| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 28 août 2007


Au Festival des films du monde
"Teresa : el cuerpo de cristo" et "Travelling with pets"

par Lucie Poirier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Pour Chantal Akerman
Alanis Obomsawin, "celle qui trouve le chemin"
Parcours d’une cinéaste indomptable, Hejer Charf
Cinéphiles, vos choix de films consacrés aux femmes !
Du 23 au 27 septembre : CINÉ ELLES ET NOUV’ELLES VAGUES
Programme du festival de films : résistance à l’invisibilité des femmes, les 26 et 27 septembre 2009
L’équité pour les femmes en cinéma
Quatre femmes exceptionnelles honorées lors du 10e Gala de "Femmes du cinéma, de la télévision et des nouveaux médias"
Yanick Létourneau, réalisateur de documentaires, en entrevue vidéo avec Léa Clermont-Dion
La Place des réalisatrices dans le financement public du cinéma et de la télévision au Québec (2002-2007)
La Maison de la culture MC93 Bobigny présente "Angela et Marina"
Surviving my mother, Prix du public au FFM
Opium, le journal d’une folle
Les épouses de l’armée
Anthologie du théâtre des auteures québécoises en langue anglaise (1966-1986)
Anthologie du théâtre des auteures québécoises en langue anglaise (1966-1986)
L’imaginaire des femmes
Duras et le dahlia noir
L’art de vivre et de vieillir
Maintenant, c’est le bonheur
Femmes de pouvoir au temps de Corneille
« Amazones » de et par Françoise Barret
"Cinéma Politica", en avant-plan à l’UQÀM
Carole Poliquin, réalisatrice de "Le bien commun, l’assaut final"
Nicole, c’est moi... de et avec Pol Pelletier
Trois cinéastes québécoises indépendantes raflent l’or







Lorsqu’il a présenté son film Teresa : el cuerpo de cristo, une biographie de sainte Thérèse d’Avila, le réalisateur Ray Loriga a remercié le directeur-photo José Luis Alcaine. Cette gratitude se justifie par la beauté des images à laquelle il est parvenu avec des superpositions, des ralentis, des gros plans de mains, d’objets, dans des éclairages dorés, à contre-jour.

La dévotion dans les mises en scènes, la magnificence des costumes, l’austérité des décors, s’amalgament pour exprimer les dichotomies ferveur/pouvoir, apparence/sincérité, spiritualité/finance ; des contrastes dans lesquels Teresa tentera de fortifier sa foi.

Loriga alterne les scènes d’autoflagellation et de galanterie que vivent les nonnes au couvent, la misère des servantes et la somptuosité des religieuses, les chuchotements au confesseur et les divulgations des confessions par celui-ci.

Comment discerner la fierté du renoncement, l’orgueil de la mortification, la jouissance du masochisme et l’épilepsie des transes ?

L’Église catholique s’y perd elle-même : Teresa de Ahumada, noble, riche, instruite et influente, entrée au couvent pour se consacrer à la religion et à la culture, est accusée de mysticisme, menacée du bûcher. Sans être ainsi identifiée à l’époque, Térésa fut une féministe du 16e siècle par son autonomie et sa persévérance, sa production littéraire et son œuvre religieuse.

Malgré de longs obstacles, elle fondera un couvent sans dotation avec des nones déchaussées et pauvres. Elle a renoncé à ses privilèges aristocratiques, a continué à lire et à écrire. Aujourd’hui encore, ses écrits sont considérés fondamentaux pour l’âge d’or de la littérature espagnole.

Loriga a donné une version à la fois lucide des tractations de pouvoir et d’argent exigées par la religion et respectueuse de la conviction d’une femme que sa croyance religieuse mena à un destin dont elle se chargea elle-même.

Teresa : el cuerpo de cristo, Espagne - France - Royaume-Uni, 2006 / 35 mm / Couleur / 101 min, réal. Ray Loriga.

******

Travelling with Pets : Venir à la vie

C’est dans la joie du cinéma, patient, installé et observateur qu’on suit, dans le film Travelling with pets, l’histoire de Natalya (interprétée par l’attachante Kseniya Kutepova), orpheline, vendue comme esclave à 16 ans.

D’apparence misérable, avec ses espoirs cachés, sa capacité d’émerveillement, elle est une « track worker » qui traie la vache pour le lait vendu aux employés du train et qui circule avec un « hand car ».

Lorsque son maître meurt, qu’elle se retrouve seule dans sa maison près de la voie ferrée, qu’elle possède de l’argent, elle vient à la vie, au plaisir, dans une avancée vers l’amour réparateur.

La découverte de soi (l’achat d’un miroir), la rupture avec le passé (elle brûle les affaires du maître qu’elle avait dû épouser), la jouissance sexuelle (elle a un amant qu’elle renvoie quand il devient envahissant) la mènent à avoir de beaux vêtements, une chèvre, un chien, une chaloupe et à partir avec ses bêtes pour voyager en ramant.

Chaque scène, bien établie, réserve une petite surprise. La vie de Natalya, morne et répétitive devient inattendue et satisfaisante.

La réalisatrice Vera Storozheva prend le temps d’accompagner les gestes, l’attente, les réactions, l’effort, pour que l’on comprenne les besoins de Natalya, pour que l’on assiste à l’élaboration de la décision qui favorisera son visage rayonnant et le sourire heureux de son fils adoptif.

Grâce à l’actrice, à l’acteur jouant le fils et à la réalisatrice, on regarde des scènes éblouissantes de bonheur. Natalya avait raison d’espérer, de s’organiser et d’agir ; elle, si généreuse, recueille un enfant abandonné.

Dans la scène finale, l’embarcation s’éloigne, sur une mer étale, sous un ciel magnifique.

Travelling with pets, Russie, 2007 / 35 mm / Couleur / 97 min, réal. Vera Storozheva.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 29 août 2007


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Lucie Poirier

Directrice-fondatrice des éditions Les Mots Bancs, spécialisées dans le livre-objet d’art à tirage limité, elle a publié, entre autres, son théâtre poétique Les Amoureux de l’Autre Monde. En 1992, elle a eu le Prix de la plus belle lettre d’amour avec Lettre à Benjamin. Maître ès arts, Lucie Poirier exprime ses convictions humanistes et pacifistes, ses idéaux érotiques et féministes, à travers ses œuvres poétiques et ses articles socio-politiques.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2007
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin