| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 21 janvier 2007

Dissolution

par Laurent Fadanni






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


J’ai déposé mes ailes
Le réveil de la sacrifiée
Enfance violée
Chemins de patience
Comme un cœur qui pleure
Elle marche
Mémoires de femmes
À Nadia Ajuman
Trop près pour que tu me voies
La magie de toi
Haïti - Des énergies positives existent encore
J’ai pas choisi
Dans la peau d’un Noir
Quatre chrysanthèmes
Tu es présente
Femmes-mères
Le coeur au centre
"Nous sommes tous des guerriers", de Sébastien Bec
Je crois en la femme
Envol et autres poèmes
Eux-elles et nous
Dans la Médina
Discernement
Quatre chrysanthèmes
Feux de langue
Le coeur au centre
Luminance
Feu sage
Effritement
Être prostituée, j’en ai jamais rêvé
La peur
Parole de louve
Illustre Mahomet !
Avril et ses vents
Chuchotements écrits
Poèmes de Kaboul
Funeste
Les longs chemins
Sous les cendres
Abnégation
Note finale
Mon bout du monde
L’étoile la plus fade
Comment (version rap)
Bas salaire
Lisse comme une pierre blanche
Chair, chère
Némésis
Dessins de l’U
Intervalle
Fer et feu







Assis. Debout. Assis. Debout. Assis. Debout. Assis. Debout. La volonté mise en jeu. Ca continue comme ça, un temps indéterminé, et ça ne fait rire personne. Ca se prolonge, indéfiniment. La régularité d’un métronome. Puis ça finit par se coucher. Comme ça.

C’est l’histoire de ta vie, de la mienne, de la leur. Ecoute-les : ils se croient singuliers. Moi, je dis identiques, une seule et même famille, frères et sœurs, animaux, végétaux, minéraux, joyeuses populations ! Innombrables royaumes ! Le centimètre carré de ta peau, celui de l’angle mort, abrite d’autres règnes, d’autres flores, d’autres faunes avec leurs lois, leurs natures, leurs singulières géographies ; leurs luttes aussi, prodigieuses, brutes, intestines !

Nous l’appelons sage celui qui, ayant à froid constaté l’immensité des royaumes - le vide -, s’y perd et s’en couvre les épaules. Sage ! Tu te découvres alors des parentés insoupçonnées avec les pierres, les algues, les organismes microscopiques. Le plan grossi d’un microbe t’arrache une larme, fraternelle. Tu penses en terme de molécules. Dans l’air chargé de particules se dessinent de nouveaux horizons. Quand vient le crépuscule, à l’heure où le cadran indique midi, tu t’étends somnambule dans des lits d’atomes. Déjà opère le miracle : tu ne distingues plus les limites, les frontières, où commence et où s’achève ce corps, précédemment le tien. Voilà que s’évapore les contours : le contenant se répand, libre, dans un néant où rien n’est possible sinon une certaine forme de vie, infra-terrestre, résignée, sage ! Il n’y a pas de but à chercher, nulle destination, nul achèvement : c’est juste un processus.

Le mouvement perpétuel des molécules.

Extraits du recueil « Anatomie de l’Échec », à paraître aux éditions L’Interligne (printemps 2007).

Mis en ligne sur Sisyphe, le 20 janvier 2007.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Laurent Fadanni



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2007
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin