| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 9 novembre 2006

L’intégration des jeunes en difficulté d’apprentissage

par Michèle Bourgon






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Faut-il jouer à la guerre pour être un garçon ?
Faut-il que les jeunes s’éloignent des écrans pour reprendre leur vie en main ?
La réussite scolaire des garçons vue de plus près
Agressions à l’université, radicalisation, harcèlement : phénomènes isolés ?
Sciences - Les tablettes, à éloigner des enfants
Alice Miller et les racines de la violence dans l’éducation de l’enfant
Un défi à l’école : apprendre à se passer des écrans
Éducation et féminisme : beaucoup de chemin à parcourir
Réduire la violence en milieu scolaire : des efforts méconnus
Colloque "Les écrans : libération ou esclavage ?" à Trois-Rivières
Éducation ou catastrophe : l’heure de se débrancher
Réduire le temps-écrans aujourd’hui, un véritable sport extrême
Des technologies modernes fantastiques... pour servir les enfants ou les asservir ?
À l’égalité il faut ajouter la liberté
Qui a peur des professeur-es ?
Décrochage scolaire - Complément d’information à propos de "À l’école, p’tit gars !"
La langue française à l’école - Mont tex es-ti lizib ? J’ai cri !
Les jeux vidéo ont des effets néfastes sur les jeunes
Une femme, Marylin Vos Savant, a le QI le plus élevé au monde
Écoles hassidiques illégales - L’État doit être ferme
Drelin, drelin ! Parents : à vos devoirs !
La marchandisation des enfants et le port du G-string
Étudiants en grève. Intransigeants, dites-vous ?
Grève étudiante ou choc des générations ?
Apprendre aux filles à se soumettre aux garçons
Les garçons et l’école : les prétentions masculinistes réduites à néant
L’école québécoise et les garçons : l’apprentissage de la domination
La mixité scolaire n’a pas d’effet sur la motivation
Obstacles et réussite des filles à l’école
Profils contrastés d’un groupe de garçons québécois de 15 ans
Les difficultés scolaires des garçons : débat sur l’école ou charge contre le féminisme ?
Renforcer les stéréotypes masculins ne résoudra pas les difficultés des garçons à l’école
Comment limiter le décrochage scolaire des garçons et des filles ?
Identités de sexe, conformisme social et rendement scolaire
La non-mixité en milieu scolaire nuirait aux garçons
Décrochage scolaire : remettre les pendules à l’heure
La non-mixité à l’école : quels enjeux ?
Faire réussir les garçons ou en finir avec le féminisme ?
Les garçons à l’école - Pour en finir avec le XVIIIe siècle
Quand les garçons échouent à l’école







Vous êtes maman ou papa, et on diagnostique chez votre enfant des difficultés d’apprentissage. Première réaction : un peu d’angoisse, peut-être même de la panique. Que faire ? Comment réussira-t-il à s’intégrer ? Cela est-il possible ? Comment l’aider ? Puis ensuite, vous faites TOUT pour que votre enfant soit intégré dans un groupe régulier parce qu’après avoir lu sur le sujet, vous êtes convaincu-e que c’est la meilleure des solutions pour maximiser son potentiel.

L’apprentissage pédagogique constitue déjà un long parcours semé d’embûches pour les étudiant-es qui ne sont pas affligé-es de difficultés particulières. Pour les parents aussi. On l’a vu récemment, plus de cinquante pourcent des parents québécois semblent éprouver des difficultés à aider leurs enfants à faire leurs devoirs. Si, en plus, votre petit-e souffre de paralysie cérébrale, de handicap physique le confinant au fauteuil roulant, de surdité partielle ou totale, de problèmes de vision, de dyslexie, de dysorthographie, de dyscalculie, de déficit de l’attention ou encore d’autisme, vous vous engagez souvent dans un sentier chaotique.

Qu’en est-il de l’intégration, en 2006, dans les écoles publiques du Québec ? Essayons de comprendre la problématique.

Réforme et difficultés d’apprentissage

Au primaire et au secondaire, la nouvelle réforme a favorisé, voire imposé l’intégration d’élèves présentant des difficultés plus importantes. Pour les étudiant-es malentendant-es, on a fourni des interprètes ou encore des micros que les professeur-es doivent porter. Pour les étudiant-es malvoyant-es ou non voyant-es, les professeur-es doivent agrandir les copies ou encore faire affaire avec l’institut Braille ou la magnétothèque. Pour les dyslexiques, dysorthographiques, ceux qui ont des problèmes avec les chiffres, on fournit le support d’orthopédagogues ou de technicien-nes en éducation spécialisée. Pour les autistes, on propose de l’accompagnement selon de la gravité du cas. Les technicien-nes en éducation spécialisée sont sollicité-es et les orthopédagogues nécessaires. Les enfants autistes Asperger font preuve d’une intelligence souvent au-dessus de la moyenne. Ils sont capables d’apprendre aussi bien, parfois mieux que les autres si on leur fournit de l’aide. Certain-es ont parfois des marottes dont ils ont peine à décrocher, ils se passionnent exagérément pour une chose spécifique.

Le ou la professeur-e doit gérer ce maeström de problèmes différents dans sa classe de 25 à 30 élèves. J’omets volontairement de mentionner les cas de discipline, les cas de problèmes psychologiques légers, ceux qui sont hyperactifs, les allophones qui, sans être handicapés ont besoin de plus de temps.

La situation de l’intégration de ces étudiant-es éprouvant des difficultés particulières se transpose maintenant au niveau collégial. Il y a à peine quelques années, ces étudiant-es n’effectuaient pas le parcours des études supérieures. Il y a donc des progrès dans ce merveilleux monde de l’éducation. Vrai et c’est tant mieux ! Mais...

L’intégration dans les collèges se fait difficilement parfois et souvent sans préparation. Pourquoi ? La clientèle des étudiants en difficulté spéciale d’apprentissage représente un faible pourcentage de la masse étudiante. Au maximum 5%. Il y a quelque temps, le MELS a sabré dans les budgets des collèges. Les administrations doivent faire des acrobaties comptables pour arriver à couvrir toutes les priorités. Tout le monde fait son possible. Plusieurs efforts sont consentis, mais est-ce suffisant ?

Conditions d’intégration difficiles

Les professeur-es sont, la plupart du temps, averti-es de la problématique de ces cas « spéciaux » la journée même de la rentrée. On leur donne à lire un petit dépliant qui explique ce qu’est l’autisme, ce qu’est la dyslexie, la dysphasie, la paralysie cérébrale légère, etc. On leur demande, tout comme à leurs collègues du secondaire et du primaire, de s’adapter à une situation nouvelle, une problématique pour laquelle ils/elles ne possèdent pas de connaissances fondamentales et ne sont pas formé-es. La plupart du temps, l’intégration de l’étudiant-e se fait sans accompagnement ; elle/il se retrouve soudainement dans un environnement potentiellement anxiogène et se sent déstabilisé-e. Il n’y a pas que lui/elle. Ses collègues aussi s’interrogent sur certains de ses comportements marginaux. Les professeur-es doivent apprendre à composer avec une nouvelle dynamique de groupe. Même si les réactions de l’étudiant-e semblent très étranges au reste de la classe, les professeur-es n’ont pas le droit d’expliquer la pathologie de l’étudiant si celui-ci refuse. Certain-es étudiant-es peuvent alors crier pendant une explication, retarder la classe pour prendre leurs notes de cours à leur rythme, offrir des informations non sollicitées, être violents, agressifs, s’auto-mutiler si elles/ils sentent que les autres rient de lui. On peut comprendre leur détresse, bien sûr, mais on doit comprendre les autres étudiant-es aussi.

Dans plusieurs cours, il n’est pas si rare d’avoir des classes d’une quarantaine d’étudiant-es. Si une personne autiste est intégrée à ce groupe, le/la professeur-e est alors confronté-e au cas d’éthique suivant : Je fais tout pour intégrer mon étudiant-e ou je fais tout pour ne pas retarder le reste de la classe. L’idéal étant évidemment de faire les deux. Mais est-ce toujours possible sans encadrement spécifique ?

Bien que certains cas ne présentent aucune difficulté d’intégration, d’autres cas sont vraiment plus lourds. Parfois, on offre aux professeur-es des sessions d’explication de la problématique, des « trucs » pour maîtriser, contrôler les réactions intempestives de ces étudiants « spéciaux ». C’est un début, mais cela ne me convainc pas que ce soit LA solution. Ces sessions d’information sont parfois traitées ensuite comme des sessions de formation...

Certain-es étudiant-es qui souffrent de problèmes envahissants de l’apprentissage se sentent rejeté-es d’un groupe où ils/elles auraient été d’emblée accepté-es si on avait su ou pu présenter la problématique. Nous avons affaire à une classe de niveau collégial, à de jeunes adultes intelligents, qui sont parfaitement capables d’empathie, d’aide et de compassion. Rien de pire que l’étrange non expliqué pour faire peur, pour créer le rejet. Que peut-il arriver alors dans l’esprit des jeunes qui souffrent déjà de leur différence ? Certain-es iront peut-être même jusqu’au suicide. Geste que l’on aurait peut-être pu éviter si on avait pu expliquer clairement les cas, si on avait aidé l’étudiant-e à s’intégrer et le reste de la classe à comprendre. Ces étudiant-es ne veulent pas être marginalisé-es, mais ils le sont bien malgré eux. Quand on ne peut expliquer un comportement spécial, on crée de l’insécurité chez tout le monde.

Quelques pistes de solution

Que l’on explique d’abord clairement aux professeur-es les cas qu’ils/elles auront dans leur classe, qu’on leur demande s’ils/elles sont prêts à accepter d’être un peu dérangé-es dans leur routine de travail ; qu’ensuite, on puisse expliquer la problématique aux autres étudiant-es du groupe, qu’on demande un accompagnement ou encore qu’un-e élève de techniques d’enseignement spécialisé soit chargé-e d’aider et de contrôler les réactions inopinées de l’étudiant-e en difficulté, que des rencontres entre l’élève et le responsable de l’intégration soient régulièrement prévues et que l’on arrête de croire que les professeur-es possèdent toutes les compétences.

L’intégration semble une bonne chose ; certes, la société s’en trouvera grandie. Mais à tout prix et n’importe comment, non. Cela s’appellerait alors désintégration. Intégrer un-e élève, puis désintégrer un groupe, non. Personne n’y gagne.

Les jeunes sont l’avenir du monde, un peu grâce à leurs parents, mais aussi grâce à leurs enseignant-es.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 7 novembre 2006


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Michèle Bourgon

L’auteure a été professeure de français au niveau secondaire pendant 13 ans et est professeure de littérature française au niveau collégial depuis 1990. Elle a prononcé de nombreuses conférences sur des sujets littéraires partout au Québec et elle travaille à plusieurs projets d’écriture. Elle a publié Contes de Noël, qui lui a valu un prix littéraire, et des articles dans Brèves littéraires (Laval, 1999) et Nouvelles Fraîches (Montréal, 1991). Elle a participé à la création de l’émission pour enfants, « Charamoule », à Radio-Canada (1988-1989), sous la direction de Pierre Duceppe.



Plan-Liens Forum

  • Admettre ses difficultés
    (1/2) 11 novembre 2006 , par

  • jeunes en difficulté d’apprentissage
    (2/2) 10 novembre 2006 , par





  • Admettre ses difficultés
    11 novembre 2006 , par   [retour au début des forums]

    Bonjour Michèle,

    Quelle problématique que celle des élèves en difficulté qui ont toujours été particulièrement encadrés au primaire et au secondaire, mais qui se retrouvent à devoir se débrouiller seuls au Cégep !

    Il faut d’abord que l’élève admette son problème et veuille bien en parler, sans quoi encore plus de difficulté en perspective. Tu dis que "certains élèves vont peut-être songer au suicide" : j’enlèverais le "peut-être" car certains (je pense à un cas en particulier) sont malheureusement passés aux actes faute d’avoir voulu en parler par crainte d’être étiquettés. Mais quand on a parfois des comportements étranges, comme ce peut être le cas chez les autistes, les autres nous étiquettent inévitablement...

    Une fois que l’élève admet qu’il est différent et que ce n’est pas grave en soi, mais qu’au contraire il a droit à des mesures spéciales pour l’aider à mieux s’intégrer, on peut alors songer à lui offrir cette aide.

    Merci pour ton article Michèle, c’est une situation qui nécessite une grande réflexion de société.

    jeunes en difficulté d’apprentissage
    10 novembre 2006 , par   [retour au début des forums]

    ma fille de 6 ans qui est en 1ere année a un déficit d attention sans hyperactivité .dans la situation présente comme parent je me sens souvent seule ! c’est tres compliqué de trouver de l aide adéquate ! par contre ma fille a la chance de fréquenter une école qui offre un projet spécial...soit 10 éleves présentant des difficultées d apprentissages et un orthopédagogue comme proffesseur pour le francais et les maths, elle est integré a son groupe original de 1ere année pour les arts ,la religion,l’anglais et les sciences !ce qui lui laisse l image d une classe et lui donne la chance de fonctionner en grand groupe du mieuxqu elle peut... ça va très bien ! c’est du 10 pour 1 avec une spécialiste !! seulement tous ne bénéficient pas de ce support....je n’ose meme pas penser aux études post secondaire....juste apres 1 mois en 1ere année avant qu elle soit"choisi" pour le groupe pilote elle a eu une perte énorme d estime d elle même et avait perdu le gout d aller a l école !! j’espère que les profs sauront garder l esprit ouvert et les parents bien guidés leurs enfants tout au long de leurs études ! en esperant que ma fille ai la chance de tomber sur un prof consciencieux comme toi....toi qui as su être là pour chaque élève ! aux parents d enfants ayant des difficultées ....restez forts et patients ils ont besoin de vous.....et acceptez la diffèrence même si .....elle fait mal....bonne chance


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2006
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin