| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 27 août 2007


Festival des films du monde
Opium, le journal d’une folle

par Lucie Poirier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Pour Chantal Akerman
Alanis Obomsawin, "celle qui trouve le chemin"
Parcours d’une cinéaste indomptable, Hejer Charf
Cinéphiles, vos choix de films consacrés aux femmes !
Du 23 au 27 septembre : CINÉ ELLES ET NOUV’ELLES VAGUES
Programme du festival de films : résistance à l’invisibilité des femmes, les 26 et 27 septembre 2009
L’équité pour les femmes en cinéma
Quatre femmes exceptionnelles honorées lors du 10e Gala de "Femmes du cinéma, de la télévision et des nouveaux médias"
Yanick Létourneau, réalisateur de documentaires, en entrevue vidéo avec Léa Clermont-Dion
La Place des réalisatrices dans le financement public du cinéma et de la télévision au Québec (2002-2007)
La Maison de la culture MC93 Bobigny présente "Angela et Marina"
Surviving my mother, Prix du public au FFM
"Teresa : el cuerpo de cristo" et "Travelling with pets"
Les épouses de l’armée
Anthologie du théâtre des auteures québécoises en langue anglaise (1966-1986)
Anthologie du théâtre des auteures québécoises en langue anglaise (1966-1986)
L’imaginaire des femmes
Duras et le dahlia noir
L’art de vivre et de vieillir
Maintenant, c’est le bonheur
Femmes de pouvoir au temps de Corneille
« Amazones » de et par Françoise Barret
"Cinéma Politica", en avant-plan à l’UQÀM
Carole Poliquin, réalisatrice de "Le bien commun, l’assaut final"
Nicole, c’est moi... de et avec Pol Pelletier
Trois cinéastes québécoises indépendantes raflent l’or







Le potentiel des femmes a amené des hommes à les réprimer ou à les exploiter. Le Dr Jozsef Brenner (1887-1919), morphinomane, écrivain empruntant le pseudonyme Géza Csath, a connu Gizella Klein, née le 31 janvier 1895, alors qu’elle était internée dans l’hôpital du Dr Winter et l’a exploitée et réprimée. Cette rencontre est relatée dans le film Opium, le journal d’une folle.

Gizella écrit et dessine sans cesse dans des cahiers alors que le célèbre docteur et auteur a une panne d’inspiration - « If only I was able to write like this » - envie-t-il, en s’emparant des albums volumineux.

Les médecins considèrent que les désirs (d’affirmation, d’écriture, de sexualité) des femmes doivent être annihilés. Winter prétend que l’écriture rend Gizella hystérique alors que ses crises augmentent lorsqu’elle est privée d’écrire. Ainsi, quand elle veut une plume, il la condamne à deux semaines de détention.

Brenner et Winter sont préoccupés par la virginité de Gizella. Pour Brenner, qui calcule et répertorie méthodiquement ses coïts, s’emparer de la virginité de Gizella correspond à la vaincre, la posséder, l’anéantir.

Après lui avoir volé ses textes et se les être attribués, il la punit en la soumettant à des douches glacées et en la suspendant, enchaînée aux pieds et aux mains.

Pourquoi a-t-il ce plaisir de lui faire mal après avoir couché avec elle, après l’avoir entendue lui exprimer son amour de femme qui s’offre à nouveau ?

Elle le supplie « Remove my brain I know you love me ». Il répond : « We are husband and wife » et lui inflige une lobotomie avant que soient brûlées l’amoncellement de tous ses albums.

Janos Szaz, scénariste et réalisateur, a mis en évidence la subjectivité de la perception et le danger de l’interprétation dans une alternance de gros plans de Gizella qui dit ce qu’elle écrit, de travellings qui montrent les mauvais traitements subis par les femmes, de scènes qui étalent les fantasmes du médecin. Il nous amène dans un univers sordide consacré à la destruction des femmes.

La relation trouble entre la/le malade et le docteur, traversée par l’hypergrafica, a été explorée précédemment dans Le cri de la soie avec la regrettée Marie Trintignant et dans Quills, deux films basés sur des faits réels.

Mais Opium aboutit à l’autodestruction, à une Gizella, accablée, qui réclame la fin de ses souffrances ; elle a été subjuguée et trompée par Brenner, elle ne veut plus avoir conscience des humiliations et des frustrations que sa créativité et son talent lui valent.

Gizella est magnifiquement interprétée par la courageuse Kirsti Stubo qui en 2001 a reçu un prix pour son interprétation dans Årets kvinnelige skuespiller .

Gizella symbolise la femme dont le pouvoir de création (qu’elle soit œuvre littéraire ou vie humaine) terrorise l’homme qui n’a de cesse de la contrôler et même de la détruire. Malgré toute sa puissance Gizella était vulnérable ; au 21e siècle, quand on examine la condition des femmes à travers le monde, on doit admettre que Opium montre des aspects d’une réalité toujours actuelle.

Opium, le journal d’une folle, Hongrie-Allemagne / 2006 / 35 mm / Couleur /108 min./ réal. Et scén. Janos Szasz, Int. Kirsti Stubo, Ulrich Thomsen. Présenté au Festival des films du monde, à Montréal.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 25 août 2007


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Lucie Poirier

Directrice-fondatrice des éditions Les Mots Bancs, spécialisées dans le livre-objet d’art à tirage limité, elle a publié, entre autres, son théâtre poétique Les Amoureux de l’Autre Monde. En 1992, elle a eu le Prix de la plus belle lettre d’amour avec Lettre à Benjamin. Maître ès arts, Lucie Poirier exprime ses convictions humanistes et pacifistes, ses idéaux érotiques et féministes, à travers ses œuvres poétiques et ses articles socio-politiques.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2007
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin