| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 22 janvier 2007

Stephen Harper tient ses promesses

par Lise Payette, Le Devoir






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Canada - Le retour des Autochtones : une lutte à nulle autre pareille
La cheffe Theresa Spence s’exprime sur sa grève de la faim et la situation actuelle des Autochtones
Repenser le multiculturalisme
G20 à Toronto - Le Comité jeunes féministes de la CLES dénonce les violences sexistes et la violation des libertés civiles
G20 et brutalité policière au pays de Stephen Harper
Gouvernement Harper – Sabrer avec un zèle religieux dans les programmes pour les femmes
Sommet UE-Canada : les sables bitumineux en accusation
Le viol psychologique d’Omar Khadr
Manifestation pour le retrait de l’ambassadeur du Mexique au Canada
Équité salariale - Entre un idéologue obtus et un opportuniste, les droits des femmes sont menacés à Ottawa
Stephen Harper est-il allergique à Céline Galipeau en particulier ou aux intervieweuses en général ?
La fin de l’équité salariale pour les femmes dans la Fonction publique fédérale
Les femmes et la crise économique
Le budget fédéral laisse tomber les femmes, les travailleurs et les travailleuses
Lettre à la Gouverneure générale Michaëlle Jean en faveur de la coalition des partis d’opposition à Ottawa
Harper Rule : une gouvernance sexiste et inéquitable
Les femmes vous observent, disent des groupes de femmes au premier ministre Harper
Le Comité de la CEDEF de l’ONU scrute la performance du Canada
"À voix égales" invite le Premier ministre à nommer des femmes au Cabinet
Appel des artistes pour la Paix : "Dans dix ans, quelle direction voulez-vous voir le Canada et le Québec emprunter ?"
Votre vote comptera-t-il le 14 octobre ?
Avortement et élection : souvenons-nous
Élection Canada - Sur la question de l’égalité des femmes, Stephen Harper ne répond pas
Maintes raisons de ne pas voter pour Stephen Harper
"Les conservateurs nous ont rappelé que nous sommes ‘juste’ des femmes"
Élections fédérales - Battons-nous contre la droite !
Dieu au pouvoir ! God Bless Canada !
La Fédération des femmes du Québec appelle les Québécoises et les Québécois à battre les Conservateurs
Margaret Atwood s’explique - Harper : déconnecté, dépassé
Ingérence de l’Église catholique dans la campagne électorale au Canada
L’Association des Femmes Autochtones du Québec répond aux excuses du gouvernement Harper
Les compressions du gouvernement Harper forcent le départ d’une leader féministe
Le gouvernement Harper cherche à réduire les femmes au silence
La ministre Oda quitte le ministère de la Condition féminine. Enfin !
La déclaration du Canada à la Commission de la condition de la femme des Nations Unies est tendancieuse et décevante
Politique Canada : dossier principal
Les promesses brisées de Stephen Harper
Des coupures antidémocratiques à Condition féminine Canada
Le gouvernement Harper veut museler les groupes de femmes
La ministre de la Condition féminine, Bev Oda, passe un mauvais quart d’heure devant un comité parlementaire
La ministre à la Condition féminine du Canada interdit aux groupes de femmes de défendre ... les droits des femmes
Il faut rétablir immédiatement le Programme de contestation judiciaire
Le discours de la Traîne
Pour l’égalité entre les femmes et les hommes, il faut changer le mode de scrutin !
Victoire réjouissante : Vivian Barbot a battu le ministre Pierre Pettigrew
Voter ? Mais pour qui ?
Des leaders afro-québécoises inquiètes s’adressent aux chefs des partis politiques en campagne électorale
L’R des Centres de femmes écrit aux quatre chefs de parti à Ottawa
"Des tribunaux islamiques au Canada ?"
10 ans de budgets fédéraux : les femmes doublement pénalisées
Le budget fédéral ne tient pas compte des femmes
Une décennie de reculs : le Canada de l’après-Beijing
Une autre élection injuste pour la population québécoise et canadienne
Harper, une menace sérieuse au droit des femmes à l’avortement







Quand on veut dire du bien de Stephen Harper, on dit qu’il tient ses promesses. Si c’est vrai, on devrait s’inquiéter sérieusement.

Il a promis aux Américains et à George W. Bush en particulier de leur fournir, le plus rapidement possible, cinq millions de barils de pétrole par jour, tirés des sables bitumineux de l’Alberta. Sans se soucier des dégâts environnementaux que ça coûtera au Canada.

L’Alberta produit déjà un million de barils pour jour, vendus aux Américains. Cette production est, pour l’essentiel, responsable de l’augmentation faramineuse de la production des gaz à effet de serre, qui font notre honte devant le monde international. Un million de barils égale 25 mégatonnes de gaz à effet de serre. Qu’est-ce que ce sera avec une production à cinq millions ? 125 millions de mégatonnes. Nous allons étouffer.

Stephen Harper parle comme un visage à deux faces. Une face pour les Américains, qu’il veut satisfaire, et une face pour le reste du Canada, auquel il essaie de faire croire qu’il est devenu subitement sensible aux revendications concernant les enjeux environnementaux. Il vient de mettre un milliard 500 millions sur la table pour développer des énergies propres. Sur 10 ans. 150 millions par année. Des grenailles devant l’ampleur du travail à accomplir.
Stephen Harper, l’Albertain, navigue entre deux mondes : celui de l’Alberta qui aspire à fournir le maximum de pétrole aux É.-U. et à libérer ainsi les Américains de leur dépendance envers les pays arabes devenus trop instables, et celui des environnementalistes qui crient au secours devant l’assassinat de la planète Terre.

C’est le journaliste Guy Gendron et son équipe de l’émission Zone libre qui ont réussi à démasquer le jeu de Stephen Harper dans ce dossier. Ils ont mis bout à bout toutes les déclarations de Harper, à New York et à Houston en particulier, alors que le premier ministre du Canada s’appliquait à vendre le pétrole de l’Alberta à des magnats du pétrole qui rêvaient déjà de cet or noir qu’on pouvait avoir sans envoyer l’armée le chercher. Le développement sauvage de l’Alberta ne fait que commencer. Les Albertains s’enrichissent. La pollution, hélas, voyage d’ouest en est.

La dernière nouvelle venue de l’Alberta dit qu’on y construirait des réacteurs nucléaires, prétendant ainsi remédier à la pollution que produit le gaz naturel qu’on utilise pour produire le pétrole. On semble oublier que le nucléaire produit également des déchets pour lesquels personne n’a encore trouvé de solution.

Tic-tac

L’horloge de la fin du monde existe depuis 60 ans. Depuis quelques jours, ses aiguilles indiquent qu’il est minuit moins cinq. On peut la voir à Londres et à Washington. L’horloge a été créée par le Bulletin des scientifiques atomiques et mesure les dangers qui planent sur l’humanité. Ce regroupement de scientifiques qui compte dans ses rangs 18 Prix Nobel a décidé d’inclure les changements climatiques parmi les dangers qui menacent la planète. L’horloge était à minuit moins sept. Ils l’ont avancée de deux minutes.

Sir Martin Rees, président de la Royal Society pour les sciences à Londres, a expliqué que les armes nucléaires sont encore la menace la plus immédiate pour l’humanité, mais (que) les changements climatiques et les technologies émergentes dans les sciences de la vie ont également le potentiel de mettre un terme à la civilisation telle que nous la connaissons.

Il nous reste à inscrire ces avertissements dans nos têtes et à rappeler à Stephen Harper qu’il y a urgence dans le domaine de l’environnement. Le développement des sables bitumineux de l’Alberta doit être réévalué avec les données que nous avons en ce moment et une vision de l’avenir qui n’est pas nécessairement celle de George W. Ni celle de Stephen Harper, qu’il parle de la bouche gauche ou de la bouche droite.

Le Journal de Montréal, le 22 janvier 2007.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 26 janvier 2007.

Voir l’excellent reportage de Guy Gendron à l’émission Zone libre de Radio-Canada : "Du sable dans l’engrenage", 19 janvier 2007.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Lise Payette, Le Devoir



Plan-Liens Forum

  • La FPJQ dénonce les pressions de Harper sur les journalistes
    (1/1) 31 janvier 2007 , par





  • La FPJQ dénonce les pressions de Harper sur les journalistes
    31 janvier 2007 , par   [retour au début des forums]

    La Fédération professionnelle des journalistes du Québec dénonce la vague d’annulation de la dizaine d’interviews que des membres du cabinet Harper devaient donner à des journalistes de Radio-Canada. Ces interviews étaient programmés depuis longtemps.

    Ce boycott, qui a duré de vendredi dernier 19 janvier au mercredi 24 janvier, lance le message à la presse qu’elle doit se tenir tranquille. Il a découlé directement d’un reportage critique de Radio-Canada sur la gestion des sables bitumineux par le gouvernement conservateur.

    Un gouvernement qui veut punir la presse pour un reportage défavorable à son égard donne l’image d’un gouvernement qui veut contrôler l’information. Cela doit être dénoncé avec la plus grande vigueur.

    Les élus ont des comptes à rendre à la population. S’ils ne sont pas forcés de répondre positivement à toutes les demandes d’interviews, ils ne peuvent pas à l’inverse les refuser systématiquement à un média à titre de mesure de représailles.

    Le gouvernement a bien sûr le droit de porter plainte s’il juge qu’un reportage à son endroit n’est pas conforme à la déontologie journalistique. Il existe pour cela des instances accessibles aux citoyens. L’ombudsman de Radio-Canada en est une, que le gouvernement Harper a utilisé.

    Cependant, malgré l’indépendance de Radio-Canada et malgré l’indépendance de la fonction d’ombudsman, il apparaît plus approprié que la plainte soit examinée par le Conseil de presse du Québec. Celui-ci ne relève pas ultimement d’un gouvernement qui vote son budget et qui nomme son président. Selon le vieil adage, il ne suffit pas en effet que justice soit rendue mais aussi que les apparences de la justice soient préservées.

    Source : Lettre InfoFPJQ, le 25 janvier 2007.
    liste@fpjq.org


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2007
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin