| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

  Hébergé par                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       Éditions Sisyphe






dimanche 14 mai 2006

Une politique cohérente contre la violence faite aux femmes doit d’abord s’attaquer à la prostitution

par Wassyla Tamzali, avocate et directrice du Collectif Maghreb Égalité



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texte Imprimer ce texte


Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Prostitution - L’approche de “réduction des méfaits” ne suffit pas pour une analyse pertinente de la prostitution
Amnesty International et la défense soutenue du système prostitutionnel
« Ni client, ni complice ! » - La CLES lance un appel à lutter contre la banalisation de l’exploitation sexuelle
Plainte officielle contre la "consultation" menée par le Secrétariat international d’Amnesty ! au sujet de sa politique de décriminalisation du proxénétisme
Pénalisation du client de la prostitution ? Les belles histoires de Tonton Robert
Non, Messieurs, la plupart des personnes prostituées ne le sont pas par choix
Le manifeste des 343 bites tellement légères qu’elles se dressent à l’insu de leur cerveau
La cruelle chosification des femmes prostituées et des mères porteuses
Catharine A. MacKinnon - Traite, prostitution, inégalité
Prostitution - Sanctionner les clients et non les prostituées
Prostitution des jeunes - La trahison des adultes
Décriminaliser la prostitution ne peut pas être la solution
Prostitution : une affaire d’hommes ou la fraternité "des salauds"
Loi sur la prostitution en France - « Je ne veux pas d’une société où les femmes ont un prix »
Janice G. Raymond – Prostitution : "Pas un choix, pas un travail"
Elisabeth Badinter et Irène Théry ou la caution intellectuelle du système patriarcal
Les femmes étrangères rêveraient-elles de devenir "putes" ?
Prostitution - La stigmatisation et le mythe entourant le statut de victime
Abolition de la prostitution en France - Le principe est acquis, place à la loi !
Comprendre la prostitution dans l’ensemble des structures de pouvoir fondées sur le genre
L’Irlande pourrait interdire l’achat de sexe
Le prostitueur, "chaînon manquant" de la question prostitutionnelle, selon Victor Malarek
La prostitution, sexualisation du pouvoir
La France envisagerait des sanctions "pédagogiques" pour les prostitueurs
Le Canada ne peut traiter la prostitution comme un filet de sécurité sociale
Les "femmes de réconfort" étaient nécessaires pour maintenir la discipline dans l’armée, selon le maire d’Osaka
Prostitueurs et non-prostitueurs, une étude de Mélissa Farley
Bienvenue dans le monde des prostitueurs
Prostitution - Rendre tabou la notion de victime pour masquer l’existence d’agresseurs
Prostitution en Grande-Bretagne - Un bien étrange syndicat au service des proxénètes
Prostitution et mariage : une assimilation douteuse
La prostitution, le STRASS et la sénatrice - La pertinence de la transparence
Au delà des mythes, légaliser la prostitution est une très mauvaise idée
La Suède malmène l’industrie du sexe et aide les femmes prostituées
Les prostitueurs. Sexe à vendre… Les hommes qui achètent du sexe, un livre de Victor Malarek
"Angel" : Piégée dans un monde de prostitution et de violence
L’être et la marchandise. Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi
"Les criminelles" : individualisation et romantisation de la prostitution
Des spécialistes en santé veulent aider les femmes à sortir de l’industrie du sexe… en faisant échec aux prostitueurs
L’Islande songe à interdire la porno diffusée sur Internet
En studio avec Ruth ! "Je crois sincèrement que la traite humaine et la prostitution fonctionnent de pair"
Catalogne - La loi et l’ordre des proxénètes
Qui estime vraiment les personnes prostituées ?
En studio avec Ruth ! "La prostitution est un grand enjeu politique"
L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) et l’Alliance canadienne féministe pour l’action internationale (FAFIA) répondent au rapport Oppal sur les femmes disparues
Colombie-Britannique - L’égalité des femmes et le contexte socio-économique absents du rapport Oppal sur les femmes disparues
Prostitution - Les “progressistes” australiens oscillent entre l’industrie du sexe et les droits des femmes
Prostitution - Le refus d’abolir le système prostitueur est une atteinte aux droits humains
Fantine ou la liberté de se prostituer ?
Première rencontre de l’Association internationale des survivantes unies de la traite à des fins sexuelles (prostitution)
Prostitution - Pourquoi il faut mettre fin à une des plus anciennes violations des droits humains
Carton rouge pour les bordels à vitrine
Prostitution - La réduction des méfaits est-elle ce que nous pouvons faire de mieux pour les personnes prostituées ?
Un traité féministe international pour abolir la prostitution
Prostitution - Coup de tampon réglementariste !
Prostitution et séropositivité - Le Gouvernement grec arrête et emprisonne des femmes pour protéger les hommes
Manifeste contre le système prostitueur
Prostitution en France - Lettre ouverte à M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre
1946-2012 : De la fermeture des maisons closes à la lutte contre le système prostitueur, les abolitionnistes portent progrès et liberté !
Prostitution - Gloria Steinem appuie le modèle nordique
Solidarité avec les prostituées, mais lutte contre la prostitution
Comparaison entre acheteurs et non-acheteurs de sexe dans la région de Boston
8 mars 2012 : Pas d’égalité sans abolition de la prostitution !
La danse contact ou "lap-dance", prologue de la prostitution
Fiers d’aller aux danseuses ! Vraiment ?
Abolitionnistes du système prostitueur : ce que nous sommes, ce que nous voulons !
Les Néerlandais commencent à regretter la légalisation de la prostitution
Prostitution et faux-semblants : une affaire de société, de femmes et d’hommes
Pourquoi la gauche veut-elle faire de la prostitution "un métier comme un autre" ?
Prostitution et "slutwalk" - Bâtir un mouvement féministe progressiste à l’époque individualiste
Prostitution - Il faut rendre illégal l’achat de "services" sexuels en Australie
Le mouvement des femmes n’est pas monochromatique
ZéroMacho - Des hommes contre la prostitution
Prostitution et domination masculine
La vérité sur l’esclavage sexuel planétaire, un livre de Lydia Cacho
Votre voisin est un prostitueur - Une nouvelle recherche
J’ai rien vu
Abolition n’est pas prohibition - Pourquoi la défense de l’avortement diffère de la défense de la prostitution
Prostitution et traite des femmes - Le projet abolitionniste au congrès Mondes des femmes 2011
Congrès international Mondes des femmes 2011 - Compte-rendu des échanges sur l’abolition de la prostitution à l’exposition "Les draps parlent"
Banalisation de l’industrie du sexe et éducation des jeunes
Nous devons sanctionner les acheteurs de la prostitution
Des députés proposent une résolution sur la prostitution réaffirmant la position abolitionniste de la France
Dix raisons de ne pas légaliser la prostitution
Demi Moore s’associe au CNN Freedom Project pour un documentaire saisissant sur le commerce sexuel au Népal
Client de la prostitution : vers une prise de conscience européenne
Lutter pour faire de la prostitution un travail, c’est se tromper de combat
Prostitution et traite des êtres humains, controverses et enjeux
Le système de la prostitution militaire en Corée du Sud, en Thaïlande et aux Philippines
Les pratiques des hommes "clients" de la prostitution : influences et orientations pour le travail social
La prostitution comme violence contre les femmes
Le système prostitutionnel, un pilier de l’inégalité sexuelle et des violences envers les femmes
Clients de la prostitution : un "droit de l’homme" heureusement en péril
Prostitution as violence against women
Prostitution - Vive le sexe libre et gratuit !
France - La prostitution n’est pas une fatalité
"Il faut punir les clients des prostituées", selon Roselyne Bachelot. Oui... et dépénaliser les personnes prostituées !
Belgique - Analyse « Prostitution : arguments et opinions »
Prostitution - Le débat entre féministes se poursuit
Tribunal populaire sur l’exploitation sexuelle commerciale - Inscription
La tolérance sociale, complice de la violence et de l’exploitation sexuelle
Traite des femmes à des fins sexuelles - Au cœur des réseaux criminels : l’exemple de l’Albanie
S’unir contre la banalisation de la prostitution - Un défi pour la décennie
Moi, si j’étais un homme
La prostitution menace le patrimoine humain
Prostitution et traite des êtres humains - Les mensonges du réglementarisme
La députée bloquiste Maria Mourani présente un projet de loi pour accélérer la lutte à la traite des personnes et au proxénétisme
La série "Maison close" : de la fiction à la réalité
C’est un métier, tout comme le vôtre…
Décriminaliser totalement la prostitution sape le travail pour l’égalité des sexes - Exigeons le changement
"Abolir la prostitution" – Une question en suspens pour le féminisme et pour la gauche
Pays-bas : infirmières ou prostituées ?
Madame Parité commence fort en renvoyant les femmes… au bordel !
Le sexe s’invite à la Coupe du Monde
Feu « Verts » au proxénétisme !
Plus de pornographie à l’Assemblée nationale, mais des assises de la prostitution au Sénat
"Travailleurs du sexe", un documentaire sexiste, réactionnaire et dangereux
Le Mouvement du Nid-France louera un mini-car pour faire visiter les maisons closes
Pour un quartier assiégé, la prostitution est loin d’être un "crime sans victime"
De client prostitueur à homme responsable : une démarche nécessaire
Le "client", premier agent de la prostitution
Proxénétisme et prostitution - Lettre ouverte aux candidat-e-s aux élections européennes de juin 2009
Poser les bases d’une Europe sans prostitution, c’est oser
Le tourisme de prostitution, une industrie mondialisée florissante
Prostitution : la grande promo
Première Journée mondiale contre l’exploitation sexuelle : les raisons d’un engagement
Prostitution et traite des êtres humains, enjeux nationaux et internationaux
Le vagin industriel. Vers une économie politique du sexe commercial mondialisée
S’attaquer au trafic mondial du sexe
Intégrisme islamique et esclavage sexuel en Iran
Le corps des femmes est attaqué. Que fait-on ? On se tient debout et on riposte !
Libre disposition de son corps et liberté de se prostituer
Le refus de la prostitution gagne du terrain
Comment la pornographie influence les jeunes consommateurs
La mode hypersexualisée s’inspire de la pornographie
Le "droit de prostituer" n’est pas un droit de l’homme
"Abolition de la prostitution" - Édito Revue Labrys
Affaire Sneep aux Pays-Bas - Condamnation de deux proxénètes qui ont exploité et maltraité 120 filles de l’Europe du Sud et de l’Est
Le commerce du sexe est florissant en Afghanistan
Sexe et Formule 1
Dossier prostitution - Importants développements à l’échelle internationale
Prostitution - Touche pas à mon client ?
Le Conseil National des Femmes du Luxembourg (CNFL) se prononce en faveur d’une législation agissant directement sur la demande de "services sexuels"
Affaire Spitzer - Le mythe du crime sans victimes
Le Mouvement du Nid inquiet de plusieurs mesures de la politique française sur la prostitution
Le Forum de Vienne sur la traite des êtres humains reste sourd aux voix des victimes
Une politique cohérente contre la violence à l’égard des femmes doit commencer par s’attaquer à la prostitution
Prostitution - À Alger comme en Europe, on esclavagise les femmes
Manifeste des hommes pour l’abolition de la prostitution (Espagne)
Pornographie et fin de la masculinité
Pornographie : "Ça fait mal, tellement mal" ou pourquoi certaines femmes ne veulent pas savoir
Prostitution : les limites du consentement
Prostitution et traite des femmes au Nevada
« Être abolitionniste, c’est défendre la liberté sexuelle ! »
"Rent-A-Wife", c’est discriminatoire !
Après des décennies, les secrets des bordels des camps nazis émergent
Une association féministe espagnole conteste l’expression "travailleuse du sexe"
Le Mouvement du Nid face aux clients prostitueurs
Richard Poulin parle de son dernier livre "Abolir la prostitution" - Interview par Sporenda
Prostitution - Trois femmes et un débat
Déchirées par la guerre, les femmes d’Irak sont la cible des trafiquants du sexe
La prostitution n’est pas un service comme un autre
Entretien avec Coline Serreau sur le film Chaos
Qu’est-ce que la libération ? Le féminisme hier, aujourd’hui et demain
Quand le porno impose sa vision de la sexualité
La prostitution, une arme politique
Prostitution : tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir et qui existe quand même !
La liberté dévoyée
Mondialisation, militarisme et trafic sexuel
Pour que la porno recule
Marchandisation et déshumanisation : l’exemple de la prostitution
Richard Poulin lance un manifeste abolitionniste
Prostitution en Allemagne : Déclaration post-Coupe Mondiale de Football
Prostitution Reform - Stamp out sexual slavery (Angleterre)
La prostitution au XVIIIe siècle, pierre d’achoppement entre politiques locales et pouvoir royal
Campagne contre la traite des blanches de l’Europe de l’Est
Prostitution : les pièges du pragmatisme
L’âge du consentement sexuel à 16 ans : un pis-aller ?
Prostitution : cherchez le client
Enjeux de la prostitution considérée comme "travail du sexe"
L’envergure de la traite à des fins de prostitution
Les filles de l’Est
Violence pro-prostitution à la Maison des femmes de Paris
Le discours pro-prostitution : une rhétorique de dominant
"Survivantes" et féministes contre la prostitution
Clients de la prostitution : motivations et déterminants
La législation à l’encontre des prostituées au XVIIIe siècle
La nouvelle industrie du sexe
"Terre promise", un film d’Amos Gitaï sur la traite des femmes
Prostitution : une arme de destruction massive
"Les clients de la prostitution : l’enquête", de Claudine Legardinier et Saïd Bouamama
Les Philippines contre le trafic sexuel
"Inside deep throat", contribution à la liberté sexuelle ?
La prostitution au XVIIIe siècle : introduction à une liberté superficielle
Femmes à vendre dans les pays baltes
Prostitution et Société No 150
Acheter du sexe n’est pas un sport
Une loi qui jetterait les femmes dans l’industrie du sexe
Casino de Hull - Des "playmates" de Playboy pour faire la promotion des nouvelles machines à sous
Ni coupables, ni victimes : libres ? Oui, libres de toute prostitution
Le système de la prostitution : une violence à l’encontre des femmes
La marchandisation du corps humain est une violation des droits fondamentaux de la personne
Le système de la prostitution au Cambodge : le témoignage de Somaly Mam
Le Mouvement du Nid
Le Mouvement du Nid - Documents sur la prostitution
La banalisation de la prostitution : des choses à savoir
L’Association canadienne des centres contre les agressions sexuelles réclame des politiques contre le commerce du sexe
16 journées d’actions citoyennes pour dire "Non aux violences à l’égard des femmes et à la prostitution ! Oui à la promotion de la dignité humaine !"
Prostitution et travail « invisible » : une assimilation dangereuse
Le risque global d’être convertie en marchandise
Gunilla Ekberg : « Le mieux que nous puissions faire pour nos soeurs prostituées, c’est de les aider à en sortir. »
Prostitution, pornographie et trafic des femmes
Sexe, argent et intégrisme postmoderne
Les politiques européennes et internationales sur la traite des êtres humains encouragent le proxénétisme
Quinze thèses sur le capitalisme et le système prostitutionnel mondial
Le chemin de Buenos Aires : la prostitution, hier et aujourd’hui
Prostitution,
la mondialisation incarnée

Mondialisation des industries du sexe : oppression maximale des femmes et des enfants du Sud, de l’Est, du Sud-Est, etc...
L’hypocrisie a-t-elle un sexe ? Ou comment masquer l’insoutenable réalité de la prostitution
L’importance de ne pas censurer le débat sur la prostitution
Viol et prostitution
Esclavage et prostitution
Journée de formation sur la mondialisation de la prostitution et du trafic sexuel - Documents
Les jeunes et l’industrie du sexe
La marchandisation du sexe : nouvel esclavagisme ?
Le "libre choix" en Allemagne : accepter de se prostituer ou perdre son allocation de chômage ?
La croissance effrénée des industries du sexe : entrevue avec Richard Poulin
Aux pays des tsunamis, le trafic sexuel sévit
Le modèle suédois : une source d’inspiration, non une panacée
Une étude dresse le portrait des prostitueurs ou clients de la prostitution
Prostitution : La nouvelle traite des Noirs
« La mondialisation des industries du sexe » : des faits aux valeurs
Décriminaliser la prostitution a profité aux proxénètes, pas aux personnes prostituées
Occupations militaires - La prostitution érigée en système
Le scandale de l’esclavage sexuel au Kosovo
« Les Yeux secs » et la caméra citoyenne de Narjiss Nejjar
Rapport sur les conséquences de l’industrie du sexe dans l’Union européenne
L’érotisation de la violence et de la subordination
Prostitution : réflexions d’un militant en colère
Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui, esclavage, travail forcé, trafic de personnes
Pacte du silence sur les clients de la prostitution
Le débat sur la prostitution : quelle libération sexuelle ?
Des questions à se poser sur la prostitution
Fabrication d’un nouveau mythe sur la prostitution
L’urgence est-elle de faire de la prostitution un métier ?
Je voudrais parler porno
La légalisation de la prostitution, une expérience qui a échoué en Australie
Prostitution, pornographie et capital
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe
Prostitution, trafic sexuel et mondialisation
On s’arrache les actions du premier bordel inscrit en bourse
Il faut stigmatiser le client... il est criminel
La tyrannie du nouvel ordre sexuel
Adulte ou infantile, la prostitution est le contraire de l’autonomie sexuelle
Les enjeux occultés de la prostitution et les conséquences sur les rapports hommes-femmes
Le trafic mondial des femmes et des enfants
Des proxénètes à l’Université ?
La mondialisation des marchés du sexe - I
La mondialisation des marchés du sexe - II
Combattre le système prostitutionnel
Sexe : de l’intimité au « travail sexuel » ou prostituer est-il un droit humain ?
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe. Commentaire.
Pour une critique de la politique pro-prostitution de Cabiria
Prostitution : droits des femmes ou droit aux femmes ?
Faut-il une autorisation pour parler de la prostitution ?
« Le corps est un nouvel instrument d’esclavage » Florence Montreynaud
« La prostitution, ce n’est pas le plus vieux métier du monde, c’est le plus vieux mensonge » (Gunilla Ekberg)
L’idéologie sexiste et la pornographie
Femmes esclaves des bordels du Bangladesh




L’Organisation pour la liberté des femmes en Irak, l’OLFI, lance une pétition pour alerter le monde sur les crimes commis par la guérilla sur les femmes et sur le phénomène qui s’amplifie de la vente de jeunes irakiennes aux pays voisins pour 100 ou 200 dollars. Dans nos mémoires encore douloureuses, les victimes algériennes violées et emmenées de force pour servir d’esclaves sexuelles dans les maquis des fous de Dieu ; hier la Bosnie, et les 60000 femmes violées systématiquement ; plus loin encore dans le temps et dans l’espace, en Chine, on se souvient de Nankin et des 200000 victimes reconnues par le Tribunal de Tokyo, enfermées dans des bordels ; et partout dans le monde, de tous les temps, dans les périphéries des casernes, des camps, quand la guerre, les armes et la mort commande à la vie, les femmes et leur corps sont l’enjeu de la violence sexuelle et meurtrière des hommes.

Mais aussi, pas loin des parking des supermarchés, regorgeant des produits de la mondialisation mêlant fruits exotiques et cassettes pornos tournées dans les appartements feutrés des banlieues d’Amsterdam, à la sortie ou en plein coeur des villes embellies par l’art et la culture, là où s’épanouissent sans frein la démocratie et la vie citoyenne, où des femmes et des hommes se mobilisent le dimanche, leurs enfants sur les épaules, pour la paix, les baleines, le trou dans la couche d’ozone, dans ces villes avec leurs temples modernes du savoir et de la science, dans ces villes aussi, on esclavagise les femmes.

L’élite complaisante devant l’esclavage sexuel

Et encore. Sur les plateaux de télévision, dans des journaux de grande notoriété, de la bouche de représentants de l’élite politique, hommes et femmes, sous la plume d’intellectuel-les reconnu-es, pêle-mêle, humanistes, défenseurs des droits de l’homme, féministes, stars des médias, tous, pas tous mais beaucoup, on voit, on lit, on entend parler de la légitimation de l’esclavage sexuel au nom de la liberté, de la solidarité avec les femmes pauvres du tiers monde (sic), et comble de cynisme, du souci de faire en sorte que les « travailleuses du sexe », - comme on dit de plus en plus -, venues du tiers-monde se prostituent « mieux » dans les démocraties occidentales que dans leurs pays africains, arabes, asiatiques, ces continents sur lesquels l’homme blanc civilisé rejette sa part d’ombre ...

Et il y a aussi ceux qui parlent de réalisme et de pragmatisme. Très souvent, le « bon sens » prend le débat en otage. Les arguments utilisés ne ratent pas leurs cibles. On parle de protection, d’amélioration des conditions de vie, de sécurité des prostituées, de confort, « les travailleuses du sexe doivent être mises à l’abri du froid. » On va jusqu’à proposer l’ouverture officielle de maisons de prostitution, et du même coup, on nettoie les rues, les quartiers. Ceux qui étaient tiraillés entre leur répulsion des prostituées et leur tolérance de la prostitution sont rassurés. La réouverture des ghettos pour prostituées rendra de nouveau acceptable la prostitution.

Mur d’incompréhension

Un mur d’incompréhension et de désaccord profond s’élève de plus en plus haut entre celles et ceux pour qui la prostitution est inacceptable et celles et ceux pour qui elle est une réalité qu’il faut gérer, un droit qu’il faut reconnaître à la prostituée et au client. Des deux côtes du mur, le mot liberté et « droits de l’homme » sont brandis. Des deux côtés on fait parler des prostituées à visage découvert, les unes venant vanter leur mode de vie, les autres décrivant leur réalité si loin de ce que disent les premières que les bonnes gens en sont troublées. - N’est-il pas plus commode de croire les premières ? Les vrais bénéficiaires, eux, sont tapis dans l’ombre silencieux, les proxénètes déjà appelés dans certains pays d’Europe des commerçants du sexe.

Le mur est haut et le déséquilibre des forces de chaque côté du mur est plus grand. D’un côté il y a, soutenus dans certaines régions par des Etats et pouvoirs constitués, les réseaux de prostitution liés au crime organisé dynamisés par les profits considérables qui circulent pour un investissement très faible : le corps des femmes. Ce qui explique que les mafias des pays pauvres s’y engouffrent comme les Albanais, les Africains. Des profits qui placent la prostitution à égalité avec la drogue. Ce « business » est facilité par une opinion publique molle et encore davantage amollie par la banalisation de la sexualité qui apparaît comme un produit courant de commercialisation qui suit les règles du consumérisme général. De la banalisation de la sexualité il est facile de passer à la banalisation de la prostitution en oubliant l’essentiel : la prostituée.

Que cette banalisation résiste au fait qu’aujourd’hui personne ne peut dire qu’elle ne sait pas dans quel enfer vivent les femmes et les enfants prostitués reste une énigme de notre temps qui me fait penser à ce qui s’est passé devant les camps d’extermination mis en place par les nazis et l’enlèvement au plein coeur des villes d’hommes de femmes et d’enfants. L’horreur s’installe dans l’indifférence, et aujourd’hui le bruit le plus sinistre qui sort de cet univers de torture sexuelle à grande échelle, c’est le bruit de nos pantoufles, à vous et à moi, devant la télévision le soir quand nous regardons le martyr de ces enfants vendus, violés et achetés sur les trottoirs d’Asie, d’Afrique. Ou tout simplement de ces jeunes femmes sur les boulevards périphériques de Paris, dans les parcs de Madrid, dans les clubs à la sortie des villes occidentales.

Liberté pervertie

« Le plus jamais ça » qui guide aujourd’hui les défenseurs de la dignité humaine tourne ostensiblement le dos à des pratiques qui nous replongent dans la barbarie, celle-là même qui mobilisa les pères fondateurs de la Déclaration des droits de l’homme et avec eux les peuples de l’Europe marqués au fer par le tragique de l’Histoire. La mise en évidence de ces pratiques à l’oeuvre dans le processus d’esclavage sexuel ne semble pas ébranler l’opinion publique. Plus grave encore, en parallèle, on assiste depuis une dizaine d’année à une montée au créneau de professionnels, sociologues, psychanalystes, activistes féministes, gays et lesbiens, travailleurs sociaux, qui brandissent, au nom de la liberté sexuelle, la défense du droit de la prostituée de faire ce qu’elle veut de son corps ! Jusque dans les enceintes internationales, des femmes investies de la mission de défendre les droits des femmes soutiennent cette thèse de la liberté de disposer de son corps, opérant ainsi un renversement des valeurs féministes. Personne n’ose revendiquer le pendant de cette « liberté » sexuelle : la reconnaissance et la légitimation d’une sexualité masculine prédatrice et sans limite.

Sur le visage tuméfiée de la jeune prostituée africaine, bulgare, on peut lire l’alliance de l’argent, de la masculinité (principe de domination des femmes par les hommes) et de la politique. La conjonction de tous ces facteurs alimente une culture sexiste fortement ancrée dans l’idéologie dominante qui résiste aux législations et politiques égalitaristes, quand elles existent, et qui favorisent l’exportation, des pays pauvres vers les pays riches, de jeunes femmes à peine pubères. En Europe aujourd’hui, c’est de 70 à 80% de femmes prostituées qui sont originaires des pays autres qu’européens. C’est dire l’ampleur du combat qu’il faut mener aujourd’hui.

Prostitution et violence

De l’autre côté du mur, il y a ceux qui luttent pour un monde sans prostitution et qui veulent arrêter la marchandisation des corps humains. Ils sont peu nombreux. Ils sont accusés par les uns d’irréalisme et par les autres de vieillissement intellectuel parce qu’ils veulent revenir aux principes qui marqua l’entrée du monde civilisé dans la modernité, et à leur instrument de mise en oeuvre, la Convention des Nations Unies de 1949. Quand leur combat a commencé, au début du XX° siècle, ils faisaient partie de la grande famille des défenseurs des droits civils. Pour ceux-là, penseurs, intellectuel-les, leaders politiques, féministes, la lutte contre la prostitution était un des défis de la modernité avec l’abolition de l’esclavage, les droits des femmes, les libertés individuels et publiques. Aujourd’hui, les partisans d’un monde libre d’exploitation sexuelle, dont la marchandisation des sexes est la forme la plus emblématique, sont isolés.

Les opinions publiques sont confrontées à une réalité de plus en plus insupportable, viols, pédophilie, tortures sexuelles, enlèvements, camps de dressage .... Beaucoup n’identifient pas le moteur central de cette barbarie moderne. Le continuum de la violence contre les femmes dont la pensée féministe a montré le caractère global et structurel va de la violence symbolique de la loi à la violence domestique, au harcèlement sexuel, au viol, et à la prostitution qui est la forme extrême de la violence contre les femmes. Ce continuum, comme tous les continuums et c’est cela qui fait leur force, prend sa source dans ce qui paraît au premier abord, sinon acceptable, du moins tolérable, et qui est parfois, dit-on, lié à la coutume. Battre sa femme a longtemps été, et continue de l’être dans de nombreuses régions, une pratique soutenue à l’intérieur des familles. Plus avant sur la chaîne de la violence, c’est la jeune femme violée qui est punie, lapidée aujourd’hui au Nigeria et en Iran. Et tuée sans procès dans d’autres pays.

Cette violence contre les femmes, qui est le point de départ de la prostitution, tire son origine du système général de la domination des femmes, et aussi de la désacralisation de la personne humaine. La prostitution n’était-elle pas la pratique exemplaire qui réduit le corps humain à être un objet comme les autres objets ? Longtemps, une idée reçue disait que la prostitution protège les filles honnêtes du viol. N’en serait-elle pas le contraire ? La prostitution, en inscrivant au coeur de la morale de nos sociétés la possibilité de posséder un corps moyennant de l’argent, ne conduit-elle pas à lever les barrières qui séparent le phantasme du passage à l’acte ? Quelle est la différence entre un viol et une « passe », sinon l’argent, qui est alors le seul élément moralisateur ? Peut-on bâtir une stratégie contre la violence, pour la dignité, pour l’égalité des femmes et des hommes quand nous marquons le pas devant l’argent ?

Une politique cohérente contre la violence à l’égard des femmes doit commencer par s’attaquer à la prostitution. Car si d’une main on veut lutter contre la violence et de l’autre on favorise la prostitution, on se condamne à l’immobilisme. Cela peut surprendre celles et ceux qui s’insurgent contre la violence à l’égard des femmes et qui ne font pas le lien entre les unes et les autres formes de la manifestation de la violence contre le féminin. Comment s’engager dans une politique pour les femmes quand un État peut concevoir, accepter, réglementer la vente de la femme ? J’emploie volontairement le singulier féminin. Pendant de longues années, nous nous sommes battues pour faire reconnaître le pluriel féminin, rejetant tout ce qui ressemblait à la reconnaissance de l’essentialité du sujet. Nous avons plongé la condition féminine dans la sociologie, et beaucoup d’entre nous ont adopté l’idiome américain de gender. Cela était un progrès mais qui comportait ses limites, et principalement celle de masquer le centre des discriminations qui se situe au plus près du sexe féminin et qui recouvre tout le féminin. J’ai reçu en confidence le cri d’un homme bosniaque violé : « Ils m’ont violé comme une femme ! » Sa douleur était encore plus grande d’avoir été rabaissé au féminin !

Je ne reprendrais pas ici les mesures que peuvent et doivent prendre les pouvoirs. Pas parce qu’elles ne sont pas importantes. Au contraire, je pense que les pouvoirs publics peuvent s’ils le veulent endiguer la prostitution, la rendre plus difficile. Les prostituées aujourd’hui ne préfèrent-elles se prostituer en Espagne parce que c’est plus facile ? Cela veut dire qu’a contrario il existe des lieux où se prostituer est difficile. N’ont-elles pas déjà quitté la Suède ? Quand je dis « elles », je pense bien évidemment aux réseaux de proxénétisme, car les femmes prostituées n’ont pas les moyens de choisir leurs terrains de prostitution. Mais les mesures coercitives ne sont pas suffisantes.

Corps désacralisé

Ce dont je parlerai ici c’est du problème de désacralisation du corps humain. Je pense que c’est par là que l’on doit prendre le problème, et que tout en ayant à l’esprit la nécessité de venir en aide aux victimes du trafic du sexe, un peu comme la Croix Rouge pendant les conflits armés, il faut lancer une guerre à la prostitution en visant son éradication et en énonçant bien clairement sa volonté de le faire. Toute politique qui placerait la fin de la prostitution dans le renforcement des capacités économiques des femmes ou des pays d’où elles viennent se fourvoierait. Ce n’est pas la misère des unes mais l’appât du gain des autres qui alimente le « business ». Ce n’est pas le désir du client qui crée l’offre mais l’offre qui crée le besoin, comme pour tout produit de consommation. La prostitution à Paris avait baissé de 40% à la fin des années 80 pour remonter avec l’arrivée des filles des pays de l’Est, notamment des Albanaises. De même, toute politique qui se contenterait de vouloir gérer la situation des victimes se condamne à entériner le phénomène.

Visons l’éradication en disant clairement que la prostitution est inacceptable. Prendre ainsi le problème peut paraître une utopie. C’est vrai que ce raisonnement peut s’apparenter à une utopie par l’ampleur du domaine qu’il vise et aussi parce qu’il met en jeu l’éthique. Il est toujours difficile de convaincre quand c’est l’éthique qui est en jeu. Ici la difficulté est alourdie par le fait qu’il s’agit de revenir à des principes qui ont déjà étaient acceptés et qui aujourd’hui sont pervertis par les idées mêmes dont ils étaient porteurs. La liberté est devenue l’ennemie des droits de la personne humaine. C’est de là que nous devons partir. Le travail sur l’éthique est long, car contrairement à la morale qui donne des leçons, l’éthique en appelle à l’intelligence et à l’engagement.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 6 mai 2006.

Commenter ce texte                         Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer         Nous suivre sur Twitter       Nous suivre sur Facebook

Wassyla Tamzali, avocate et directrice du Collectif Maghreb Égalité

Née en Algérie en 1941, elle a exercé de 1966 à 1977 le métier d’avocat à la Cour d’Alger et mené parallèlement des activités journalistiques et culturelles. Rédactrice en chef du premier hebdomadaire maghrébin libre « contact » (1970-1973), elle est auteur d’un livre (1975) sur le cinéma maghrébin qui est un plaidoyer pour la liberté d’expression « En attendant Omar Guetlato », et un ouvrage d’art sur la parure des femmes berbères ‘’Abzim’’, un hommage à la créativité des femmes de son pays (1986). En 1996, elle est nommée Directrice du Programme de l’UNESCO pour la Promotion de la condition des femmes de la Méditerranée. Elle est, depuis avril 2006, Directrice exécutive du Collectif Maghreb Égalité, dont elle était membre membre fondateur. Son plus récent livre, Une femme en colère, Lettre d’Alger aux Européens désabusés, a été publié aux éditions Gallimard, en 2009.



Plan-Liens Forum

  • > Erreur fondamentale
    (1/1) 6 juin 2006 , par Franck

    rép: Carcasse
    rép: Franck
    rép: Marie-L.
    rép: Franck
    rép: Internaute
    rép: Franck
    rép: Internaute
    rép: Franck
    rép: bubble




  • > Erreur fondamentale
    6 juin 2006 , par Franck   [retour au début des forums]

    >>Ce n’est pas le désir du client qui crée l’offre mais l’offre qui crée le besoin .

    Comme souvent dans de genre d’article la rédactrice fait l’erreur fondamentale .
    Oui c’est pour assouvir un besoin sexuel que les hommes ont recours aux prostitué(e)s .
    Le besoin sexuel des hommes s’apparente au besoin de manger, de boire,de respirer...
    Il est impossible de le supprimer .
    On peut le brider, le canaliser, le controler mais il ne disparait jamais .
    Ce besoin irrépressible n’existe pas chez les femmes ou alors à un degré moindre .
    Voilà pourquoi, depuis toujours, il existe un déséquilibre entre la demande des hommes et l’offre des femmes .
    La prostitution est néé ce déséquilibre .
    Je pense qu’on ne résoudra rien sans prendre en compte ce paramètre .

    • Mythologie persistante
      6 juin 2006 , par Carcasse
        [retour au début des forums]

      L’absence de besoins sexuels des femmes et les besoins irrépressibles des hommes sont de la haute mythologie. Pour justifier les comportements masculins irresponsables, on invente des besoins irrépressibles. Lisez les témoignages des prostitueurs dans « Les clients de la prostitution », par Claudine Legardinier et Saïde Bouamama. Bien entendu, "la mafia des proxénètes" a intérêt à stimuler cette représentation mythique de la sexualité masculine.

      [Répondre à ce message]

      • > Mythologie persistante ?
        8 juin 2006 , par Franck
          [retour au début des forums]

        De la haute mythologie ?
        Alors pourquoi 98 % des clients de la prostitutions sont des hommes ?
        Pourquoi 98% des consommateurs de pornographie sont des hommes ?
        Pourquoi 99% des criminels sexuels sont des hommes ?
        Dans le rapport que vous citez, l’auteur parle d’un rapport de domination .
        Dans quel genre de domination le dominant donne de l’argent au dominé ?????
        Dans les civilisations passées et présentes où l’homme a droit de vie et de mort sur la femme, la prostitution existe quand même .
        Pourquoi ??
        Toujours dans le même rapport, 85% des clients interrogés disent agir pour assouvir leur libido .
        Qu’ajouter de plus ?
        Le rapport précise également qu’il n’y a pas de client type .
        Il existe des clients de tous ages, de tous milieux, mariés, célibataires...bref tous les hommes sont susceptibles d’avoir recours
        aux prostituées car tous les hommes sont mus par les mêmes besoins .
        Je ne cherche pas à justifier les comportements des hommes .
        Je les explique .

        [Répondre à ce message]

    • > Erreur fondamentale
      6 juin 2006 , par Marie-L.
        [retour au début des forums]

      L’erreur fondamentale, c’est de perpétuer des mensonges sur la sexualité des hommes et des femmes. On justifie tout à l’avance - prostitution, viol, inceste, etc. - en prétendant que les hommes ont des besoins irrépressibles. L ’homme n’est pas synonyme de son appareil génital, il a un cerveau, une volonté, un jugement, un libre arbitre.

      Le client de la prostitution est un handicapé relationnel. Il se tourne vers la prostitution comme un pis-aller parce qu’il a du mal à entrer en relation ou à développer des relations avec des femmes, et parfois, d’autres êtres humains en général. Au lieu de faire l’effort d’une relation normale, et de demander de l’aide à qui pourrait l’aider, il achète un rapport sexuel, il achète la soumission d’une femme et s’autorise à tout sans responsabilité.

      [Répondre à ce message]

      • > Erreur fondamentale ?
        8 juin 2006 , par Franck
          [retour au début des forums]

        Je maintient que les hommes ont des besoins sexuels irrépressibles .
        Je le sais, je suis un homme !!!
        Je ne cherche pas à justifier les crimes sexuels, j’explique leurs origines .
        Cela me parait essentiel de comprendre les causes pour lutter contre les conséquences .
        Vous dites que l’homme n’est pas synonyme de son appareil génital .
        Pourtant l’homme lambda passe la moitié de ses journées à parler de sexe(et l’autre moitié à parler de foot/formule 1...etc...) .
        Pourtant chaque femme fait quotidiennement l’expérience de la lubricité masculine .
        Le fait d’avoir un libre arbitre n’empêche pas les pulsions .
        Effectivement la grande majorité des hommes arrivent à se contrôler .
        Mais placez ces mêmes hommes dans des conditions non-ordinaires(alcool, stupéfiant, phénomène de foule, guerre, grande misère,...etc...) et vous
        constaterez les conséquences de ces pulsions quand elles ne sont plus bridées .

        Non les clients de la prostitution ne sont pas tous des handicapés relationnels .
        Loin de là .
        Beaucoup d’entre eux ont des relations normales avec les femmes, sont mariés, pères de familles...
        Je vous renvoie au rapport « Les clients de la prostitution », par Claudine Legardinier et Saïd Bouamama, qui montre cet état de fait .

        [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2006
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2011 | |Retour à la page d'accueil |Admin