| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mercredi 7 février 2007

La dépression au-delà des préjugés

par Lucie Poirier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


De l’hystérie de la gestion politique dans nos services de santé publics
Lettre de Julie Miville-Dechêne
Où va le Conseil du statut de la femme ?
CSF et projet de loi 20 : une position contre les femmes ?
La réforme Barrette est le prélude à un démantèlement annoncé (FIQ)
Mépris du gouvernement Marois à l’endroit des sages-femmes - Leur modèle de pratique est menacé
Le Conseil du statut de la femme plaide pour un accès ouvert à la première ligne médicale
Louise Vandelac veut comprendre la « transformation sociotechnique du vivant »
Dix-neuf jeunes femmes sur vingt "modifieraient leur corps"
Manifestation concernant le procès d’une femme séropositive à Montréal le 1er mai
Anorexie mentale - Dompter la douleur
La télé, complice de la pandémie d’obésité chez les enfants
Des monts et merveilles !
Écoute ton corps... Jusqu’à quel point ?
Les animaux, nos cobayes
Va-t-on déposséder l’Amazonie de ses ressources ?







    « Je me suis aperçue que pour aller de ma salle de bain à la cuisine, il m’avait fallu quatre heures ; ces heures je les avais passées à pleurer. Je ne pouvais plus rien faire d’autre. Pleurer était devenu ma vie. » Simone

Du 4 au 10 février 2007, la 17e édition de la Semaine de Prévention du suicide rappelle que la dépression conduit parfois à un geste d’autodestruction fatal.

Pendant des mois, j’ai mené une recherche préparatoire à cet article : entrevues, lectures, formation, visionnements. Afin de circonscrire cette réalité vaste et en progression qu’est la dépression et son aspect le plus redoutable, le suicide, je partage mes observations sur ses composantes et les possibilités d’intervention les plus récentes et courantes. Je vous réfère aux notes de la fin pour les références relatives à mes sources d’information.

Au-delà des préjugés

    « Ce qui m’a choquée dans la réponse du psychiatre, c’est parce qu’on est tout le temps en train de dire : si cette personne-là avait eu de l’aide, ça n’aurait pas arrivé, telle affaire, faut faire de la prévention, soyez à l’écoute d’une personne qui peut être déprimée, essayez de détecter les signes de suicide, mais quand on arrive pour avoir des soins, c’est pas ça qui se passe. C’est injuste. » Louise Jalbert

Les femmes entreprennent plus d’actes suicidaires que les hommes, mais leurs tentatives aboutissent moins. Elles utilisent des moyens lents permettant l’interruption (absorption de pilules, coupure des veines, asphyxie avec le gaz), alors que les hommes agissent de façon plus rapide et posent davantage de gestes irréversibles (pendaison, « crash » en auto, sauts dans le vide, armes à feu). En connaissant le processus de la dépression et en intervenant à temps, des suicides pourraient être évités.

Lincoln, Virginia Woolf, Churchill, Sylvia Plath, René Lévesque, Yves St-Laurent, Marie-Claude Savard ont fait une ou des dépressions. Une composante émotionnelle et un état physique sont reliés à l’état dépressif qui parfois peut être en rapport avec un événement déclencheur. Des antécédents familiaux, le Trouble d’Anxiété Généralisé (le TAG), l’alcoolisme, la toxicomanie, le burn-out, peuvent aussi l’influencer.

La dépression cause une tension musculaire qui fatigue, diminue la concentration, la mémoire, l’apprentissage et amène une perte de contrôle ; s’en suivent culpabilité, désarroi, tristesse, insomnie ou hypersomnie, variations de l’humeur et de l’appétit.

L’énigme réside dans le fait que deux fois plus de femmes que d’hommes font des dépressions. Les statistiques prouvent que, plus que les hommes, les femmes vivent de la pauvreté, de la discrimination, des agressions, des injustices, dans la famille, l’éducation, le travail, la société. Ces iniquités expliqueraient-elles le taux de dépressions féminines ? Y a-t-il un facteur hormonal ? Actuellement, la cause de cet écart est inconnue.

La dépression est une maladie mentale, pas une maladie imaginaire. Notre société construit des tabous qui permettent d’assurer un contrôle et une sélection. En marginalisant les personnes affectées par une maladie mentale, elle nie un problème qui n’en augmente pas moins. Les malades ostraciséEs, isoléEs, démuniEs se sentent, et sont, impuissantEs.

Au Québec, l’absence de volonté politique (notre gouvernement préférerait une affluence vers le privé) et le manque de ressources en santé mentale empirent la situation. Une personne déjà fragilisée est contrainte à des efforts surhumains, des délais, du mépris, du déni, une mobilisation exigeante, frustrante, pénible, ne serait-ce que pour obtenir une consultation auprès d’unE médecin. De plus en plus de gens n’ont pas de médecin de famille (médecin généraliste). Ghislain Goulet du collectif Action Autonomie fait remarquer que « 80% des personnes qui consultent pour des problèmes de santé mentale ne sont pas satisfaites ».

La sectorisation, pourtant illégale - elle contrevient à l’article 12 de la Charte des droits et libertés - est maintenue, affectant 25,000 personnes qu’elle discrimine sans que l’ensemble des psychiatres ne protestent, sans que le gouvernement n’agisse là non plus. Le Dr Georges Lévesque admet « que les ressources soient encore déficientes dans le réseau public de la santé ».

Des préjugés, des humiliations, même parmi le personnel médical, des erreurs de diagnostic, des équipes inadéquates, aggravent la situation, comme le constate Me Jean-Pierre Ménard : « C’est un système qui est très coercitif, qui est très dur pour les gens en santé mentale. C’est une machine. Les citoyens doivent s’adresser aux tribunaux ».

Au Québec, s’occuper de sa dépression, ou de celle d’un proche, relève de l’exploit olympique.

La médication

    « Il y a des personnes qui font 1 dépression dans leur vie et qui en refont jamais d’autres. Tandis que moi si je lâche ma médication, je retombe malade. » Louise Jalbert

Dire « ça va passer », « ne t’apitoie pas », prendre un rôle de thérapeute, tenter d’inciter la personne dépressive à faire un effort, « à se secouer » pour se sortir de son état, tout cela est inutile. D’abord, le problème de la dépression ne concerne pas la volonté, mais des couches plus profondes du cerveau. De plus, c’est parce qu’elle a fait trop d’efforts qu’une personne risque de se retrouver en dépression. Enfin, la personne dépressive affectée déjà par la culpabilité se dépréciera en constatant qu’elle n’a pas la force de répondre aux incitations qu’on lui fait.

La complexité de la dépression demande une intervention réunissant plusieurs composantes dans une approche dite bio-psychosociale. La dépression concerne une partie de notre cerveau qui nous influence et que l’on peut influencer. On parle alors de neuro-transmetteurs (la partie chimique entre 2 neurones) et de médication (transformation de la connexion interneuronale), et de valeurs d’ancrage, de modes relationnels, de valorisation personnelle, de conviction et de psychothérapie.

Les médicaments peuvent avoir une efficacité de 70 à 75% en 6 semaines. Ils ne causent pas de dépendance psychologique car leur effet n’est pas immédiat, mais ils entraînent une dépendance physique.

La médication doit amener la personne à se sentir mieux ; c’est elle qui conserve sa capacité d’observation et d’évaluation. Chez des personnes ayant eu plusieurs rechutes, la durée de la médication peut être plus longue.

Dire pour guérir

    « Moi je n’ai pas peur de dire que j’ai souffert d’une dépression, j’ai souffert de maladie mentale et ce n’est pas la fin du monde. C’est un mal de vivre, une maladie. Il faut donc trouver des façons de se soigner. » Marie-Claude Savard

Une thérapie cognitivo-comportementale peut contribuer à l’amélioration de la dépression entre autres, par l’acquisition ou l’augmentation d’un pouvoir personnel sur soi et sur sa vie malgré les inéluctables souffrances. Ce peut être aussi pour se libérer de frustrations accumulées ; selon Brenda Rabkin, « la dépression ce n’est pas autre chose que la colère que l’on tourne vers soi-même ».

L’une des étapes peut inclure le renoncement à la pensée magique d’une vie parfaite sans difficultés et l’apprentissage de moyens permettant d’affronter et de résoudre ses problèmes. Elle peut être l’occasion de réfléchir à ses comportements pour induire de nouvelles réactions.

Il faut des millénaires pour fabriquer un organe. Au cours de son évolution, il y a 200,000 ans, l’humanité a sélectionné un organe qu’elle a transformé ; le pharynx (organe de phonation) a descendu afin de produire des sons plus complexes alors que l’oreille (organe d’audition) n’a pas changé. Nous avons élaboré le langage davantage pour nous exprimer que pour écouter. L’émotion compose une grande partie de notre narration ; en freinant cette composante, nous nous infligeons des torts coûteux pour notre santé.

Parler, c’est se construire en tant qu’humainE. Parler de ce qui est ressenti, utiliser le langage non pas tant pour communiquer que pour se « narcissiser » correspondrait à un devenir. D’ailleurs, cette importance de la formulation sans écho se retrouve dans l’écriture secrète du journal intime.

Le plus important dans une psychothérapie réside dans l’aisance de la personne dépressive, sa confiance, pour faire ses aveux, admettre ses torts, reconnaître ses erreurs, sans être blâmée ni jugée. Dans une (véritable et bonne) thérapie, il est possible d’observer et de travailler des aspects de sa vie qui entravent et ne sont peut-être pas glorieux. La croissance humaine est favorisée par la verbalisation de ces noeuds qui tordent l’intérieur de l’être. Ce qui est dit n’est plus bloqué à l’intérieur. Dire pour guérir. Extériorisée, la douleur sort de soi au lieu d’y stagner, d’y progresser.

Perspectives épidémiques

    « On ne guérit pas d’une dépression. On se rétablit, mais on ne guérit pas. Ça va toujours rester une partie fragile de moi. Je vais toujours être sujette à faire une autre dépression, mais on se rétablit. Moi je suis heureuse. J’adore la vie. Oui, on s’en sort. » Janine Renaud

Il appert qu’il y a des dépressions ponctuelles, récurrentes, cycliques, chroniques ; « il y a des dizaines de sortes de dépressions », fait observer la psychologue Marie Bérubé. Leur point commun : elles sont en augmentation.

Il faut considérer la prévalence de la dépression et certaines statistiques :
- 1 adulte sur 20 fait une dépression ; parmi ces personnes, 10% se suicident ;
- chez les 15 à 39 ans, le suicide est la 2e cause de décès ;
- 20% de la population sera atteinte d’une maladie mentale au cours de sa vie ;
- 1 personne sur 8 sera hospitalisée pour une maladie mentale ;
- entre 1995 et 2003, le nombre de consultations pour des problèmes de dépression a augmenté de 60% au Canada ;
- 1 personne sur 5 seulement recevrait les soins dont elle a besoin en santé mentale.

Le Dr Martin Tremblay affirme : « La dépression est une maladie de notre temps. Notre course effrénée a de la misère à trouver son sens. Avant, les gens avaient moins d’anxiété. Maintenant, les événements nous causent plus d’anxiété. Cette maladie est influencée par le contexte social même si elle a un facteur biologique et qu’elle peut se résorber. »

La dépression peut resurgir, simplement s’estomper, rester en latence. Elle n’est pas toujours reliée à un déclencheur, elle peut correspondre à un état persistant. La recherche pourrait établir l’influence d’une transmission multigénique. Les enfants et les adolesentEs peuvent en souffrir comme les adultes.

En terminant, précisons que la dépression est une maladie mentale qui affecte l’individuE, mais qui concerne tout la société. Elle correspondrait même à une épidémie dans les pays industrialisés. Son incidence augmente au point qu’elle atteindrait la prévalence des maladies cardio-vasculaires. Il importe de la prendre au sérieux, de s’en occuper, personnellement et collectivement.

Notes

Démarches pour la recherche préparatoire à cet article :

1. En octobre 2006, lors de son passage à Montréal, je me suis entretenue avec Jean-Louis Dessalles, de l’École Nationale Supérieure des Télécommunications de Paris, et j’ai assisté à une conférence qu’il donnait avec Stevan Harnad, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en Sciences cognitives de l’UQAM.
2. En novembre 2006, le Dr Martin Tremblay, psychiatre au CHUM, co-directeur de la Clinique Expertise NeuroSciences, et porte-parole médical de la Fondation des maladies mentales, a répondu à mes questions.
3. J’ai puisé dans des connaissances acquises lors d’une formation avec la Table de concertation pour la prévention du suicide à l’Université de Montréal.
4. Le site du Collectif pour la défense des droits en santé mentale de Montréal.
5. Le site de La Fondation des maladies mentales qui a publié des dépliants et offre des programmes d’information.
6. Le site de L’Association québécoise de soutien aux personnes souffrant de troubles anxieux, dépressifs ou bipolaires.
7. Brenda Rabkin, La psychologie du suicide chez les adolescents, Montréal, Éditions du Jour, 1980.
8. « La santé mentale au Québec », Jeux de société diffusée par Canal Vie, le dimanche 21 janvier 2007.
9. « La dépression, Une pilule, une petite granule », émission diffusée par Télé-Québec, le jeudi 26 janvier 2007.
10. Un grand merci aux femmes qui, personnellement ou publiquement, ont témoigné. J’admire leur courage.
11. M’avoir lue est peut-être une première étape. Si vous-même ou un-e de vos proches avez besoin d’aide, je vous demande, malgré les nombreux obstacles, de continuer à chercher. Vous en valez la peine, vous méritez de vous sentir bien.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 3 février 2007


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Lucie Poirier

Directrice-fondatrice des éditions Les Mots Bancs, spécialisées dans le livre-objet d’art à tirage limité, elle a publié, entre autres, son théâtre poétique Les Amoureux de l’Autre Monde. En 1992, elle a eu le Prix de la plus belle lettre d’amour avec Lettre à Benjamin. Maître ès arts, Lucie Poirier exprime ses convictions humanistes et pacifistes, ses idéaux érotiques et féministes, à travers ses œuvres poétiques et ses articles socio-politiques.



Plan-Liens Forum

  • Curieuse vision de la dépression
    (1/2) 8 février 2007 , par

  • > La dépression au-delà des préjugés
    (2/2) 5 février 2007 , par





  • Curieuse vision de la dépression
    8 février 2007 , par   [retour au début des forums]

    C’est curieux cette vision de la dépression. Et malheureusement, elle est majoritaire cette vision. Pourtant c’est simple ! La dépression c’est exactement comme la fatigue, mais au lieu que ça soit le physique, c’est le moral. Malheureusement, c’est comme beaucoup d’autres choses… il faut l’avoir vécu pour comprendre. Je crois au contraire que la dépression, quand on a réussi à la passer, on en ressort plus fort. Le moral c’est comme la fatigue, il faut trouver des moyens pour reprendre des forces morales, savoir ce qui vous redonnent des forces morales, ce qui vous remontent le moral… Et l’idéal, c’est de d’essayer de se débarrasser de ce qui provoque la fatigue morale.

    > La dépression au-delà des préjugés
    5 février 2007 , par   [retour au début des forums]

    AAAVAM

    10, rue de la Paix
    75002 Paris
    France

    COMMUNIQUÉ DE PRESSE

    SUICIDES : Nous sommes consternés par le chiffre des décès par suicide publié ce matin dans la presse.
    En effet, selon une étude de l’Inserm 10798 personnes, se sont donné la mort en 2004. Avec la « dissimulation » reconnue officiellement et s’élevant à environ 20 %, cela fait en pratique plus de 13000 morts !

    Seule consolation une baisse des suicides chez les adolescents.

    Pour autant, malgré nos interventions à l’Assemblée Nationale et au Sénat en direction du Ministre de la Santé, aucunes mesures destinées à faire diminuer les prescriptions de « tranquillisants et de somnifères » n’ont été prises.

    Les médicaments anxiolytiques (à ne pas confondre avec les antidépresseurs) de la classe des benzodiazépines comme le Valium®, Lexomil®, Xanax®, Lysanxia®, Stilnox®, Imovane®, Tranxene®, Rohypnol®…, favorisent les actes de violence contre soi-même et parfois autrui.

    C’est grâce à la complaisance de quelques « médecins experts judiciaires » sous l’influence des laboratoires pharmaceutiques, que ces psychotropes sont toujours autorisés sur le marché, sans aucune mesure de prévention contre le suicide.
    Ces drogues légales ne doivent pas être ordonnées à un patient dépressif, suicidaire ou psychotique.

    Notre Association demande au Ministre de la Santé la modification du R.C.P. de ces « médicaments » afin que cette mention de prévention des suicides soit ajoutée.

    Georges Alexandre Imbert
    Président de l’AAAVAM

    Paris le lundi 5 février 2007.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2007
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin