| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 21 août 2006

Drelin, drelin ! Parents : à vos devoirs !

par Michèle Bourgon






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Sciences - Les tablettes, à éloigner des enfants
Alice Miller et les racines de la violence dans l’éducation de l’enfant
Un défi à l’école : apprendre à se passer des écrans
Éducation et féminisme : beaucoup de chemin à parcourir
Réduire la violence en milieu scolaire : des efforts méconnus
Colloque "Les écrans : libération ou esclavage ?" à Trois-Rivières
Éducation ou catastrophe : l’heure de se débrancher
Réduire le temps-écrans aujourd’hui, un véritable sport extrême
Des technologies modernes fantastiques... pour servir les enfants ou les asservir ?
À l’égalité il faut ajouter la liberté
Qui a peur des professeur-es ?
Décrochage scolaire - Complément d’information à propos de "À l’école, p’tit gars !"
La langue française à l’école - Mont tex es-ti lizib ? J’ai cri !
Les jeux vidéo ont des effets néfastes sur les jeunes
Une femme, Marylin Vos Savant, a le QI le plus élevé au monde
L’intégration des jeunes en difficulté d’apprentissage
Écoles hassidiques illégales - L’État doit être ferme
La marchandisation des enfants et le port du G-string
Étudiants en grève. Intransigeants, dites-vous ?
Grève étudiante ou choc des générations ?
Apprendre aux filles à se soumettre aux garçons
Les garçons et l’école : les prétentions masculinistes réduites à néant
L’école québécoise et les garçons : l’apprentissage de la domination
La mixité scolaire n’a pas d’effet sur la motivation
Obstacles et réussite des filles à l’école
Profils contrastés d’un groupe de garçons québécois de 15 ans
Les difficultés scolaires des garçons : débat sur l’école ou charge contre le féminisme ?
Renforcer les stéréotypes masculins ne résoudra pas les difficultés des garçons à l’école
Comment limiter le décrochage scolaire des garçons et des filles ?
Identités de sexe, conformisme social et rendement scolaire
La non-mixité en milieu scolaire nuirait aux garçons
Décrochage scolaire : remettre les pendules à l’heure
La non-mixité à l’école : quels enjeux ?
Faire réussir les garçons ou en finir avec le féminisme ?
Les garçons à l’école - Pour en finir avec le XVIIIe siècle
Quand les garçons échouent à l’école







L’ardente patience du soleil renonce déjà. Août tire sa révérence. La cloche sonne. On verse une larme de crocodile. Il faut rentrer. C’est la course aux effets scolaires, l’achat de nouveaux vêtements, la nouvelle coupe de cheveux. L’effervescence est à nos portes. C’est stimulant ! Les bouts de choux et les mamans de bouts de choux (parfois papa, mami et papi dans un même concerto) vont pleurer leurs larmes initiatiques, les grand-es seront content-es de retrouver leurs ami-es, leurs jeux, leur routine et la vie, avec ses joies et ses peines routinières s’installera pour une autre année. Et c’est parti !

Quand j’ai eu neuf ans, mon parrain m’a offert une grosse caisse de livres usagés. Il était principal d’école, mon parrain ; du même genre que celui que l’on voyait dans « Les filles de Caleb » (un téléroman de la télévision canadienne). Petit, lunettes rondes, ancien frère de je ne sais quelle congrégation, il a influencé mon destin. Je me suis lancée à corps perdu dans la lecture des merveilleux livres de cette boîte. Il y avait Le secret de Vanille et ensuite toute la formidable série des Heïdi, puis des livres sur Sissi, impératrice d’Autriche. Ben quoi, c’était dans la boîte ! Oui, j’ai connu la frénésie de la lecture grâce à lui. J’ai découvert le bonheur de lire. Heureusement parce que la lecture m’a permis tant de fois de passer au travers de situations difficiles.

Comme toutes les petites filles de mon âge, je possédais un livre d’autographes. Vous savez le genre de livre où, à l’époque, on demandait à tous les gens de notre entourage d’écrire une phrase et de signer leur nom. J’ai eu bien sûr des : « Je te souhaite un bon petit mari pour tenir ton parapluie... » Y’a quelques années déjà que je me fais tremper si je ne tiens pas moi-même mon parapluie... Puis des « Je cesserai de t’aimer quand le St-Laurent aura cessé de couler. » Il doit bien y avoir eu plusieurs assèchements de mon fleuve adoré... Et la célèbre « Tu aimes les fleurs et tu leur coupes la queue, quand tu dis que tu m’aimes, j’ai peur un peu. » J’ai mis du temps à comprendre celle-ci. Neuf ans...quand même.

Mon parrain lui avait écrit une phrase mystérieuse sur laquelle j’ai longtemps médité : « À vaincre sans périls, on triomphe sans gloire. » Corneille. Je lui avais demandé de me l’expliquer. Il a refusé en souriant. J’allais comprendre plus tard. Il m’arrive encore de réfléchir à cette phrase de Rodrigue. Mon cher parrain, mort, il y a plusieurs années, n’a jamais su qu’il avait, d’une certaine façon, orienté mon destin. Il fut l’un de mes modèles avec mes parents, mes grands-parents, bien sûr : ils étaient bons, doux, patients. Et ils m’aimaient et je le sentais très fort.

Nous avons tous besoin de modèles. La cellule familiale éclatée exige des parents encore plus de vigilance. D’amour surtout, de tolérance, de compréhension.

Parents, connaissez-vous l’importance de votre influence sur vos enfants ? Ne négligez pas les encouragements, montrez de l’intérêt pour leur agenda scolaire. Suivez leurs progrès. Motivez-les à faire leurs travaux et à étudier leurs leçons. L’école, ça peut être plaisant, amusant, mais ce n’est pas toujours un jeu. Apprendre demande des efforts et la vie est un apprentissage jamais terminé.

L’une de mes amies, professeure au primaire, me racontait cette anecdote : un petit malin n’ayant fait aucun devoir depuis le début de l’année, elle envoie un mot à la maman pour la prévenir et obtenir son soutien. La mère répond que son enfant, comme elle quand elle revient du travail, a terminé sa journée et qu’il est hors de question qu’il fasse un devoir ou qu’il étudie. Bien sûr, la maman ne veut pas assumer l’aide aux devoirs, probablement qu’elle est exténuée quand elle rentre, peut-être est-elle mère monoparentale ou n’a-t-elle tout simplement pas conscience du modèle qu’elle offre à son enfant. Peut-être aussi a-t-elle d’autres raisons. Je ne la juge pas, mais son enfant a besoin d’elle, il a besoin de son renforcement. Le papa, dans une même situation doit aussi faire preuve d’une main de fer dans un gant de velours. L’enfant a absolument besoin de mettre en application ce qu’il a vu dans la journée. Si vous croyez ne pas être en mesure d’aider votre enfant dans ses travaux après l’école, voyez s’il n’y a pas, dans votre commission scolaire, de mesures d’aide aux devoirs.

L’enfant doit apprendre à respecter son professeur-e. Le parent est d’une certaine façon et dans une certaine mesure, parfois responsable du comportement de son enfant. Il est son miroir grossissant, son modèle. Les professeur-es, dans une grande majorité, sont d’excellent-es pédagogues, mais ils ont besoin de l’appui des parents afin de mieux aider leurs jeunes élèves.

L’éducation que vous fournirez à vos poussins déterminera souvent de la tangente qu’ils prendront dans leur vie et c’est certainement le plus beau des cadeaux que vous puissiez leur offrir.

Mon texte est moralisateur. Eh oui, mais je suis professeure et je rentre au travail dès lundi pour la trente-deuxième année.

Aux parents : Bonne rentrée ! Soyez fermes, mais encourageants et attentionnés.

Aux enfants : L’école, c’est très important et pas toujours amusant. Hélas !

Ado : Consolidez vos acquis ; vous êtes aux portes de l’avenir. Demain, c’est déjà trop tard. Enfin, mettons après-demain.

Aux professeur-es : Cent fois sur le métier, remettez votre ouvrage.

Bonne rentrée à toutes et à tous.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 20 août 2006


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Michèle Bourgon

L’auteure a été professeure de français au niveau secondaire pendant 13 ans et est professeure de littérature française au niveau collégial depuis 1990. Elle a prononcé de nombreuses conférences sur des sujets littéraires partout au Québec et elle travaille à plusieurs projets d’écriture. Elle a publié Contes de Noël, qui lui a valu un prix littéraire, et des articles dans Brèves littéraires (Laval, 1999) et Nouvelles Fraîches (Montréal, 1991). Elle a participé à la création de l’émission pour enfants, « Charamoule », à Radio-Canada (1988-1989), sous la direction de Pierre Duceppe.



Plan-Liens Forum

  • 20% des Québécois sont contre les devoirs à la maison
    (1/3) 12 novembre 2006 , par Michèle

  • >commentaires d’une enseignante
    (2/3) 5 septembre 2006 , par Internaute

  • Et le ministère de l’éducation là-dedans ????
    (3/3) 21 août 2006 , par Loïse Lavallée





  • 20% des Québécois sont contre les devoirs à la maison
    12 novembre 2006 , par Michèle   [retour au début des forums]
    20% des Québécois ne croient pas à l’utilité des devoirs

    Le véritable moyen de savoir si l’enfant peut transférer lui-même ce qu’il-elle a appris à l’école est, à mon avis, définitivement le devoir supervisé. Et ce, même si le parent peut difficilement aider. Au moins, l’enfant peut discuter de l’école avec un-e adulte qui l’aime et en qui il a confiance. Il se sent appuyé, suivi, motivé par son père ou par sa mère. Il ne faut pas démissionner.

    Évidemment, si les parents n’ont plus le temps...

    >commentaires d’une enseignante
    5 septembre 2006 , par Internaute   [retour au début des forums]

    Voici un texte qui pourra m’être utile pour dévoiler aux parents toute l’importance des petits gestes qu’ils exécutent devant leurs enfants. Les parents sont des modèles et combien de parents l’oublient...

    Ce texte peut être un outil pédagogique à présenter aux parents.
    Merci
    Roslyn

    Et le ministère de l’éducation là-dedans ????
    21 août 2006 , par Loïse Lavallée   [retour au début des forums]
    Drelin, drelin ! Parents : à vos devoirs !

    Pour avoir été pendant des années sur les comités de parents de mes deux enfants (dont l’une sérieusement handicapée), il manque un personnage de taille dans cette équation....Le ministère de l’éducation avec ses changements perpétuels et fantaisistes de programmes, ses coupures budgétaires souvent faite sur le dos des enfants (et des professeurs), des outils inappropriées et désuets. Je trouve que nos enfants sont trop souvent sacrifiés sur l’autel du laxisme, générations sacrifiées qui ne savent ni lire ni écrire et ne reçoivent aucune culture générale à l’école. Les profs font ce pu’ils peivent, les parents doivent souvent remédier...


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2006
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin