| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 9 octobre 2006

La ministre de la Condition féminine, Bev Oda, passe un mauvais quart d’heure devant un comité parlementaire






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Canada - Le retour des Autochtones : une lutte à nulle autre pareille
La cheffe Theresa Spence s’exprime sur sa grève de la faim et la situation actuelle des Autochtones
Repenser le multiculturalisme
G20 à Toronto - Le Comité jeunes féministes de la CLES dénonce les violences sexistes et la violation des libertés civiles
G20 et brutalité policière au pays de Stephen Harper
Gouvernement Harper – Sabrer avec un zèle religieux dans les programmes pour les femmes
Sommet UE-Canada : les sables bitumineux en accusation
Le viol psychologique d’Omar Khadr
Manifestation pour le retrait de l’ambassadeur du Mexique au Canada
Équité salariale - Entre un idéologue obtus et un opportuniste, les droits des femmes sont menacés à Ottawa
Stephen Harper est-il allergique à Céline Galipeau en particulier ou aux intervieweuses en général ?
La fin de l’équité salariale pour les femmes dans la Fonction publique fédérale
Les femmes et la crise économique
Le budget fédéral laisse tomber les femmes, les travailleurs et les travailleuses
Lettre à la Gouverneure générale Michaëlle Jean en faveur de la coalition des partis d’opposition à Ottawa
Harper Rule : une gouvernance sexiste et inéquitable
Les femmes vous observent, disent des groupes de femmes au premier ministre Harper
Le Comité de la CEDEF de l’ONU scrute la performance du Canada
"À voix égales" invite le Premier ministre à nommer des femmes au Cabinet
Appel des artistes pour la Paix : "Dans dix ans, quelle direction voulez-vous voir le Canada et le Québec emprunter ?"
Votre vote comptera-t-il le 14 octobre ?
Avortement et élection : souvenons-nous
Élection Canada - Sur la question de l’égalité des femmes, Stephen Harper ne répond pas
Maintes raisons de ne pas voter pour Stephen Harper
"Les conservateurs nous ont rappelé que nous sommes ‘juste’ des femmes"
Élections fédérales - Battons-nous contre la droite !
Dieu au pouvoir ! God Bless Canada !
La Fédération des femmes du Québec appelle les Québécoises et les Québécois à battre les Conservateurs
Margaret Atwood s’explique - Harper : déconnecté, dépassé
Ingérence de l’Église catholique dans la campagne électorale au Canada
L’Association des Femmes Autochtones du Québec répond aux excuses du gouvernement Harper
Les compressions du gouvernement Harper forcent le départ d’une leader féministe
Le gouvernement Harper cherche à réduire les femmes au silence
La ministre Oda quitte le ministère de la Condition féminine. Enfin !
La déclaration du Canada à la Commission de la condition de la femme des Nations Unies est tendancieuse et décevante
Politique Canada : dossier principal
Les promesses brisées de Stephen Harper
Stephen Harper tient ses promesses
Des coupures antidémocratiques à Condition féminine Canada
Le gouvernement Harper veut museler les groupes de femmes
La ministre à la Condition féminine du Canada interdit aux groupes de femmes de défendre ... les droits des femmes
Il faut rétablir immédiatement le Programme de contestation judiciaire
Le discours de la Traîne
Pour l’égalité entre les femmes et les hommes, il faut changer le mode de scrutin !
Victoire réjouissante : Vivian Barbot a battu le ministre Pierre Pettigrew
Voter ? Mais pour qui ?
Des leaders afro-québécoises inquiètes s’adressent aux chefs des partis politiques en campagne électorale
L’R des Centres de femmes écrit aux quatre chefs de parti à Ottawa
"Des tribunaux islamiques au Canada ?"
10 ans de budgets fédéraux : les femmes doublement pénalisées
Le budget fédéral ne tient pas compte des femmes
Une décennie de reculs : le Canada de l’après-Beijing
Une autre élection injuste pour la population québécoise et canadienne
Harper, une menace sérieuse au droit des femmes à l’avortement







(PC-Ottawa, le 5 octobre 2006) - La ministre du Patrimoine canadien et de la Condition féminine, Bev Oda, a encaissé une pluie de critiques, jeudi, à la suite de la décision du gouvernement conservateur de restreindre le mandat du Programme de promotion de la femme (PPF).

Après sept mois d’attente, la ministre a finalement daigné comparaître devant le comité des Communes sur la condition féminine. Ulcérées par les décisions récentes de Mme Oda, les députées de ce comité à l’ambiance habituellement feutrée n’ont pas manqué de lui faire passer un mauvais quart d’heure.

La semaine dernière, les conservateurs ont modifié les modalités du PPF, principal programme de subvention de Condition féminine Canada. Ils y ont notamment remplacé la phrase "promouvoir l’égalité de la femme" par celle-ci, plus générale : "faciliter la participation des femmes à la société canadienne en améliorant leur situation économique, sociale et culturelle".

Concrètement, le programme ne financera plus les organismes qui défendent les droits des femmes et qui font du lobbyisme à cet effet auprès des gouvernements et des entreprises.

De plus, le PPF est désormais ouvert aux organisations à but non lucratif, ce qui choque les groupes de femmes. Les conservateurs ont également retiré des objectifs du programme l’atteinte de la "justice sociale", s’en tenant aux condition de vie des femmes et à la lutte contre la violence qui leur est faite. Par contre, les projets qui concernent la "spiritualité" des femmes sont maintenant admissibles à du financement fédéral.

"Ce que nous disons, c’est que le temps est maintenant venu de passer à l’action", a martelé la ministre aux députées.

"Après plus de 30 ans d’existence, Condition féminine Canada doit produire de véritables résultats, mesurables, qui toucheront directement les femmes et leurs familles", a-t-elle ajouté.

Aux yeux de Bev Oda, il n’y a plus lieu de mener des études sur les problèmes que vivent les femmes - inéquité salariale, discrimination et violence, par exemple - puisque ceux-ci "sont bien connus".

"Votre gouvernement a posé des actions immédiates et concrètes pour faire reculer la condition des femmes au Québec et au Canada", lui a rétorqué la députée Maria Mourani, du Bloc québécois.

"Ce que (Mme Oda) dit, c’est que tout ce qui est revendication de droits, ce n’est pas concret, a renchéri le chef bloquiste, Gilles Duceppe. L’équité salariale, par exemple, et le droit à l’avortement, qui est une lutte depuis longtemps. En d’autres mots, tout ce qui n’est pas dans l’agenda idéologique de ce parti ne doit pas être subventionné. C’est inadmissible, ça. C’est faire taire des gens, point à la ligne."

Estimant que la ministre ne jouait plus son rôle, la députée néo-démocrate Irene Mathyssen a carrément réclamé sa démission, jeudi.

Malgré ce tir groupé, la principale intéressée n’a pas bronché.

"Il ne s’agit pas de dire que tous les obstacles ont été résolus, a assuré Mme Oda. (...) Bien sûr, nous n’avons pas réglé plusieurs des problèmes auxquels font face les femmes et c’est pourquoi nous tâcherons désormais d’aider les femmes à surmonter ces problèmes dans leurs communautés et dans leurs vies quotidiennes."

Compressions

Parallèlement aux nouveaux critères du PPF, Ottawa a annoncé une réduction de 5 millions $ dans l’administration de Condition féminine Canada. La ministre n’a pas pu dire, jeudi, si cette compression se traduirait par des suppressions de postes. Elle a répété que le budget du Programme de promotion de la femme, qui est de 10,8 millions $ par année, demeurait intact.

Bev Oda a par ailleurs tenu à rappeler que les libéraux avaient coupé "à trois reprises", au cours des 10 dernières années, dans le budget de l’organisme fédéral.

La Fédération des femmes du Québec (FFQ) craint que les changements apportés au PPF lui fasse perdre la subvention annuelle de quelque 100 000 $ qu’elle reçoit depuis des années. Cette somme représente une partie importante du budget annuel de 400 000 $ à 500 000 $ de la Fédération.

"On craint pour l’avenir", a affirmé la présidente de la FFQ, Michèle Asselin, dans un entretien téléphonique.

Mme Asselin a souligné que le gouvernement du Québec venait déjà en aide aux organismes communautaires qui rendent des services sociaux aux femmes. Elle a ajouté que l’aide fédérale avait permis à la Fédération de faire modifier des projets de loi jugés discriminatoires à Québec.

La FFQ vient de recevoir d’Ottawa un chèque de 150 000$, qui couvre une période de 18 mois. Or, cette subvention a été calculée en fonction des anciens critères.

La Presse Canadienne, le 5 octobre 2006.
Canoë, 5 octobre 2006.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 8 octobre 2006


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2006
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin