| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       Éditions Sisyphe






vendredi 15 décembre 2006

Protéger les victimes et criminaliser les profiteurs

par l’Association canadienne des centres contre les agressions à caractère sexuel



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texte Imprimer ce texte


Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Voyage en Absurdie
Pour l’industrie de la prostitution, une victoire camouflée en défaite
Que fait-on pour les femmes qui veulent sortir de l’industrie du sexe ?
Pas de prostituées sans prostitueurs !
Légaliser la prostitution, c’est ouvrir la porte au trafic international des humains
Le temps de prendre la parole
Le rapport du sous-comité de l’examen des lois sur la prostitution en PDF
Un rapport favorable aux proxénètes et aux prostitueurs
Une attaque directe aux droits des femmes et du bonbon pour le crime organisé
Pas à vendre
Le rapport du Sous-comité de l’examen des lois sur le racolage banalise la prostitution
Un rapport contradictoire, incohérent et dangereux
La prostitution, une forme de violence et non une activité commerciale
Toxicomanie, prostitution et santé
Une expérience partagée : la violence
Ce que nous avons appris des effets de la prostitution de rue




L’Association canadienne des centres contre les agressions à caractère sexuel (ACCCACS) félicite le Comité fédéral d’examen des lois sur le racolage pour son opinion unanime qui demande que les lois “anti-prostitution” soient renforcées, en accord avec les accords internationaux signés par le Canada, dans le but de protéger les jeunes et les femmes victimes de la traite sexuelle et de la prostitution.

Cependant l’ACCCACS s’oppose à certaines autres mesures proposées par les représentantEs des trois partis politiques nationaux signataires du rapport. Leurs propositions amèneraient à protéger ceux qui possèdent et profitent de l’industrie du sexe, industrie multinationale qui génère des milliers de dollars de profit à même la traite et l’exploitation des femmes.

L’ACCCACS a noté que les parlementaires Mourani et Smith ont dû agir contre le politique de leur parti et proposer une motion qui demande des sanctions contre les hommes qui achètent et vendent les femmes comme si elles étaient des marchandises. Nous félicitons ces parlementaires pour leur travail avec le Comité permanent sur le Condition Féminine du Canada qui soutient les femmes et les enfants victimes de la traite et de la prostitution.

Les centres membres de l’ACCCACS considèrent la prostitution comme une forme de violence faite aux femmes, et comme une pratique qui profite et exploite le statut inégal des femmes en relation avec les hommes, renforçant cette inégalité simultanément au Canada et dans le monde. La seule manière efficace de réduire la souffrance et la vulnérabilité des femmes et des enfants impliqués dans la prostitution et la traite sexuelle est de réduire la prostitution elle-même. Il faut imposer partout l’application et l’amélioration des lois contre la violence faite aux femmes et le respect des droits sociaux et économiques, dont le droit à la sécurité et à l’indépendance pour chaque femme. Comme l’ont souligné les Nations Unies, l’existence d’un mouvement des femmes fort et indépendant est un élément clé du développement social. Les coupures récentes au financement du Programme Promotion des Femmes sont contre-productives en ce sens.

“Toutes les lois et les politiques canadiennes devraient soutenir l’objectif de mettre fin à la prostitution et viser l’égalité des femmes”, dit Georgie Sabourin du Timmins and Area Women in Crisis’ Center et représentante régionale de l’Ontario. Normaliser la prostitution sert à normaliser la violence faite aux femmes et les rapports de pouvoir et d’inégalité entre les hommes et les femmes.

« La traite sexuelle et la prostitution des femmes et des enfants au Canada et internationalement implique la brutalité, la coercition économique, le racisme et la migration involontaire », dit Megan Smiley du Vancouver Rape Relief and Women’s Shelter.

L’ACCCACS exige que le Canada qui a signé l’entente de Palerme respecte l’esprit de cet accord international qui protège les femmes et les enfants prostitués et trafiqués internationalement et au Canada. “Aucune jeune femme qui tente d’échapper à la misère dans un pays en voie de développement appauvri ne devrait être laissée aux mains des clients, des proxénètes et des trafiquants. Elle ne devrait ni être criminalisée ni économiquement abandonnée par le Canada”, dit Lee Lakeman, la représentante régionale de la Colombie-Britannique et du Yukon.

“Comment le gouvernement canadien pourra-t-il lutter contre ce problème s’il légitime et décriminalise de fait l’industrie de la prostitution et fait du Canada une terre d’asile pour la traite sexuelle ?”, dit Michèle Roy du Regroupement québécois des CALACS.

Pour plus d’information contacter :
Lee Lakeman
(604) 876-2622

Mis en ligne sur Sisyphe, le 14 décembre 2006.

Commenter ce texte                         Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer         Nous suivre sur Twitter       Nous suivre sur Facebook

l’Association canadienne des centres contre les agressions à caractère sexuel
CASAC



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2006
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2011 | |Retour à la page d'accueil |Admin