| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 17 mars 2007

Haïti - Témoignages poignants des victimes de viol. Un dossier de Panos-Caraïbes

par Marie-Frantz Joachim, pour Panos-Caraïbes






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Haïti : Intimidation inacceptable d’une victime de viol
Haïti - Mettre fin à l’impunité des violeurs et autres agresseurs de femmes







Haïti : Témoignages poignants des victimes de viol

par Marie-Frantz Joachim, pour Panos-Caraïbes

Soumis à AlterPresse le 26 février 2007

« La société haïtienne ne semble pas mesurer l’ampleur et les conséquences du viol dans la vie d’une fillette ou d’une femme. » Telle est la conclusion que tire Panos-Caraïbes dans un dossier rassemblant des témoignages de victimes de viol et titré « Viol en Haïti : Portraits de filles et de femmes victimes ».

L’organisme qui est parvenu à répertorier 11 témoignages de femmes et filles ayant subi le viol dans diverses circonstances soutient que cette pratique est « à la fois un point d’actualité et un phénomène méconnu ». C’est, poursuit-il, un thème qui suscite un certain intérêt. Pourtant, ajoute-t-il, « les mythes sociaux qui entourent le viol sont si profonds et nombreux, qu’en réalité, le phénomène est encore occulté dans notre société ».

En général, selon Panos-Caraïbes, « la victime préfère taire l’agression. Elle a honte de la déclarer. Elle a souvent des difficultés à la prouver. (...) La crainte d’être elle-même suspectée de prostitution ou de passer pour une allumeuse explique dans beaucoup de cas la réticence de la victime à dénoncer le viol ».

Le dossier de Panos-Caraïbes a cependant fait « rompre le silence » à plusieurs victimes, particulièrement celles qui ont bénéficié d’un accompagnement psychosocial et/ou juridique auprès d’associations féministes, d’institutions de santé ou d’accompagnement psychosocial.

Les filles et femmes violées qui se sont confiées sont âgées de 10 à 35 ans. Elles ont été agressées soit chez elles, soit loin de leurs résidences, par des proches, par des inconnus, « et, évidement, par les temps qui courent, des femmes ou filles sont violées en captivité », souvent « sous la menace des armes », souligne le dossier.

Martine, 10 ans, a été violée chez elle par un voisin. Annie, 17 ans, a été violée chez un voisin. Claudine, 15 ans, a été violée après avoir été contrainte de suivre un inconnu. Laetitia, 14 ans, a été violée en domesticité par un neveu de la maîtresse de maison. Tamara, 15 ans, a été violée par un adulte de 46 ans, alors qu’elle était en situation de convalescence. Deux soeurs, Caroline, 16 ans, et Lina, 14 ans, ont été violées simultanément dans la rue. Claire, 22 ans, a été violée dans un ravin par un groupe d’individus et est infectée par le virus du SIDA. Régine, 27 ans, a été violée par un kidnappeur. Monique, 27 ans, a été violée à plusieurs reprises par ses ravisseurs. Claudette, 35 ans, a été violée par une bande de kidnappeurs. Sophia, 23 ans, a pour sa part été violée par trois casques bleus de l’ONU, rapporte le dossier de Panos-Caraïbes.

Le cas de Martine est semble-t-il parmi les plus courants. Elle vit à Fond Des Nègres (Sud) et est laissée seule à la maison un jour de mars 2006. Un voisin âgé de 23 ans, ami de la famille, s’introduit dans la maison. « Tout de suite, le jeune homme s’attaque à la fille qu’il contraint de toutes ses forces de se coucher pour pouvoir accomplir son forfait », lit-on dans ce récit. « J’ai beaucoup souffert, j’ai eu mal au vagin, j’ai eu mal au ventre », confie la victime, violée jusqu’au sang. Le violeur est arrêté, mais des menaces de mort pleuvent de la part de la famille de l’agresseur. La mère de Martine est obligée de déménager avec sa fille, puis de venir à Port-au-Prince où la fille violée est accueillie par une organisation féministe.

Agée de 5 ans de plus que Martine, Claudine, 15 ans, habite à Carrefour, où un soir, alors qu’elle revient de la quête de l’eau, elle est contrainte sous la menace d’un revolver d’accompagner un individu qui la suivait. Prise violemment par le bras et traînée pendant une dizaine de minutes jusqu’à « une petite pièce » que l’homme « ferme à double tour », Claudine est violée sous la menace d’ « une balle dans la tête si je crie ». « C’était la première fois et j’ai eu très mal au vagin et au ventre », a témoigné la victime. Devenue enceinte, Claudine est abandonnée par sa famille.

Victime de viol également, Laetitia, enfant de 14 ans, en domesticité dans un quartier populaire de la capitale. Dans son récit, Laetitia raconte qu’un soir elle est seule à la maison avec un neveu de sa tutrice. Alors que les derniers marchands ambulants s’affairent à rentrer chez eux et que la clameur de la ville commence à s’estomper, elle ne se doute de rien et met la dernière main à quelques taches domestiques. « Brusquement, elle reçoit sur elle tout le poids d’un jeune homme qui lui saute dessus. Le temps de reconnaître qu’il s’agit du neveu de la maîtresse de maison, elle reçoit des coups partout. Elle tente en vain de se défaire de l’individu qui déploie une force bien supérieure à la sienne. Brutalisée, affaiblie, elle est violée sur le champ, sans ménagement ».

Devenue mère et ne pouvant assumer ses responsabilités, la fille de Laetitia a été adoptée par une riveraine. En phase de récupération dans un centre d’hébergement, elle n’a maintenant « qu’un seul objectif, reprendre ma fille ».

Le cas de Tamara illustre, d’autre part, la situation d’une adolescente en convalescence dans une commune de Jacmel, après avoir subi trois opérations à risque. C’est dans ces circonstances qu’elle est violée par un cousin de sa mère, âgé de 46 ans. « Il me fait savoir clairement et sur un ton très ferme qu’il me tuera si je parle à ma mère de ce qui va se passer dans un instant ». Boni réalise son forfait, accroissant les souffrances de la jeune malade, et, par la grossesse qui s’en suit, le danger de mort qui guette la jeune fille.

Le dossier de Panos-Caraïbes rapporte aussi les témoignages de plusieurs victimes de viol durant leur séquestration par des kidnappeurs. Un jour de février 2006, Monique, une marchande de 27 ans, se rend à ses activités au centre de Port-au-Prince, lorsqu’elle est kidnappée par 2 jeunes hommes d’une vingtaine d’années, qui la poussent dans une voiture. Destination inconnue. Se retrouvant dans une petite pièce quelque part, Monique est contrainte de se déshabiller « comme un ver » devant « des hommes extrêmement menaçants ». Durant plus de 3 semaines, « je suis violée plusieurs fois par jour par plusieurs d’entre eux », dévoile-t-elle.

Après sa libération contre rançon, n’ayant accès à aucun encadrement, Monique ne va consulter aucun médecin. Elle se contente de quelques remèdes traditionnels. Elle souffre de vertige, elle est devenue « dépendante de la cigarette ». Ses enfants ne vont plus à l’école et la famille est pratiquement disloquée, indique le document.

« Ces témoignages de victimes de viol ne représentent qu’un échantillon qui ne fait pas ressortir tous les aspects de ce phénomène en Haïti », selon Panos-Caraïbes, qui souligne l’inexistence de structure étatique dédiée à aider les femmes violées. « La grande majorité d’entre elles sont livrées à elles-mêmes, s’enferment dans leur honte et leur silence, ruminent dans leur esprit cet acte douloureux qui les ronge ».

Il en existe néanmoins, celles qui, comme Claire, 22 ans, violée dans un ravin par un groupe d’individus et infectée par le SIDA, surmontent tant bien que mal leur peine, remontent la pente, tentent de donner un sens à leur vie et ne lâchent pas leur rêve « d’ouvrir une école de pâtisserie ».

Haiti : La SOFA recense 396 cas de violence contre des femmes et filles de 3 à 65 ans, dans 21 centres locaux, en 6 mois mardi 27 février 2007

Lettre ouverte de la SOFA aux instances étatiques le 6 février dernier, pour présenter son Rapport Bilan IV des cas de violence enregistrés dans ses centres Douvanjou

Document soumis à AlterPresse le 8 février 2007

Ministère à la Condition Féminine et aux Droits de la Femme
Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique
Ministère de la Santé Publique et de la Population
Ministère de la Culture et de la Communication
Parlement Haïtien, Chambre du Sénat et Chambre des Députés-es
Office de Protection du Citoyen/de la Citoyenne

(...)

Mesdames, Messieurs les Responsables gouvernementaux et Parlementaires,

La Solidarite Fanm Ayisyen (SOFA) vous envoie son quatrième Rapport Bilan documentant les cas de violence envers les femmes et les filles accueillies dans ses 21 centres d’accueil et d’accompagnement/centres Douvanjou. Ce quatrième Rapport Bilan vous expose les cas de violation des droits de 396 femmes et filles âgées de 3 à 65 ans, accueillies par la SOFA de juillet à décembre 2006. Elles sont victimes de toutes sortes d’abus relatifs à la situation de violence structurelle et politique ciblant les femmes dans la société haïtienne.

Mesdames, Messieurs, nous faisons appel à vous en tant que responsables afin de trouver des solutions adéquates en vue d’enrayer ce mal social qui frappe au moins 80% [1] de la population féminine haïtienne.

Nous unissons nos voix au cri de plus de 396 victimes d’irresponsabilité paternelle, d’injures, de harcèlement, de bastonnade, d’immolation, de viol et d’inceste. Elles se retrouvent d’autant plus victimes face à l’inefficacité des forces de l’Ordre et de la Justice.

Face à cette violence systématique se dressant contre l’exercice et la jouissance des droits et libertés des Haïtiennes, la SOFA demeure convaincue que, pour enrayer ce fléau, la responsabilité de l’État doit être manifeste et les actions à entreprendre concrètes. Nous insistons sur le fait que les multiples violations des droits de ces femmes restent impunies.

Effectivement, le cadre juridique non encore adéquat, le laxisme et l’inefficacité des responsables de l’État, la corruption, les mécanismes et les structures d’intervention non appropriées ainsi que la lenteur et le dysfonctionnement de nos institutions cautionnent l’impunité dénoncée par les victimes. Ces dernières réclament également que la justice prenne ses responsabilités et que les agresseurs condamnés purgent la totalité de leur sentence. De plus, la SOFA exige que le mémorandum concernant le certificat médical ainsi que les sentences recommandées dans le Décret du 6 juillet 2005 criminalisant le viol soient appliqués.

Nous exhortons les Parlementaires à adapter le cadre juridique haïtien aux différentes conventions internationales ratifiées par Haïti relatives à la lutte contre la violence faite aux femmes, telles La Convention Contre toutes les Formes de Discrimination à l’égard des Femmes (CEDAW), adoptée en 1979 et mise en vigueur en 1981, et la Convention Belem Do Para pour Prévenir, Sanctionner et Éliminer la Violence Faite aux Femmes, adoptée en 1994, et ratifiée par les Parlementaires haïtiens-nes en 1996. Ces conventions renferment des propositions qui pourraient nous servir de guide pour la mise en place de programmes visant à combattre la violence sexo-spécifique.

Avec le Rapport Bilan IV, nous voulons d’une part, attirer votre attention sur les femmes accueillies dans nos 21 centres d’accueil et d’accompagnement au cours de la période allant de juillet à décembre 2006 et, d’autre part, vous adresser nos constats et nos recommandations.

Nous avons espoir, Mesdames, Messieurs les responsables, que ce quatrième Rapport Bilan saura vous interpeller sur les souffrances quotidiennes des centaines de milliers de femmes et sera pris en compte par le gouvernement. Que le cri des 396 femmes et filles présentées dans le cadre de ce rapport et des autres cas exposés dans les rapports précédents sera entendu et nos recommandations considérées.

Espérant que vos réactions nous parviendront à travers les actions que vous aurez à entreprendre en réponse à la problématique de la violence faite aux femmes en Haïti, recevez, Mesdames, Messieurs les responsables de l’État, nos salutations patriotiques.

Mardi 27 février 2007

Olga BENOIT, Responsable Axe Lutte Contre la Violence faite aux Femmes ;
Carole P.P. JACOB, Coordonnatrice du Bureau Exécutif ; Marie Eveline LARRIEUX, Coordonnatrice Générale

Note

1. « L’État Général de la Violence faite aux Femmes et aux Filles en Haïti », CECI/SOFA, 2002.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 5 mars 2007


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Marie-Frantz Joachim, pour Panos-Caraïbes



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2007
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin