| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mercredi 3 janvier 2007

La stratégie militariste est un cul-de-sac

par Guy Roy






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Donald Trump élu, l’heure n’est plus à l’affliction mais à la mobilisation
Les viols dans les forces armées américaines : le secret le mieux gardé des États-Unis
États-Unis - Scrutin et guerre politique contre les femmes
Le 11 septembre 2001, témoignages - "Pourquoi je hais El Qaida" (K.B.) - "Vous n’avez plus aucun droit" (Adama, étudiante)
"Mad Men", la série d’une Amérique crépusculaire
Afghanistan - Ce que disent les documents de WikiLeaks
Hillary fait face à un vent de frivolité et de dérision
Afghanistan - « Ce massacre permet au monde d’entrevoir les horreurs auxquelles notre peuple fait face »
"Yes we can" mettre fin à la guerre
Crise financière aux États-Unis - Le holdp-up du siècle
À propos de Sarah Palin - "Drill, Drill, Drill !"
Hillary Clinton, le sexisme et les femmes
Afghanistan, guerre et éthique coloniale
Quand la cause des femmes sert d’alibi
La paix plus difficile que la guerre ?
Menace nucléaire et hégémonie
Pourquoi je ne participe pas à ces élections truquées
Le sadisme sexuel dans notre culture, en temps de paix et en temps de guerre
La domination sexuelle en uniforme : une valeur américaine
Au coin d’une rue arabe
Bush et Rumsfeld, vos excuses sont irrecevables !
Tout ce qui vient des États-Unis est béni, même le crime
La constitution provisoire, une entrave pour la société irakienne
En Irak, l’intégrisme islamique profite de la désorganisation sociale et du vide politique
La prison d’Abu Gharib, lieu d’étranges tortures
L’Irak est coincé entre Bush et l’Islam politique
La démocratie en Irak sera l’œuvre des Irakiens ou ne sera pas
Lettre ouverte à Richard Martineau sur l’Irak
"Les démons de l’Amérique" (Susan Sontag)
"L’Irak, c’est juste un tour de chauffe"
Poème pour la paix
Le mensonge comme arme de guerre
Les États-Unis cherchent à conquérir l’Irak depuis 80 ans
Les ruines de Babylone
La guerre dans les médias
Invasion et meurtre prémédité en Irak
À quelle espèce appartenons-nous ?
La voix des femmes pour la paix
Opus Pax
Poème pour la paix (en persan)
Poema por la paz
"Allez, George, rentre chez toi et arrête de faire peur à mon fils."
Bush, dis-nous qui es-tu ?
Quand le prédateur assoiffé prépare son invasion
Du journal d’une jeune irakienne
Une guerre pour renforcer l’hégémonie des États-Unis
Avec ou sans l’ONU, le Canada n’a rien à faire en Irak
Allocution pour la paix d’une jeune Américaine de 12 ans







En fait, la campagne du général Dallaire implique plus de forces au lieu d’une relation préventive, pacifique, d’égalité ou de coopération avec les autres peuples. On nous dit que les dictatures foisonnent. Mais en viendrons-nous à bout par le fusil puisque ces pouvoirs abusifs ont déjà des capacités militaires que les complexes militaro-industriels de nos pays alimentent en toute impunité ?

Le transfert encore plus grand des ressources du civil au militaire engendre le cercle vicieux qui a fourni des prétextes à toutes les guerres. Il faudra bien payer pour ces missions soi-disant « d’interposition », ce qui obligera à plus de coupures ailleurs, à un éventail plus grand de panoplie guerrière et, en fin de compte, à une escalade irréversible. Petit à petit, on envoie polices, armées et conseillers militaires à la suite des injonctions étasuniennes. De nouvelles forces d’intervention rapides sont déployées et le soutien logistique à ces nouveaux centurions se confond à celui des armées conventionnelles. Subrepticement, disparaissent, comme pour Haïti, les espoirs d’établir avec les « pays instables », et qu’on dit « pauvres » pour mieux convoiter les richesses réelles, des relations que régissait l’ONU jusqu’à maintenant.

La « communauté internationale » se résume en une association de pays capables d’imposer leurs moyens pour gérer des crises qui sont la plupart du temps engendrées par ce qui subsiste encore des diktats coloniales. Si le Canada était réputé ne pas avoir de passé colonial, il se donne maintenant, en même temps que bien d’autres, comme le Japon qui ré-arme, un présent impérialiste.

Au fil des ans, se tisse un filet de sécurité pour les pays dominants. Et au nom des droits humains, on pille, on dévaste, tout en manquant les rendez-vous du soutien solidaire dont nous serions capables si l’argent transféré au militaire était reconverti vers le civil en petits tracteurs écologiques, peu chers parce que produits à grande échelle, en engrais non polluants et à bas prix, en moyens d’extraire de l’eau ou de creuser des puits qui épargneraient des kilomètres de marches fastidieuses aux femmes et aux enfants du Tiers-Monde.

Les besoins des millions de paysan-nes pauvres du monde sont relativement modestes comparés à toute cette quincaillerie que mettent en vente sur les marchés libres, pour les régimes souvent autoritaires, les complexes militaro-industriels. On voit malgré tout ces régimes ébranlés, comme au Népal ou en Colombie.

La stratégie militariste, pour faire la promotion des droits humains, est un cul-de-sac. Elle se retournera contre nous comme toutes les autres entreprises coloniales l’ont historiquement démontré. Sans justifier les coûts humains en pertes de civils étasuniens innocents, la plus grande puissance hégémonique du monde n’a-t-elle pas été prise par surprise sur ses arrières par une petite équipe de pilotes kamikazes résolus et capables de déjouer tout un système de défense dépassé, fondé maintenant sur le déploiement de forces désormais destinées aux bourbiers des « guerres préventives ».

Militairement parlant, les États-Unis sont mis sur la défensive en Irak. L’installation de bases militaires partout, la révision de leur stratégie de défense ou les 30% de leur économie voués à la guerre les rendent vulnérables à d’habiles combattants qui n’ont plus rien à perdre qu’une désespérante vie terrestre.

Le militarisme a fait son temps. Il ne saurait être un instrument de promotion des droits humains. S’il le devient, il s’agira d’une stratégie perdante équivalent à du néocolonialisme. Le monde change plus vite que tous les généraux mis ensemble ne sont capables de s’y adapter. Remplacer la diplomatie par la guerre ne nous mènera qu’à un plus grand chaos et, éventuellement, à une défaite humiliante pour l’Occident.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 2 janvier 2007


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Guy Roy

L’auteur est marin-fonctionnaire (assistant-mécanicien) sur un brise-glace de la Garde Côtière canadienne et délégué syndical sur ce navire à l’Alliance de la fonction publique du Canada affiliée à la FTQ. Il exerce son activité militante au sein du Parti communiste du Québec et de Québec solidaire. Sa chronique offre sa vision d’un monde solidaire.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2007
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin