| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






vendredi 20 octobre 2006

Avril et ses vents

par Annie Lafrenière






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


J’ai déposé mes ailes
Le réveil de la sacrifiée
Enfance violée
Chemins de patience
Comme un cœur qui pleure
Elle marche
Mémoires de femmes
À Nadia Ajuman
Trop près pour que tu me voies
La magie de toi
Haïti - Des énergies positives existent encore
J’ai pas choisi
Dans la peau d’un Noir
Quatre chrysanthèmes
Tu es présente
Femmes-mères
Le coeur au centre
"Nous sommes tous des guerriers", de Sébastien Bec
Je crois en la femme
Envol et autres poèmes
Eux-elles et nous
Dans la Médina
Discernement
Quatre chrysanthèmes
Feux de langue
Le coeur au centre
Luminance
Feu sage
Effritement
Dissolution
Être prostituée, j’en ai jamais rêvé
La peur
Parole de louve
Illustre Mahomet !
Chuchotements écrits
Poèmes de Kaboul
Funeste
Les longs chemins
Sous les cendres
Abnégation
Note finale
Mon bout du monde
L’étoile la plus fade
Comment (version rap)
Bas salaire
Lisse comme une pierre blanche
Chair, chère
Némésis
Dessins de l’U
Intervalle
Fer et feu







Je me souviens de la tempête. Elle étreignait ma douleur de toute part. Ma douleur, bue par les éléments qui recrachaient ma furie. Le ciel et les eaux devenus sonores dansaient autour de moi tels les membres survoltés d’une tribu indigène. Je me sentais entourée des miens. Protégée. Je me sentais chez moi. L’on célébrait ma naissance, car j’étais encore en vie. Le bruit courait sur ma peau, sur mes sens. Je disparaissais enfin au cœur de la tourmente. Je devenais ces grondements sourds des vagues qui combattaient le rivage. Je tourbillonnais, sifflais dans les fenêtres, soufflais du nord, criais ma rage par tous les pores de la terre.

J’étais encore en vie.

Je n’étais plus seule. Le froid qui fouettait mes joues pressait sa douleur contre la mienne. Le vent me gardait, serrée contre son chagrin. J’existais de nouveau. J’existais, dans tout ce qu’il y avait autour de moi.

La nature m’accueillait et livrait bataille. Pour moi. Pour que je reste.

Et j’ai enterré ma vie
là où la terre gèle
pour figer en moi l’envie
de mourir avec elle.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 16 octobre 2006.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Annie Lafrenière

Annie Lafrenière est bachelière en littérature de l’Université du Québec, à Montréal.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2006
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin