| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 4 janvier 2007

Mots de cœur

par Micheline Mercier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Galère des sables
Écrire la vie, la mort et de nouveau la vie
Donnez-moi des mots
La connaissez-vous cette fille, la pute aux cent pas ?
Motus
Le monde est si petit et ses besoins si grands
Comme une tache de moutarde sur un tablier blanc
Dans les fables, le loup était-il vraiment un mythe ?
Rouler sa vie dans un panier d’épicerie
Et au diable les frontières
L’intimidation ou “bullying” en milieu de travail
Merck met en danger la vie de prostituées dominicaines
La solitude est une bête à pleurer
Écoutez les sanglots des enfants perdus
Souvenances
Il fut un temps....







Une fois de plus,
J’ai croisé le regard perçant de l’aigle.
Je connais cette pupille accusatrice
Qui prend plaisir à regarder l’esprit
Se fondre d’inconfort.
Comment pourrais-je oublier
Ces journées à attendre les interminables nuits
Qui servaient à m’enliser dans un monde
Où les mots avaient le pouvoir dominant
De pulsions maladives.
J’ai fait face à un atrabilaire hargneux,
J’en ai récolté des cicatrices
Qui ont pris l’épaisseur d’une vie de terreur.
Comme l’escargot,
J’ai ployé l’échine
J’ai rampé sous le poids
De mon inébranlable protecteur dictateur.
Faux-fuyants, faux-semblants, faux bonheurs, mensonges
Trahisons m’ont fait vivre la honte des aveux.
Je ne voyais poindre l’aurore
Je me suis vue condamnée à me soumettre,
À vivre de l’insouciance de mes angoisses.
J’ai hurlé la folie de ces années perdues
Sans voix je n’ai pu épancher les chagrins
Causés par ces mots blessants, affûtés comme des lames,
Qui m’ont fait confondre amour et pouvoir.
Dans un ultime haut-le-cœur,
J’ai vomi mon désespoir
Me suis effondrée dans un monde de limbes.
À mon réveil l’aigle s’est envolé
Je me suis rendue libre des griffes
Du regard de mon prédateur.
Sachez maintenant que cette terrible mascarade
Est terminée.
Retirer les masques et respirer est aujourd’hui
Le but de ma vie.
Me voilà désormais affranchie.
Je vous le dis,
Ce sont des mots qui m’arrachaient le cœur,
Des paroles masquées qui,
Sans pitié, me tranchaient la gorge
Et m’empêchaient de crier souffrance.
Mis en ligne sur Sisyphe, le 3 janvier 2007

Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Micheline Mercier

Micheline Mercier est née à Windsor en Estrie (Québec). De 2001 à 2007, Les Cahiers de la femme de l’Université York (Toronto), le site sisyphe.org et la revue Arcade de Montréal ont publié plusieurs de ses textes. Son premier recueil de poésie spirituelle « Mémoires Chakrique » a paru en août 2013.



Plan-Liens Forum

  • > Mots de cœur
    (1/1) 17 janvier 2007 , par





  • > Mots de cœur
    17 janvier 2007 , par   [retour au début des forums]

    est enclin a representer plus d une facon de penser ce qui est tres bien ; pour un parent brisee par le retrait de ses enfants grace au defaillances d une intervenante sociale de la dpj n exercant point de facon adequate et jugeant sans voir les efforts fourni par le parent


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2007
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin