| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 24 octobre 2006

Des monts et merveilles !

par Michèle Bourgon






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


De l’hystérie de la gestion politique dans nos services de santé publics
Lettre de Julie Miville-Dechêne
Où va le Conseil du statut de la femme ?
CSF et projet de loi 20 : une position contre les femmes ?
La réforme Barrette est le prélude à un démantèlement annoncé (FIQ)
Mépris du gouvernement Marois à l’endroit des sages-femmes - Leur modèle de pratique est menacé
Le Conseil du statut de la femme plaide pour un accès ouvert à la première ligne médicale
Louise Vandelac veut comprendre la « transformation sociotechnique du vivant »
Dix-neuf jeunes femmes sur vingt "modifieraient leur corps"
Manifestation concernant le procès d’une femme séropositive à Montréal le 1er mai
Anorexie mentale - Dompter la douleur
La télé, complice de la pandémie d’obésité chez les enfants
La dépression au-delà des préjugés
Écoute ton corps... Jusqu’à quel point ?
Les animaux, nos cobayes
Va-t-on déposséder l’Amazonie de ses ressources ?







La nature m’ayant bien doté en monts et merveilles, j’ai, de prime abord, peine à croire que certaines femmes soient prêtes à subir les risques d’une opération, les douleurs générées pour avoir un buste parfait, bien galbé pour quelques années. Mais tout n’est pas ferme ou flasque au royaume de la Femme.

Ma mère est morte d’un cancer du sein et, auparavant, elle avait subi une mastectomie radicale. C’était dans les années soixante-dix. On parlait bien peu de la reconstruction mammaire à l’époque. Je peux comprendre qu’elle se soit sentie mutilée par cette ablation d’une partie qui affirme au vu et au su de tous et de youtes la féminité. Je peux comprendre qu’une femme désire retrouver son corps. Se retrouver soi, en totalité. Le phénomène est, à mon avis, comparable à quelqu’un-e qui subit une amputation, mais il est investi d’une portée encore plus émotive parce que cette « amputation » est extrêmement symbolique.

J’essaie aussi de comprendre les femmes qui, à leur grand désespoir, conservent les seins de leur enfance et qui voudraient s’offrir ce qu’elles croient être une absolue nécessité de séduction.

Je peux comprendre ces femmes qui, après une grossesse et les affres et les bonheurs de l’allaitement, voient leur corps transformé, leurs seins et leur ventre flasques. Leur estime d’elle-même peut être atteinte et causer de grands dommages psychologiques ; il reste que le renforcement négatif de cette impression par de tierces personnes n’aide pas.

On vénère la beauté et la jouvence éternelle partout : la télévision, les magazines (qui transforment même des corps d’une grande beauté avec les magies de l’ordinateur), la mode. Tout oblige la femme à rester jeune et belle. Celles qui dérogent à ce diktat sont ostracisées, se sentent rejetées ou sur le point de l’être. Quand on est obligé de combattre la Nature...

Les prothèses mammaires en silicone ont été retirées du marché il y a quelques années parce qu’elles avaient causé des problèmes majeurs à certaines femmes. Santé Canada vient de permettre à nouveau l’installation de ces poches de silicone même si de sérieux risques sont toujours liés à ces implants mammaires. Inamed et Mentor, deux compagnies dont les implants sont de catégorie à risques élevés, ont obtenu le feu vert et les chirurgiens peuvent procéder à des opérations d’augmentation ou de reconstruction des seins grâce à un programme d’accès spécial, le PAS. Franchir le PAS semble assez facile.

Santé Canada écrit : le dispositif peut présenter des bienfaits et les risques ont été réduits autant que possible.

Mouais...

Quels sont ces risques ? Parlons d’abord des risques connus : écoulement et éclatement sont les plus fréquents. Il faut aussi comprendre que ces implants ne sont pas permanents et que la plupart des femmes éprouveront des complications : rupture, douleurs, déformation. Infection grave, contraction capsulaire. Ouch !

Nicole Demers du Bloc québécois a dénoncé la décision de Santé Canada de remettre ces prothèses sur le marché. Le Réseau québécois d’action pour la santé des femmes (RQASF) juge la situation préoccupante. On ne connaît pas précisément tous les risques. Vingt ans se sont écoulés avant qu’on ne comprenne à quoi les femmes s’exposaient avec ces implants.

Qui devrait être opérée et qui ne devrait pas l’être ? Quand est-ce qu’un sein est beau et quand ne l’est-il plus ? Peut-on arrêter le cheminement normal du corps humain ? Est-il justifié de le faire ? Quelles sont les bonnes raisons ? Y’en a-t-il de mauvaises ?

J’ai déjà entendu l’histoire d’une femme à qui son mari avait offert en cadeau surprise l’opération... Tout un beau cadeau ! Et toute une surprise aussi ! Merci Père Noël !

Paméla Anderson y est-elle pour quelque chose ? La pornographie attise-t-elle ce désir chez les hommes ? On a vu ces femmes qui gonflaient leurs seins jusqu’à les rendre totalement anormaux. Du 52 DD !!! Pour quelles raisons ?

Les seins ont toujours été un attrait sexuel des plus appréciés. Peut-être est-ce dû à l’inconscient qui rappelle le premier geste naturel du corps de la mère : la montée de lait et aussi, souvent l’allaitement, source de vie. Peut-être aussi le plaisir de l’enfant qui tète sa mère et qui en retire du plaisir et de la sécurité.

Toujours est-il que plusieurs femmes sont insatisfaites de leurs seins. Plusieurs hommes aussi... Probablement que les pressions sociales et leur obligation de beauté et de jeunesse à tout prix sont derrière l’insatisfaction de plusieurs femmes et les incitent à subir ce type d’opération.

La solution n’est pas simple, mais à mon avis, c’est la santé des femmes qui est le plus important. Je ne veux pas être alarmiste, mais soyons prudentes et examinons nos motifs pour demander une telle opération.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 24 octobre 2006


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Michèle Bourgon

L’auteure a été professeure de français au niveau secondaire pendant 13 ans et est professeure de littérature française au niveau collégial depuis 1990. Elle a prononcé de nombreuses conférences sur des sujets littéraires partout au Québec et elle travaille à plusieurs projets d’écriture. Elle a publié Contes de Noël, qui lui a valu un prix littéraire, et des articles dans Brèves littéraires (Laval, 1999) et Nouvelles Fraîches (Montréal, 1991). Elle a participé à la création de l’émission pour enfants, « Charamoule », à Radio-Canada (1988-1989), sous la direction de Pierre Duceppe.



Plan-Liens Forum

  • > Des monts et merveilles !
    (1/1) 19 novembre 2006 , par





  • > Des monts et merveilles !
    19 novembre 2006 , par   [retour au début des forums]
    Les USA lèvent l’interdit.

    Un autre article intéressant.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2006
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin