| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 6 février 2007

La solitude est une bête à pleurer

par Micheline Mercier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Galère des sables
Écrire la vie, la mort et de nouveau la vie
Donnez-moi des mots
La connaissez-vous cette fille, la pute aux cent pas ?
Motus
Le monde est si petit et ses besoins si grands
Comme une tache de moutarde sur un tablier blanc
Dans les fables, le loup était-il vraiment un mythe ?
Rouler sa vie dans un panier d’épicerie
Et au diable les frontières
L’intimidation ou “bullying” en milieu de travail
Merck met en danger la vie de prostituées dominicaines
Mots de cœur
Écoutez les sanglots des enfants perdus
Souvenances
Il fut un temps....







Tablier d’un pont dont on connaît à peine le nom. Les pieds dans le vide d’un temps à oublier, souffrance inconnue, ancienne, refoulée au fond d’une âme perdue dans un nuage, isolé parmi tant d’autres.

Sauvage, un goût d’amertume scelle la bouche d’un monde qui marche sur cette jolie fleur, penchée un peu trop près d’un trottoir de centre-ville. Rouge, comme une borne-fontaine sur laquelle un chien lève la patte pour pisser. Le sang d’une vierge inconnue, pucelle dépucelée par un portefeuille bien garni et laissée pour compte sur la marche d’escalier d’un bidonville. Vierge dont on ne se rappellera jamais le prénom ni même le nom. La solitude est une bête à pleurer.

Solitaire comme celui qui n’a jamais dormi sous une couette bien chaude. Deux mains en coupoles, quêteuses de présence, d’amour, d’attentions et de nourriture pour un corps amaigri, anorexique, squelettique. Une chandelle dans un coin, lumière pour l’âme de celle qui chante la complainte de l’ermite reclus sur une île, assez déserte pour n’être vu que par l’hirondelle de mer qui fait sa ronde après un repas bien arrosé d’eau-de-vie. La solitude est une bête à penser.

Comme un saule qui pleure, l’enfance ravie par une main trop lourde appuyé sur un corps issu d’un utérus encore ensanglanté. Voici les yeux d’un ange, posés tel un bréviaire, sur le ventre d’un gamin en prière. Que l’aube se lève et marque ainsi le voile d’un silence de gamme. La solitude est une bête à traquer.

Solitude des yeux qui, au-delà du monde, regardent au loin et cherchent les racines oubliées des enfants déracinés. Une jeune femme sur un banc, attend l’amant qui ne viendra pas. Dans un lit immense, se fondre dans les fleurs d’un drap bien trop froid pour qu’allume le feu des amours interdits. Secret bien gardé, caché sous des glaciers en pleurs. Solitude de l’âme qui remue ciel et terre pour trouver sa sœur, perdue quelque part entre les limbes et le néant.

Seule avec soi, écouter le bruit, le murmure rassurant du ruisseau qui coule dans les veines de la terre. Marcher dans les bois hérissés, comme les poils sur un bras rempli d’émotion à faire rougir de plaisir. Faire un clin d’œil à la vie et poser le pied, pour la première fois, sur les berges d’un lac qui ne demande qu’à te prendre dans ses bras et t’avouer qu’il aime le monde par-dessus tout. La solitude est une bête à apprivoiser.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 3 février 2007.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Micheline Mercier

Micheline Mercier est née à Windsor en Estrie (Québec). De 2001 à 2007, Les Cahiers de la femme de l’Université York (Toronto), le site sisyphe.org et la revue Arcade de Montréal ont publié plusieurs de ses textes. Son premier recueil de poésie spirituelle « Mémoires Chakrique » a paru en août 2013.



Plan-Liens Forum

  • C’est beau à pleurer !
    (1/1) 12 février 2007 , par





  • C’est beau à pleurer !
    12 février 2007 , par   [retour au début des forums]
    La solitude est une bête à pleurer

    C’est beau à pleurer ! Merci infiniment pour la beauté de ce texte.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2007
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin