| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 30 novembre 2006

Interruption volontaire de grossesse : un regard écoféministe

par Patrice Perreault






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Au Cinéma Beaubien le 28 septembre - Documentaire percutant à l’occasion de la Journée mondiale pour la dépénalisation de l’avortement
Campagne #BougezpourLIVG - 40 ans après la promulgation de la loi sur l’avortement en France
Comment aider les femmes enceintes de trisomiques : un enjeu féministe
Les députés européens et les ONG tirent la sonnette d’alarme sur une menace anti-choix contre la santé maternelle
Avortement - La motion 312 du député Woodworth, un stupide affront aux critères internationaux des droits de la personne
Ce qui pourrait arriver aux droits reproductifs sous un gouvernement Harper majoritaire
Canada - Le débat sur l’avortement relancé par les groupes pro-choix et anti-choix
Les Communes rejettent le projet de loi C-510 qui visait à criminaliser l’avortement
Le point sur les services d’avortement au Québec : une nouvelle recherche
Une étude révèle que 64% des cliniques d’avortement au Canada sont la cible de protestataires
Avortement - Mgr Ouellet et les charmes irrésistibles de Mademoiselle Pinotte
Avortement et santé des femmes - Harper défie les spécialistes
Les propos du cardinal Marc Ouellet prennent racine dans la misogynie tolérée
Le cardinal Marc Ouellet a tenu des propos déplorables
Gouvernement Harper, santé maternelle et G8 - Appel à l’action
Canada - Menaces contre le soutien au planning des naissances et à l’avortement sécuritaire
Des attaques contre l’égalité des femmes par le gouvernement Harper
Avortement aux États-Unis - Au tour des hommes de se sacrifier
Les 20 ans de l’affaire Chantale Daigle soulignés le 1 octobre
Avortement et loi 34 : une saga déplorable
Avortement au Québec - La tentation du désengagement de l’État
L’Affaire Chantale Daigle : les femmes se souviennent !
Le Dr George Tiller, un médecin pro-choix, assassiné dans une église luthérienne
Une militante pro-choix menacée de mort au Nicaragua
Étude - "L’avortement au Québec : état des lieux au printemps 2008"
Le Conseil canadien de la magistrature rejette la plainte contre la juge en chef Beverly McLachlin
Offensive masquée contre le droit à l’avortement
Le projet de loi C-484 tend à éroder des acquis juridiques, selon le Barreau du Québec
Le droit à l’avortement menacé. Un dossier du magazine À bâbord !
L’Ordre du Canada au Dr Henry Morgentaler - Bravo, Mme la Gouverneure générale
Projet de loi C-484 - Prélude à la recriminalisation de l’avortement au Canada
C-484 et menace au droit à l’avortement - Le mouvement des femmes sur un pied d’alerte
Projet de loi C-484 et avortement - Allons-nous retourner en prison ?
L’Assemblée nationale du Québec s’oppose unanimement au projet de loi fédéral C-484
Des juristes du Québec s’opposent au projet de loi C-484 parce qu’il menace les droits des femmes
La Fédération des médecins spécialistes du Québec dénonce le projet de loi C-484 et l’attitude du chef libéral Stéphane Dion
Lancement de la campagne anniversaire "Pro-choix pour la vie" et de son site Internet
Avortement 1988-2008 - Vingt ans de liberté et d’égalité
L’Église engage un bras de fer contre l’avortement
L’avortement, un droit jamais acquis
20e anniversaire de l’arrêt Morgentaler - Il y a 20 ans, l’avortement était enfin décriminalisé
Des hôpitaux canadiens accueillent cavalièrement les demandes d’information sur l’avortement
Avortement - ’Si aujourd’hui j’apprends que je suis enceinte...’
Avortement - Un sujet tabou
Conférence marquante sur l’avortement à Londres
L’avortement n’est pas accessible à toutes au Canada
Le point sur l’accessibilité aux services d’avortement dans les hôpitaux canadiens - Recul
Recours collectifs - Accès à l’avortement : remboursement par le gouvernement québécois







Dans le débat concernant l’IVG et qui semble refaire surface au Canada, une certaine dichotomie quant aux positions confine les groupes et les personnes aux stéréotypes sexistes véhiculés dans notre société. Par exemple, n’associons-nous pas les femmes vivant un IVG à des « meurtrières » alors qu’en même temps la civilisation occidentale glorifie l’usage « viril » de la guerre suscitant de véritables hécatombes ? Par cette correspondance entre meurtre et IVG, ne risquons-nous pas alors de créer une culpabilisation excessive des femmes ? Ne pérennisons-nous pas alors un modèle patriarcal de sexualité qui fait des femmes les seules responsables des grossesses et des enfants ? Finalement en polarisant la question entre la vie de l’embryon ou celle de la mère, ne négligeons-nous pas certaines problématiques réelles ?

En effet, il s’agit de l’interpellation faite à notre société d’accueillir la vie dans son ensemble. Cela ne doit-il pas se faire dans une perspective où il importe de développer le soutien par des politiques familiales adéquates et un appui fiscal assurant un revenu qui évite l’appauvrissement que vivent bien des femmes lorsqu’elles deviennent des mères ? Dans cette perspective, ne conviendrait-il pas d’élargir la question en reconnaissant le droit que chaque enfant né soit désiré et ait accès aux biens fondamentaux garantissant une vie décente ? Du même souffle, n’importerait-il pas de reconnaître réellement les femmes comme des sujets libres effectuant des choix ?

Nous passons ainsi de l’enfant désiré à la vie désirée si malmenée dans notre société où trop d’enfants, ainsi que leur mère, n’ont pas accès aux conditions minimales pour s’assurer une vie décente. Cette situation découle de la dynamique néolibérale de notre monde où la vie elle-même est réduite au simple rang de « ressources », de « marchandises » et de « capital ». Par conséquent, le droit à la vie s’évalue en fonction de l’utilité, de la performance et de la rentabilité. Pourquoi alors condamner des femmes qui, faute de moyens ou de conditions propices, personnellement, socialement et économiquement, choisissent d’interrompre leur grossesse ?

D’ailleurs, la grossesse et l’accouchement ne représentent pas la fin de la « mise au monde ». Ils en constituent le début car le processus conduisant à l’individuation se construit peu à peu dans la relation aux autres. C’est par cette interrelation que la personne humaine élabore son identité, ses valeurs et son devenir. Cette notion d’interdépendance se situe au cœur d’un nouveau modèle de théologie écoféministe.

Cette approche permet de poser la problématique de l’interruption volontaire de grossesse autrement :

    "La présente lutte pour le droit à l’avortement aux États-Unis, [cela peut s’appliquer au Canada et au Québec] quand elle est considérée à la lumière de notre nouveau paradigme, transforme la question. Elle ne devient plus celle du caractère sacré de tout embryon humain, comme c’est le cas dans un point de vue individualiste et anthropocentrique, mais elle touche deux enjeux plus larges et plus fondamentaux : le droit que chaque enfant né soit désiré et puisse avoir accès aux biens essentiels garantissant une vie en santé et décente tout comme il importe de reconnaître le droit des femmes à assurer un contrôle sur leur propre corps. Le nouveau paradigme élargit l’optique sur l’avortement, passant d’une perspective étroite et absolutiste concernant les droits embryons humains à celle du bien-être des enfants nés. Il prend également en compte le bien-être des personnes qui sont appelées à s’occuper de ces enfants." (1)

La question de l’interruption de grossesse demeure un sujet délicat où bien des aspects semblent antagonistes. Pour dépasser le lieu commun que, entre le droit des embryons et celui des femmes, il convient d’élargir la perspective en associant étroitement la dimension personnelle, sociale, économique et écologique afin que notre société puisse s’ouvrir pleinement à toutes les formes de fécondités, présentement subordonnées aux règles néolibérales. Une telle orientation favorisera l’édification d’un monde fondé sur la justice, l’interdépendance écologique, la dignité, l’égalité, l’amour et la tendresse où chacune et chacun pourront jouir d’une vie véritablement humaine et contribueront au devenir commun.

Note

1. Sallie McFague, The Body of God. An Ecological Theology, Minneapolis, Fortress Press, 1993, p. 204. La traduction est la nôtre.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 27 novembre 2006


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Patrice Perreault



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2006
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin