| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 5 novembre 2007

Tolérer l’intolérable au nom de la diversité culturelle est une forme de colonialisme

par Claude Ber, poète et dramaturge






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Consultation sur le racisme systémique. Faire partie d’un "nous" rassembleur
Islamophobie et Islamisme : entre déni et alarmisme
Attentat à Québec - Face au drame, la mise en accusation d’un peuple
Attentat au Centre culturel islamique de Québec - Donner un sens à cet événement tragique
Reportage sur le niqab à Radio-Canada. Absence de sens critique ou propagande ?
La religion à l’école n’est pas un remède à la radicalisation
Projet de loi 62 - Une proposition qui ne permet pas de protéger le droit des femmes à l’égalité
Maroc - Interdiction du burkini et offensives islamistes
Burkini, voile : face aux polémiques et aux impasses, il faut relire Simone de Beauvoir
Le burkini est-il le dernier attentat islamiste en France ?
Soirée de solidarité avec Djemila Benhabib, le 12 septembre à Montréal
De l’emploi du terme "islamophobie"
Rimbaud et le burkini
Athlètes voilées aux JO : un petit pas en avant… ou un grand en arrière ?
Soutien à Djemila Benhabib - La liberté d’expression mise à l’épreuve par l’islam politique
Dénuder une Copte, c’est halal !
Lutte à la radicalisation - De la liberté religieuse à l’extrémisme, il n’y a parfois qu’un pas
La liberté d’expression au Québec, un joyau toujours menacé
Les vœux "pieux" des concepteurs du cours Éducation et Culture religieuse (ÉCR)
Sortir du manichéisme. Des roses et du chocolat
Le ministère de l’Immigration refuse d’entendre l’AQNAL à la commission parlementaire sur le projet de loi 77
L’obscurantisme ou les Lumières : le Québec doit choisir
Quel que soit le rôle de l’impérialisme, le groupe armé État islamique est responsable de ses actes
Vous n’avez pas le monopole de la dignité !
L’ennemi, c’est l’islam politique, pas les musulmans
Motion sur l’islamophobie - L’errance de nos élus
Lettre ouverte à Françoise David : "Vous faites des amalgames inacceptables"
Christine Delphy, la supercherie
"One Law for All" demande au gouvernement britannique une enquête sur les tribunaux islamiques
Les beaux malaises face à l’intégrisme
NOUS sommes en train de nous faire massacrer par VOTRE ennemi secondaire !
L’islamisme radical : l’Ailleurs est ici
Après le massacre à Charlie Hebdo, soutenons ceux qui se battent contre la droite religieuse
Plainte à l’ombudsman de Radio-Canada au sujet de l’émission "Enquête" du 27 novembre 2014
Lettre au premier ministre - M. Couillard, un Québec laïque, ça presse !
La laïcité n’est pas derrière mais devant nous et sa défense est plus que nécessaire
La "communauté musulmane" n’existe pas
Soutenons Louise Mailloux ! Protégeons la liberté d’expression
Radio-Canada RDI manipule l’information en faveur de l’islamisme : un exemple
Je croirai les dirigeants islamistes quand...
Des messagères de l’intégrisme islamique
La FIQ prend position en faveur de la Charte de la laïcité québécoise
FFQ et ÉG du féminisme - L’esprit partisan est-il à l’origine d’attaques virulentes contre des féministes ?
Pour une reconnaissance de la laïcité au Québec - Lancement et causerie chez Olivieri
Comment la laïcité peut changer notre monde
Protection de la laïcité : prière de légiférer !
Prédicateurs islamistes à Montréal - Comment pourrais-je me taire ?
Une intégration réussie, c’est l’adhésion à un socle commun enrichi de diversités culturelles
Laïcité et jugement au Saguenay - Pourquoi pas une prière pour Bernard ?
La prière à Saguenay : quelques mensonges du maire Jean Tremblay
Ni Allah, ni Maître. Entrevue avec la réalisatrice Nadia El Fani
Exposition "Et voilà ! Le voile musulman dévoilé !"
Cessons de nommer "islamophobie" et "blasphème" toute critique de l’islam
Gouvernement Harper - Le Bureau des évangéliques
Le nikab, ce cachot pour femmes
Laïcité et diversité - Les angles morts des paradigmes de lecture de la diversité
Les enjeux du refus de la mixité : le contrôle social des femmes
Le niqab au Tribunal : primauté du droit ou de la religion ?
Canada - Le niqab au Tribunal - Une répétition de l’affaire Personne ?
Plaidoyer en faveur des droits universels - L’universalisme menace-t-il la diversité culturelle ?
Pour une perspective laïque et féministe du monde
La laïcité est un outil essentiel qui permet aux femmes de continuer d’avancer
L’innocence de l’Occident ou la liberté d’expression menacée
La laïcité est un facteur d’intégration et d’émancipation
La sexualité dans l’islam : une arme politique
La Coalition Laïcité Québec demande aux candidat-es de se prononcer sur la laïcité
Les participantes aux États généraux sur le féminisme demandent d’agir contre les intégrismes religieux
La oumma couve dans le ventre des femmes
Non à la souveraineté multiculturaliste de Québec solidaire
Le niqab devant les tribunaux - Les raisonnements douteux du Fonds d’action et d’éducation juridiques pour les femmes
Polygamie - La liberté de religion comporte des limites
Charia au Québec - Des propos qui méritent d’être dénoncés
Djemila Benhabib – Une pensée articulée et un ardent plaidoyer contre l’islamisme politique
Paris - L’extrême-droite catholique manifeste contre la christianophobie et les islamistes sont à ses côtés
« Vers l’obscurantisme » islamiste ? La députée Fatima Houda-Pepin s’inquiète pour la Tunisie et, surtout, pour la Libye
Procès de la famille Shafia - La jeune fille de 13 ans était derrière le volant, selon la preuve policière
Une propagandiste de l’islamisme bientôt collaboratrice de Radio-Canada
La laïcité, facteur d’intégration dans la société québécoise
La nécessaire laïcisation de l’éducation au Québec
Affirmer la laïcité, un pas de plus vers l’égalité réelle entre les femmes et les hommes
Le Mouvement laïque québécois et les symboles religieux autres que chrétiens
La laïcité sans compromis quant aux droits des femmes
La police de Toronto banalise les menaces de mort d’une intégriste islamiste contre Tarek Fatah
Lettre pour la pluralité des voix en matière d’islam et POUR la liberté de conscience !
Motion contre le kirpan - Le Québec et le multiculturalisme
Beaucoup de musulmans tentent de masquer des vérités laides : "Oui, l’islam permet au mari de battre sa femme"
Religion dans les garderies au Québec - Le commerce des petites âmes
Les enjeux de la laïcité selon la revue Spirale. Un dossier à consanguinité élevée !
Déclaration du Manifeste des libertés à propos des récents attentats contre des citoyens de confession chrétienne d’Irak et d’Égypte
Les musulmans du Québec
Prix Droits et Libertés - La Commission des droits de la personne erre plus que jamais
Guy Rocher - La laïcité tout court
La laïcité a-t-elle tué l’athéisme ?
"Une femme en colère", de Wassyla Tamzali
Une femme devenue prêtre
Le respect des convictions, fondement de la neutralité de l’État et de la laïcité
S’opposer à Hassan Al-Banna et aux Frères musulmans ne constitue pas du racisme
Vatican - Silences déplorables, condamnations impitoyables
Les adieux au cardinal Ouellet - Le « sacré » peut-il tout excuser ?
L’Afeas prend position pour une Charte de la laïcité, un système de santé public et des soins palliatifs accessibles
Jugement Dugré - Le cours Éthique et culture religieuse devant la Cour supérieure
Phyllis Lambert et Serge Joyal défendent les Frères Musulmans au détriment de la liberté
Jugement sur le cours Éthique et de culture religieuse - Au royaume de la confusion
La protection juridique de la laïcité : essentielle au maintien de la cohésion sociale
Cours Éthique et culture religieuse - L’éthique, la culture et le juge
Cours d’éthique et de culture religieuse - La Cour supérieure du Québec exempte le collège privé Loyola
L’intégrisme religieux menace-t-il nos droits ?
Colloque Égalité et Laïcité, quelles perspectives ?
Voile intégral en France : un projet de loi d’interdiction totale présenté en mai
Tariq Ramadan et un radicalisme qui ne dit pas son nom
Tariq le terrible
Église catholique - Le mur du silence
Laïcité - Un manifeste tendancieux
Pour un Québec laïque et pluraliste
Laïcité au Québec - Protéger les valeurs fondamentales propres à l’Occident démocratique
Accommodements pour motifs religieux - Où loge l’intolérance ?
Lettre à Télé-Québec au sujet du documentaire "Mes sœurs mulsulmanes"
Québec - Un féminisme de plus en plus gangrené par le relativisme
L’égalité d’abord, la liberté religieuse ensuite
Le manifeste des pluralistes : un manifeste raciste et antiféministe
La France et la burqa - Une audace à saluer
Manifeste pour le respect du principe de l’égalité entre les hommes et les femmes
Écoles privées - Le retour tranquille de la religion
Féministes en mal de laïcité
Interdiction du voile intégral au Canada - Lettre ouverte à Michael Ignatieff, chef du Parti libéral
Quand religion et égalité des femmes font les manchettes
Tolérance ou laïcité
Laïcité au Québec - Le pluralisme comme incantation
Port des signes religieux dans la fonction publique - En réponse au Manifeste pour un Québec pluraliste : Pour une laïcité active et positive
Laïcité – Le pari risqué de Québec solidaire et de la Fédération des femmes du Québec
Demander une charte de la laïcité, c’est faire appel à la conscience individuelle et collective
La laïcité et le voile... Osons dire les vraies choses
La laïcité est une exigence démocratique
Laïcité et droits des femmes : trois questions à Chahla Chafiq
Appel à soutenir le Bureau Laïque International
La présidente de Regards de femmes, Michèle Vianès, a reçu les insignes de la Légion d’Honneur. Son allocution
Projet de loi 16 - La conquête de l’égalité, un vrai rocher de Sisyphe
Projet de loi 16 - La CSN réclame toujours une charte de la laïcité
Projet de loi 16 - Pour la FTQ, ce projet de loi doit être retiré
Le SFPQ demande au gouvernement de surseoir au projet de loi 16 et d’adopter une charte de la laïcité
 Seule une charte de la laïcité permettra de poser les balises des accommodements raisonnables
Les accommodements religieux et le projet de loi 16
Interview avec Djemila Benhabib
Livre : "Ma Vie à contre-Coran", une femme témoigne sur les islamistes
Les femmes se souviennent du rôle répressif de l’Église au Québec
L’angle politique du débat sur la laïcité
Le féminisme vu par Mgr Louis-Adolphe Paquet en 1919
Laïcité et égalité : quel projet pour le Québec ?
Québec - Signes religieux dans les services publics : "La FFQ ne me représente pas"
Vingt ans de combat contre le voile : 1989-2009
Islamisme radical : soutenir une "victime" favorable à l’obscurantisme fanatique ?
La légitimité du féminisme laïque
L’après-discours d’Obama - Les femmes, boucs émissaires
France - Le Collectif pour la promotion de la laïcité veut faire annuler le décret imposé par Nicolas Sarkozy en faveur du Vatican
Nous avions jadis les mêmes ennemis : le patriarcat et les lois divines
Femmes sous lois musulmanes (WLUML) demande la révocation de la Résolution de l’ONU sur "la diffamation des religions"
"Aucune religion ne prône l’égalité entre les hommes et les femmes" - Talisma Nasreen
Une Église machiste et autoritaire
Lettre au président de l’Assemblée des évêques catholiques du Québec
Dieu existe et il est partout
"Ma vie à contre-coran", de Djemila Benhabib
Quand on préfère les cierges aux lumières...
Défendre les droits des femmes face au fondamentalisme religieux : une exigence démocratique
S’indigner au lieu de se résigner devant le fondamentalisme islamiste
Des religions pour quel dialogue ?
Quand la religion freine l’intégration des femmes
Les valeurs communes du Québec : pour les personnes immigrantes seulement ?
Le rapport Bouchard-Taylor est insensible à l’égalité des sexes
L’autodiscrimination, "jackpot" pour les intégristes
Démocratie et égalité des sexes : fine analyse et synthèse remarquable
Création du réseau À HAUTE VOIX pour interpeller les élus
Pourquoi nous ne souhaitons pas la bienvenue au pape
Fanny Truchelut doit être relaxée
Laïcité et résistances démocratiques
L’idée de Dieu est un "produit des faiblesses humaines", la Bible, "plutôt enfantine" (Albert Einstein)
Le corps des femmes, lieu commun
Y aurait-il des femmes plus aptes à la liberté que d’autres ? Réponse à Françoise David
Rapport Bouchard-Taylor - Un rendez-vous manqué pour les femmes
Laïcité et accommodements raisonnables au Québec
Rapport Bouchard-Taylor - L’art "scientifique" de noyer le poisson
Des féministes dans la fosse aux lionnes de la Commission Bouchard-Taylor
L’égalité entre les femmes et les hommes mise entre parenthèses
Un féminisme non interventionniste face à l’extrémisme religieux
La mort d’Aqsa Parvez, attribuée à son père, est le résultat d’un choc culturel
Les lois officielles et les lois du ciel
Accommodements raisonnables. Droit à la différence et non différence des droits
Accommodements et cultures - La laïcité pour éviter la fragmentation de la société
Religions, femmes et fondamentalismes
"Accommodements raisonnables" - Affirmer nos valeurs fondamentales pour mieux vivre la pluralité
Maintenir notre engagement envers toutes les Aqsa Parvez
Les extrémismes religieux et les droits des femmes
ONU - Vers un délit de "diffamation des religions"
Les accommodements religieux - Conflit de droits ou conflit de lois ?
Du voile et du viol
Laïcité : l’école et les enfants d’abord !
Le marketing du voile islamique
Éloge de la lâcheté - Lettre du Conseil du statut de la femme à "La Presse"
Yolande Geadah reçoit le Prix Condorcet 2007 du Mouvement laïque québécois
Conflit de droits : dilemme pour les juges ou simple mécanique juridique ?
Est-ce de l’islamophobie de critiquer l’intégrisme islamiste ?
Les accommodements raisonnables : quoi, comment, jusqu’où ?
La justice à l’épreuve de la diversité culturelle
Projet de loi 195 sur l’identité québécoise, présenté par Pauline Marois à l’Assemblée nationale du Québec
Lapidation de Ghofrane en France
La laïcité est l’affaire des femmes - Appel contre les résolutions de l’ONU sur la "diffamation des religions"
Synthèse des réflexions sur la question des accommodements raisonnables et les différences
Pourquoi l’ajout du droit à l’égalité entre les femmes et les hommes à la Charte québécoise énerve-t-il tant ?
L’affaire Truchelut - "Tu n’es pas maître dans ta maison quand nous y sommes."
Ayaan Hirsi Ali : l’errance d’une femme qui a osé parler
50 ans de droits des femmes en Europe : Où sommes-nous arrivées ?
Une comparaison réductrice de Christine Delphy
Les "différences culturelles" peuvent-elles excuser le sexisme ?
Le vote à visage découvert
C’est quoi être accommodant et raisonnable ?
La laïcité est l’affaire des femmes - Appel contre les résolutions de l’ONU sur la "diffamation des religions"
"Accommodements raisonnables" - Affirmer nos valeurs fondamentales pour mieux vivre la pluralité
Commission Bouchard-Taylor - Consultation publique sur les pratiques d’accommodement : citoyens et citoyennes pourront choisir entre plusieurs modes de participation
Accommodements pour obligations religieuses - Pour qui ? Pourquoi ?
Pratiques d’accommodements - La Commission Bouchard-Taylor consultera les citoyens et les citoyennes en septembre prochain
Les droits des femmes devant les fondamentalismes religieux
ONU - Vers un délit de "diffamation des religions"
Démocratie et obligations religieuses - L’impasse ?
Commission de consultation sur les pratiques d’accommodements reliées aux différences culturelles - Cherchez l’erreur
L’anecdote ou le fait de société
Les accommodants
Renforcer le caractère laïc de nos démocraties
Les limites de la tolérance et de l’accommodement







Wassyla Tamzali était, avec Claude Ber, l’invitée du Droit Humain au Salon du Livre maçonnique, le 21 octobre 2007. Son livre Une éducation algérienne, qui vient de paraître chez Gallimard, est, en effet un événement tant du point de vue politique que littéraire.

Du point de vue politique, car à travers l’histoire de sa famille et celle de son propre parcours, c’est l’histoire de la révolution algérienne, de l’espoir de démocratie jusqu’à l’appropriation du pouvoir par quelques-uns et aux menaces actuelles de la montée de l’extrémisme islamiste, que retrace et analyse Wassyla Tamzali. Et elle le fait avec un courage et une lucidité qui mettent cet ouvrage au centre des enjeux actuels mondiaux.

Du point de vue littéraire aussi, car la qualité de l’écriture, qui vaut au livre d’être mis sur la liste des candidats retenus pour le prix Médicis, dépasse le témoignage, et le place d’emblée dans l’histoire de la littérature algérienne.

Issue d’une grande famille algérienne, Wassyla Tamzali assiste à l’assassinat de son père, pourtant membre du FLN, par un jeune exalté. Devenue avocate, elle participe à la construction de l’Algérie nouvelle avant de devenir responsable internationale à l’UNESCO en tant que directrice du programme sur les droits des femmes. Sa vie se confond alors avec la lutte pour l’égalité entre hommes et femmes dans un contexte international, qui voit ces droits menacés par les extrêmes et les idéologies inégalitaires.

Claude Ber, poète et dramaturge, engagée dans le Forum des Femmes de la Méditerranée avec Wassyla Tamzali et signataire du Manifeste des Libertés à la rédaction duquel Wassyla Tamzali a contribué et qui a été publié dans Libération du 16 février (www.manifeste.org), jouait ici le rôle de modératrice, interrogeant Wassyla Tamzali tant sur son livre que sur ses positions laïques et démocratiques, qu’elle partage et qui sont d’une brûlante actualité.

Le compte-rendu ne peut rendre la richesse de l’exposé de Wassyla Tamzali, qui s’appuie sur deux piliers : la profondeur de la réflexion conduite depuis des années et l’amplitude de l’expérience à la fois algérienne et internationale. Son livre permet de la retrouver, mais on peut en dégager quelques axes majeurs.

D’abord la raison d’être de ce livre.

C’est un livre d’espoir et de mémoire pour les générations futures. Livre longuement mûri et qui montre comment des révolutions porteuses de promesse d’évolution peuvent conduire dans une impasse et manipuler même, au profit de quelques-uns, les forces les plus réactionnaires.

Ce qui est visé ici, c’est sans fard et sans détour la montée en force de l’islamisme, avec la dénonciation de l’assignation à l’identité, et l’imposture que recouvre toujours ces identités factices reconstruites par tous les nationalismes, les fascismes, tels que les a d’ailleurs connus l’Europe en Italie et en Allemagne, et qui mettent un terme à l’espoir de progrès.

C’est ici le piège du culturalisme et du différentialisme qui est dénoncé en ce qu’il porte d’assignation à des « identités meurtrières » parce que figées et obligées. La culture, dit Wassyla Tamzali « c’est le droit de ne pas être ce que je suis ». Si chacun est, certes, héritier d’une histoire, il n’en est ni l’otage ni le prisonnier. La reconnaissance de la diversité se fait au nom des droits de la personne humaine, non au nom d’une prétendue égalité des cultures, qui autoriserait aux uns un recul critique et des avancées de droit, comme l’Occident l’a fait, et enfermerait les autres dans un passé immobile.

C’est là une autre forme de colonialisme, celle qui consiste à tolérer l’intolérable sous prétexte du respect de la diversité culturelle, alors que c’est transformer en privilège un juste droit. Ainsi en est-il du droit des femmes, dont Wassyla Tamzali connaît la situation mondiale, encore trop souvent serve, sans reconnaissance des droits humains fondamentaux. La tolérance a pour limite l’intolérable.

Et c’est cette limite-là qu’oublient les intellectuels occidentaux lorsqu’à l’abri de leurs propres droits, ils renoncent à soutenir l’avancée démocratique des autres pays au prétexte de différences culturelles présentées comme indépassables, alors même que toute l’histoire de la culture et de l’identité sont mouvements et influences. Cette trahison des intellectuels occidentaux, née d’une sorte de remords post-colonialiste, en est une autre forme car il refuse à l’interlocuteur ce droit au progrès et à la liberté.

On fait toujours taire le juste droit par des manœuvres idéologiques, d’accusations de « bourgeoisie », d’ « occidentalisation », qui rappellent toutes les formes de bâillonnement et d’excommunication des totalitarismes. C’est ce juste droit des peuples à la liberté, et notamment des femmes à des droits égaux et à une liberté égale que Wassyla Tamzali appelle à soutenir sans se laisser piéger par une dialectique spécieuse. Elle rappelle aux Occidentales qu’elles n’ont pas hésité à se lever contre les inégalités de droits liées à leur propre culture judeo-chrétienne et gréco-latine. Au nom de quoi serait-il interdit à d’autres femmes de se lever contre leurs propres traditions asservissantes et au nom de quoi les y enfermerait-on ?

Wassyla sera confortée dans cette voie par une anecdote qui la ramène dans les luttes de son pays, après un long recul pris à cause des accusations répétées « Tu n’es pas comme les autres ». C’est ce vibrant appel à un combat jamais fini pour la liberté qu’elle retrouve, lors d’un meeting à Alger au début de l’entrée en scène des islamistes, en 1989, à Alger, dans le cri d’une femme algérienne « du peuple », qui se dresse contre une jeune islamiste voilée de noir, pour dire que jamais ses filles ne porteront le voile, qu’elle s’était battue toute sa vie pour l’enlever !

Et, au-delà, de cette défense de la liberté, à travers elle, c’est un hymne à un pays, l’Algérie, à son devenir, à son droit à devenir qui est célébré tout le long des pages de Une éducation algérienne.

Quelle « liberté de choix » ?

Le débat très riche qui suit l’intervention de Wassyla Tamzali et son échange avec Claude Ber, donne lieu à de nombreuses questions.

Celle du voile apparaît en premier. Parce qu’il cristallise le problème.

Un témoignage rapporte comment, à la fin de la guerre d’Algérie, l’abandon du voile fut le premier signe de libération des femmes, comment elles pouvaient enfin sortir librement alors qu’aujourd’hui fumer une cigarette dans la rue, boire un verre de bière, pour une femme comme pour un homme d’ailleurs, est devenu impossible. Il faut mesurer l’état d’absence de liberté et la chape de plomb qui pèse sur l’Algérie actuelle.

Une autre intervention souligne, qu’en Occident, le port du voile est chez beaucoup de jeunes femmes une riposte au sentiment de n’être pas acceptées.

Wassyla Tamzali souligne deux choses. D’abord la différence entre une tradition - elle a vécu, elle, dans la tradition algérienne - et une conduite forcée. Elle souligne ce que pouvait avoir d’oppressant pour les femmes - mais pour les hommes aussi - cet asservissement dévoué de la femme à l’homme que l’islamisme instrumentalise, prive de toute individualité et qui n’existe que pour « mettre au monde et élever le musulman ».

WT invite aussi à approfondir la réflexion au-delà du constat sociologique, en répondant à l’argument qui avance que le choix de beaucoup de femmes qui mettent le voile est « libre ». Comparons ce choix, dit-elle, à celui d’entrer en maçonnerie et admettons que tous deux soient également libres. La grande différence, outre les idéologies différentes qui sont à l’œuvre, est que l’on peut quitter la maçonnerie et que ce choix n’entraîne pas les autres. Le censément « libre choix » du voile en revanche risque d’être sans retour et entraîne les autres dans un mouvement d’asservissement. On met d’abord le voile par revendication identitaire, puis par obligation pour soi et pour toutes les autres qui ne l’avaient pas choisi parce qu’on a contribué à la mise en œuvre d’un dogmatisme et qu’on a contribué au danger de l’avancée d’un régime totalitaire. Car, et Wassyla Tamzali insiste sur ce point, lorsqu’il n’existe pas l’arsenal de droit qui permet l’égalité, lorsqu’une femme ne bénéficie pas, comme en Occident, de la protection du droit, le geste n’a pas les mêmes conséquences. Il faut y réfléchir lorsqu’on parle, à partir d’une société où les droits fondamentaux sont acquis, d’autres sociétés où ils ne sont pas acquis.

Une intervention fait alors ressortir l’analogie ressentie entre les paroles et la lutte de Wassyla Tamzali et celles de la fondatrice du Droit Humain, Maria Deraismes. C’est, mutatis mutandi, avec les différences d’époque et de contexte, la même revendication d’égalité, de liberté, de respect des droits humains qui résonnent avec une parenté entre ces deux femmes de courage et de lucidité qui invite à d’autant plus de vigilance et d’écoute.

Un dernière intervention met Wassyla Tamzali au défi de définir en quelques minutes le rapport entre tradition et progrès, ce qu’elle fait en rapportant l’apologue africain de l’arbre et de la pirogue : depuis toujours, dit le conte, s’affrontent ceux de l’arbre et ceux de la pirogue, ceux qui se définissent par leurs racines, ceux qui se définissent par leur élan vers l’ailleurs. Mais c’est avec l’arbre qu’est faite la pirogue...

C’est sur ces mots que se clôt cet échange très riche, que le livre de Wassyla Tamzali permet d’approfondir et de prolonger.

Claude Ber, écrivaine

Derniers livres parus des deux invitées :

- Wassyla Tamzali, Une éducation algérienne, Ed. Gallimard 2007
- Claude Ber, La mort n’est jamais comme, Prix international Ivan Goll, Ed. de l’Amandier 2006

Lire aussi : « Féministes, je vous écris d’Alger », par Wassyla Tamzali

Mis en ligne sur Sisyphe, le 28 octobre 2007


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Claude Ber, poète et dramaturge



Plan-Liens Forum

  • Refuser le voile n’est pas du racisme
    (1/2) 1er novembre 2007 , par

  • Encore le stigmate
    (2/2) 1er novembre 2007 , par





  • Refuser le voile n’est pas du racisme
    1er novembre 2007 , par   [retour au début des forums]

    « ... accepter la pratique, maghrébine ou pas, musulmane ou pas, de cacher ses cheveux, de ne pas se faire soigner par un homme, de ne pas serrer la main des hommes, c’est-à-dire accepter des pratiques de stricte ségrégation sexiste, me semble être une mauvaise réponse à un vrai problème. Refuser le voile ne signifie pas accepter le racisme ! Mener la discussion de cette sorte est faire preuve de mauvaise foi, la même mauvaise foi qui faisait réfuter le féminisme dans mon pays comme appartenant au monde occidental, monde qui commit les plus grands crimes dans nos pays, c’est vrai ! Les féministes étaient montrées comme les alliées objectives des Occidentaux. Il en est de même pour la démocratie, le « parti de la France ». J’ai trop souffert de cette mauvaise foi-là pour accepter celle-ci, venant de féministes et de démocrates ! Et pas seulement moi, l’individu, ce qui serait déjà une bonne raison de m’insurger, mais nous, les intellectuels des pays du Sud, des pays non européens, qui luttons contre l’utilisation de la culture, du ressentiment, de la haine antioccidentale pour étouffer la démocratie et la liberté.

    « Nous luttons contre les régimes que l’on connaît, et faut-il ajouter l’opposition de ceux qui devraient être à nos côtés et à qui nous demandons d’user de la même rigueur à notre égard qu’à l’égard de leur société ?

    « Il faut revenir à plus de raison. Si le débat sur le voile occulte le débat sur les discriminations racistes, que dire alors de l’assujettissement des femmes qui disparaît derrière le débat aberrant sur le droit ou pas de se cacher les cheveux, d’enfermer un individu dans son corps érotique ? (...) »

    Encore le stigmate
    1er novembre 2007 , par   [retour au début des forums]

    « [...] Il ne faut pas stigmatiser l’islam. Je ne vais pas dire ici que le voile n’a rien à voir, ou si peu, avec la religion. Je fais partie de ces féministes arabes qui n’ont plus de voix car elles se sont époumonées à démontrer le poids terrible de la société patriarcale sur la femme et le peu d’influence de la spiritualité islamique sur les moeurs à ce sujet. Eh oui !

    « Je veux simplement rappeler que la peur de stigmatiser le christianisme n’a pas arrêté la lutte des féministes, pour la conquête essentielle du droit à l’avortement et de la liberté de disposer de son corps. On touchait là à un dogme beaucoup plus sérieux et avéré que le voile dans l’islam. Alors, ce qui est bon pour une religion ne l’est pas pour l’autre ? La gauche, une certaine gauche, les féministes, certaines féministes, par leur attitude, nous poussent à croire que ce qui touche à l’islam est en dehors de la pensée. Peut-on dire que ce qui conduit la pensée féministe en général n’est pas bon pour ce qui concerne les femmes dites musulmanes ? Nous avons déjà assez de mal comme ça pour que des intellectuelles ajoutent leurs voix - et quelles voix ! -, à ceux qui pensent avec Tariq Ramadan qu’il existe un genre "femme musulmane" [...] »

    Ce texte est disponible ici.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2007
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin