pas l’avoir lu plus tôt !
    Que l’on mettent toutes les accusations pas possibles sur votre dos. Moi je vous remercie. De partager vos connaissances. De vous poser des questions. De faire écho à mes impressions. C’est malheureux, je crois que beaucoup ne vous ont pas compris. Je ne crois pas avoir lu que vous proclamiez avoir la science infuse.. Je vous ai trouvé très nuancé et très respectueux. C’était le premier article de Madame Lise que j’avais l’occasion de lise. Moi, quand on me répond qu’on fait ça d’même parce qu’on a toujours fait ça d’même... Quand ma petite avait 6 mois et que je commençais à me sentir coupable d"être à la maison " à rien faire ". Je me suis dis : " C’est plate, avant on était pogné à la maison mais maintenant on est pogné dehors. Pis quand on rentre y faut qu’on s’tappe la grosse part du ménage, pis la bouffe" Merci JF

    Simplisme
    25 avril 2006 , par   [retour au début des forums]

    Ce bon Dr Chicoine est d’un simplisme étonnant. Il prétend que la sexualisation précoce des filles est due au fait qu’on met les enfants trop tôt en garderie ! Et les garçons, alors ? N’y a-t-il pas des bébés garçons en garderie avant l’âge de 18 mois ?

    Le bon Dr Chicoine ne semble pas voir le contexte social hypersexualisé dans lequel vit notre monde. Les filles et les garçons sont le produit d’une société, tout autant et parfois plus que de leurs parents dans le monde actuel.

    C’est ce qu’on appel un esprit borné, qui ne voit qu’un aspect de la réalité et s’y fixe comme par obsession.

    Un autre oubli : combien de parents n’ont pas d’autre choix que d’envoyer les enfants à la garderie, qui somme toute, les aide à socialiser et à se développer avec d’autres enfants et d’autres adultes ?

    J’ai horreur des spécialistes qui prétendent tout expliquer par un seul élément de la réalité. Et à ceux-là, on offre toutes les tribunes ! Quel monde de bêtises !


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2006
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin