| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






vendredi 22 décembre 2006

Écoutez les sanglots des enfants perdus

par Micheline Mercier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Galère des sables
Écrire la vie, la mort et de nouveau la vie
Donnez-moi des mots
La connaissez-vous cette fille, la pute aux cent pas ?
Motus
Le monde est si petit et ses besoins si grands
Comme une tache de moutarde sur un tablier blanc
Dans les fables, le loup était-il vraiment un mythe ?
Rouler sa vie dans un panier d’épicerie
Et au diable les frontières
L’intimidation ou “bullying” en milieu de travail
Merck met en danger la vie de prostituées dominicaines
La solitude est une bête à pleurer
Mots de cœur
Souvenances
Il fut un temps....







Sortez vos chéquiers, les enchères vont commencer. À vendre... Des veaux, des agneaux, des poulets et... des enfants. La chair est tendre, c’est garanti. Comme ça ne vient pas de votre rue, vous pouvez vous servir « bar ouvert » sur la chair fraîche.

Il ne faut pas fermer les yeux devant une évidence. La guerre fournit non seulement des A-K47 aux enfants, mais elle est aussi le principal fournisseur d’enfants au commerce sexuel. Des petites filles et des petits gars qui ont à peine six ou sept ans lorsqu’ils sont vendus pour satisfaire les besoins d’adultes en manque d’affection. Ai-je parlé d’affection ? Je ne crois pas que manque d’affection soit le terme correct. Je pense plutôt que perversion sexuelle serait approprié.

La guerre apporte avec elle son lot de terreur, viol, abus de toutes sortes. Alors, comment une jeune femme violée n’oserait-elle pas vendre l’enfant de la honte ? Un mauvais souvenir, un caillou dans une chaussure mal ajustée. Bien sûr, quand la vente d’un enfant non désiré devient une question se survie, on ne pose pas trop de question.

Il y a aussi ces petits orphelins qui, sans défense, sont cueillis comme des fruits bien savoureux, dans les décombres de leurs maisons bombardées ou dans des refuges de fortune. Certains errent depuis plusieurs jours avant d’êtres récupérés par les revendeurs d’enfants. Et les petits malheureux, affamés, qui ne demandent qu’à êtres protégés, acceptent qu’un adulte leur tienne la main, les rassure en attendant d’empocher le coût d’un aller simple vers l’enfer de la prostitution. Du petit bétail qui ne coûte pas trop cher à nourrir et qui rapporte gros.

Il n’y a pas que les balles et les bombes qui tuent... L’argent fait aussi bien l’affaire. Surtout quant on s’attaque à la base d’une société... Ses enfants.

J’ai l’âme en détresse rien qu’à penser que les Églises et les gouvernements s’entre-déchirent pour déterminer de la légalité de mariages, d’unions de conjoints adultes consentants et oublient que ce sont les enfants maltraités d’aujourd’hui qui seront source de notre avenir.

Le trafic humain est dénoncé depuis très longtemps et il est plus que temps d’y mettre fin. Sommes-nous prêts à payer le prix d’un sauvetage de grande envergure ? J’en doute, c’est si facile de fermer les yeux sur ce qui ne se passe pas dans sa cour. Écoutez les sanglots des enfants perdus et demandez-vous ce qui pourrait être fait.

Ces petits forment une importante partie de notre évolution et ne pas les protéger pourraient très bien avoir un coût social exorbitant. C’est un pensez-y-bien...

Mis en ligne sur Sisyphe, le 12 décembre 2006


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Micheline Mercier

Micheline Mercier est née à Windsor en Estrie (Québec). De 2001 à 2007, Les Cahiers de la femme de l’Université York (Toronto), le site sisyphe.org et la revue Arcade de Montréal ont publié plusieurs de ses textes. Son premier recueil de poésie spirituelle « Mémoires Chakrique » a paru en août 2013.



Plan-Liens Forum

  • > Écoutez les sanglots des enfants perdus
    (1/1) 2 janvier 2007 , par





  • > Écoutez les sanglots des enfants perdus
    2 janvier 2007 , par   [retour au début des forums]

    Une France donneuse de leçons :

    Pays des droits de l’homme mais certes pas des droits de l’enfant.

    Combien de mères françaises aujourd’hui jetées en prison au seul tort de protéger leur enfant de l’inceste ?

    Resistante

    • Il est temps de prendre les armes
      4 janvier 2007 , par
        [retour au début des forums]

      La justice n’a peut-être jamais été aussi criminelle avec l’enfant dans toute l’histoire qu’elle ne l’est aujourd’hui.Car aujourd’hui, elle a les moyens de les protéger. Mais elle les sacrifie sur l’autel des délits de mauvaise intention, qui émanent, et tout cela ne laisse plus aucun doute, des femmes, suffisamment de scientifiques nous le démontrent avec force et insistance. L’enfant, ce n’est plus qu’un objet. Les juges devraient avoir des comptes à leur rendre. Un enfant dépose plainte contre un juge, celui-ci est tenu de se justifier...

      [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2006
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin